COUSIN VICTOR (1792-1867)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un ouvrier joaillier, Victor Cousin, après de brillantes études secondaires au lycée Charlemagne, entre, en 1810, à l'École normale supérieure, où il subit l'influence durable de Pierre Laromiguière ; celui-ci l'initia à la pensée de Locke et de Condillac, lui apportant la révélation et le goût de la philosophie qu'on n'enseignait pour ainsi dire pas à cette époque dans les lycées impériaux. En 1813, âgé de vingt et un ans, il est chargé de conférences de philosophie à l'École normale. Il est alors marqué par Royer-Collard, chef politique des doctrinaires et spécialiste de la philosophie écossaise ; en 1815, Cousin devient son assistant à la faculté des lettres. Après quelques mois d'enseignement, il entreprend un voyage en Allemagne afin d'y rencontrer les philosophes contemporains : Hegel, Schelling, Jacobi. Le projet lui en est venu en grande partie sous l'influence de Maine de Biran, qui l'avait notamment incité à lire Kant et avait attiré son attention sur l'importance de la philosophie allemande. À Heidelberg, en 1817, Cousin rencontre Hegel, et le jeune Français en pressent le génie particulier. En 1818, à Munich, il passe un mois en compagnie de Schelling et de Jacobi. Sans doute, ces contacts l'inclinent-ils à cet éclectisme qui deviendra bientôt la caractéristique de sa pensée.

En 1820, au moment de la réaction qui suivit l'assassinat du duc de Berry, Cousin, en raison de ses idées libérales, est privé de son poste d'assistant à la faculté des lettres. En 1822, l'École normale supérieure est fermée. C'est alors qu'il entreprend ses grandes éditions de Proclus et de Descartes, suivies, plus tard, par celles d'Abélard et de Maine de Biran, ainsi que sa traduction des œuvres de Platon. Lors d'un nouveau voyage en Allemagne, en 1824, il est arrêté à Dresde pour un motif politique et passe environ six mois en prison à Berlin ; pendant cette période, il lit Kant, Fichte, Jacobi et écr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  COUSIN VICTOR (1792-1867)  » est également traité dans :

ART POUR L'ART

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 088 mots

L'histoire littéraire tend à confondre l'art pour l'art et le cénacle poétique constitué autour de la revue Le Parnasse contemporain (1866) et consacré près de trente ans plus tard, en 1893, par la parution des Trophées de José Maria Heredia. Pourtant, l'idée que l'œuvre d'art n'a d'autre fin qu'elle-même est une préoccupation centrale des théories esthétiques du xix e  siècle, qui dépasse lar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-pour-l-art/#i_10594

COURIER PAUL-LOUIS (1772-1825)

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE, 
  • Universalis
  •  • 1 405 mots

Dans le chapitre « Bon écrivain »  : […] « Peu de matière et beaucoup d'art », écrivit Sainte-Beuve, et fort mal, à son ordinaire, comme si La Gazette du village de Véretz (Indre-et-Loire) ne composait pas du même coup celle de tous les villages de France, celle de toute la France ; comme si la Pétition aux deux Chambres , comme si le Simple Discours n'instruisaient pas le procès de la Restauration, du parti prêtre, du milliard pour le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-louis-courier/#i_10594

ÉCLECTISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 603 mots
  •  • 1 média

Tendance qui revient périodiquement dans l'histoire de la philosophie occidentale et qui consiste à choisir, dans des écoles ou des systèmes différents, des opinions, regardées par l'éclectique comme vraies au moins partiellement, pour en constituer un corps de doctrine censé représenter la vérité intégrale et la croyance générale de l'humanité. L'éclectisme suppose donc toujours l'existence d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eclectisme/#i_10594

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Victor Cousin »  : […] Pour de nombreux adversaires, l'enseignement philosophique des collèges parut le point faible par lequel on pouvait attaquer le monopole universitaire. À droite, les ultracléricaux, comme Jean-Marie de La Mennais ou Riambourg, dénonçaient cette orgueilleuse raison qui prétend se passer de toute Révélation ; à gauche, des socialistes, comme Pierre Leroux ou Joseph Ferrari, ne voulaient voir dans ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_10594

SPIRITUALISME

  • Écrit par 
  • Dominique JANICAUD
  •  • 2 202 mots

Dans le chapitre « La synthèse éclectique et Ravaisson »  : […] Comme le plus souvent dans l'histoire des idées, l'évolution ne s'est pas faite à partir d'un débat fondamental, mais en fonction d'une réaction de circonstance dirigée contre le matérialisme du xviii e  siècle. En 1812, Pierre Laromiguière, un des « idéologues » tancés par Napoléon, enseignait encore en Sorbonne le sensualisme de Condillac. Maine de Biran, Royer-Collard, Cousin entreprirent de dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/spiritualisme/#i_10594

Pour citer l’article

Louise LAMBRICHS, « COUSIN VICTOR - (1792-1867) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-cousin/