HOMÈRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« L'Odyssée »

Un poème fantastique et romanesque

N'était que L'Odyssée se rattache au cycle troyen, on aurait pris l'habitude de dire : c'est en son milieu le premier roman d'aventures fantastiques, et, en même temps, dans beaucoup de passages, le premier poème de la vie rurale. Sans le massacre final des prétendants et quelques rappels de la guerre de Troie, on ne se croirait plus obligé aujourd'hui de classer L'Odyssée dans le genre épique. Comme bien des romans modernes, elle n'apporte pas grande rigueur dans la chronologie du récit ou l'ajustement des détails. Sa composition, moins linéaire que celle de L'Iliade, a prêté plus facilement au dépeçage des « analystes ». Les quatre premiers chants font assister au départ de Télémaque à la recherche de son père. Les quatre suivants conduisent Ulysse de chez Calypso jusqu'au pays des Phéaciens, au prix d'un naufrage. C'est à leur roi Alkinoos qu'il raconte lui-même, durant quatre autres chants, ses neuf années d'épreuves après la prise de Troie ; le poète crée ainsi la longue narration à la première personne, dont la fortune n'a pas cessé. Les douze derniers chants rapportent le retour d'Ulysse à Ithaque, la préparation et l'exécution de sa vengeance avec le concours de Télémaque opportunément rentré. C'est ici que s'annonce souvent la poésie bucolique.

L'imagination odysséenne

Au sortir de L'Iliade où l'inspiration héroïque domine tout, L'Odyssée frappe par l'extrême variété des thèmes. On passe du Cyclope mangeur d'hommes, des tempêtes et des naufrages, du rivage même des Morts à une cour raffinée ou à la cabane d'un berger tout aussi courtois. Les servantes du château se livrent devant nous aux travaux domestiques, tandis que les dames dirigent la lessive et soignent les bons serviteurs. Avant tout, ce qui témoigne, par rapport à L'Iliade, d'un esprit tout différent, c'est l'abondance des thèmes fantastiques : monstres humains et animaux, fruits enchantés, breuvage et baguette magiques, métamorphoses, évocation des Morts, navires qui se dirigent sans pilote. Toutes ces merveilles au milieu d'une mer inconnue et vide, où l'on entre par le pays de l'oubli pour ressortir dans le sommeil. Or dans L'Iliade les dieux agissent en hommes plus forts que nous, non pas en magiciens. Peu de prodiges, et réservés à des circonstances solennelles. Le voyage d'Ulysse aux abords des Enfers engendrera la haute postérité littéraire que l'on sait ; mais le poète la traite comme une succession d'apparitions fantomatiques sans la moindre profondeur religieuse. Autre fait notable : pendant ses aventures maritimes, Ulysse n'a plus auprès de lui sa protectrice habituelle, Athéna ; mais à peine a-t-il débarqué à Ithaque, la voilà qui l'aide à cacher les trésors qu'il rapporte – abandon et camaraderie qui ne sont pas non plus dans l'esprit de L'Iliade.

Ulysse et l'unité du poème

Absent ou présent, Ulysse domine tout le poème ; rien ne s'y fait que pour lui. C'est le héros persévérant. En vingt ans de guerre et d'aventures, il ne désespère jamais. Curieux de tout, incapable de fuir devant les épreuves les plus inattendues ou d'abandonner les siens, il se tire d'affaire par le courage, le savoir-faire, la ruse au besoin, mais jamais basse. Il est celui qui « supporte ». C'est sa grande vertu. La deuxième, c'est sa fidélité conjugale : il refuse l'immortalité chez Calypso pour rejoindre Pénélope ; les dieux prolongent la nuit où les époux se retrouvent. C'est une des grandes leçons du poème. Il exerce une vengeance implacable contre les prétendants, mais il interdit de pousser sur leur corps un cri de victoire : « La divinité le défend. » Même déguisé en mendiant, il garde cette noblesse naturelle qui permet de ne pas déchoir. Homme à la fois redoutable et digne d'amitié : on peut compter sur la sienne quand, après réflexion, il a consenti à l'accorder. C'est un type d'esprit aventureux (non d'aventurier) qui restera classique sur les bords de la Méditerranée.

Un second Homère ?

Faut-il attribuer L'Odyssée à un auteur qui ne soit pas celui de L'Iliade ? Beaucoup d'« homérisants » l'admettent. Aux considérations déjà esquissées s'en ajoutent d'autres, de langage, mais surtout de vision poétique. L'auteur de L'Odyssée n'a pas le même œil. Il a donné un des meilleurs récits de tempête et de naufrage qui soient, mais son regard n'a pas l'ampleur cosmique si remarquable chez le Maît [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 19 pages

Médias de l’article

Homère - Asie mineure

Homère - Asie mineure
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Heinrich Schliemann

Heinrich Schliemann
Crédits : DigitalVision Vectors/ Getty Images

photographie

-2000 à -1000. Les empires du Bronze

-2000 à -1000. Les empires du Bronze
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Le Rachat du corps d’Hector

Le Rachat du corps d’Hector
Crédits : Erich Lessing/ AKG-Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur d'histoire grecque à l'université de Paris-X-Nanterre
  • : professeur honoraire à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes
  • : professeur à la faculté des lettres, président honoraire de l'université de Franche-Comté

Classification

Autres références

«  HOMÈRE  » est également traité dans :

HOMÈRE (P. Carlier)

  • Écrit par 
  • Hervé DUCHÊNE
  •  • 1 059 mots

« Homère : n'a jamais existé. » Cette formule péremptoire se lit dans le Dictionnaire des idées reçues de Flaubert, qui la complète en ajoutant à propos du père de l'Iliade et de l'Odyssée : « Célèbre par sa façon de rire : un rire homérique. » La notice souligne avec humour deux écueils entre lesquels naviguent les biographes du poète gr […] Lire la suite

ILIADE, Homère - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 974 mots
  •  • 1 média

Au milieu du viiie siècle avant J.-C., un poète grec venu d'Asie Mineure, Homère, aurait composé en hexamètres dactyliques deux magistrales épopées, l'Iliade et l'Odyssée, mais le mystère entoure encore aujourd'hui ces deux textes : Homère a-t-il réellement existé ? A-t-il […] Lire la suite

ODYSSÉE, Homère - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 1 128 mots
  •  • 2 médias

Comme L'Iliade, L'Odysséeaurait été vraisemblablement composée au milieu du viiie siècle avant J.-C. par le poète grec Homère. Cette épopée de vingt-quatre chants, en hexamètre […] Lire la suite

HOMÈRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé DUCHÊNE
  •  • 1 272 mots
  •  • 1 média

Homère fut, selon la formule de Platon, le maître d'école de la Grèce. Dans l’Europe du xxie siècle, il reste, malgré le déclin de l’enseignement des langues anciennes, une autorité. Il faut revenir à cette origine dont nous sommes les héritiers, car, de Il R […] Lire la suite

ACHÉENS

  • Écrit par 
  • Andrée POUGET
  •  • 2 530 mots

Dans le chapitre « Monde mycénien et monde homérique »  : […] D'abord, celui des rapports entre le monde mycénien et le monde homérique. Peut-on utiliser Homère pour étudier les Achéens ? L'important ouvrage de Wace et Stubbings, A Companion to Homer (1963), a posé encore une fois ce problème et, encore une fois, l'a laissé sans solution. Deux tendances partagent les historiens : l'une, où dominent les Anglo-Saxons, admet, avec Schliemann, une certaine « ré […] Lire la suite

ACHILLE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 509 mots
  •  • 3 médias

Fils de Pélée, roi des Myrmidons, et de la Néréide Thétis ; c'était le guerrier le plus grand, le plus courageux et le plus beau de l'armée d'Agamemnon devant Troie. Selon Homère, il fut élevé par les soins de sa mère, en même temps que son cousin et inséparable ami Patrocle. Les poèmes perdus du Cycle épique grec , Pindare dans la III e  Néméenne évoquent l'éducation du héros par le centaure Chi […] Lire la suite

ÂME

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Henri Dominique SAFFREY
  •  • 6 026 mots

Dans le chapitre « Émergence d'un principe spirituel du vivant »  : […] Chez Homère, notre plus ancien témoin qu'il faut situer au-delà de 700 avant J.-C., ce que nous appelons « âme » (du latin anima , apparenté au grec ἄνεμος, vent, souffle) est en fait dédoublé et exprimé par deux mots grecs : le θυμός, qui signifie passion, volonté, esprit, et s'apparente au verbe θύω (s'élancer), évoque un flot de sang chaud ; au contraire, la ψυχή, qui signifie vie et s'ap […] Lire la suite

APOLLON, mythologie grecque

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 798 mots
  •  • 1 média

Expression la plus haute et la plus achevée de ce que fut le génie grec, Apollon apparaît, avant même la période classique, comme un dieu proprement hellène. En lui, toute trace d'une origine asiatique, si sensible chez d'autres divinités, Dionysos notamment, a été estompée, et ce dès avant les poèmes homériques qui recueillent et délivrent une tradition plutôt qu'ils ne la créent, fixent les tra […] Lire la suite

AUBIGNAC FRANÇOIS HÉDELIN abbé d' (1604-1676)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 702 mots

L'un de ces abbés qui tiennent tant de place dans l'histoire de la littérature — et des théories littéraires — au xvii e siècle. Il a été prédicateur, romancier, dramaturge, poète, mais il a surtout voulu être, quant à lui, le législateur du théâtre. En 1640, une querelle l'oppose à Ménage à propos de la durée de l' Heautontimoroumenos de Térence, querelle de prestige en quelque sorte, qui doit […] Lire la suite

CENTON

  • Écrit par 
  • Hervé SAVON
  •  • 1 975 mots

Dans le chapitre « Des fragments de Virgile pour célébrer le Christ »  : […] Grecs et Romains n'ont pas traité le centon comme un amusement sans conséquence, qui disparaît sans laisser de traces après qu'on s'en est diverti un instant. Nombre de ces pièces ont été copiées et diffusées, on dirait aujourd'hui éditées. Ainsi, le centon témoigne, à sa modeste place, d'une certaine conception de la culture et mérite d'être examiné à ce titre, et non point comme une simple curio […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre CARLIER, Gabriel GERMAIN, Michel WORONOFF, « HOMÈRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/homere/