PHILOSOPHIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La philosophie française contemporaine

Les recherches et débats philosophiques, tant universitaires que médiatiques, semblent marqués, depuis les années 1980, par une nouvelle vitalité, due à une confiance retrouvée en la spécificité de la discipline, qui contraste avec son assujettissement aux problèmes et discours des sciences humaines durant les années 1960 (structuralisme de R. Barthes, de C. Lévi-Strauss, de J. Lacan...). Certes, l'activité philosophique en France (si l'on met à part le travail, rigoureux et inventif, de plusieurs générations d'historiens de la philosophie − F. Alquié, M. Guéroult, H. Gouhier, Y. Belaval... −, dont ce n'est pas le lieu de préciser les méthodes et les acquis) reste largement tributaire de la centralisation de la vie intellectuelle à Paris (du fait, entre autres, de la taille de ses institutions d'enseignement et de la concentration des rares maisons d'édition spécialisées en ce domaine), de l'influence de réseaux de revues et de groupes de pensée, liés à des institutions bien françaises (Écoles normales supérieures, Collège international de philosophie), du rôle sélectif et normatif, toujours privilégié, joué par le concours de l'agrégation dans la formation des universitaires.

Tous ces facteurs culturels peuvent expliquer, en partie, un style de pensée qui privilégie souvent la rhétorique brillante, s'adonne aux conflits de chapelle, témoigne d'une indifférence chronique aux problèmes concrets posés par les sciences ou par la société et se complaît parfois dans un vedettariat médiatique. Plus profondément, la philosophie française semble condamnée à un paradoxe chronique : d'un côté, elle reste fascinée par la philosophie allemande moderne (Nietzsche, Freud, Husserl, Heidegger), qui, depuis l'existentialisme de Sartre, a inspiré des lexiques et des problématiques, au point de faire tomber dans l'oubli la tradition française antérieure (Renouvier, Hamelin, Lagneau, Lequier, Lavelle, Alain, et même parfois Bergso [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 32 pages

Médias de l’article

Henri Bergson

Henri Bergson
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre

Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre
Crédits : Keystone/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Nietzsche

Nietzsche
Crédits : Ullstein Bild/ Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Wittgenstein

Wittgenstein
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur agrégé à l'Institut universitaire de formation des maîtres de Versailles
  • : maître de conférences honoraire de philosophie, université de Paris-Sorbonne
  • : professeur émérite de philosophie à l'université Jean-Moulin, Lyon

Classification

Autres références

«  PHILOSOPHIE  » est également traité dans :

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 431 mots
  •  • 3 médias

Des philosophes se sont dits et se disent encore analystes, à Cambridge, Lwow, Varsovie, Vienne, Prague, Oxford, Pittsburgh, Princeton... Avec l'appellation, ils ont en commun l'idée qu'un certain type d'analyse est philosophique, voire que la philosophie est analyse. Les maîtres mots : « phrase », « proposition », « signification », soulignent aussitôt le caractère linguistique de l'entreprise. […] Lire la suite

RÉALISME, philosophie

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 6 966 mots

Le mot « réalisme » a plusieurs acceptions. Le réalisme logique s'oppose au nominalisme, théorie des termes généraux : ceux-ci sont des noms d'entités pour le premier, des abréviations qui désignent collectivement des particuliers pour le second. Le réalisme métaphysique a pour antithèse l' idéalisme, que Berkeley appelle immatérialisme et qui consiste à nier l'existence d'une matière des corps, i […] Lire la suite

ÊTRE, philosophie

  • Écrit par 
  • Giulio GIORELLO
  •  • 4 682 mots

La « question sur l'être » traverse l'histoire de la philosophie. Pour certains, elle serait le motif même de cette histoire, les différences entre les philosophies découlant, au plus profond, de la diversité des réponses à la question sur l'être. Dans ces termes, l'histoire de la philosophie se confondrait avec l'histoire du sens de l'être ou, plus fortement encore, avec les modalités de la « dis […] Lire la suite

ESPRIT, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Universalis
  •  • 2 149 mots

Le concept d'« esprit », dont la spécificité a sans cesse fluctué à travers les différentes cultures et tout au long de l'histoire des idées, semble de nos jours être pris à nouveau comme référence majeure, notamment par des biologistes, qui y voient « un mot au sens suffisamment large pour pouvoir englober toutes les réactions, des plus élémentaires aux plus évoluées, c'est-à-dire depuis les trop […] Lire la suite

INTENTIONNALITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 282 mots

Notion phénoménologique dérivée d'une notion scolastique. La philosophie du Moyen Âge appelait intentio (intention) l'application de l'esprit à un objet ; dans cette application, l'esprit tend vers l'objet, il se dirige vers lui. S'agissant d'un objet de connaissance, l'intentio était dite formelle. S'agissant d'un objet voulu, l'intentio était dite volitive. C'est grâce à son maître Franz Brenta […] Lire la suite

EXPRESSION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 991 mots

Ensemble de données perceptives offertes par un être à un moment donné du temps et qui fonctionnent comme des signes manifestant, révélant ou trahissant les émotions, les sentiments et les intentions de cet être. Les sources historiques du concept d'expression appartiennent à la philosophie néo-platonicienne, au spinozisme et à la pensée leibnizienne, enfin à la philosophie hégélienne. Pour le néo […] Lire la suite

ESSENCE, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 493 mots

Important terme philosophique ayant une très longue histoire. L'essence d'un être, c'est ce qu'il est vraiment, ce qui fait qu'il est ce qu'il est. « L'essence coïncide avec ce qu'il y a de plus intime et de presque secret dans la nature de la chose, bref ce qu'il y a en elle d'essentiel » (É. Gilson : L'Être et l'essence ). C'est aussi ce qui d'un être est pensé comme immuable et éternel par oppo […] Lire la suite

HYPOSTASE, philosophie

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 321 mots

Du grec hupostasis , ce qui est en dessous, au fond, d'où le sens de dépôt (Aristote), de fondement, de structure, de réalité par opposition à quelque fruit de l'imagination (Aristote). Le terme n'acquiert de sens philosophique que tardivement. L'Épître aux Hébreux, où Jésus-Christ est dit « empreinte de l'hypostase du Père », est la première attestation d'un usage philosophique ambiant. On remarq […] Lire la suite

NON & NÉGATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 962 mots

Opérateur linguistique de la négation, « non » apparaît dans le dialogue ou dans l'interaction comme réponse à l'interlocuteur ou au partenaire et exprime soit le rejet d'une croyance, soit le refus de la poursuite d'un processus. On peut distinguer : La réponse à une simple interrogation, qui met fin à son indétermination et à son ambivalence : « As-tu bien dormi ? — Non ! » Le non équivaut à une […] Lire la suite

SITUATION, philosophie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 204 mots

La situation, ou situs , était une des dix catégories (concepts fondamentaux) d'Aristote : par exemple, être couché, être assis. Mais ce sont les philosophes contemporains (également les sociologues) qui ont élargi cette notion et imposé son crédit. Au sens le plus large, la situation est un état complexe résultant de l'interaction, à un moment déterminé, d'un vivant ou d'une personne avec son env […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Présentation du projet de réforme du baccalauréat. 14 février 2018

, philosophie et dans deux matières de spécialité –, ainsi que celle de l’épreuve d’oral sur un projet préparé depuis la première doivent représenter 60 p. 100 de la note finale. La réforme fait disparaître les filières S, L et ES au profit de matières de spécialité étudiées en première et en terminale. Cette nouvelle formule du baccalauréat doit être inaugurée lors de la session 2021. […] Lire la suite

Belgique. Suspension d’un professeur pro-vie de l’Université catholique de Louvain. 21-26 mars 2017

Le 21, l’association de défense des droits Synergie Wallonie révèle le contenu d’un document diffusé à ses élèves par un professeur de philosophie invité à l’université catholique de Louvain (UCL), Stéphane Mercier, qui présente l’avortement comme un « meurtre », « plus grave que le viol ». Le 24 […] Lire la suite

France. Retrait du grand rabbin Gilles Bernheim. 2-11 avril 2013

figure pas sur les listes des titulaires de l'agrégation, ce qui contredit la qualité d'« agrégé de philosophie » dont le grand rabbin se prévaut dans certaines de ses biographies. Le 9, Gilles Bernheim reconnaît l'usurpation du titre d'agrégé, affirmant s'être enfermé dans une position de « déni […] Lire la suite

Pérou. Arrestation du chef du Sentier lumineux. 12 septembre - 7 octobre 1992

Le 12, la police arrête Abimaël Guzman, chef du Sentier lumineux, ainsi que sept autres dirigeants du mouvement de guérilla maoïste, à Surco, au sud de Lima. Ancien professeur de philosophie, Abimaël Guzman avait fondé en 1970 le Parti communiste du Pérou-Sentier lumineux (P.C.P.-S.L., prochinois […] Lire la suite

France. Report de l'échéance de la bataille boursière autour de Télémécanique après l'élection présidentielle. 16-30 mars 1988

un jeu boursier compliqué du fait de l'hostilité des salariés de Télémécanique à l'O.P.A. de Schneider, elle n'est pas sans contredire la philosophie libérale d'Édouard Balladur. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques BILLARD, Jean LEFRANC, Jean-Jacques WUNENBURGER, « PHILOSOPHIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/