PARIS ÉCOLES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Nu couché les bras ouverts, A. Modigliani

Nu couché les bras ouverts, A. Modigliani
Crédits : Electa/ AKG

photographie

Bernard Buffet dans son atelier

Bernard Buffet dans son atelier
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


La première école de Paris

Utilisée pour la première fois par le critique André Warnod (1885-1960) dans le journal Comoedia en 1925, l'expression « école de Paris » désigne alors la vague d'artistes étrangers venus participer à la vie intellectuelle de la capitale dans les deux premières décennies du xxe siècle. À cette époque, et notamment grâce aux expositions universelles qui l'ont consacrée Ville Lumière, Paris représentait le premier foyer culturel et intellectuel mondial. Les artistes étrangers ont été très nombreux à venir y chercher un esprit de liberté. Il s'agissait non seulement de peintres, de sculpteurs, mais aussi de poètes, de musiciens et de photographes, de romanciers et de danseurs. Ainsi, l'expression « école de Paris » peut être appliquée largement à ceux qui ont entrepris d'écrire l'histoire de la modernité au tournant du xxe siècle.

Dans le champ de la création picturale, il appartient à Pablo Picasso (1881-1973) d'être reconnu comme la figure emblématique de la première école de Paris. D'origine barcelonaise, il vint s'établir dans la capitale en 1904. Menant une vie de bohème dans le quartier de Montmartre, où il habitait le Bateau-Lavoir, il est avec Georges Braque (1882-1963) l'initiateur du cubisme, considéré comme l'une des premières avant-gardes à rompre avec les codes traditionnels de la figuration. Mais le noyau dur de la première école de Paris peut s'étendre à quelques autres artistes étrangers qui ont vécu dans la même ambiance bohème du Paris du début du siècle : l'Italien Amedeo Modigliani (1884-1920), le Hollandais Kees Van Dongen (1877-1968), le Biélorusse Chaïm Soutine (1893-1943), le Russe [...]

Nu couché les bras ouverts, A. Modigliani

Nu couché les bras ouverts, A. Modigliani

Photographie

Amedeo Modigliani, «Nu couché les bras ouverts», 1917. Huile sur toile, 60 cm × 92 cm. Collection Gianni Mattioli, Milan. 

Crédits : Electa/ AKG

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : docteure en histoire de l'art à l'université de Paris-X-Nanterre, enseignante à l'université, auteure indépendante

Classification


Autres références

«  PARIS ÉCOLES DE  » est également traité dans :

L'ÉCOLE DE PARIS 1904-1929, LA PART DE L'AUTRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 968 mots
  •  • 1 média

Après avoir montré au début de l'année 2000 le rôle moteur des artistes français dans l'éruption du fauvisme et son expansion en Europe, le musée d'Art moderne de la Ville de Paris entendait nuancer cette image en mettant en évidence, pour une période allant de 1904 (arrivée de Picasso à Paris) à 1929 (début de la crise économique), la part des « étrangers » d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ecole-de-paris-1904-1929-la-part-de-l-autre/#i_231

BLOND MAURICE (1899-1974)

  • Écrit par 
  • Jacques ZEITOUN
  •  • 280 mots

Dans le groupe des artistes russes qui, par sa diversité, ses audaces et son intensité expressive, a constitué l'élément le plus vivant de ce qu'on a appelé l'école de Paris, le peintre Maurice Blond occupe une place à part. Maurice Blond, quoique russe, est né en Pologne en 1899. Il reçoit pendant quelque temps l'enseignement de l'école des Beaux-Arts de Varsovie. On ne peut dire qu'il en sorte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-blond/#i_231

BYZANTIOS KONSTANTINOS (1924-2007)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 634 mots

Peintre grec installé à Paris, Konstantinos Byzantios, appelé aussi « Dikos », a fait partie des grandes figures de l'école de Paris avec l'Espagnol Eduardo Arroyo et le Russe Serge Poliakoff. Né à Athènes en novembre 1924, il entre à l'école des Beaux-Arts d'Athènes dans les ateliers des maîtres Konstantinos Parthenis et Umberto Argyros. La capitale grecque est alors déchirée par la guerre civile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/konstantinos-byzantios/#i_231

DUFOUR BERNARD (1922-2016)

  • Écrit par 
  • Fabrice HERGOTT
  •  • 1 038 mots

Peintre, dessinateur, mais aussi photographe et écrivain, Bernard Dufour, né à Paris le 21 novembre 1922, est l'auteur d'une œuvre considérable. Élevé dans une famille d'artistes et de médecins, il connaît une jeunesse parisienne heureuse. Sa découverte passionnée de la nature dans la propriété de son père en pleine forêt de Rambouillet le conduira à entrer à l'Institut national agronomique de Pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-dufour/#i_231

ESTÈVE MAURICE (1904-2001)

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 759 mots

Né le 2 mai 1904 à Culan (Cher), Maurice Estève était l'un des derniers peintres de la génération qui constitua, dans l'immédiat après-guerre, la Nouvelle École de Paris dont il fut d'ailleurs l'un des principaux représentants. Élevé à la campagne par ses grands-parents, il rejoint son père, cordonnier, et sa mère, modiste, à Paris en 1913 avant de retourner vivre dans le Berry pendant la guerre. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-esteve/#i_231

GRIS JUAN (1887-1927)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 2 042 mots
  •  • 4 médias

Peintre espagnol de l' école de Paris mort prématurément, Juan Gris est aujourd'hui considéré comme l'un des maîtres du cubisme, le seul dont l'œuvre puisse se comparer à celle d'un Braque ou d'un Picasso. Il joua un rôle prépondérant dans l'élaboration et le développement de la seconde phase de la peinture cubiste, dite du cubisme synthétique , qui visait – en réaction contr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-gris/#i_231

KISLING MOÏSE (1891-1953)

  • Écrit par 
  • Liliane MEFFRE
  •  • 1 064 mots
  •  • 1 média

Moïse Kisling arrive à Paris en 1910, avec pour tout bagage un talent précoce de peintre et un immense amour de la France inculqué par son maître Joseph Pankiewicz, ami personnel de Renoir et de Bonnard. Né en Pologne, à Cracovie, le 22 janvier 1891, dans une modeste famille juive, Moïse Kisling était destiné par son père à une carrière d'ingénieur. Mais à quinze ans il quitte le collège pour l'éc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise-kisling/#i_231

LANSKOY ANDRÉ (1902-1976)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 643 mots

Peintre français d'origine russe, Andreï Mikhaliovitch Lanskoy est né à Moscou. Élevé à l'École des pages, il se destine tout d'abord au métier militaire, et lorsque éclate la Révolution de 1917, il s'engage dans l'armée blanche à Kiev, où il s'est réfugié. C'est en arrivant à Paris, en 1921, qu'il décide de se consacrer exclusivement à la peinture. Pratiquement autodidacte, il apprend les rudimen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-lanskoy/#i_231

LAURENCIN MARIE (1883-1956)

  • Écrit par 
  • Daniel MARCHESSEAU
  •  • 1 183 mots
  •  • 1 média

Artiste peintre, Marie Laurencin s'imposa dès 1907, au Salon des indépendants où elle expose pour la première fois, auprès de son amant Guillaume Apollinaire et au sein de la « bande à Picasso ». Elle fut chère dès ses débuts à Georges Braque, son condisciple à l'académie Humbert en 1904, comme elle le sera à Jean Cocteau, futur librettiste du ballet Les Biches en 1924. Parm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-laurencin/#i_231

LAURENS HENRI (1885-1954)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 1 256 mots

Henri Laurens, sculpteur français de l'école de Paris, est l'un des plus brillants représentants du mouvement cubiste. Son interprétation des principes fondamentaux de celui-ci se signala d'emblée par sa rigueur et son raffinement. De cette période, Laurens a légué un ensemble de constructions en matériaux hétéroclites et de bas-reliefs polychromés qui fournissent la plus scrupuleuse des traducti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-laurens/#i_231

LIVRE

  • Écrit par 
  • Jacques-Alexandre BRETON, 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Jean TOULET
  •  • 26 563 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Orientations des recherches graphiques »  : […] « Aujourd'hui, écrit Huysmans en 1880, pour plaire à cette cohue d'acheteurs qui fait emplette de livres soi-disant de luxe, par prose, par vogue, il faut recommencer les mièvreries du dernier siècle... » Le livre Art nouveau doit d'abord être compris comme une réaction moderniste contre ce passéisme et cet éclectisme régnants. Il rapproche l'art du livre des arts vivants (affiche, architecture, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/livre/#i_231

MAGNELLI ALBERTO (1888-1971)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 569 mots

« Riche », selon Achille Bonito Oliva, « d'une géométrie interne et silencieuse qui lui est propre », l'œuvre d'Alberto Magnelli s'inscrit dès 1915 dans le courant abstrait européen. Après un retour passager aux éléments figuratifs, l'artiste s'adonne à partir de 1935 à une expression résolument abstraite qui fait de lui l'une des personnalités les plus influentes de l'école de Paris. Autodidacte, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alberto-magnelli/#i_231

MESSAGIER JEAN (1920-1999)

  • Écrit par 
  • Michel FRIZOT
  •  • 391 mots

Le peintre français Jean Messagier fréquente en 1942 l'École des arts décoratifs de Paris où il travaille avec Brianchon et Oudot, mais son véritable apprentissage se fait dans la nature, avec laquelle il maintient un contact constant dans sa retraite de Colombier-Fontaine, près de Montbéliard, sa ville natale où il meurt en 1999. Après un voyage qu'il fait en Italie et en Algérie (1946-1948), son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-messagier/#i_231

MODIGLIANI AMEDEO (1884-1920)

  • Écrit par 
  • Claude SCHWEISGUTH
  •  • 1 823 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un Italien à Paris »  : […] La vie de Modigliani est à la fois bien et mal connue. Modigliani est devenu le héros de la bohème, incarnant à lui seul toutes les passions, toutes les folies de l'artiste maudit, au gré de la fantaisie de ses biographes et de ses nombreux amis. En s'en tenant strictement aux faits, sa fille, Jeanne Modigliani, s'est attachée, dans la mesure du possible, à démêler la vérité de la légende ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amedeo-modigliani/#i_231

POLIAKOFF SERGE (1900-1969)

  • Écrit par 
  • Michèle GRANDIN
  •  • 143 mots

Originaire de Russie, le peintre Serge Poliakoff quitte son pays en 1918 et voyage en Europe avant de s'établir à Paris en 1923. Il joue de la guitare pour assurer sa subsistance et fait de la peinture figurative à la Grande Chaumière. En 1937, il se convertit à la peinture abstraite sous l'influence de Robert et de Sonia Delaunay, de Wassili Kandinsky, et il participe au Salon des réalités nouvel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/serge-poliakoff/#i_231

SOUTINE CHAÏM (1893-1943)

  • Écrit par 
  • Jean LEYMARIE
  •  • 1 436 mots

La brusque irruption, au sein de l' école de Paris, d'artistes issus des communautés juives de l'ancien monde slave et qu'aucune tradition artistique ne prédisposait à leur destin est un des événements caractéristiques du début du xx e  siècle et dont les conditions ne se retrouveront peut-être jamais plus. Ces exilés profondément marqués par leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaim-soutine/#i_231

STAËL NICOLAS DE (1914-1955)

  • Écrit par 
  • Anne MALHERBE
  •  • 1 731 mots

Nicolas de Staël est considéré comme l'un des maîtres de l'art abstrait en France après la Seconde Guerre mondiale. Ses origines russes et sa mort précoce ont entretenu autour de lui la légende de l'artiste maudit. En réalité, sa peinture, d'apparence abstraite mais toujours fondée sur la perception du monde réel – peinture en quête d'harmonie colorée et de sensualité de la pâte –, a connu le su […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-de-stael/#i_231

UTRILLO MAURICE (1883-1955)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 1 254 mots

De Maurice Utrillo, peintre paysagiste français de l'école de Paris, la légende populaire et quelques biographes trop zélés ont fait un peintre maudit. En sacrifiant à la description d'une vie que la peinture sauva de la pire déchéance, on risque de ne pas accorder toute l'attention qu'elle mérite à une œuvre extrêmement abondante, limitée dans son propos, mais d'une incontestable originalité pen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-utrillo/#i_231

VAN DONGEN CORNELIS THEODORUS MARIE dit KEES (1877-1968)

  • Écrit par 
  • Charles SALA
  •  • 471 mots

Parmi les peintres du groupe fauve, un certain nombre d'artistes font figure d'isolés. Le plus intéressant d'entre eux est le Hollandais Van Dongen, par l'ampleur de son œuvre et par sa personnalité. Né près de Rotterdam, Van Dongen arrive à Paris en 1897. Sans ressources, il va exercer divers métiers avant de s'installer à Montmartre au Bateau-Lavoir. Le marchand Vollard lui organise en 1904 une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/van-dongen-cornelis-theodorus-marie-dit-kees/#i_231

ZAO WOU-KI, chin. ZHAO WUJI [TCHAO WOU-KI] (1921-2013)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 639 mots
  •  • 1 média

Un Chinois, Zao Wou-Ki , né en 1921 à Pékin, découvre seul l'art occidental et choisit de s'installer à Paris, où il apporte la tradition renouvelée d'un art plus que millénaire : cette aventure devait avoir lieu un jour ou l'autre, et déboucher (comme ce fut le cas) sur des illustrations pour des œuvres de René Char, d'André Malraux, de Henri Michaux. Ce dernier, avec qui il se lie d'amitié, cons […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zao-wou-ki-zhao/#i_231

Pour citer l’article

Claire MAINGON, « PARIS ÉCOLES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecoles-de-paris/