Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

OISEAUX

On connaît plus de 9 800 espèces d'oiseaux vivants. Les spécialistes ne sont pas d'accord sur la classification des oiseaux les plus évolués, les passereaux. En effet, en raison du très petit nombre de fossiles et des grandes ressemblances entre espèces, on n'est pas encore parvenu à établir un arrangement qui fasse l'unanimité. On trouvera ici le système adopté par Peters et revu par Fisher (cf. tableau). La classification des oiseaux ne peut donc être considérée comme définitivement établie et cette situation est très ancienne ; parmi les systèmes qui eurent le plus de succès autrefois, mais dont les insuffisances sont dues à leur simplicité même, il faut citer celui de Cuvier qui divisait les oiseaux en six groupes : échassiers, palmipèdes, rapaces, gallinacés, grimpeurs et passereaux.

Ordres d'Oiseaux vivants et fossiles

Ordres d'Oiseaux vivants et fossiles

Ordres d'Oiseaux vivants et fossiles

Ordres d'Oiseaux vivants et fossiles

Les oiseaux sont des vertébrés couverts de plumes, aux membres antérieurs transformés en ailes (fonctionnelles ou non) et dont les membres postérieurs, seuls, servent normalement à la progression sur le sol ou dans l'eau. En outre, et sauf exceptions, ils sont homéothermes. Tous sont ovipares, c'est-à-dire pondent des œufs entourés d'une coquille dure. Leurs mâchoires sont revêtues d'une enveloppe cornée, le bec.

Aigle

Aigle

La faculté de voler sépare radicalement les oiseaux des autres vertébrés – les chauves-souris mises à part – et c'est chez eux qu'elle atteint son plus haut degré de perfection. En fait, l'anatomie et la physiologie des oiseaux tendent à favoriser au maximum le vol : absence de vessie, d'ovaire droit fonctionnel, peau dépourvue de glandes, digestion rapide, métabolisme très actif, homéothermie, allégement du squelette. On distingue le vol battu, au cours duquel l'oiseau avance dans l'espace en battant des ailes, du vol plané, qui est une glissade sur les ailes étendues une fois que la vitesse acquise par le vol battu est suffisante, et du vol à voile, celui des grands rapaces et des marabouts qui s'élèvent grâce aux courants d'air chaud. Le maintien dans l'air est assuré non seulement par les mouvements des ailes mais aussi et surtout par les différences de pression qui existent entre les deux faces de l'aile dont l'angle d'attaque est plus ou moins prononcé. La propulsion dépend surtout du mouvement d'abaissement des ailes. Le vol battu est d'autant plus rapide que l'oiseau a des ailes étroites et allongées. Les plus grandes vitesses enregistrées dans des conditions où le vent était nul sont de 280 km/h ( faucon pèlerin en piqué) et 90 km/h ( pigeon). Quelques oiseaux sont incapables de voler (autruche, casoars, émeu, nandous, aptéryx ou kiwis, divers râles, tous les manchots).

Autruche

Autruche

Émeu

Émeu

Nandou

Nandou

Kiwi

Kiwi

Manchots royaux

Manchots royaux

L'étude de l'anatomie comparée donne de nombreux renseignements qui permettent de penser que les oiseaux descendent de reptiles appelés pseudosuchiens, qui vivaient au Mésozoïque (Trias). Parmi les principaux caractères qui autorisent ce rapprochement, il faut signaler : la présence d'un seul condyle pour l'articulation du crâne, celle d'un os carré qui relie la mandibule au crâne, l'existence d'un seul osselet dans l'oreille moyenne (la columelle) ; en outre, la présence d'un « peigne » dans le globe oculaire, d'un noyau dans les globules rouges du sang et la quasi-absence de glandes dans la peau (exception faite de la glande uropygienne, sur le croupion) sont également des caractères communs aux reptiles et aux oiseaux ; il en est de même de l'oviparité.

Anatomie et physiologie

Squelette

Pigeon : squelette

Pigeon : squelette

Le squelette des oiseaux se caractérise par sa légèreté, due pour une bonne part à une économie de poids réalisée par la suppression de certains éléments (les dents) ou leur réduction (doigts de la main), ainsi que par l'absence de moelle osseuse remplacée par de l'air (ces os « pneumatisés » sont en[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : attaché au Muséum national d'histoire naturelle de Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Ordres d'Oiseaux vivants et fossiles

Ordres d'Oiseaux vivants et fossiles

Ordres d'Oiseaux vivants et fossiles

Ordres d'Oiseaux vivants et fossiles

Aigle

Aigle

Autres références

  • ORIGINE ET ÉVOLUTION DES OISEAUX

    • Écrit par Eric BUFFETAUT
    • 4 775 mots
    • 8 médias

    Les questions relatives à l’origine des oiseaux et à leur évolution se sont posées dès les débuts de la paléontologie évolutionniste, au xixe siècle. Bien que les restes fossiles de ces animaux ne soient pas aussi rares qu’on l’a parfois pensé, les documents paléontologiques concernant...

  • VOL DES PREMIERS OISEAUX

    • Écrit par Eric BUFFETAUT
    • 440 mots
    • 1 média

    Les hypothèses sur l'origine du vol chez les oiseaux ont pris un nouveau tournant depuis la découverte en Chine, à partir des années 1990, de petits dinosaures, tels que Microraptor, pourvus de quatre ailes formées par de longues plumes portées par les membres antérieurs et postérieurs....

  • AEGITHALIDÉS

    • Écrit par Universalis
    • 178 mots
    • 1 média

    Famille d'oiseaux chanteurs (ordre des Passeriformes) comprenant les mésanges à longue queue de l'Ancien Monde et les mésanges buissonnières d'Amérique du Nord. Ces deux groupes sont souvent considérés comme des sous-familles de la famille des Paridés, qui regroupe notamment les mésanges vraies....

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Biogéographie

    • Écrit par Théodore MONOD
    • 5 702 mots
    • 19 médias
    Si la faune ornithologique de l'Afrique sud-saharienne, « éthiopienne » est indubitablement riche (1 481 espèces, mais il y en a déjà 566 en Europe), elle l'est surtout peut-être par sa diversité régionale (603 espèces au Kenya). Les groupes endémiques supra-génériques sont les suivants (Moreau, 1966)...
  • AIGLE ROYAL

    • Écrit par Emmanuelle GOIX
    • 520 mots

    Grand rapace diurne vivant dans les montagnes d'Eurasie, d'Afrique du nord et d'Amérique du nord. Classe : Oiseaux ; ordre : Falconiformes ; famille : Accipritidés.

    Des trente-six espèces d'aigles « vrais », l'aigle royal est le plus grand, avec une longueur proche de 1 mètre...

  • ALBATROS

    • Écrit par Emmanuelle GOIX
    • 672 mots
    • 1 média

    Grand oiseau marin des mers australes et du Pacifique nord, et excellent planeur nichant en colonies sur des îles plus ou moins désertiques. Classe : Oiseaux ; ordre : Ciconiiformes ; famille : Procellariidae.

    Avec une envergure allant de près de 2 mètres – pour l'albatros à bec jaune (...

  • Afficher les 193 références

Voir aussi