BRAQUE GEORGES (1882-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Quand je commence, il me semble que mon tableau est de l'autre côté, seulement couvert de poussière blanche, la toile. Il me suffit d'épousseter. J'ai une petite brosse à dégager le bleu, une autre, le vert ou le jaune : mes pinceaux. Lorsque tout est nettoyé, le tableau est fini. » Ce propos du peintre recueilli par Jean Paulhan suffirait à définir la peinture de Braque comme une matériologie, faite d'une stratification de couches qui préexistent à l'œuvre et que l'artiste révèle.

La peinture de Braque est en effet une peinture lentement élaborée, dans laquelle la matière travaillée, mêlée, acquiert cet aspect profond et dense qui fait qu'il y a Peinture. Braque opposait la peinture tactile, celle qui est proche du spectateur, qui agit vers lui, à la peinture visuelle qui s'éloigne vers un infini illusionniste. Sans doute à cause de cette relation à la matière, à cause aussi de la nature placide, paysanne et consciencieuse de l'homme, de ses propos moralistes, du caractère méditatif de sa peinture et de son souci des thèmes simples, la critique n'a-t-elle pas toujours su discerner le rôle primordial de Braque dans la révolution cubiste ni l'originalité et la force de son œuvre de maturité !

« La femme qui m'a le plus aimé », aurait dit Picasso en parlant de Braque. Cette formule galvaudée depuis ne doit pas être comprise comme une boutade un peu dérisoire. Elle est au contraire l'image qui restitue le plus exactement ce qui fut une aventure exemplaire, une expérience commune, celle du cubisme, initiée par deux artistes, coauteurs de la plus importante révolution plastique du xxe siècle, de laquelle aussi sont issues toutes les autres. De formation et de tempérament opposés, Braque et Picasso ont mené un dialogue sans égal dans l'histoire de l'art. C'est par ces deux expériences dialectiquement conjuguées de 1908 à 1914 que passe la connaissance de leur œuvre respectif.

Les années de formation

Georges Braque est né le 13 mai 1882 à Argenteuil où son grand-père et son père dirigeaient une entreprise de peinture en bâtiment, mai [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BRAQUE GEORGES (1882-1963)  » est également traité dans :

GEORGES BRAQUE (C. Einstein)

  • Écrit par 
  • Dominique CHATEAU
  •  • 950 mots

Paradoxalement,Georges Braque n'est pas un livre sur le peintre, comme le souligne Liliane Meffre, biographe de l'historien de l'art allemand Carl Einstein (1885-1940), spécialiste de ses écrits et directrice de cette pu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-braque/#i_8072

BATEAU-LAVOIR LE

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 706 mots

Situé sur une petite place, au niveau du numéro 13 de la rue de Ravignan à Paris, constitué par un amas hétéroclite de poutres, de planches et de verrières, qu'aucune compagnie ne consentit jamais à assurer contre les risques d'incendie, cet étrange ensemble d'ateliers vétustes et obscurs appartient à l'histoire de l'art moderne. En effet, à partir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-bateau-lavoir/#i_8072

CUBISME

  • Écrit par 
  • Georges T. NOSZLOPY, 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 445 mots
  •  • 1 média

Le cubisme constitue par son aspect expérimental le mouvement artistique le plus radical du premier quart du xx e  siècle. On considère généralement qu'il est à l'origine de tous les courants abstraits de l'art moderne et qu'il a exercé une influence profonde sur l'architecture et l'esthétique industrielle du xx e  siècle. Ses liens avec la littér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cubisme/#i_8072

INFORMEL ART

  • Écrit par 
  • Hubert DAMISCH
  •  • 3 500 mots

Dans le chapitre « « Le Chef-d'œuvre inconnu » »  : […] C'est ainsi que, pour Jean Paulhan, « la peinture informelle apparaît un certain jour de l'année 1910 : c'est lorsque Braque et Picasso se mettent à composer des portraits, où pas un homme de bon sens ne saurait distinguer des yeux, un nez ni une tête. Elle se poursuit, suivant des sens et des succès divers, avec Klee et l'école de l'art abstrai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-informel/#i_8072

KAHNWEILER DANIEL-HENRY (1884-1979)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 2 242 mots

Dans le chapitre « 28, rue Vignon »  : […] Daniel-Henry Kahnweiler a toujours conçu son rôle de marchand de manière partisane et propédeutique ; la confiance inaltérable qu'il a en son propre jugement (les doutes sont, chez lui, très rares et tardifs, et toujours liés au sentiment de vieillesse) est celle d'un homme des Lumières : adolescent, il voulait être chef d'orchestre, c'est-à-dire i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/daniel-henry-kahnweiler/#i_8072

LAURENS HENRI (1885-1954)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 1 256 mots

Dans le chapitre « Une difficile acclimatation »  : […] Né dans une famille d'ouvriers parisiens, Henri Laurens est un autodidacte. La fréquentation assidue d'un cours du soir ne compte guère en regard de la rude leçon que lui donne, par la taille directe des pierres sur le chantier, son métier de sculpteur ornemaniste. En 1911, sa solitude est rompue par la rencontre de Braque et la naissance d'une am […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-laurens/#i_8072

GÉNÉALOGIE DES DEMOISELLES D'AVIGNON - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 756 mots

1906 Discutant l'influence de l'art primitif sur l'esthétique de Picasso, et plus particulièrement sur la rupture que représente sur ce point Les Demoiselles d'Avignon , Henri Matisse souligna perfidement qu'il avait l'habitude d'acheter des sculptures africaines chez un marchand de la rue de Rennes et qu'il en avait montré à Picasso peu après leu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genealogie-des-demoiselles-d-avignon-reperes-chronologiques/#i_8072

NATURE MORTE À LA CHAISE CANNÉE (P. Picasso)

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 225 mots

Réalisée à Paris en mai 1912, la Nature morte à la chaise cannée de Picasso marque, dans l'histoire de la peinture, la découverte du collage. Celle-ci est issue du désir commun à Picasso et à Braque de retourner à la réalité face au risque d'abstraction du cubisme analytique dans sa phase la plus hermétique : après que Braque eut peint, en 1910, d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte-a-la-chaise-cannee/#i_8072

POINTE-SÈCHE

  • Écrit par 
  • Michel MELOT
  •  • 608 mots

Outil dont se servent les artistes pour graver une plaque de métal ; par extension, le terme désigne le procédé qui découle de l'utilisation de la pointe ou même l'épreuve imprimée qui en résulte. Les premiers graveurs en taille douce utilisaient un burin, qui demeura l'instrument de prédilection de la gravure classique et académique. Le burin creu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pointe-seche/#i_8072

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique BOZO, « BRAQUE GEORGES - (1882-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 janvier 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/braque-georges-1882-1963/