Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SOUDAN

Nom officiel

République du Soudan (SD)

    Chef de l'État

    Abdel Fattah al-Burhan (par intérim depuis le 12 avril 2019)

      Chef du gouvernement

      Osman Hussein (par intérim depuis le 19 janvier 2022)

        Capitale

        Khartoum (siège du Conseil des États) 2

          Unité monétaire

          Livre soudanaise (SDG)

            Population (estim.) 47 653 000 (2024)
              Superficie 1 840 687 km²

                Située dans le nord-est de l'Afrique, la république du Soudan était, jusqu'à sa partition en deux États indépendants le 9 juillet 2011, le plus vaste État du continent. Il est désormais le troisième plus grand pays africain avec 1 840 687 kilomètres carrés. Désertique, avec un climat continental tropical, cet immense pays comptant environ 44 millions d'habitants (2021) a tissé de nombreux liens avec ses sept voisins, notamment à cause des migrations de travail et des guerres qui ont déplacé des populations d'un côté ou de l'autre des frontières. Ainsi, le pays sert-il souvent de terre d'asile, vocation à laquelle le destine l'importante route africaine du pèlerinage musulman vers La Mecque et de commerce transsaharien. Ces migrants jouent également un rôle essentiel dans le développement agricole du pays et dans la construction de réseaux commerciaux entre Afrique et péninsule arabique.

                Soudan : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Soudan : carte physique

                Soudan : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Soudan : drapeau

                Indépendant depuis le 1er janvier 1956, l'État soudanais doit faire face à des défis importants légués par la période coloniale. L'étendue du territoire et la rareté des infrastructures rendent difficile l'intégration nationale, même si l'appartenance à l'Islam et l'usage de l'arabe augurent une relative homogénéité culturelle dans la partie la plus développée du pays, au nord. Cependant, l'administration coloniale – différente au nord et au sud du Soudan – rend plus problématique encore la coexistence, au sein d'un même État, de populations divisées par la langue, la religion (le Sud est pour l'essentiel animiste avec une minorité chrétienne), des histoires politiques diverses et des clivages culturels marqués par la traite. Une guerre civile sanglante de 1956 à 1972 mine le développement du pays. La paix n’est qu'une courte parenthèse puisque les hostilités reprennent en 1983 et ne s'achèvent qu'en 2005 avec la signature d'accords qui rendent possible la sécession du Sud au terme d'un référendum d'autodétermination tenu en janvier 2011. Ce divorce, pourtant, ne signifie pas la fin des tensions.

                L'histoire politique soudanaise ne se limite pas à cette chronique, que le conflit au Darfour débuté en 2003 poursuit. Le coup d'État de juin 1989 amène pour la première fois au pouvoir un régime prétendant instaurer un État islamique et jouer un rôle moteur dans la recomposition de l'islamisme international. La mise en exploitation des ressources pétrolières, à partir de 1999, donne au Soudan une importance stratégique accrue et en fait même le paradigme des nouvelles relations que la Chine populaire entend entretenir avec l'Afrique.

                Géographie

                Le Soudan résume, sur son territoire, les problèmes qui assaillent le continent. Des putschs, des guerres civiles et des famines jalonnent plus de cinquante ans d'indépendance. Les Soudanais veulent avoir accès aux ressources confisquées par l'élite politico-religieuse de la vallée du Nil.

                La cuvette soudanaise

                Le territoire soudanais (le Soudan séparé désormais du Sud), qui s'étend du tropique du Cancer, au nord, jusqu’au parallèle 10 0N, au sud, confine avec sept États africains. Au nord de l'isohyète 100 millimètres, qui court du Darfour à Khartoum et à Port-Soudan, des buissons xérophiles parsèment le sol. Il tombe plus de 600 millimètres de précipitations au sud de la Gezireh – la presqu'île entre le Nil Blanc, à l'ouest, et le Nil Bleu, à l'est –, au nord des monts Nuba et au sud du Darfour. Dans cette zone climatique, on défriche périodiquement la savane et la forêt claire par le feu avant de semer ou d'envoyer les troupeaux. La courbe des 800 millimètres de précipitations correspond à la frontière séparant le Soudan du Soudan du Sud.

                Au nord de Khartoum, le Nil ne reçoit plus qu'un seul affluent, l'Atbara,[...]

                La suite de cet article est accessible aux abonnés

                • Des contenus variés, complets et fiables
                • Accessible sur tous les écrans
                • Pas de publicité

                Découvrez nos offres

                Déjà abonné ? Se connecter

                Écrit par

                • : professeur des Universités, Institut français de géopolitique de l'université de Paris-VIII, membre du Centre d'études africaines, C.N.R.S., École des hautes études en sciences sociales, chargé de cours à l'Institut national des langues et civilisations orientales
                • : chargé de recherche CNRS
                • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                Médias

                Soudan : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Soudan : carte physique

                Soudan : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Soudan : drapeau

                Soudan : peuplement - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Soudan : peuplement

                Autres références

                • SOUDAN, chronologie contemporaine

                  • Écrit par Universalis
                • AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

                  • Écrit par Marc MICHEL
                  • 12 424 mots
                  • 24 médias
                  ...première dans la voie de la décolonisation en Afrique de l'Ouest, où la situation était plus « mûre » qu'ailleurs, et sur les marges du monde noir. Au Soudan, le problème était étroitement lié à l'avenir des relations anglo-égyptiennes. Le processus de transfert de souveraineté y fut très précoce. S'appuyant...
                • ANSARS ou ANÇĀRS

                  • Écrit par Yves THORAVAL
                  • 724 mots

                  Nom donné aux croyants de Médine qui recueillirent et protégèrent le prophète Mahomet lors de sa fuite de La Mecque, les Ansars (en arabe : les défenseurs) sont souvent appelés : Ansar An-Nabi (« défenseurs du Prophète »). Au Soudan, les Ansars, ralliés au parti Umma, sont l'une...

                • ANYA NYA

                  • Écrit par Yves THORAVAL
                  • 649 mots

                  Terme signifiant dans les dialectes nilotiques du sud du Soudan « venin de serpent », l'Anya Nya est le nom que se sont donné les combattants du Front de libération de l'Azanie de Joseph Lagu et d'Oduho (l'Azanie était l'ancien nom de cette région d'Afrique)....

                • BECHIR OMAR HASSAN EL- (1944- )

                  • Écrit par Universalis
                  • 1 070 mots

                  Homme politique soudanais, Omar el-Béchir s’impose par la force à la tête du Soudan en 1989, avant d’être président de la République de 1993 à 2019.

                  Né le 7 janvier 1944 dans le village de Hosh Bonnaga, Omar Hassan el-Béchir est issu d'une famille paysanne modeste qui s'installe par la suite...

                • Afficher les 40 références

                Voir aussi