APOLLON, mythologie grecque

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Expression la plus haute et la plus achevée de ce que fut le génie grec, Apollon apparaît, avant même la période classique, comme un dieu proprement hellène. En lui, toute trace d'une origine asiatique, si sensible chez d'autres divinités, Dionysos notamment, a été estompée, et ce dès avant les poèmes homériques qui recueillent et délivrent une tradition plutôt qu'ils ne la créent, fixent les traits principaux du dieu que la postérité enrichit et développe plutôt qu'elle ne les réforme et les remodèle. De même qu'Artémis, sa sœur jumelle, incarne la Nature en liberté, tantôt douce, tantôt terrible, mais toujours imprévisible, de même Apollon est l'Esprit en liberté, et sa beauté physique, sa grâce éblouissante, dont témoignent les œuvres qu'il inspira, ne sont que la liberté de l'esprit manifestée par le corps.

Apollon

Apollon

Dessin

Fils de Zeus et Lêtô, il est un des principaux dieux des Grecs. Apollon est né avec sa sœur jumelle, Artémis, sur l'île de Délos, dans les Cyclades. Dans son sanctuaire principal de Delphes, Apollon est le dieu archer, qui peut se transformer en dauphin ou en disque solaire étincelant. Les... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Apollon est le dieu de la « théorie », le dieu qui voit clair et loin, dieu solaire qui enseigne la prédiction (c'est dans son temple de Delphes qu'officiait la Pythie) aussi bien que la guérison (il est père d'Esculape), dieu d'équité (Thémis l'a nourri) et d'harmonie, qui se tient au-dessus de toutes les mêlées (le combat des dieux, dans L'Iliade au chant XXI). Il élève en l'homme la part la plus sublime de lui-même, celle par laquelle, connaissant sa propre limite, il l'a du même coup transcendée (c'est là en effet une des significations du gnôthi séauton — « connais-toi toi-même » — delphique). Mais à lui non plus il n'est pas permis d'aller plus haut et plus loin, de prétendre enchaîner jusqu'à Zeus, son propre père, et, dans l'ivresse de sa liberté, de chercher à s'affranchir de la Nécessité : car l'orgueil de l'esprit est une démesure qui le fait retomber plus bas encore que les fils de la terre ; deux fois, Apollon est condamné par Zeus à servir sept ans, comme esclave, Laomédon, roi de Troie, et Admète, roi de Phères, dont il fait prospérer les troupeaux (L'Iliade, II et XXI). Le poète, inspiré d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : enseignant en littérature générale et comparée à l'université de Paris-VIII, poète et traducteur

Classification


Autres références

«  APOLLON, mythologie grecque  » est également traité dans :

ABARIS (VIe s. av. J.-C. ?)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 178 mots

Philosophe et mage mi-historique, mi-fabuleux (peut-être du ~ VI e siècle). Les témoignages dont on dispose à son sujet le font vivre tantôt au ~ VII e , tantôt au ~ VI e , voire au ~ V e  siècle ; en fait, il semble qu'Abaris, comme Aristéas et Épiménidès, ait été un des chefs de file de la réaction religieuse et mystique qui se produit au ~ VI e  siècle contre l'essor du rationalisme. Selon la […] Lire la suite

ARTÉMIS

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 648 mots
  •  • 1 média

Malgré son nom probablement d'origine anatolienne, le lien qui unirait Artémis à la partie non hellénique de l'Asie Mineure est loin d'apparaître clairement. Son appartenance de longue date au monde grec ne saurait, en revanche, faire de doute, comme l'attestent poèmes et hymnes homériques. Fille de Déméter selon certaines traditions, elle est toutefois plus généralement tenue pour la fille de Ze […] Lire la suite

ASCLÈPIOS

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 560 mots

Mentionné deux fois dans L'Iliade (II, 731 et IV, 194 sqq.) comme le père des deux plus habiles médecins du camp grec, Machaon et Podalirios, Asclèpios n'est pas un héros parmi d'autres et, s'il n'a plus aujourd'hui de sanctuaire comme il en eut jadis à Épidaure puis à Athènes, il n'est pas dit qu'il ne continue pas à inspirer aux mortels une secrète ferveur. La version la plus répandue de sa lég […] Lire la suite

CASSANDRE

  • Écrit par 
  • Alain LABROUSSE
  •  • 95 mots

Fille de Priam et d'Hécube. Apollon, épris d'elle, lui promit le don de prophétie si elle accédait à ses désirs. Cassandre accepta la proposition, mais, une fois instruite, déroba ses faveurs. Le dieu, en lui crachant dans la bouche, lui retira le pouvoir de jamais persuader. Après la chute de Troie, elle échut en partage à Agamemnon et périt à Mycènes en même temps que lui sous les coups de Clyte […] Lire la suite

DÉLOS

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 2 190 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le sanctuaire d'Apollon »  : […] Délos doit sa fortune antique au fait d'avoir été le théâtre d'un mythe majeur, que raconte l' Hymne homérique à Apollon , poème archaïque anonyme : Létô, engrossée par Zeus et de ce fait en butte à la vindicte d'Héra, son épouse, parvient à persuader Délos, île errante et désolée, de l'y laisser accoucher, ce qui lui procurera à jamais renommée et prospérité, car on y viendra de partout adorer Ap […] Lire la suite

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 597 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Histoire du site »  : […] La fouille (1970-1972) de l'Antre Corycien, vaste grotte située sur le plateau du Parnasse, à 1 360 mètres d'altitude, a révélé que la région de Delphes avait été habitée dès le Paléolithique, avant 40 000 avant J.-C. ; des traces d'occupation humaine sont également attestées dans la grotte entre 5400 et 3300 avant J.-C., à l'époque néolithique. À l'Âge du bronze, le site côtier de Kirrha semble a […] Lire la suite

DIDYMES

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 1 223 mots

La célébrité de Didymes est due au sanctuaire d'Apollon Didymaios, le Didyméion,, implanté en bordure des côtes égéennes, à 17 kilomètres environ au sud de Milet, dont il était dépendant. Il appartenait d'abord à la famille des Branchides, puis il devint le plus grand sanctuaire de la cité, sans doute après la prise de Milet par les Perses. Fouillé et étudié d'abord par des savants français, le sa […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Enrichissement du panthéon »  : […] Cependant deux facteurs nouveaux interviennent et exercent des actions contradictoires. D'une part, les Doriens (un nouveau ban de Grecs, donc d'Indo-Européens) accusent le caractère indo-européen de la religion, assurant derechef aux dieux une certaine prépondérance sur les déesses, ce qui donne au panthéon son équilibre définitif : Zeus passe au tout premier plan, tandis qu'un dieu plus chthonie […] Lire la suite

HERMÈS

  • Écrit par 
  • Laurence KAHN
  •  • 911 mots
  •  • 2 médias

Divinité du panthéon grec, fruit des amours nocturnes de Zeus et de Maia, la plus jeune des Pléiades, Hermès naît dans un antre obscur du mont Cyllène. Les légendes les plus complètes que nous a laissées la tradition grecque concernent l'histoire de ses enfances ( Hymne homérique à Hermès  ; Bibliothèque d'Apollodore , III, x , 2 ; Sophocle, Les Limiers ). Sitôt né, après s'être délié de ses lang […] Lire la suite

HOMÈRE

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER, 
  • Gabriel GERMAIN, 
  • Michel WORONOFF
  •  • 12 022 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Pour qui ? Par qui ? »  : […] Il paraît clair que L'Iliade n'a pas été composée pour des buveurs de sang. Elle témoigne d'une haute courtoisie, même en pleine bataille, signe d'une grande maîtrise de soi : deux adversaires qui ont des liens d'hospitalité refusent de s'affronter, deux autres que la nuit va séparer échangent des armes comme présents. Les guerres de l'âge historique seront loin d'avoir en Grèce ce caractère chev […] Lire la suite

JEUX OLYMPIQUES, Grèce antique

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 8 360 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les autres jeux Panhelléniques »  : […] Les jeux Olympiques ne sont pas les seuls jeux Panhelléniques : leur succès même pousse d'autres cités à organiser des concours sportifs rassemblant les athlètes de toute la Grèce, mais aucun de ceux-ci ne connaît la renommée des Jeux d'Olympie. Ainsi, les jeux Isthmiques se déroulent près de Corinthe à partir de 589 avant J.-C., les jeux Pythiques (ou jeux Delphiques) sont connus à Delphes à par […] Lire la suite

LAOCOON, mythologie

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 614 mots
  •  • 1 média

Pendant masculin de Cassandre, Laocoon est ce prêtre troyen d'Apollon Thymbréen auquel Virgile attribue, par la bouche d'Énée ( L'Énéide , II, 49), une de ces maximes qui font les délices du sceptique lecteur des lexiques spécialisés dans le genre. Laocoon est donc celui qui en aucune langue n'aurait pu dire ce que la langue latine, même scandée par un poète, lui fait pourtant dire : Timeo Danaos […] Lire la suite

LAURIER NOBLE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 575 mots

Arbre d'Apollon, plante bénéfique vénérée par tous les anciens peuples méditerranéens, le laurier noble ( Laurus nobilis L. ; lauracées) est aujourd'hui une épice des plus communes dont les pouvoirs thérapeutiques sont oubliés. L'arôme des feuilles est dû à une huile essentielle de composition très complexe : 45-50 p. 100 d'eucalyptol, avec géraniol, linalol, terpinéol, pinène, phellandrène, acid […] Lire la suite

MARSYAS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 141 mots

Satyre qui, d'après la tradition grecque, trouva la flûte qu'Athéna avait inventée, mais qu'elle avait jetée loin d'elle parce que ses joues étaient déformées quand elle en jouait. Lorsque Marsyas fut passé maître dans l'art de cet instrument, il défia Apollon et sa lyre. Le roi de Phrygie, Midas, qu'ils avaient choisi pour juge, déclara Marsyas vainqueur ; en châtiment, Apollon fit pousser à Mida […] Lire la suite

MYTHOLOGIES - Le monde gréco-romain

  • Écrit par 
  • John SCHEID, 
  • Giulia SISSA, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  • , Universalis
  •  • 4 799 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les puissances majeures »  : […] Au sommet de l'Olympe, dominant l'Univers, Zeus souverain, maître du Ciel, Père des dieux et des hommes, avec son épouse légitime, l'irascible Héra, la royale, sa propre sœur ; ensuite, les deux frères du prince : Poséidon, seigneur de toutes les eaux, des rivières, de la mer, du fleuve Océan, dont le flux ceinture le monde, Ébranleur du sol, maître des chevaux ; puis Hadès, dont le lot est de ré […] Lire la suite

ORACLE

  • Écrit par 
  • Marie DELCOURT
  •  • 1 954 mots

Dans le chapitre « Delphes »  : […] Un sanctuaire grec est un lieu élu où le sacré s'est manifesté et continue d'agir : ce que Delphes fut dès le milieu du II e  millénaire. Une sédimentation religieuse particulièrement riche et ancienne y est attestée par des fêtes où transparaissent des rituels initiatiques, par des objets sacrés (laurier, sources, trépied, chaudron, omphalos, feu éternel où les temples profanés allaient demander […] Lire la suite

PASTORALE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Daniela DALLA VALLE CARMAGNANI, 
  • Jacqueline DUCHEMIN, 
  • ETIEMBLE, 
  • Charlotte VAUDEVILLE
  •  • 6 897 mots

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Pour la mythologie grecque classique Apollon est le dieu de la lyre, Hermès celui des moutons d'Arcadie. Mais celui-ci, d'après l' Hymne à Hermès , est l'inventeur de la lyre, qu'il offrit à son frère pour prix de ses « vaches immortelles ». Apollon garda les troupeaux de Laomédon ( Iliade , XXI, 448) et ceux d'Admète en jouant de la flûte ( Alceste d'Euripide). D'autres personnages mythiques son […] Lire la suite

PÉAN

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 254 mots

Chant choral grec, généralement accompagné de lyre ou de flûte, caractérisé par le retour du cri Iô paian en refrain. Il est dédié par excellence à Apollon, le dieu guérisseur, dont péan est aussi l'épithète (cf. Péan, le nom du médecin d'entre les dieux, dans l' Iliade ). Un péan demande la délivrance d'un mal : ainsi les Achéens apaisaient, tout le jour « chantant le beau péan », le dieu qui le […] Lire la suite

PHIDIAS (Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 2 747 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un maître du « style sévère » »  : […] L'identité de Phidias nous a été transmise par Pausanias ( Description de la Grèce V, x , 2), qui a vu gravé sur la base de la statue de Zeus à Olympie : « C'est l'Athénien Phidias, fils de Charmidès, qui m'a fait. » Cette formulation archaïque a le mérite de souligner d'emblée un fait qu'occulte la longévité de l'artiste : Phidias est un sculpteur ancré dans la tradition archaïque. Sa première œ […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert DAVREU, « APOLLON, mythologie grecque », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/apollon-mythologie-grecque/