SANAA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Capitale du Yémen, la ville de Sanaa (en arabe San'a', « place fortifiée ») est située dans une cuvette à 2 300 mètres d'altitude sur les contreforts occidentaux du Jebel Nuqum, dans l'ouest du pays. Elle est, depuis de nombreux siècles le cœur économique, politique et religieux des hauts plateaux du Yémen.

Yémen : carte administrative

Carte : Yémen : carte administrative

Carte administrative du Yémen. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Sanaa (Yémen)

Photographie : Sanaa (Yémen)

Vue de la vieille ville de Sanaa, capitale de la république du Yémen. 

Crédits : John M Lund Photography Inc

Afficher

Bien que sa date de fondation ne soit pas connue, Sanaa est l'une des plus anciennes cités au monde ayant été peuplée sans discontinuité. Selon la légende yéménite, elle aurait été fondée par Sem, l'un des trois fils de Noé. Elle occupe le site de l'ancien fort pré-islamique de Ghumdan, qui daterait du ier ou du iie siècle avant J.-C. Cité arabe, Sanaa accueillait chrétiens et juifs avant de se convertir à l'islam sous l'influence d'Ali, quatrième calife et gendre de Mahomet, en 632. L'histoire musulmane de la ville fut marquée par les conflits qui éclatèrent périodiquement entre les imams de la secte des zaydiyya et les dynasties rivales. Né au ixe siècle, l'imamat zaydite, fondé par Yahia Ibn Husein al-Rassi, dont la capitale se trouvait à l'origine à Saada, au nord de Sanaa, perdura, avec de fréquentes interruptions, jusqu'en 1962. La ville connut un déclin brutal du xiie au xve siècle, lorsque les puissances étrangères qui conquirent tour à tour le Yémen installèrent leur capitale dans d'autres cités.

Officiellement placée sous contrôle ottoman à partir du milieu du xvie siècle, Sanaa fut en réalité dirigée par les imams du début du xviie siècle jusqu'en 1871, date à laquelle les Ottomans réussirent à s'emparer de la ville. La guerre civile qui éclata alors entre les envahisseurs et les imams ne prit fin qu'en 1911, lorsqu'un traité octroya à ces derniers une autonomie quasi totale. Sanaa devint la capitale du Yémen indépendant après le démantèlement de l'Empire ottoman, vaincu pendant la Première guerre mondiale. Sous le règne de l'imàm Ahmad (1948-1962), la capitale fut transférée vers le sud, à Taïzz, mais Sanaa retrouva son statut après la révolution de 1962 et la proclamation de la république arabe du Yémen (Yémen du Nord). Le dernier imam zaydite ayant été renversé, Sanaa s'ouvrit au changement politique et culturel. Elle souffrit cependant de la guerre civile qui dura jusqu'en 1969. En 1990, Sanaa devint la capitale du pays réunifié lorsque le Yémen du Nord fusionna avec la république démocratique et populaire du Yémen (Yémen du Sud).

La vieille ville est entourée d'une enceinte massive, de 6 à 9 mètres de hauteur, percée de nombreuses portes, dont la plus célèbre est la Porte du Yémen (Bab al-Yemen), rebaptisée Porte de la liberté après la révolution de 1962. Elle abrite entre ses murs pas moins de 106 mosquées, 12 hammams et 6 500 maisons, qui datent tous d'avant le xie siècle. Les hautes maisons à étages, construites en pierre de basalte sombre et en brique, sont décorées de frises complexes et de magnifiques fenêtres sculptées. La plus belle mosquée de Sanaa, Al-Jami' al-Kabir (la Grande Mosquée), renferme en son sein un tombeau sacré qui était autrefois l'un des principaux objets vénérés par les zaydites. Les souks commencent au pied de Bab al-Yemen et s'étendent vers le nord, au-delà de la Grande Mosquée. Le quartier, baptisé Suq al-Milh (« marché au sel »), est constitué de nombreux petits souks proposant sur leurs étals un large éventail de produits. Au nord-ouest de la vielle ville se trouve l'ancien palais d'été de l'imam, perché sur un éperon rocheux surplombant le Wadi Dharr. La banlieue verte d'Al-Rawda, au nord de Sanaa, peut s'enorgueillir de la présence d'une belle mosquée de style mauresque. Dans l'ouest de la ville, le quartier juif, Al-Qa' al-Yahud, isolé par un mur d'enceinte, fut longtemps réputé pour son artisanat traditionnel, tel que le travail de l'or et de l'argent ou la broderie. Presque tous les juifs de la capitale partirent s'installer en Israël en 1949-1950, portant un coup terrible à ces activités locales.

Bab al-Yemen à Sanaa, Yémen

Photographie : Bab al-Yemen à Sanaa, Yémen

Bab al-Yemen, la principale porte d'entrée dans la vieille ville de Sanaa, la capitale yéménite. 

Crédits : H. Champollion/ AKG

Afficher

Sanaa souffre moins de son isolement depuis l'ouverture, en 1961, d'une route praticable toute l'année, rejoignant le port d'Hodeida au sud-ouest, financée par des investissements chinois. Une autre autoroute dessert Taïzz, elle-même reliée à l'ancien port de Moka (Al-Mukha). Non loin de Sanaa, la ville d'Al-Rahaba accueille un aéroport international.

Centre commercial régional, Sanaa s'est dotée d'industries modernes grâce à des investissements étran [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Yémen : carte administrative

Yémen : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Sanaa (Yémen)

Sanaa (Yémen)
Crédits : John M Lund Photography Inc

photographie

Bab al-Yemen à Sanaa, Yémen

Bab al-Yemen à Sanaa, Yémen
Crédits : H. Champollion/ AKG

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Classification

Autres références

«  SANAA  » est également traité dans :

YÉMEN

  • Écrit par 
  • Laurent BONNEFOY, 
  • André BOURGEY, 
  • Serge CLEUZIOU
  •  • 14 218 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les destins croisés de Sanaa et d'Aden »  : […] La fortune d'Aden s'est faite au xix e  siècle avec l'installation des Britanniques en 1839, mais la ville a bénéficié également d'un site et d'une situation exceptionnels. Sanaa, logée dans une cuvette à 2 300 mètres d'altitude, qui s'étire entre le Jebel Nuqum à l'est et le Jebel Ayban à l'ouest, a un site moins prestigieux qu'Aden. Mais son histoire est plus ancienne : elle remonte au vi e  si […] Lire la suite

Les derniers événements

17-24 janvier 2022 Émirats arabes unis – Yémen. Frappes houthistes sur Abu Dhabi.

Les Émiratis participent aux côtés des Saoudiens à la coalition arabe qui est intervenue au Yémen en mars 2015 en soutien aux forces loyalistes, à la suite de la conquête par les houthistes de la capitale, Sanaa, et de la fuite du président Abd Rabbo Mansour Hadi. Les frappes sur Abu Dhabi interviennent à la suite d’une opération militaire victorieuse menée au Yémen par les forces émiraties. […] Lire la suite

29 juillet 2020 Yémen. Accord entre le gouvernement et les séparatistes.

En août 2019, les séparatistes, qui soutenaient jusque-là les forces progouvernementales soutenues par l’Arabie Saoudite contre les rebelles houthistes appuyés par l’Iran, avaient pris le contrôle d’Aden où le gouvernement s’était replié après avoir été chassé de Sanaa. Des combats meurtriers s’en étaient ensuivis. […] Lire la suite

8-26 avril 2020 Yémen – Arabie Saoudite. Annonce d'un cessez-le-feu par Riyad et proclamation de l'autonomie du Sud yéménite.

Les rebelles houthistes, qui contrôlent Sanaa ainsi que la plus grande partie du pays, ne répondent pas à cette annonce et tirent un missile sur la ville de Marib, occupée par les forces loyalistes. Le 26, le Conseil de transition du Sud, institution exécutive des forces séparatistes qui occupent Aden, proclame l’autonomie du sud du pays. Il accuse le gouvernement en exil à Riyad de ne pas avoir respecté un accord de paix et de partage du pouvoir conclu en novembre 2019. […] Lire la suite

6-21 décembre 2018 Yémen. Accord sur un retrait militaire à Hodeida.

Il s’agit de la première résolution relative au conflit depuis celle d’avril 2015 qui exigeait des rebelles qu’ils déposent les armes et se retirent de Sanaa. […] Lire la suite

22 janvier - 1er février 2018 Yémen. Plan d'aide saoudien et occupation d'Aden par les séparatistes sudistes.

Le 30, au terme de trois jours de combats, les forces séparatistes du Conseil de transition du Sud dirigé par Aidarous al-Zoubaidi s’emparent de la quasi-totalité de la ville d’Aden, capitale de substitution à Sanaa occupée par les rebelles houthistes depuis septembre 2014. Elles assiègent le palais présidentiel où est retranché le gouvernement d’Ahmed Ben Dagher dont elles réclament la démission, tandis que le président Abd Rabbo Mansour Hadi est réfugié à Riyad. […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SANAA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/sanaa/