PHILOSOPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Philosophie et enseignement en France

Aperçus historiques

La présence de la philosophie dans les matières d'enseignement secondaire est une caractéristique proprement française qu'on peut faire remonter, d'une part, à la création, en 1808, de l'Université de France et, d'autre part, à l'action personnelle d'un philosophe aujourd'hui largement oublié, Victor Cousin. Comprendre les enjeux contemporains de cet enseignement suppose qu'on remonte à cette double source.

Il y a eu, avant ces dates, un enseignement de philosophie, mais il était dispensé dans des établissements qu'on ne peut pas tout à fait appeler secondaires, et, surtout, la philosophie enseignée restait dépendante des études de théologie et ne s'écartait guère, sauf exception, d'un catalogue d'« opinions des philosophes ». Le cursus philosophicus commençait par la logique, se poursuivait par une métaphysique, quelquefois appelée ontologie, comprenant une physique et une pneumatologie. Cette dernière était à son tour divisée en deux parties traitant l'une de l'homme, l'autre de Dieu. L'étudiant devait choisir, parmi les thèses évoquées, les plus probables, à savoir les thèses thomistes ou, dès la fin du xviie siècle, cartésiennes, encore que d'un cartésianisme lui-même rendu dogmatique et livresque et retenant principalement la théorie des tourbillons, c'est-à-dire la physique. Bref, la philosophie tout entière était réduite d'une part à un art de raisonner et de convaincre, d'autre part à un art de se former des opinions probables. Tout autre enseignement relevait soit des sciences particulières, soit de la religion. La morale, en particulier, était vue comme une discipline non pas philosophique, mais religieuse.

Le rôle des idéologues

La période révolutionnaire, dont le combat fut de rendre à la raison sa pleine indépendance à l'égard de tout ce qui tend à la contraindre, favorisa l'émergence d'études ne reconnaissant aucune autre [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 32 pages



Médias de l’article

Henri Bergson

Henri Bergson
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Crédits : Hulton Getty

photographie

Nietzsche

Nietzsche
Crédits : ullstein bild/ ullstein bild/ Getty Images

photographie

Wittgenstein

Wittgenstein
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 8 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeur agrégé à l'Institut universitaire de formation des maîtres de Versailles
  • : maître de conférences honoraire de philosophie, université de Paris-Sorbonne
  • : professeur émérite de philosophie à l'université Jean-Moulin, Lyon

Classification


Autres références

«  PHILOSOPHIE  » est également traité dans :

ABSOLU

  • Écrit par 
  • Claude BRUAIRE
  •  • 4 206 mots

Le sens de ce terme paraît, d'entrée de jeu, nécessairement équivoque et polémique. L'absolu est le corrélat et le contraire du relatif, c'est donc une négation. Mais une notion d'où l'idée de rapport est absente est soustraite aux limitations, affranchie des variations, et désigne donc, positivement, l'achevé, le parfait. Cette ambiguïté sémantique ne relève donc pas d'une indécision de vocabulai […] Lire la suite

AFFECTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Marc RICHIR
  •  • 12 253 mots

Dans le chapitre « Difficultés du concept »  : […] C'est dans un contexte relativement indécis, aux frontières entre la philosophie et la psychologie, que le terme « affectivité » apparaît dans la seconde moitié du xix e  siècle, avec l'équivoque de désigner tout à la fois le pouvoir d'être affecté et le « système » des « affects », lesquels se distinguent des sensations en tant que celles-ci sont exogènes alors qu'ils sont censés être endogènes. […] Lire la suite

AGNOTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Mathias GIREL
  •  • 4 994 mots
  •  • 2 médias

Le terme « agnotologie » a été introduit par l’historien des sciences Robert N. Proctor (université de Stanford) pour désigner l’étude de l’ignorance et, au-delà de ce sens général, la « production culturelle de l’ignorance ». Si son usage académique semble assez circonscrit à la philosophie, l’histoire et la sociologie des sciences, il a largement essaimé vers le débat public et la presse dès 2 […] Lire la suite

ALBERT LE GRAND (1193?-1280)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 1 724 mots

Dans le chapitre « Le philosophe »  : […] L'œuvre philosophique d'Albert est de toute première importance : ses grandes paraphrases ( Physique , Métaphysique , De l'âme , De la nature et de l'origine de l'âme , De l'unicité de l'intellect , De l'intellect et de l'intelligible , Du bien , Éthique , œuvres de logique) des textes d'Aristote étudiés avec les Arabes ont été le principal agent de la diffusion en Occident des philosophies grecqu […] Lire la suite

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 026 mots

Dans le monde occidental, la notion d'âme s'est constituée lentement et ne remonte pas à la nuit des temps. On peut suivre les étapes qui jalonnent l'émergence d'un principe spirituel du vivant et qui aboutissent à sa justification philosophique par Platon et Aristote. Souvent remise en cause dans les écoles postérieures au profit de théories matérialistes ou mécanistes de l'âme, mais reprise avec […] Lire la suite

ANTIQUITÉ - Naissance de la philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 11 115 mots
  •  • 8 médias

On méconnaîtrait l'importance culturelle de la philosophie antique si l'on n'y voyait qu'une période – la première, donc la plus fruste – dans le développement d'une activité intellectuelle spécifique, et clairement définie, qui serait la philosophie. En réalité, l'Antiquité, et singulièrement l'Antiquité grecque, est le lieu de naissance de la philosophie, ce qu'on ne saurait dire au même titre […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture et philosophie

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 451 mots

Elles n'ont pas manqué, les tentatives extérieures de confrontation (et d'assimilation) de l'architecture et de la philosophie. Il s'agit le plus souvent d'entreprises conciliatrices, qui posent au départ l'architecture d'un côté et la philosophie de l'autre, et qui visent à montrer la fusion progressive des deux disciplines initialement séparées en un seul corps ou terme ultime. Le résultat n'est […] Lire la suite

ARISTOTE

  • Écrit par 
  • Pierre AUBENQUE
  •  • 23 833 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Être quelconque et être suprême »  : […] Cette dualité est déjà saisissable dans le célèbre Proœmium (Prologue) de la Métaphysique (A, 1 et 2), où Aristote analyse l'idée traditionnelle de la philosophie. S'il est clair que la philosophie est un savoir de type scientifique qui s'élève au-dessus de la sensation par l'intermédiaire de l'imagination, de la mémoire et de cette première forme de généralisation qu'est l'expérience, s'il est c […] Lire la suite

AVERROÈS, arabe IBN RUSHD (1126-1198)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 3 289 mots

En Islam, la philosophie inspirée des Grecs (la falsafa ) a eu une histoire complexe. Intégrant dès le début des éléments variés à son aristotélisme néo-platonisant, elle culmine en Orient avec Avicenne (Ibn Sīnā), dont la pensée devait connaître des développements nouveaux en Iran. Averroès (Ibn Rušd) est, symétriquement, le principal philosophe musulman de l'Occident, mais son projet et son des […] Lire la suite

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Avicenne est un des plus grands noms de la philosophie islamique et l'avicennisme se situe au carrefour de la pensée orientale et de la pensée occidentale. La forme du nom sous lequel Avicenne est traditionnellement connu dans l'histoire de la philosophie et de la médecine en Occident résulte d'une mutation de la forme authentique Ibn Sīnā, advenue au cours du passage de ce nom à travers l'Espag […] Lire la suite

AXIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 314 mots

Étude ou théorie (en grec : logos ) de ce qui est digne d'estime (en grec : axion ), de ce qui vaut, de ce qui peut être objet d'un jugement de valeur. Pratiquement, axiologie est synonyme de « philosophie des valeurs ». Cette philosophie s'est développée, depuis 1892, à la suite des travaux de H. Rickert, néo-kantien de l'école badoise. Pour Rickert, qui reprend une distinction de Kant, puis de F […] Lire la suite

ÉDUCATION - Philosophie de l'éducation

  • Écrit par 
  • Daniel HAMELINE
  •  • 2 340 mots
  •  • 1 média

Dans le dernier quart du xx e siècle, la pensée de l'éducation prend position en fonction d'une triple référence : l'histoire ancienne et moderne des rapports entre éducation et philosophie dans la culture occidentale ; la remise en question théorique et pratique de l'humanisme, liée à la domination contemporaine des sciences humaines et sociales sur la pensée ; l'ardente et triviale obligation – […] Lire la suite

BOÈCE (480-524)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 463 mots

L'œuvre de Boèce a été, pour le Moyen Âge et la Renaissance, une source fondamentale de réflexion philosophique. Elle a joué un rôle décisif dans la transmission de l'héritage de la philosophie antique à l'Occident médiéval et moderne. Les traductions latines et les adaptations de commentaires néo-platoniciens grecs d'Aristote, que Boèce a rédigées, ont initié le Moyen Âge à l'exégèse savante des […] Lire la suite

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Chaque semaine, les Français parient des millions d’euros au Loto national. Une telle passion semble avoir pour origines deux convictions. La première est que l’argent ferait le bonheur ou du moins y contribuerait puissamment. La seconde est que le bonheur relèverait de la chance, et qu’à l’inverse l’homme malheureux serait né sous une mauvaise étoile. N’est-ce pas ce qu’indique l’étymologie du mo […] Lire la suite

CHOSE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 746 mots

Terme de la langue ordinaire dont la référence, une fois exclus les êtres animés, est purement contextuelle : telle « chose difficile », c'est ce sur quoi porte mon action tandis que je parle ; « la chose en question », c'est ce dont nous nous entretenons sans lui donner son nom usité ; « dites quelque chose » signifie « dites n'importe quoi pourvu seulement que ce soit pertinent dans la situation […] Lire la suite

COMTE AUGUSTE (1798-1857)

  • Écrit par 
  • Bernard GUILLEMAIN
  •  • 9 458 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La loi des trois états »  : […] De toute façon, la science ne se constitue que progressivement. La formation de l'esprit positif dépend de la loi des trois états que Comte énonce déjà en 1822 dans le Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société . « Par la nature même de l'esprit humain, chaque branche de nos connaissances est nécessairement assujettie dans sa marche à passer successivement par trois éta […] Lire la suite

CONCEPT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 3 815 mots

Les théories de la connaissance s'accordent généralement à reconnaître qu'il y a essentiellement, dans l'être humain, deux modes de connaissances de la réalité, l'un qui porte directement sur le concret, saisi dans sa singularité, l'autre qui n'atteint le réel qu'à travers des déterminations de caractère abstrait (séparées des individus concrets en lesquels elles peuvent éventuellement se trouver […] Lire la suite

CONNAISSANCE

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL, 
  • Yves GINGRAS, 
  • Jean LADRIÈRE
  •  • 9 092 mots
  •  • 1 média

La connaissance désigne un rapport de la pensée à la réalité extérieure et engage la notion de vérité comme adéquation de l'esprit et de la chose. Par extension, le terme connaissance désigne le contenu de la pensée qui correspond à la nature de la chose visée, et s'oppose à erreur ou illusion. Ses caractères sont l'universalité et la nécessité, ce qui suppose de réfléchir sur la méthode propre […] Lire la suite

CONTRAT

  • Écrit par 
  • Georges ROUHETTE
  •  • 7 193 mots

On contracte les fièvres, des amitiés et des vices (ou de bonnes habitudes) ; on contracte aussi des dettes. Le verbe contracter suggère ainsi une image assez floue ; il évoque un « lien », matériel ou spirituel. Le substantif contrat paraît avoir une compréhension plus restreinte, sinon plus précise ; il ne connote plus que l'idée d'un rapport interpersonnel, moral ou social, et, notamment, juri […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14 février 2018 • France • Présentation du projet de réforme du baccalauréat.

, philosophie et dans deux matières de spécialité –, ainsi que celle de l’épreuve d’oral sur un projet préparé depuis la première doivent représenter 60 p. 100 de la note finale. La réforme fait disparaître les filières S, L et ES au profit de matières de spécialité étudiées en première et en terminale. Cette nouvelle formule du baccalauréat doit être inaugurée lors de la session 2021.  [...] Lire la suite

21-26 mars 2017 • Belgique • Suspension d’un professeur pro-vie de l’Université catholique de Louvain.

Le 21, l’association de défense des droits Synergie Wallonie révèle le contenu d’un document diffusé à ses élèves par un professeur de philosophie invité à l’université catholique de Louvain (UCL), Stéphane Mercier, qui présente l’avortement comme un « meurtre », « plus grave que le viol ». Le 24 [...] Lire la suite

2-11 avril 2013 • France • Retrait du grand rabbin Gilles Bernheim.

figure pas sur les listes des titulaires de l'agrégation, ce qui contredit la qualité d'« agrégé de philosophie » dont le grand rabbin se prévaut dans certaines de ses biographies. Le 9, Gilles Bernheim reconnaît l'usurpation du titre d'agrégé, affirmant s'être enfermé dans une position de « déni [...] Lire la suite

12 septembre - 7 octobre 1992 • Pérou • Arrestation du chef du Sentier lumineux.

Le 12, la police arrête Abimaël Guzman, chef du Sentier lumineux, ainsi que sept autres dirigeants du mouvement de guérilla maoïste, à Surco, au sud de Lima. Ancien professeur de philosophie, Abimaël Guzman avait fondé en 1970 le Parti communiste du Pérou-Sentier lumineux (P.C.P.-S.L., prochinois [...] Lire la suite

16-30 mars 1988 • France • Report de l'échéance de la bataille boursière autour de Télémécanique après l'élection présidentielle

un jeu boursier compliqué du fait de l'hostilité des salariés de Télémécanique à l'O.P.A. de Schneider, elle n'est pas sans contredire la philosophie libérale d'Édouard Balladur.  [...] Lire la suite

5-19 novembre 1986 • France • Prises de position du président François Mitterrand sur la défense, le code de la nationalité et les prisons privées

étrangers nés à l'étranger ne seraient plus automatiquement français à dix-huit ans, mais devraient en faire la demande. François Mitterrand exprime son désaccord sur ce texte déclarant, selon le porte-parole de l'Élysée, qu'il « s'inspirait d'une philosophie qu'il ne partageait [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques BILLARD, Jean LEFRANC, Jean-Jacques WUNENBURGER, « PHILOSOPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/