NUTRITION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du fait même qu'il fonctionne, tout organisme dépense. S'il paraît évident que la croissance exige la fourniture de nouveaux matériaux, il n'en est pas moins vrai que le simple entretien des cellules vivantes demande un apport constant de matière et d'énergie sous forme de nutriments que fourniront les aliments (presque toujours après transformation).. Ces nutriments sont les molécules assimilables. Elles constituent les matières premières de synthèses, d'une part, et d'autre part les sources d'énergie nécessaires à la croissance et à la maintenance ou entretien des organismes.

La preuve qu'il existe un renouvellement matériel constant a été donnée dès 1939 et 1940, lors d'expériences faites avec des composés marqués par des isotopes traceurs. Des rats ingérant un acide aminé, la leucine, marqué par l'azote de masse atomique 15, ainsi que des plants de tabac recevant du chlorure d'ammonium marqué de la même façon incorporent dans leurs protéines davantage d'azote que n'en requiert leur seule croissance. Cela montre qu'une fraction de leurs protides se trouve remplacée par des protides nouveaux, indépendamment de tout accroissement protoplasmique.

La nutrition, flux continuel d'échanges ordonnés entre l'être vivant et son milieu, a donc pour fonction de permettre les remaniements de l'organisme de telle sorte qu'on peut la définir comme le « double mouvement continu de combinaison et de décombinaison que présentent, sans se détruire, les végétaux et les animaux » (Littré). C'est pourquoi, à quelques rares exceptions près (vie suspendue des Rotifères, Nématodes, Tardigrades ; vie ralentie des hibernants ; vie latente des graines, des Mousses et des Lichens en période de sécheresse), la privation de nourriture, et plus généralement l'interruption des échanges nutritionnels, aboutit à la mort.

La vie se résume dès lors en une continuelle transformation d'énergie et de matière (cf. bioénergétique et métabolisme), qui implique la satisfaction des besoi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages



Médias de l’article

Composition élémentaire d'un organisme végétal

Composition élémentaire d'un organisme végétal
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Plante et animal : constituants chimiques des tissus

Plante et animal : constituants chimiques des tissus
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Justus Liebig

Justus Liebig
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Dionée attrape-mouche

Dionée attrape-mouche
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 17 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeur honoraire de physiologie végétale à l'université de Paris-VII, membre de l'Académie d'agriculture
  • : directeur d'institut au C.N.R.S.
  • : professeur honoraire à l'université de Paris-Sud, correspondant de l'Académie des sciences
  • : docteur ès sciences, professeur honoraire à l'université de Paris-VI-Pierre-et-Marie-Curie

Classification


Autres références

«  NUTRITION  » est également traité dans :

NUTRITION AZOTÉE DES VÉGÉTAUX

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 255 mots

En recherchant si les plantes pouvaient absorber l'azote de l'air, Jean-Baptiste Boussingault (1802-1887), le « père de l'agronomie », posait la dernière question concernant l'alimentation exclusivement minérale des végétaux su […] Lire la suite

UTILISATION BIOLOGIQUE DE L'AZOTE DE L'AIR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Claude LANCE
  •  • 603 mots

1563 B. Palissy propose que les sels (éléments minéraux) présents dans les plantes proviennent du sol ou des engrais qu'on y apporte afin d'éviter l'épuisement du sol. l804 N. T. de Saussure établit la nécessité d'une alimentation minérale pour la croissance des végétaux. 1838 J. B. Boussingault publie le résultat de recherches entreprises « dans le but d'examiner si les plantes prennent de l'a […] Lire la suite

SOLS - Microbiologie

  • Écrit par 
  • Yvon DOMMERGUES
  •  • 7 159 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Cycle de l'azote »  : […] L'atmosphère constitue la principale réserve azotée utilisable par la biosphère. Mais l'azote atmosphérique ne peut être utilisé tel quel par la plupart des organismes vivants qui ont besoin d'azote combiné, minéral ou organique. Seuls font exception à cette règle les micro-organismes fixateurs d'azote libres (par exemple, Azotobacter , Beijerinkia , Clostridium , Klebsiella , Azospirillum , Herb […] Lire la suite

ENGRAIS

  • Écrit par 
  • Albert DAUJAT, 
  • Philippe ÉVEILLARD, 
  • Jean HEBERT, 
  • Jean-Claude IGNAZI
  •  • 9 960 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La fertilisation azotée »  : […] Les différences de rendement dues à une variation limitée de la dose d'engrais sont beaucoup plus importantes dans le cas de l'azote que dans celui du phosphore ou du potassium. Alors que, pour ces derniers éléments, un apport excessif est rarement préjudiciable, il l'est souvent pour des doses d'azote ne dépassant que légèrement l'optimum. L'incidence sur la qualité de la récolte peut être consid […] Lire la suite

AUTOTROPHIE & HÉTÉROTROPHIE

  • Écrit par 
  • Alexis MOYSE
  •  • 2 501 mots
  •  • 2 médias

Les besoins d'aliments et d'énergie sont satisfaits de manière différente selon les êtres vivants. Un végétal chlorophyllien fabrique son protoplasme en utilisant des sels minéraux, du gaz carbonique, de l'eau et de la lumière. L'homme et les animaux n'ont pas cette capacité, leur autonomie nutritive n'est pas aussi grande, puisqu'ils exigent des aliments organiques. Leur mode de vie est hétérot […] Lire la suite

BACTÉRIOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Michel DESMAZEAUD, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Daniel MAZIGH
  •  • 18 332 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Panorama du métabolisme bactérien »  : […] À l'échelle chimique, même les plus petites cellules sont incroyablement compliquées. La plupart des chercheurs qui s'intéressent aux caractéristiques essentielles de la croissance et de la division cellulaires portent leur attention sur les bactéries. La bactérie la plus communément utilisée en bactériologie expérimentale, Escherichia coli , pèse environ 2 × 10 —12 gramme (10 12 daltons), poids […] Lire la suite

CHAMPIGNONS

  • Écrit par 
  • Jacques GUINBERTEAU, 
  • Patrick JOLY, 
  • Jacqueline NICOT, 
  • Jean Marc OLIVIER
  •  • 10 942 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre «  Nutrition et modes de vie »  : […] La multiplicité des substrats colonisés par les champignons, les conditions variées et les circonstances parfois inattendues où ils se manifestent montrent que ces organismes s'accommodent de sources nutritives très diverses, dans leur composition comme dans les concentrations relatives des éléments essentiels fournis aux champignons. Par leur physiologie, aussi bien que par leur morphologie et l […] Lire la suite

SYMBIOSE

  • Écrit par 
  • Pierre CACHAN, 
  • Georges MANGENOT
  •  • 5 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les mycorhizes »  : […] Les mycéliums de nombreuses espèces de champignons supérieurs (Ascomycètes et Basidiomycètes) se développent avec prédilection en liaison intime avec des racines. On donne le nom de mycorhizes (« champignons des racines ») à ces associations, réalisées dans tous les groupements végétaux, sous tous les climats, et dont le rôle est particulièrement important dans les milieux forestiers : tous les a […] Lire la suite

ÉCOSYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Luc ABBADIE
  •  • 5 448 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le devenir de la matière morte dans les écosystèmes »  : […] Dans les écosystèmes terrestres, la part de la production primaire utilisée par les herbivores est souvent assez faible, de l'ordre de quelques pour cent, à l'exception des écosystèmes herbacés fortement pâturés (savanes, prairies d'élevage) où elle peut atteindre 50 p. 100. Dans les systèmes aquatiques, elle est de l'ordre de 40 p. 100. La matière végétale qui n'est pas consommée par les herbivo […] Lire la suite

BACTÉRIES

  • Écrit par 
  • Jean-Michel ALONSO, 
  • Jacques BEJOT, 
  • Patrick FORTERRE
  •  • 11 039 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Physiologie des populations bactériennes »  : […] Les cellules bactériennes sont capables de se multiplier dans des milieux de culture liquides ou sur milieux solides artificiels, dans des conditions physico-chimiques approchant les conditions de leur écosystème naturel. Cependant, certaines espèces bactériennes ne sont pas cultivables sur milieux artificiels ; c'est le cas de Mycobacterium leprae , agent de la lèpre, ou de Treponema pallidum , a […] Lire la suite

OLIGOÉLÉMENTS

  • Écrit par 
  • Jean LAVOLLAY
  •  • 3 577 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Notion d'oligoélément indispensable »  : […] C'est par la méthode dite synthétique que, très tôt, on a tenté de reconnaître les éléments chimiques qui sont indispensables ou essentiels à la nutrition des organismes vivants. Cette méthode consiste à rechercher par l'expérience quels sont les éléments chimiques qui doivent être présents dans le milieu de culture d'un micro-organisme, ou d'une plante, ou dans la ration alimentaire d'un animal […] Lire la suite

TUMEURS ET GALLES VÉGÉTALES

  • Écrit par 
  • Jean ROUSSAUX
  •  • 6 453 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Relations entre les galles et la plante hôte »  : […] Ces relations sont avant tout d'ordre trophique, les galles détournant les nutriments à leur profit. Par exemple, diverses observations, effectuées sur des feuilles portant des galles actives ou sur des plantes présentant des balais de sorcière, montrent que des composés radioactifs (marqueurs permettant de suivre le transport des substances dans la plante) s'accumulent préférentiellement dans les […] Lire la suite

VITAMINES

  • Écrit par 
  • Marc PASCAUD
  •  • 4 765 mots
  •  • 6 médias

Nos connaissances sur les vitamines, molécules organiques indispensables au métabolisme cellulaire, micronutriments indispensables car non synthétisés par la plupart des animaux, n'ont progressé, à titre biomédical et expérimental, qu'avec retard par rapport à nos connaissances sur les macronutriments (glucides, protéines, lipides). Les maladies par carence vitaminique ont affecté les premiers […] Lire la suite

AGRONOMIE

  • Écrit par 
  • Stéphane HÉNIN, 
  • Michel SEBILLOTTE
  •  • 9 159 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aspect chimique des problèmes »  : […] C'est à Justus von Liebig que l'on doit d'avoir, en 1840, donné son essor à l'idée de Théodore de Saussure qui montre, dans ses Recherches chimiques sur la végétation (1804), que les plantes peuvent se nourrir de matières minérales. L'alimentation carbonée s'effectue à partir du gaz carbonique de l'air, l'énergie est fournie par la lumière et cette synthèse se réalise grâce à l'action de la ch […] Lire la suite

OCÉAN ET MERS (Vie marine) - Vie pélagique

  • Écrit par 
  • Lucien LAUBIER, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 7 198 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Problèmes d'écologie planctonique »  : […] Le maillon le plus important de la chaîne alimentaire du plancton proprement dit est celui qui conditionne l'utilisation du phytoplancton par le zooplancton herbivore. C'est dans cet esprit qu'on a beaucoup étudié l'abondance respective des populations phytoplanctoniques et zooplanctoniques (fig. 2 ). Tantôt (rapport direct) phytoplancton et zooplancton présentent des maximums à peu près simultané […] Lire la suite

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 598 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Organisation trophique »  : […] Un des problèmes majeurs de l'écologie est la description et la compréhension de la structure trophique des principaux écosystèmes. Cette structure trophique est constituée par les relations qui lient les organismes consommés à ceux qui les consomment, relations dont l'ensemble forme le réseau trophique du système. Ce terme traduit bien mieux que celui de chaînes alimentaires les relations innomb […] Lire la suite

FORÊTS - Dépérissement des forêts

  • Écrit par 
  • Maurice BONNEAU, 
  • Guy LANDMANN
  •  • 5 648 mots

Dans le chapitre « La pollution acide et la pauvreté des sols »  : […] Les gaz polluants émis par les sources domestiques ou industrielles (SO 2 , NO x ) sont transformés dans l'atmosphère en acides sulfurique et nitrique. Les pluies ainsi que les aérosols (fines particules) qui se déposent sur le feuillage des forêts apportent donc à l'écosystème forestier en général, et au sol en particulier, des quantités de protons (H + ) non négligeables, évaluées à environ un k […] Lire la suite

HOPKINS sir FREDERICK GOWLAND (1861-1947)

  • Écrit par 
  • Pierrette KOURILSKY
  •  • 784 mots
  •  • 1 média

Biochimiste anglais qui fut le seul parmi ses contemporains à formuler correctement les problèmes de la biochimie et à les présenter d'une manière accessible à la logique et à l'expérimentation. Sa vision d'ensemble des mécanismes biochimiques et de leurs relations avec la vie, de la reproduction, du fonctionnement de la cellule a permis à la biochimie d'émerger et d'exister en tant que discipline […] Lire la suite

LICHENS

  • Écrit par 
  • Henry DES ABBAYES
  •  • 3 577 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Nutrition et biochimie »  : […] La nutrition carbonée du thalle est assurée par la photosynthèse de l'algue-gonidie. Cependant, il n'est pas exclu que le mycosymbiote puisse, en saprophyte, tirer d'un substrat organique, bois, humus, une partie de son alimentation carbonée. L'absorption de l'eau se fait par toute la surface du thalle ; elle est rapide dans le cas d'eau mouillante, mais elle s'exerce également à partir de l'humid […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

René HELLER, Raymond JACQUOT, Alexis MOYSE, Marc PASCAUD, « NUTRITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nutrition/