INSECTES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grandes lignes de la morphologie

Les Insectes, à l'instar des autres Arthropodes, sont caractérisés par un corps segmenté et la présence d'un exosquelette articulé. Mais ils se distinguent des autres groupes par des modifications de cet exosquelette et des appendices (fig. 4). Les insectes adultes possèdent tous un nombre d'appendices locomoteurs articulés réduit à six et un corps constitué en trois parties (tête, thorax, abdomen). Ces régions, ou tagmes, sont elles-mêmes formées d'un nombre constant de segments, ou somites (tabl. 1). En dehors de ces constantes, les déclinaisons possibles des données anatomiques sont aussi variées que le nombre d'espèces existantes.

Insecte : morphologie

Dessin : Insecte : morphologie

Les différentes parties du corps d'un insecte (d'après : Snodgrass, 1935). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Insectes : constitution du corps

Tableau : Insectes : constitution du corps

Constitution du corps des Insectes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Tégument

La cuticule

La cuticule est un élément clé pour les Insectes. Elle fournit un exosquelette rigide au corps et aux pattes. Des replis internes, ou apodèmes, pouvant s'invaginer profondément, servent de support aux muscles. La cuticule est aussi le matériel constitutif des ailes des Ptérygotes. Elle joue également le rôle d'isolant entre les tissus vivants et le milieu externe. Une des fonctions les plus importantes de la cuticule consiste à éviter les déperditions d'eau, incompatibles avec un mode de vie aérien.

Bien que la cuticule soit fine, sa structure n'en est pas moins complexe (fig. 5). Une unique couche de cellules épidermiques sécrète la cuticule, qui est constituée d'une procuticule (10 μm à 0,5 mm d'épaisseur) recouverte par une épicuticule (0,1 μm à 3 μm). L'épicuticule ne contient pas de chitine ; elle est imperméable à l'eau grâce à une couche superficielle de cires. La procuticule est constituée d'un grand nombre de fibres de chitine complexées avec des protéines lui procurant dureté et flexibilité. Elle est elle-même composée d'une endocuticule souple et recouverte par une exocuticule tannée et rigide.

Cuticule

Dessin : Cuticule

Structure de la cuticule des Insectes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'exosquelette

L'exosquelette de l'insecte se compose de pièces rigides (les sclérites) articulées entre elles par des membranes souples (fig. 6). Un somite est typiquement constitué des sclérites suivants : le tergite (ou tergum) dorsal, le sternite (ou sternum) ventral et deux pleurites (ou pleures) latéraux. Les pattes s'insèrent entre le sternite et le pleurite, les ailes entre le tergite et le pleurite. Les pleurites de l'abdomen sont souvent séparés des tergites et des sternites par des parties membraneuses bien développées, alors qu'au niveau du thorax les sclérites sont soudés et constituent ainsi une boîte qui contient les insertions des muscles des pattes et des ailes. Au niveau de la tête, tous les sclérites sont soudés en une capsule rigide.

Somites thoracique et abdominal

Dessin : Somites thoracique et abdominal

Coupes transversales (simplifiées) d'un somite thoracique (a) et d'un somite abdominal (b), montrant les régions rigides et souples de la cuticule. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Constitution générale du corps (tagmes)

La tête

La tête de la plupart des insectes est organisée de façon que les pièces buccales soient orientées de haut en bas (position hypognathe), mais on trouve également des orientations plus spécialisées, vers l'avant (prognathe) ou vers l'arrière (opisthognathe) comme chez les pucerons et les cigales. La tête des insectes se présente comme une capsule rigide où sont concentrés les appendices consacrés à la nutrition (pièces buccales) et les principaux organes sensoriels tels que les yeux, les ocelles (yeux simples) et les antennes (fig. 7). La partie antérieure de la tête est divisée en régions par des lignes de suture plus ou moins visibles. Les yeux composés sont disposés plus ou moins latéralement (entre le vertex et la géna). Les antennes sont positionnées plus en avant. Chez de nombreux insectes, trois ocelles se situent sur la partie antérieure du vertex et sur le front.

Les pièces buccales

Les pièces buccales s'articulent sur la partie inférieure, membraneuse, de la surface de la tête et comprennent le labre, les mandibules, les maxilles, le labium et l'hypopharynx. Seuls les mandibules, les maxilles et le labium sont considérés comme des appendices de somites céphaliques (tabl. 1).

Insectes : constitution du corps

Tableau : Insectes : constitution du corps

Constitution du corps des Insectes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le labre, ou lèvre supérieure (avec une surface ventrale appelée épipharynx), est un sclérite céphalique qui forme le toit de la cavité préorale et de la bouche et recouvre la base des mandibules. Ces dernières constituent, avec les maxilles, les palpes labiaux et, chez certaines espèces, l'hypopharynx, les pièces mobiles de la bouche. Les mandibules coupent, broient la nourriture et sont utilisées pour la défense ou l'attaque. Elles peuvent être extrêmement dures et permettre ainsi aux termites ou aux hannetons de forer, sans difficultés particulières, des passages dans des feuilles de métal (cuivre, zinc ou plomb). Les maxilles se situent en arrière des mandibules et en avant du labium. Elles sont constituées d'une partie basale (cardo et stipes) sur laquelle sont fixées, sur la partie interne, la lacinia et la galea, et, sur la face externe, un palpe maxillaire segmenté. La lacinia, souvent dentée, seconde la mandibule, alors que le palpe (1 à 7 segments) a principalement un rôle d'organe sensoriel. Le labium est formé de la soudure des secondes maxilles et joue le rôle de lèvre inférieure. Enfin l'hypopharynx est structuralement assimilable à la langue, avec notamment, à sa base, l'arrivée des conduits salivaires.

L'organisation des pièces buccales décrite ci-dessus correspond à celle d'insectes omnivores tels que les Orthoptères (criquets, grillons, sauterelles), c'est-à-dire de type coupeur-broyeur primitif existant chez les Ptérygotes ancestraux. Des modifications très importantes de cette disposition de base sont intervenues avec la spécialisation du régime alimentaire au cours de l'évolution, chez les Lépidoptères (appareil suceur des papillons), les Diptères (type aspirant de la mouche ou piqueur-suceur du moustique), les Hyménoptères (type lécheur de l'abeille) ou les Hémiptères (type piqueur-suceur des punaises). En fait, les pièces buccales sont représentatives, aussi bien du régime alimentaire, que de la consistance de l'aliment lui-même. Ainsi, des insectes piqueurs (punaises) pourront avoir des pièces buccales comparables, qu'ils se nourrissent de sève ou de sang.

Phasia hemiptera sur une fleur de chardon bleu

Photographie : Phasia hemiptera sur une fleur de chardon bleu

L'alophore hémiptère femelle injecte ses œufs dans des punaises vivantes pour qu'ils s'y développent. 

Crédits : K. Menden/ Shutterstock

Afficher

Le thorax

Le thorax, qui forme la partie médiane de l'insecte, est composé de trois segments : le prothorax, le mésothorax et le métathorax (fig. 4). Une paire de pattes s'articule avec les pleures au niveau de chaque segment. Les tergites thoraciques dorsaux sont appelés nota (ou plaques notales). À l'origine, ces trois segments étaient, et sont encore chez les espèces aptères et les insectes immatures, de taille similaire. Cependant, chez les Ptérygotes, les méso- et méta-thorax se sont relativement élargis afin de supporter les ailes et la puissante musculature associée. Les ailes s'attachent au voisinage de la région pleurale et s'articulent au bord des plaques notales.

Insecte : morphologie

Dessin : Insecte : morphologie

Les différentes parties du corps d'un insecte (d'après : Snodgrass, 1935). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les pattes possèdent six segments, qui sont, du plus proximal au plus distal, la coxa (hanche), le trochanter, le fémur, le tibia, le tarse et le prétarse qui porte les griffes (fig. 8). Le tarse est subdivisé en plu [...]

Patte d'un criquet

Dessin : Patte d'un criquet

Patte postérieure d'un criquet (d'après : Snodgrass, 1935). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 20 pages

Médias de l’article

Classifications diverses

Classifications diverses
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Classification des insectes

Classification des insectes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Aile

Aile
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Chenille du sphinx du tabac

Chenille du sphinx du tabac
Crédits : S. Bower/ Shutterstock

photographie

Afficher les 35 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  INSECTES  » est également traité dans :

DÉCOUVERTE DES DÉFENSES IMMUNITAIRES DES INSECTES

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 659 mots

Ilia (Élie) Metchnikov démontre, en 1882, la capacité des cellules intestinales de l’étoile de mer à ingérer et détruire des particules étrangères, dont les microbes. Il appelle ces cellules des « phagocytes ». Ce phénomène, la phagocytose, est universel ; c’est une réponse défensive spontanée, innée. À partir de 1890, […] Lire la suite

SURVEILLANCE DES INSECTES VECTEURS

  • Écrit par 
  • Yannick SIMONIN
  •  • 3 406 mots
  •  • 5 médias

L’extension géographique desmaladies à transmission vectorielle comme le paludisme ou le chikungunya, à travers tous les continents, représente un problème majeur de santé publique. Elle résulte principalement de l’intensification de la mondialisation des échanges de biens et des mouvements de personnes, notammen […] Lire la suite

ABEILLE

  • Écrit par 
  • Catherine BLAIS
  •  • 653 mots
  •  • 2 médias

Insecte dont le plus connu est l'abeille domestique vivant dans une ruche et produisant du miel . Classe : Insectes ; ordre : Hyménoptères ; super-famille : Apoïdés. Les Abeilles rassemblent deux familles, les Sphécidés (7 700 espèces, toutes solitaires) et les Apidés, comprenant 20 000 espèces dans le monde entier, dont moins de 15 p. 100 sont sociales. C'est le cas des espèces classées dans le […] Lire la suite

ANGIOSPERMES

  • Écrit par 
  • Sophie NADOT, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 6 122 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Angiospermes et relations avec les autres êtres vivants »  : […] Peu d’Angiospermes vivent de façon totalement autonome, sans interactions avec d’autres êtres vivants au sein de leur écosystème. Ces interactions peuvent être des relations symbiotiques qui impliquent une interaction physique étroite, des relations mutualistes dans lesquelles chaque partenaire tire un bénéfice de l’interaction, ou des relations de parasitisme dans lesquelles l’un des partenaires […] Lire la suite

ANIMAUX MODES D'ALIMENTATION DES

  • Écrit par 
  • René LAFONT, 
  • Martine MAÏBECHE
  •  • 4 302 mots

Dans le chapitre « Le régime carnivore »  : […] La majorité des animaux carnivores (qu'il ne faut pas confondre avec le taxon des Carnivores) sont des carnassiers prédateurs : la masse alimentaire est mobile et il y a nécessité de capturer la proie avant ingestion, avec des organes spécialisés (pouvant déverser des venins toxiques) et grâce à des comportements spécifiques. Comme le font certaines plantes, les animaux qu'attaquent les prédateu […] Lire la suite

ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

  • Écrit par 
  • Catherine ZILLER
  •  • 4 440 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Déterminisme de la gamétogenèse »  : […] Quel est le déterminisme de l'état sexuel, c'est-à-dire de l'état physiologique dans lequel doit se trouver un organisme pour que ses cellules germinales, ségrégées tôt ou tard des autres lignées cellulaires, se différencient en subissant la gamétogenèse ? La question se pose d'une part pour les animaux chez lesquels le cycle biologique comporte les deux modes de reproduction, agame et sexuée ; […] Lire la suite

ANOPLOURES

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 1 024 mots
  •  • 10 médias

Les Anoploures ou poux sont des insectes aptères, ectoparasites des mammifères dont ils sucent le sang. L'adaptation parasitaire se traduit chez eux par des caractères régressifs comme l'absence d'ailes, mais aussi par la différenciation de griffes préhensiles qui leur permettent de s'accrocher aux poils, et par la spécialisation poussée de leur appareil buccal hématophage. Leur développement se […] Lire la suite

APICULTURE

  • Écrit par 
  • Minh-Hà PHAM-DELÈGUE
  •  • 1 257 mots
  •  • 1 média

Dès la Préhistoire, l'homme a exploité des capacités de l'abeille Apis mellifera L . à produire du miel à partir du nectar de fleurs, ce qui a permis le développement d'une véritable domestication de l'abeille à partir du xviii e  siècle en Europe. On peut définir l'apiculture comme l'art d'élever les abeilles en vue, principalement, de la récolte du miel et de la cire. D'autres produits, comm […] Lire la suite

APTÉRYGOTE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves TOULLEC
  •  • 426 mots
  •  • 3 médias

Le terme aptérygote a été utilisé en classification jusque dans les années 1980 pour désigner les insectes chez lesquels l'absence d'ailes est un caractère originel et non une perte secondaire liée au phénomène d'adaptation. S'opposant aux ptérygotes (insectes pourvus d'ailes), il comprenait les diploures, les protoures, les collemboles et les thysanoures, c'est-à-dire les insectes les plus […] Lire la suite

ARAIGNÉES ou ARANÉIDES

  • Écrit par 
  • Christine ROLLARD
  •  • 5 367 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les ennemis des araignées »  : […] Les araignées, tout en étant elles-mêmes de redoutables prédatrices, sont les proies d'une grande variété d'animaux, et ce à n'importe quel stade de leur développement. Parmi les prédateurs occasionnels, c'est-à-dire qui se nourrissent d'araignées entre autres proies, il faut bien sûr compter les araignées elles-mêmes et d'autres arachnides tels que les scorpions, les solifuges, les pseudo-scorpi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René LAFONT, Jean-Yves TOULLEC, « INSECTES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/insectes/