SOUTINE CHAÏM (1893-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La brusque irruption, au sein de l'école de Paris, d'artistes issus des communautés juives de l'ancien monde slave et qu'aucune tradition artistique ne prédisposait à leur destin est un des événements caractéristiques du début du xxe siècle et dont les conditions ne se retrouveront peut-être jamais plus. Ces exilés profondément marqués par leur enfance et leur milieu natal ont dû, pour leur métier, tout apprendre en tirant tout d'eux-mêmes. Un étrange et saisissant génie émerge parmi eux, Soutine, qui ne pouvait peindre que devant le motif, mais en se laissant posséder par sa vision. Son registre se limite aux catégories les plus simples et les plus traditionnelles, paysage, portrait, nature morte, et dans chacune d'elles à quelques séries obsédantes où, quand la grâce le visite, la puissance tragique ou bien lyrique de son tempérament coïncide avec la splendeur miraculeuse de la touche.

Une irrépressible vocation

Dixième d'une misérable famille de onze enfants, Chaïm Soutine naît au petit village lituanien de Smilovitchi, près des rives de la Berezina. Dans cette obscure bourgade où la maison de prières n'avait aucun décor, il ignore l'atmosphère de chaleur patriarcale et de poésie mystique évoquée par Chagall dans ses souvenirs de Vitebsk. Il n'y connaît que la faim, les coups, les humiliations, l'hostilité d'un entourage qui s'oppose à son incompréhensible et scandaleuse vocation. À sept ans, ses parents l'enferment durant deux jours à la cave pour avoir troqué des instruments de cuisine contre des crayons de couleurs. Chassé de l'école en raison de son caractère difficile et de son humeur instable, il se réfugie dans l'immense forêt qui cerne le village, en subit l'envoûtement panique. Il est cruellement battu par la famille du rabbin, dont il veut faire le portrait.

Il s'enfuit à la cité voisine de Minsk, suit des cours de dessin, gagne ensuite Vilna, fréquente l'école des Beaux-Arts. En juillet 1913, à vingt ans, il débarque à Paris au plus haut de la révolution plastique modern [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SOUTINE CHAÏM (1893-1943)  » est également traité dans :

PARIS ÉCOLES DE

  • Écrit par 
  • Claire MAINGON
  •  • 2 615 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première école de Paris »  : […] Utilisée pour la première fois par le critique André Warnod (1885-1960) dans le journal Comoedia en 1925, l'expression « école de Paris » désigne alors la vague d'artistes étrangers venus participer à la vie intellectuelle de la capitale dans les deux premières décennies du xx e  siècle. À cette époque, et notamment grâce aux expositions universel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecoles-de-paris/#i_15658

RUCHE LA

  • Écrit par 
  • Guy BELOUET
  •  • 816 mots
  •  • 1 média

La Ruche est à Montparnasse ce que le Bateau-Lavoir fut à Montmartre : un foyer d'artistes (souvent misérables) rassemblés pendant la première moitié du xx e siècle dans des ateliers improvisés. Le Bateau-Lavoir a été détruit par un incendie en 1972 alors qu'il venait d'être classé par les Monuments historiques. La Ruche continue à recevoir les ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-ruche/#i_15658

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean LEYMARIE, « SOUTINE CHAÏM - (1893-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chaim-soutine/