ROMAN D'AVENTURES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la fin du xviiie siècle, une mutation remarquable vient affecter le genre du récit de voyage : alors que l’âge classique avait privilégié les connaissances rapportées par le voyageur, le nouveau récit s’organisa autour de la personnalité de ce dernier, de ses sentiments, des aventures survenues lors de son voyage. Cette lente évolution fut préparée tout autant par les œuvres de Goethe ou de Sterne que par celles de Rousseau et de Bernardin de Saint-Pierre. En 1811, la parution de l’Itinéraire de Paris à Jérusalem marque un moment décisif de cette histoire : Chateaubriand assure le triomphe du code romantique des « impressions de voyage », qui va donner le ton des grands récits de voyage du xixe siècle.

Certes, les récits de voyage étaient depuis longtemps rédigés à la première personne du singulier et l’on pouvait y lire de nombreuses « aventures », ainsi nommées par les voyageurs (le mot « aventure » est attesté dans la langue française depuis le xiie siècle). Mais l’énoncé de ces aventures, qui accompagnait le goût des livres de voyage depuis la Renaissance, était d’abord régi par le code de l’anecdote. Son sens tenait tout entier dans le fait que, par le détour de ce micro-récit qu’est l’anecdote, le voyageur révélait la vérité des régions qu’il avait visitées, des peuples qu’il avait fréquentés, des choses qu’il avait vues. Sur le voyageur lui-même, les aventures ne disaient rien. Plus exactement, si elles disaient parfois quelque chose, c’était incidemment. L’expression de la personnalité du voyageur n’était pas la raison d’être des aventures rapportées dans le récit.

Tout au contraire, l’esthétique qui s’impose à partir de la fin du xviiie siècle, parce qu’elle regarde l’aventure sous un jour nouveau, est directement à l’origine du roman d’aventures moderne. La valorisation des aventures dans le récit de voyage s’accompagne en effet du succès croissant de ce type de récits et retrouve une autre tradition, fort ancienne : celle qui, de l’épopée au conte pour enfants en passant par les romans de chevalerie, était depuis longtemps fondée sur la maîtrise de l’enchaînement des péripéties. L’Odyssée d’Homère, les romans de chevalerie – et plus particulièrement Amadis de Gaule – par la suite parodiés dans Don Quichotte, les aventures de Robinson Crusoé ou celles du Petit Poucet constituaient, à la fin du xviiie siècle, un fonds commun de légendes et d’histoires fabuleuses bien connues. La singularité du xixe siècle fut de les transposer dans la réalité d’un monde pour la connaissance duquel on s’enthousiasmait dans des proportions jusque-là inouïes. Au milieu du siècle, ces phénomènes convergèrent avec la création d’un nouveau genre littéraire, désormais explicitement désigné comme le « roman d’aventures ».

Ulysse et les sirènes

Dessin : Ulysse et les sirènes

Ulysse est le roi de la petite île d'Ithaque. Il accompagne Agamemnon, Ménélas et Achille devant Troie. C'est un guerrier valeureux et rusé, qui propose le subterfuge du cheval de Troie pour pénétrer dans la cité. Son retour vers Ithaque est raconté dans L'Odyssée d'Homère. Poséidon... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Une nouvelle lecture du monde

Dans les années 1850, on voit ainsi apparaître les premiers auteurs de romans ainsi identifiés : Gabriel Ferry, Gustave Aimard, le capitaine Mayne Reid. Tous sont alors considérés comme des émules de James Fenimore Cooper (1789-1851). Mais Cooper lui-même avait d’abord été considéré à son époque comme un romancier maritime ou un romancier historique, et le disciple, dans ce domaine, du très célèbre Walter Scott (1771-1832). Dans la seconde moitié du xixe siècle, Jules Verne (1828-1905) s’impose, à l’échelle internationale, comme le maître du roman d’aventures. Son immense succès manifeste l’alliance nouvelle entre le goût des péripéties et la nouvelle saisie de la réalité de l’espace de la planète, que Verne mit en scène tout au long de sa grande série romanesque des Voyages extraordinaires à travers les mondes connus et inconnus. De fait, ce succès doit beaucoup à deux mouvements de grande ampleur.

Jules Verne

Photographie : Jules Verne

Chez Jules Verne, le désir d'écrire un « roman de la science » se colore très vite de fantastique. Qu'elle soit fusée, sous-marin ou « maison à vapeur », la machine repousse les limites du monde connu et refaçonne l'humain, dans la grande tradition des utopies du XIXe siècle.... 

Crédits : skeeze/ pixabay.fr

Afficher

Vingt Mille Lieues sous les mers, J. Verne

Photographie : Vingt Mille Lieues sous les mers, J. Verne

Les Voyages extraordinaires dans les mondes connus et inconnus, de Jules Verne (1828-1905), fixés par les images de l'édition Hetzel, sont plus qu'une exploration de tous les espaces, terre, mer, lune : des voies d'accès au rêve et à la poésie. Gravure sur bois d'Hildibrand, d'après un... 

Crédits : AKG-images

Afficher

Le premier est le processus d’exploration scientifique du monde. À la fin du xviiie siècle, le dessin des côtes des continents était presque achevé – à l’exception des pôles, qui inspirèrent d’ailleurs les romanciers, de l’Edgar Allan Poe des Aventures d’Arthur Gordon Pym (1838) au Verne du Sphinx des glaces (1897). Dès lors, la mission que s’assignent les sciences géo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Ulysse et les sirènes

Ulysse et les sirènes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Jules Verne

Jules Verne
Crédits : skeeze/ pixabay.fr

photographie

Vingt Mille Lieues sous les mers, J. Verne

Vingt Mille Lieues sous les mers, J. Verne
Crédits : AKG-images

photographie

Robinson Crusoé

Robinson Crusoé
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 9 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur d'histoire contemporaine à l'université de Grenoble-II

Classification

Autres références

«  ROMAN D'AVENTURES  » est également traité dans :

AIMARD GUSTAVE (1818-1883)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 110 mots

Romancier populaire français. De son véritable nom Olivier Gloux, Gustave Aimard est l'auteur de nombreux romans d'aventures. Les Trappeurs de l'Arkansas (1858) constitue le premier d'une longue série de livres dont l'Ouest américain est le cadre. Par là, Aimard se trouve être un précurseur de la diffusion de toute une mythologie du western. Ses œuvres, qui connurent longtemps les honneurs des ré […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « De l'enfant objet à l'enfant sujet »  : […] Si Alice , suivi en 1871 par De l'autre côté du miroir ( Throug the Looking-Glass ), ne devait pas à proprement parler avoir de suites, rien ne serait plus pareil dans la littérature pour enfants : l'histoire moralisante, sans disparaître, cesserait définitivement d'occuper le devant de la scène, et les enfants tels qu'ils sont allaient devenir l'étalon de la littérature qu'on écrivait pour eux. […] Lire la suite

L'ASTRÉE, Honoré d'Urfé - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 519 mots

On a, de nos jours, trop tendance à négliger les grands romans des xvi e et xvii e  siècles. On se fie à Cervantès pour repousser les romans de chevalerie, on croit sur parole les Scarron, Sorel et autres Furetière, qui parodient les auteurs d' Amadis , de L'Astrée et du Grand Cyrus , en ignorant trop souvent que tous ces gros ouvrages ont fait l'objet d'un véritable culte. Le succès de L'Astré […] Lire la suite

AU BORD DE L'EAU (SHUI HU ZHUAN)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 794 mots

Dans le chapitre « Un roman d'aventures »  : […] Au bord de l'eau , dont l'action se déroule au xii e  siècle, met en scène cent huit brigands, qui ont coutume de se retrouver autour d'un lac leur servant de refuge. Plus que d'un roman suivi, il s'agit d'une succession d'épisodes plus ou moins indépendants, reliés entre eux par les retrouvailles des brigands dans leur repaire des monts Liang. « Pour ce qui est du lac du village de la Stèle-de-Pi […] Lire la suite

LES AVENTURES D'HUCKLEBERRY FINN, Mark Twain - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Nathalie COCHOY
  •  • 1 215 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un roman « sans début ni fin » »  : […] Pilote aguerri ( La Vie sur le Mississippi , 1883), auteur averti ( Les Aventures de Tom Sawyer , 1876), Mark Twain mit huit ans à écrire Les Aventures d'Huckleberry Finn (1884). Il s'interrompit même en cours de rédaction pour résoudre le paradoxe fondateur de son roman : pourquoi Huck, l'enfant fugueur souhaitant partir pour l'Ouest, et Jim, l'esclave en fuite rêvant de liberté dans le Nord, se […] Lire la suite

BOUSSENARD LOUIS (1847-1910)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

Romancier populaire français, Louis Boussenard est, avec des auteurs comme Paul d'Ivoi, le capitaine Danrit, René Thévenin, l'un des piliers de la revue pour la jeunesse que fut Le Journal des voyages (fondé en 1877). Outre Le Tour du monde d'un gamin de Paris (publié en feuilleton de 1878 à 1880), il a écrit plusieurs romans d'aventures qui, sans être à proprement parler d'anticipation, ont par […] Lire la suite

CHAULET GEORGES (1931-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 419 mots

Auteur de littérature pour la jeunesse, Georges Chaulet est célèbre pour le personnage de Fantômette. Né à Paris en 1931, d'un père ingénieur et d'une mère commerçante, Georges Chaulet suit des études d'architecture à l'École des beaux-arts de Paris. De retour de son service militaire en 1954, il travaille dans l'entreprise familiale que ses parents viennent d'ouvrir. Parallèlement, il écrit des […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Histoire et géographie romancées, actualités politiques, rituels »  : […] On a vu plus haut comment, avec la Tradition de Zuo , ouvrage qui se présente comme un commentaire des Annales de la principauté de Lu, mais qui traite en réalité de la Chine entière à l'époque Chunqiu, l'histoire s'était dégagée, à l'époque des Principautés en guerre, de la chronique primitive pour faire œuvre vivante et artistique. D'autres œuvres, rédigées au cours du iii e siècle avant J.-C. […] Lire la suite

CONRAD JOSEPH (1857-1924)

  • Écrit par 
  • André TOPIA
  •  • 1 778 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'expérience des limites »  : […] Comme Joyce, T. S. Eliot, Pound et D. H. Lawrence, Conrad choisit l'exil, mais de manière beaucoup plus radicale. De son vrai nom Teodor Jozef Konrad Nalecz Korzeniowski, il naît dans la partie de la Pologne occupée par la Russie. Il n'a que quatre ans lorsqu'il accompagne son père, intellectuel nationaliste exilé, dans une lointaine province russe. On trouve là les germes de ce qui hantera son œu […] Lire la suite

CURWOOD JAMES OLIVER (1878-1927)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul MOURLON
  •  • 71 mots

Journaliste et romancier américain. Originaire du Michigan, Curwood est surtout connu pour ses romans d'aventures : tous situés dans le Grand Nord, ils doivent beaucoup à l'influence de Jack London, dont ils ne se montrent pas indignes. On peut citer parmi eux : Le Courage du capitaine Plum ( The Courage of Captain Plum , 1908), Les Nomades du Nord ( Nomads of the North , 1919). […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Sylvain VENAYRE, « ROMAN D'AVENTURES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-d-aventures/