JAPON (Le territoire et les hommes)Histoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'époque des grandes sépultures (IIIe-VIe s.)

Les guerriers de l'âge de fer

C'est sur un riche fond agricole que s'affermirent ou se greffèrent, suivant les théories, les clans guerriers qui, à partir du iiie siècle de notre ère, bâtirent les imposants tumuli de l'époque des grandes sépultures (kofun jidai), dite aussi du Yamato (Yamato jidai). Extrêmement divers dans leurs formes, leurs dimensions, leur orientation et leur groupement, ces tombeaux présentent tous la caractéristique d'être architecturés et d'être ou d'avoir été primitivement entourés d'un fossé. Les plus nombreux d'entre eux reproduisent extérieurement la forme caractéristique dite « en trou de serrure » (zempōkōen, litt. « avant carré, arrière circulaire »). Tels sont, par exemple, les kofun des empereurs Ōjin ou Nintoku, dont la régularité de plan et les larges proportions sont si frappantes quand on survole Ōsaka. Composées d'une chambre funéraire appareillée, voûtée ou non, précédée ou non d'un couloir d'accès, ces sépultures renferment – ou renfermaient, car la plupart ont été pillées –, cistes ou sarcophages en pierre contenant les dépouilles mortelles et les objets personnels des défunts. Si les grands kofun impériaux n'ont encore jamais, par respect pour la personnalité du mort, donné lieu à des fouilles officielles, les tombes ordinaires font chaque année l'objet de fouilles et de travaux nombreux qui permettent d'établir des chronologies régionales et d'étudier, d'après la disposition des sépultures, l'organisation des groupes sociaux de cette époque et leur développement tant religieux que matériel. Une branche importante de cette étude est représentée par les recherches de plus en plus nombreuses sur la décoration intérieure des kofun ; il faut citer à ce sujet le groupe particulier des sépultures du Nord-Kyūshū et de la région de Kumamoto, dont l'ornementation peinte est une version japonaise des tombes à peintures chinoises et coréennes. Ces grandes tombes – qui, du sud jusqu'au nord (Miyagi-ken), couvrirent alors le Japon – ainsi que leur mobilier, en particulier des statuettes en terre (haniwa) de taille parfois considérable et aux formes les plus diverses, livrent donc des indications de première importance sur la vie et les croyances de cette époque. On suppose qu'alors s'élabora le shintoïsme primitif, avec la conscience d'un panthéisme omniprésent, la nécessité d'une purification totale de tout ce qui était visible. À ces renseignements archéologiques s'ajoutent les récits des annalistes chinois qui, dès le iiie siècle, mentionnent les premiers groupements de tribus (wa-jin en japonais) auxquels succéda le royaume de Wa cité dans l'histoire des Song (420-479). Et, dès 478, le seigneur du Yamato (ou Grand Wa) se vantait, dans une lettre à la cour de Chine, de commander à tous les territoires situés à l'ouest de l'archipel. Avec l'époque des grandes sépultures, le Japon se trouve donc à l'aube de l'époque historique.

Haniwa

Photographie : Haniwa

Statuette d'argile (haniwa) du VIe siècle représentant un guerrier casqué, Japon. Fitzwilliam Museum, université de Cambridge, Grande-Bretagne. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Le royaume du Yamato

Par quels chemins cette puissante cour de Yamato (Yamato chōtei) en était-elle arrivée à se constituer, il est difficile de le savoir. On relate dans les Annales des Wei la formation au iiie siècle d'un pays de Yamatai qui aurait regroupé plus de trente petits États entre les mains de la célèbre princesse Pimiko ; celle-ci aurait pris, dès 240, l'initiative de relations diplomatiques avec la Chine, poussée en cela peut-être par l'attitude belliqueuse des roitelets ses voisins. Pimiko était, dit-on, une prêtresse chamane et, après sa mort, le royaume de Yamatai fut dirigé par des hommes qui laissèrent se relâcher les liens avec la Chine. Est-ce là l'ancêtre de la puissante cour de Yamato qui apparaît toute constituée au ve siècle ? Énigme insoluble pour le moment, d'autant plus que les thèses s'affrontent sur la situation même du royaume de la princesse Pimiko : les uns le placent au Kyūshū et les autres dans l'actuelle plaine du Yamato.

Quoi qu'il en soit, le seigneur du Yamato devint une autorité centrale dont les représentants étaient les chefs régionaux. Le premier pas vers l'unité était accompli. Peut-être est-ce en Corée qu'il faut en chercher l'un des puissants facteurs. Dès la première moitié du iiie siècle, le Japon accueillit en effet une émigration coréenne, fuyant la domination chinoise que les Wei tentèrent un temps de restaurer, après avoir affermi leurs positions sur deux des quatre anciennes préfectures chinoises établies en 108 avant notre ère. Ce cour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 61 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Japon : drapeau

Japon : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Soldats russes

Soldats russes
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Officiers de l'armée coréenne, en 1910

Officiers de l'armée coréenne, en 1910
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Reddition chinoise

Reddition chinoise
Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

photographie

Afficher les 51 médias de l'article

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS
  • : conservateur en chef du musée Guimet, directeur d'études à l'École pratique des hautes études en sciences sociales
  • : directrice du centre Asie, Institut français de relations internationales
  • : chercheuse au Centre Asie de l'Institut français des relations internationales

Classification

Autres références

«  JAPON  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel FAURE
  •  • 3 970 mots
  •  • 11 médias

L'archipel nippon appartient à l'ensemble des guirlandes insulaires qui bordent la façade orientale de l'Asie. Il est composé de six segments : l'archipel des Kouriles et l'est de l'île de Hokkaidō ; l'île de Sakhaline et le centre de Hokkaidō ; l'ouest de Hokkaidō et le nord de l'île de Honshū (ou Japon du Nord-Est) ; la partie centro-méridionale d […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 13 248 mots
  •  • 7 médias

Le Japon est situé à l'extrémité orientale du continent asiatique. Historiquement, il relève du monde culturel sinisé, et d'un Extrême-Orient par rapport à l'Europe. De nos jours, il fait économiquement et politiquement partie de la Triade, également composée de l'Amérique du Nord et de l'Europe occidentale. Par son avancée technologique, ses transformations sociales et ses hybridations culturelle […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 082 mots
  •  • 49 médias

Dans l'histoire de l'Asie, le Japon occupe une place particulière du fait de son insularité. On l'a souvent comparée à celle de l'Angleterre dans l'histoire de l'Europe. Mais cette similitude géographique ne doit pas masquer les dissemblances qui, de fait, ont donné au Japon l'élément essentiel de son originalité et le caractère spécifique de son évolution historique.L'Angleterre, face à l'Europe, […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - Droit et institutions

  • Écrit par 
  • Jacques ROBERT
  • , Universalis
  •  • 9 635 mots
  •  • 3 médias

Au cours d'un développement d'une vingtaine de siècles, le droit japonais a connu bien des transformations spontanées ou suscitées par des influences extérieures. Jusqu'au milieu du xixe siècle, ces influences venaient principalement des civilisations indienne et chinoise, et, pendant des milliers d'années, le droit japonais a évolué sous l'empire exc […] Lire la suite

JAPON (Le territoire et les hommes) - L'économie

  • Écrit par 
  • Evelyne DOURILLE-FEER
  •  • 10 723 mots
  •  • 2 médias

Les racines de la puissance économique du Japon remontent à l'ère Meiji (1868-1912), lorsque le pays passe du féodalisme à la modernité. Le but de rattraper l'Occident soude la population dans un effort collectif, matérialisé par le décollage économique : la croissance du P.I.B. passe de 1,2 p. 100 par an, en moyenne, entre 1879 et 1885, à 4,3 p. 100 entre 1885 et 1898.Dès la fin du […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La langue

  • Écrit par 
  • Bunkichi FUJIMORI
  •  • 2 785 mots
  •  • 3 médias

Le japonais, langue commune de quelque cent vingt millions de locuteurs, emprunte au chinois une partie importante de son vocabulaire et la base de son écriture, mais ses caractéristiques fondamentales sont totalement étrangères à celles du chinois. En revanche, le japonais présente des ressemblances frappantes avec le coréen et avec le groupe des langues d […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 418 mots
  •  • 2 médias

Dans le domaine des lettres comme en bien d'autres, les Chinois avaient été les initiateurs des Japonais. Avec l'écriture, en effet, ceux-ci avaient importé, entre le ive et le viiie siècle, à peu près tous les écrits de ceux-là. Mais après une période d'apprentiss […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Les arts

  • Écrit par 
  • François BERTHIER, 
  • François CHASLIN, 
  • Nicolas FIÉVÉ, 
  • Anne GOSSOT, 
  • Chantal KOZYREFF, 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Françoise LEVAILLANT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Shiori NAKAMA, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  • , Universalis
  •  • 56 382 mots
  •  • 34 médias

Issu, comme tous les arts de l'Extrême-Orient, de la Chine qui lui a fourni techniques et modèles, l'art japonais se distingue, cependant, par l'originalité de ses créations.Son développement est scandé de périodes d'absorption, où se manifeste un intérêt avide pour les formules étrangères, et de périodes d'adaptation au cours desquelles se dégagent les te […] Lire la suite

JAPON (Arts et culture) - Le cinéma

  • Écrit par 
  • Hubert NIOGRET
  •  • 5 587 mots
  •  • 2 médias

Un échange permanent entre les influences étrangères et la transmission d'un patrimoine culturel national a caractérisé les débuts de l'industrie en devenir du cinéma japonais. La concentration industrielle dès le début des années 1910, la structuration en genres spécifiques établis dès 1921, un tournant de l'industrie vite enrayé par une catastrophe nationale en 1923 ont marqué le développement d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul AKAMATSU, Vadime ELISSEEFF, Valérie NIQUET, Céline PAJON, « JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/