JAPON (Le territoire et les hommes)Histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Japon : drapeau

Japon : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Soldats russes

Soldats russes
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Officiers de l'armée coréenne, en 1910

Officiers de l'armée coréenne, en 1910
Crédits : Hulton Getty

photographie

Reddition chinoise

Reddition chinoise
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Nom officielJapon (JP)
Chef de l'Étatl'empereur Naruhito (depuis le 1er mai 2019)
Note :
Chef du gouvernementShinzō Abe (depuis le 26 décembre 2012)
CapitaleTōkyō
Langue officielleaucune 1
Note : Le japonais est la langue nationale

L'armée au pouvoir (1912-1945)

L'aventure de la démocratie parlementaire

La mort de l'empereur Meiji ne changeait rien en soi dans les données de la politique intérieure. Cependant, les dirigeants japonais eurent le sentiment qu'une ère était terminée. Depuis 1868, les hommes originaires de Chōshū et de Satsuma exerçaient une influence prépondérante auprès des grandes sociétés, telles que Mitsui, Mitsubishi, auprès des partis politiques, des nobles, et jusque dans le Conseil des genrō : en effet, Ōkuma, bien qu'ancien Premier ministre, avait été laissé en dehors de celui-ci, parce qu'il venait de l'ancien fief de Saga. Les officiers de Chōshū tenaient le commandement de l'armée de terre, ceux de Satsuma le commandement de la marine. Or la grande presse, alors en pleine progression, dénonçait l'oligarchie des han-batsu, les « castes des fiefs ». Et, depuis la guerre russo-japonaise et l'affaire Kōtoku, l'opinion publique avait beaucoup mûri. Le tout était de savoir comment de nouvelles influences pourraient pénétrer dans les milieux gouvernementaux.

Funérailles du mikado

Funérailles du mikado

Photographie

Les funérailles, en 1912, de l'empereur du Japon Mutsu-hito, qui inaugura l'ère Meiji en 1868. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le premier mouvement de sauvegarde de la Constitution

Saionji Kimmochi était Premier ministre. C'était un noble civil, mais vétéran de la guerre de 1868. Il avait succédé à Itō à la présidence de la Seiyūkai. Il bénéficiait de la réputation d'être libéral de tendance : au pouvoir déjà en 1906, il avait un moment toléré l'existence légale du Parti socialiste. La grande presse le soutenait. Il approuva la politique d'austérité proposée par le ministre des Finances, pour faire face à la crise économique latente. C'est alors que le ministre de l'Armée exigea le création de deux divisions nouvelles, afin de soutenir l'expansion japonaise sur le continent asiatique. Saionji refusa ; le ministre de l'Armée remit sa démission directement à l'empereur ; le commandement militaire ne désigna pas de nouveau ministre. Le cabinet Saionji fut acculé à la démission : l'armée avait renversé le gouvernement.

Saionji Kimmochi

Saionji Kimmochi

Photographie

L'ancien Premier ministre Saionji Kimmochi (1849-1940) est consulté par le gouvernement japonais sur la situation en Mandchourie. L'occupation de ce pays par les Japonais, en 1932, a provoqué la colère des Chinois. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Les libéraux, dont la Seiyūkai, déclenchèrent le mouvement dit de « sauvegarde de la Constitution ». De décembre 1912 à février 1913, e [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 61 pages




Écrit par :

  • : chercheuse au Centre Asie de l'Institut français des relations internationales
  • : directeur du centre Asie, Institut français de relations internationales
  • : directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : conservateur en chef du musée Guimet, directeur d'études à l'École pratique des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  JAPON  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel FAURE
  •  • 3 965 mots
  •  • 11 médias

L'archipel nippon appartient à l'ensemble des guirlandes insulaires qui bordent la façade orientale de l'Asie. Il est composé de six segments : l'archipel des Kouriles et l'est de l'île de Hokkaidō ; l'île de Sakhaline et le centre de Hokkaidō ; l'ouest de Hokkaidō et le nord de l'île de Honshū (ou Japon du Nord-Est) ; la partie centro-méridionale d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-geologie/

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 244 mots
  •  • 8 médias

Le Japon est situé à l'extrémité orientale du continent asiatique. Historiquement, il relève du monde culturel sinisé, et d'un Extrême-Orient par rapport à l'Europe. De nos jours, il fait économiquement et politiquement partie de la Triade, également composée de l'Amérique du Nord et de l'Europe occidentale. Par son avancée technologique, ses transformations sociales et ses hybridations culturelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-geographie/

JAPON (Le territoire et les hommes) - Droit et institutions

  • Écrit par 
  • Jacques ROBERT
  • , Universalis
  •  • 9 634 mots
  •  • 3 médias

Au cours d'un développement d'une vingtaine de siècles, le droit japonais a connu bien des transformations spontanées ou suscitées par des influences extérieures. Jusqu'au milieu du xixe siècle, ces influences venaient principalement des civilisations indienne et chinoise, et, pendant des milliers d'années, le droit japonais a évolué sous l'empire exc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-droit-et-institutions/

JAPON (Le territoire et les hommes) - L'économie

  • Écrit par 
  • Evelyne DOURILLE-FEER
  •  • 10 722 mots
  •  • 2 médias

Les racines de la puissance économique du Japon remontent à l'ère Meiji (1868-1912), lorsque le pays passe du féodalisme à la modernité. Le but de rattraper l'Occident soude la population dans un effort collectif, matérialisé par le décollage économique : la croissance du P.I.B. passe de 1,2 p. 100 par an, en moyenne, entre 1879 et 1885, à 4,3 p. 100 entre 1885 et 1898.Dès la fin du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-l-economie/

JAPON (Arts et culture) - La langue

  • Écrit par 
  • Bunkichi FUJIMORI
  •  • 2 784 mots
  •  • 3 médias

Le japonais, langue commune de quelque cent vingt millions de locuteurs, emprunte au chinois une partie importante de son vocabulaire et la base de son écriture, mais ses caractéristiques fondamentales sont totalement étrangères à celles du chinois. En revanche, le japonais présente des ressemblances frappantes avec le coréen et avec le groupe des langues d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-langue/

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le domaine des lettres comme en bien d'autres, les Chinois avaient été les initiateurs des Japonais. Avec l'écriture, en effet, ceux-ci avaient importé, entre le ive et le viiie siècle, à peu près tous les écrits de ceux-là. Mais après une période d'apprentiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 364 mots
  •  • 34 médias

Issu, comme tous les arts de l'Extrême-Orient, de la Chine qui lui a fourni techniques et modèles, l'art japonais se distingue, cependant, par l'originalité de ses créations.Son développement est scandé de périodes d'absorption, où se manifeste un intérêt avide pour les formules étrangères, et de périodes d'adaptation au cours desquelles se dégagent les te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-les-arts/

JAPON (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Hubert NIOGRET
  •  • 5 586 mots
  •  • 3 médias

Un échange permanent entre les influences étrangères et la transmission d'un patrimoine culturel national a caractérisé les débuts de l'industrie en devenir du cinéma japonais. La concentration industrielle dès le début des années 1910, la structuration en genres spécifiques établis dès 1921, un tournant de l'industrie vite enrayé par une catastrophe nationale en 1923 ont marqué le développement d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-le-cinema/

Voir aussi

Pour citer l’article

Céline PAJON, Valérie NIQUET, Paul AKAMATSU, Vadime ELISSEEFF, « JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/