MANESSIER ALFRED (1911-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le peintre Alfred Manessier est mort le 1er août 1993 des suites d'un accident d'automobile, au terme d'une année où le renouveau de son audience nationale et internationale s'était traduit par une grande rétrospective de son œuvre dans les galeries nationales du Grand Palais à Paris, présentée ensuite à Rome et à Budapest, une autre étant consacrée à ses vitraux, une troisième à ses tapisseries. Enfin, le grand ensemble de vitraux qu'il avait réalisé dans l'église du Saint-Sépulcre d'Abbeville avait été inauguré la même année.

Alfred Manessier est né le 5 décembre 1911 à Saint-Ouen près d'Abbeville. Dès l'adolescence, il se tourne vers la peinture, réalisant nombre de marines de la baie de Somme. En 1929, il est admis en architecture à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. De fait, il devient peintre, copiant les maîtres au Louvre et fréquentant les académies de Montparnasse, en particulier l'académie Ranson où il passera un trimestre dans la classe de fresque de Bissière, avec les peintres Jean Le Moal, Jean-Marie Bertholle et le sculpteur Étienne-Martin. Il expose dès 1933 aux Indépendants, puis à la galerie Matières de René Breteau (avec, entre autres, Marcel Duchamp). Sa peinture s'inspire directement du surréalisme (il est voisin de palier de Masson), de Miró et de Picasso. Il réalise à cette époque une étonnante série de dessins. Réfugié à la campagne durant la guerre, il participe, en 1941, avec Bazaine, Estève, Singier, à la célèbre exposition Vingt Jeunes Peintres de tradition française à la galerie Braun, où il montre trois toiles surréalistes, déjà exposées en 1938, sans référence à une quelconque tradition, qu'elle soit ou non française ; mais l'étiquette de « tradition française » restera longtemps appliquée à son œuvre par une critique qui ne s'était jamais souciée des toiles qu'il avait présentées, en pied de nez à l'occupant, sous ce titre provocateur.

À la suite de sa conversion soudaine au christianisme, dont il n'avait jamais été proche, en 1943, sa peinture évolue radicalement vers une abstraction qui refuse la figuration illusio [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification


Autres références

«  MANESSIER ALFRED (1911-1993)  » est également traité dans :

PARIS ÉCOLES DE

  • Écrit par 
  • Claire MAINGON
  •  • 2 615 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La seconde école de Paris »  : […] L'expression « seconde, ou nouvelle, école de Paris » renvoie, quant à elle, à un ensemble d'artistes bien différents. Comprise dans sa définition la plus large, elle se réfère à tout ce que la capitale compta d'artistes indépendants dans les années entourant la Seconde Guerre mondiale, et intègre aussi bien les tendances figuratives réalistes que les expressions picturales abstraites. Dans un so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecoles-de-paris/#i_7939

Pour citer l’article

Pierre ENCREVÉ, « MANESSIER ALFRED - (1911-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-manessier/