ENLUMINURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les enlumineurs

On fit appel, dans l'Antiquité classique, à des peintres célèbres pour exécuter les portraits d'écrivains, et l'on ne peut guère parler d'ateliers d'enlumineurs avant le Bas-Empire : ces ateliers romains ou provinciaux travaillaient indifféremment pour les païens et les chrétiens. Du vie au xiie siècle, la fabrication des manuscrits fut essentiellement une activité monastique. Le nom d'illuminator fut peu employé avant l'époque gothique, et c'est plutôt celui de pictor que l'on rencontre, par opposition au scriptor ; ce dernier calligraphiait le texte et a peut-être joui d'une plus grande considération que le pictor, car il est bien souvent le seul à être mentionné par le colophon. Il est possible que pictor et scriptor aient été un seul et même personnage, mais la réalité est plus complexe : pour un même ouvrage, il n'est pas rare d'avoir plusieurs scriptores dont un seul était peintre. D'autre part, les peintres ne restaient pas toujours dans le même monastère : ainsi Liuthard, protégé de Charles le Chauve, à la fois peintre et copiste, semble avoir exercé son art dans plusieurs abbayes ; au xie siècle, Albert de Trèves fut appelé à Cluny pour tenter de redonner un peu de lustre au scriptorium bourguignon. Il existait enfin des enlumineurs vivant en dehors de la règle monastique bien avant l'époque gothique. Citons le Lombard Nivardus que Gauzelin, abbé de Fleury, fit travailler pour son couvent, et le peintre laïque Foulque qui, à la fin du xie siècle, fut au service de l'abbé de Saint-Aubin d'Angers. Le lien entre les enlumineurs et les fresquistes reste encore à préciser ; il est vraisemblable que, dans plusieurs cas, les peintres de manuscrits furent aussi les auteurs de peintures murales. À l'époque gothique, l'apparition d'une clientèle nouvelle entraîna un changement de la condition des enlumineurs. Les livres destinés à de riches laïques furent désormais enluminés dans des ateliers où une équipe de peintres était dirigée par un maître en renom. L'activité de ces ateliers s'étendit rapidement à la peinture des statues, des ivoires et surtout des tableaux. Ces conditions expliquent en partie l'emprise de plus en plus forte de la peinture autonome sur le décor des manuscrits et la transformation de la conception de l'art de l'enluminure au xve siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Enluminure byzantine

Enluminure byzantine
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Évangiles d’Echternach, v. 700

Évangiles d’Echternach, v. 700
Crédits : BnF, cote cliché RC-B-12227

photographie

Codex Amiatinus

Codex Amiatinus
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Bible d'Alcuin

Bible d'Alcuin
Crédits : Zentralbibliothek, Zurich

photographie

Afficher les 11 médias de l'article


Écrit par :

  • : conservateur au département des Objets d'art du musée du Louvre
  • : directeur du Centre d'études supérieures de civilisation médiévale à l'université de Poitiers

Classification

Autres références

«  ENLUMINURE  » est également traité dans :

‘ABD-ŪS-SAMAD (XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 313 mots

Peintre persan du xiv e  siècle, fondateur avec Mīr Sayyid ‘Alī de l'école de peinture moghole en Inde. Né en Perse au sein d'une famille aisée, ‘Abd-ūs-Samad est déjà un calligraphe et peintre de renom lorsqu'il rencontre l'empereur moghol Humāyūn, en exil en Perse. Ce dernier l'invite en 1548 à l'accompagner en Inde, d'abord à Kaboul puis à Delhi. ‘Abd-ūs-Samad enseigne le dessin à Humāyūn et […] Lire la suite

AIX-LA-CHAPELLE, histoire de l'art et archéologie

  • Écrit par 
  • Noureddine MEZOUGHI
  •  • 1 004 mots
  •  • 2 médias

Aix connut son apogée quand Charlemagne s'y installa définitivement, en 794. Il entreprit alors la construction d'un vaste palais sur un plan régulier imité de l'Antiquité romaine. L'ensemble a malheureusement disparu, à l'exception de la célèbre chapelle. Les fouilles archéologiques sont impuissantes à en restituer le luxe, conçu à l'image de la cour byzantine, que Charlemagne voulait égaler. Il […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

  • Écrit par 
  • Jacques CARRÉ, 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 8 177 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La floraison de l'enluminure médiévale »  : […] La connaissance de la peinture médiévale anglaise reste très fragmentaire parce que la plupart des témoignages peints de l'art religieux ont été détruits par les ravages de l'humidité d'une part et par le vandalisme protestant d'autre part. La confiscation des biens de l'Église à la Réforme a entraîné la disparition de nombreux retables, panneaux et fresques. La frénésie iconoclaste des puritains […] Lire la suite

ANGLO-SAXON ART

  • Écrit par 
  • Patrick PÉRIN
  •  • 5 159 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'enluminure »  : […] L'enluminure des livres religieux est sans doute l'expression la plus spectaculaire et la plus connue de l'art anglo-saxon, son remarquable essor ayant été suscité par le dynamisme de la jeune Église insulaire. Comme sir David Wilson, l'un des meilleurs spécialistes de la question, l'a proposé, les enlumineurs anglo-saxons ont puisé à trois sources principales : d'une part le monde méditerranéen, […] Lire la suite

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 532 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'enluminure monastique »  : […] Pour exécuter ces mosaïques, les artistes n'ont donc retenu que certains thèmes de l'Apocalypse. Avec l'art de l'enluminure, qui va régner durant tout le Moyen Âge, c'est l'ensemble de l'ouvrage qui s'offre à l'inspiration des miniaturistes dans les abbayes d'Occident. Au point de départ, on trouve l'Espagne, qui donne très tôt une place importante à l'Apocalypse. L'ouvrage était utilisé par la l […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Peinture »  : […] Il nous reste peu d'exemples de la peinture monumentale. L'église d'Aght'amar était aussi somptueusement décorée à l'intérieur qu'à l'extérieur ; le cycle christologique et les portraits des saints qui recouvraient les parois sont conservés en majeure partie, malheureusement les couleurs sont délavées et se détériorent de plus en plus. À Tat'ev, les fragments d'une grande composition du Jugement d […] Lire la suite

ART DE COUR

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 4 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La peinture et l'apparition de l'italianisme dans les enluminures des frères de Limbourg »  : […] En 1396, Jean Malouel, originaire de Gueldre, fut nommé peintre en titre de Philippe le Hardi à Paris et à Dijon. Le tondo aux armes de Bourgogne du Louvre, attribué à Malouel, est une pietà trinitaire, reflétant une Trinité disparue, sculptée par Jean de Marville pour la chartreuse de Champmol, avec Dieu le Père tenant debout le Christ en croix. Deux des frères de Limbourg, ses neveux, Herman et […] Lire la suite

BARTHÉLEMY D'EYCK Maître du roi René (vers 1415/1419-apr. 1472)

  • Écrit par 
  • Claude SCHAEFER
  •  • 2 717 mots

Dans le chapitre « Barthélemy et le roi René d'Anjou »  : […] On a longtemps cru que quelques enluminures ajoutées à un livre d'heures de René d'Anjou (British Library, Londres, ms. Egerton, 1070 ) ont été peintes par Barthélemy lors de la captivité du roi à Dijon en 1435-1436, mais les armoiries ornant ce livre font penser, si l'on suit les conclusions de M. de Mérindol, à une date plus tardive vers l'année 1445 au plus tôt. L'enluminure macabre représentan […] Lire la suite

BEATUS DE SAN MILLÁN DE LA COGOLLA, province de la Rioja (Espagne)

  • Écrit par 
  • Christophe MOREAU
  •  • 266 mots

Le Beatus de San Millán de la Cogolla est le plus complet des trois copies réalisées dans ce monastère de la Rioja. L'ouvrage, conservé à la Real Academia de la Historia de Madrid, est composé de 282 feuilles de parchemin et mesure 355 × 240 mm. On pense qu'il a été commencé vers 1010, mais l'ouvrage, entrepris à l'époque troublée de la Reconquista ne fut achevé que vers la fin du xi e  siècle, […] Lire la suite

BEAUNEVEU ANDRÉ (connu entre 1360 et 1400)

  • Écrit par 
  • Nicole REYNAUD
  •  • 161 mots
  •  • 1 média

Peintre, enlumineur, sculpteur et architecte, Beauneveu, originaire de Valenciennes, commence sa carrière dans le nord de la France où il retournera à plusieurs reprises. C'est comme sculpteur de renom qu'il est employé en 1364 par Charles V à l'exécution des grandes statues de son tombeau et de ceux de Jean le Bon et de Philippe VI le Hardi (Saint-Denis), et en 1374 par Louis de Male, comte de F […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Danielle GABORIT-CHOPIN, Eric PALAZZO, « ENLUMINURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enluminure/