YOSHINO SAKUZŌ (1878-1933)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Savant et homme politique japonais. Né dans le département de Miyagi, Yoshino Sakuzō fit ses études à l'université impériale de Tōkyō. Il fut invité en Chine pour enseigner le droit à l'école Beiyang, de 1906 à 1909. De retour au Japon, il devint maître de conférences avant de repartir en voyage aux États-Unis et en Europe, et d'être nommé professeur à l'université impériale de Tōkyō, en 1914. Pendant la Première Guerre mondiale, il débuta dans les activités politiques en publiant des articles favorables à une application démocratique de la Constitution de Meiji, dans la revue Chūōkōron. Il avait été influencé dans sa jeunesse par le socialisme d'inspiration protestante et il s'intéressa également au mouvement ouvrier : il fit partie des fondateurs de la Yūaikai, qui fut à l'origine du syndicat Sōdōmei. Par ailleurs, il animait des sociétés d'hommes de lettres ou d'étudiants, tant pour promouvoir la démocratie que pour tenter d'améliorer les relations sino-japonaises qui s'étaient dégradées depuis 1915. Mais, après la Première Guerre mondiale, il fut à la fois repoussé par les anarchistes, les socialistes de gauche puis les communistes, blâmé par les traditionalistes et rejeté par les partis politiques représentés au Parlement. Il dut abandonner sa chaire d'université, quitter même le journal Asahi dans lequel il était entré en 1924. Il s'inscrivit au Parti socialiste populaire (Shakai-minshūtō), de tendance sociale-démocrate, en 1926, et consacra ses dernières années à l'édition d'une collection d'œuvres rares publiées sous Meiji (notamment des écrits des premiers socialistes japonais), encore très estimée de nos jours. Il mourut en assistant, impuissant, à l'ascension du pouvoir militaire, pendant l'invasion de la Mandchourie.

—  Paul AKAMATSU

Écrit par :

Classification


Autres références

«  YOSHINO SAKUZO (1878-1933)  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « Le premier mouvement de sauvegarde de la Constitution »  : […] Saionji Kimmochi était Premier ministre. C'était un noble civil, mais vétéran de la guerre de 1868. Il avait succédé à Itō à la présidence de la Seiyūkai. Il bénéficiait de la réputation d'être libéral de tendance : au pouvoir déjà en 1906, il avait un moment toléré l'existence légale du Parti socialiste. La grande presse le soutenait. Il approuva la politique d'austérité proposée par le ministr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_44544

Pour citer l’article

Paul AKAMATSU, « YOSHINO SAKUZŌ (1878-1933) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yoshino/