Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SUEZ AFFAIRE DE (1956)

Crise de Suez, 1956

Crise de Suez, 1956

Le 22 décembre 1956, le rembarquement du corps expéditionnaire franco-britannique à Port-Saïd (Égypte) illustre les nouveaux rapports de forces internationaux de l'après-1945. En nationalisant le 26 juillet 1956 le canal de Suez, le leader égyptien Nasser entendait affirmer la force du monde arabe et la fierté des nations ex-colonisées, au détriment des intérêts et de l'orgueil des puissances impérialistes européennes, affaiblies par la Seconde Guerre mondiale et la décolonisation. Mais la Grande-Bretagne d'Anthony Eden considère la préservation de son influence au Moyen-Orient comme le pilier essentiel de son statut de Grand, et la France, dirigée par Guy Mollet, espère éliminer en Nasser un soutien majeur des indépendantistes algériens. Elles réagissent en incitant les Israéliens à intervenir dans le Sinaï égyptien le 29 octobre, avant de débarquer elles-mêmes des troupes le 5 novembre à Port-Saïd. L'Union soviétique, pourtant engagée dans la répression de l'insurrection hongroise, pose immédiatement un ultimatum à Paris et à Londres qui, subissant les critiques des États-Unis, s'inclinent. En janvier 1957, Israël commence à évacuer à son tour le Sinaï, confortant l'aura internationale de Nasser. Moins pour la France, déjà vaincue en Indochine, que pour la Grande-Bretagne, Suez marque la prise de conscience de son déclassement international vis-à-vis des deux grandes puissances nucléaires. Quant au Proche et au Moyen-Orient, ils échappent à l'influence britannique pour devenir un enjeu durable de la guerre froide.

— Vincent GOURDON

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Crise de Suez, 1956

Crise de Suez, 1956

Autres références

  • ARABISME

    • Écrit par Universalis, Maxime RODINSON
    • 5 530 mots
    • 6 médias
    ...Tchécoslovaquie (sept. 1955). Le refus américain des crédits pour le barrage d'Assouan provoque, en réaction, la nationalisation du canal de Suez (juill. 1956). L'intervention anglo-franco-israélienne à Suez (oct.-nov. 1956), qui échoue du fait de la réaction américano-soviétique, radicalise...
  • ÉGYPTE - L'Égypte républicaine

    • Écrit par Universalis, Sandrine GAMBLIN, Robert SANTUCCI
    • 38 768 mots
    • 16 médias
    Nasser n'apprécie sans doute pas correctement les répercussions internationales de sa décision. Elle indigne les gouvernements et l'opinion en France et en Angleterre. Les pilotes de ces deux nations assurant le trafic maritime dans la voie d'eau sont rappelés et remplacés aussitôt par des Russes et...
  • GUERRE FROIDE

    • Écrit par André FONTAINE
    • 10 933 mots
    • 27 médias
    ...Quelques mois plus tard, le refus de Washington de participer au financement du barrage d'Assouan, indispensable au développement de l'économie égyptienne, amène Gamal Abdel Nasser à décider, en représailles, la nationalisation du canal de Suez (juill. 1956). La Grande-Bretagne ressent la décision comme...
  • JEUX OLYMPIQUES - Les boycottages des Jeux

    • Écrit par Pierre LAGRUE
    • 2 685 mots
    Vingt ans plus tard, en 1956, sept pays boycottent les Jeux de Melbourne, pour trois raisons différentes. Le monde est tout d'abord secoué par la crise de Suez. Le 26 juillet 1956, Gamal Abdel-Nasser, président de la République arabe d'Égypte, décrète la nationalisation du canal de Suez...
  • Afficher les 10 références

Voir aussi