CROISSANT FERTILE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entité géographique assez imprécise du Moyen-Orient. L'expression de Croissant Fertile, qui a surtout un intérêt historique, a été forgée par l'archéologue américain Breasted, au début du xxe siècle, pour désigner la région peuplée de sédentaires qui s'étend en fer à cheval autour de l'avancée du désert syro-arabique ou Badia ech-Cham (Chamiyé) : en gros Israël, le Liban, la côte, l'ouest et le nord de la Syrie et les plaines de Mésopotamie. Sa position lui donne dans l'histoire humaine une importance primordiale : situé entre l'Égypte et l'Iran qu'il relie comme une arche, au contact de l'Anatolie, entre la mer, la montagne et le désert, avec des ouverture sur l'Occident par la Méditerranée, sur l'Inde et l'Extrême-Orient par le golfe Persique, il est au centre de l'Orient. Cependant, le Croissant Fertile n'a pas de véritable unité naturelle, bien qu'il corresponde pour l'essentiel à l'auréole de terres suffisamment arrosées pour être cultivées qui entoure le désert syro-arabique. Les zones fortes et permanentes sont : d'une part, à l'ouest, la frange montagneuse humide de la côte méditerranéenne (Israël, Liban, côte syrienne) où s'épanouirent autrefois les civilisations cananéenne et phénicienne, peuplées aujourd'hui de minorités plus ou moins tournées vers l'Occident ; d'autre part, à l'est, les plaines de Mésopotamie irriguées par le Tigre et l'Euphrate, peuplées d'Arabes, et où se sont épanouies dans l'Antiquité les civilisations sumérienne et babylonienne ; entre les deux, les steppes de Djézireh, où les Arabes sont au contact des Kurdes, eurent un destin inégal : vouées naturellement aux cultures céréalières, elles furent souvent conquises par les pasteurs nomades et annexées ainsi au désert ; la Djézireh est, en effet, une maamoura, c'est-à-dire une zone de transition entre le monde sédentaire et le monde nomade. Les limites du Croissant Fertile vers l'intérieur désertique ont beaucoup varié au cours de l'histoire selon les rapports de force entre paysans et nomades. L'unité du Croissant Fertile a été assurée à certaines époques par les Assyriens, par les Omeyyades, par les Abbassides, par les Turcs.

—  Jean-Marc PROST-TOURNIER

Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification


Autres références

«  CROISSANT FERTILE  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Le peuple arabe

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 4 082 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Avant l'islam »  : […] Les Arabes d'Arabie se sont infiltrés il y a très longtemps dans le Croissant fertile (Mésopotamie, Syrie-Palestine) et en Égypte. La plupart de ceux qui s'installèrent en Syrie-Palestine et en Mésopotamie s'assimilèrent à la population araméenne dont ils adoptèrent la langue en même temps qu'ils se sédentarisaient. Il se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-le-peuple-arabe/#i_47628

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 601 mots

Dans le chapitre « Avant l'histoire »  : […] à l'Arabie, ne fut pas l'aboutissement d'une évolution économique autonome. Les cultivateurs néolithiques du Croissant fertile devaient déjà utiliser les herbages du désert, florissant en hiver et au printemps, pour y faire paître leurs troupeaux de petit bétail. Avec la domestication du dromadaire au cours de la seconde moitié du II […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabie/#i_47628

DJÉZIREH

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 328 mots

Plateau du Proche-Orient, à cheval sur la Syrie et l'Irak, la Djézireh doit son nom à sa situation entre le Tigre et l'Euphrate moyens : en arabe, al-Djazīra signifie l'île. Elle s'étend entre le rebord du Taurus, en Turquie, au nord, et la basse plaine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djezireh/#i_47628

NÉOLITHISATION - Afrique saharienne et subsaharienne

  • Écrit par 
  • Henri-Jean HUGOT
  •  • 3 487 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les données exactes du Néolithique africain »  : […] de plus en plus démontré que le climat et, partant, la végétation et le peuplement animal et humain de l'Afrique étaient, au début du Néolithique, très différents de ceux qui régnaient en Europe et au Moyen-Orient. C'est pourtant dans le Croissant fertile que les chercheurs européens sont allés chercher les bases de leur définition du Néolithique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neolithisation-afrique-saharienne-et-subsaharienne/#i_47628

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 333 mots
  •  • 25 médias

L'Orient arabe enfin se décompose en trois sous-ensembles : la zone égypto-soudanaise, sur l'axe du Nil ; le Croissant fertile, qui étend ses complexités naturelles et humaines du littoral méditerranéen aux vallées mésopotamiennes ; la péninsule arabe enfin, que son centre désertique n'a jamais fermée aux influences extérieures. Ce tableau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proche-et-moyen-orient-contemporain/#i_47628

SÉMITES

  • Écrit par 
  • André CAQUOT
  •  • 4 800 mots

des Indo-Européens ou des Ouraliens ils ont occupé une aire continue et bien délimitée comprenant la péninsule arabique, la steppe syro-arabe et ce que l'égyptologue américain J. H. Breasted a appelé le « Croissant fertile », à savoir la côte orientale de la Méditerranée depuis le Sinaï jusqu'au Taurus, la Syrie du Nord et la Mésopotamie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/semites/#i_47628

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « CROISSANT FERTILE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissant-fertile/