Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

JOURNAL, Eugène Delacroix Fiche de lecture

Depuis sa première publication, en 1893, trente ans exactement après la mort de son auteur, le Journal de Delacroix (1798-1863) n'a cessé d'être considéré comme l'un des écrits les plus importants de l'histoire de l'art. Ce texte, remarquable par la finesse et la pénétration de ses analyses, tout comme par ses qualités littéraires, apporte des éléments décisifs sur Delacroix, sur son œuvre ainsi que sur son époque.

Du « Journal de jeunesse » à celui de la maturité

«  Je mets à exécution le projet formé tant de fois d'écrire un journal », écrit Delacroix en septembre 1822. « Ce que je désire le plus vivement, c'est ne pas perdre de vue que je l'écris pour moi seul ; je serai donc vrai, je l'espère ; j'en deviendrai meilleur. Ce papier me reprochera mes variations. Je le commence dans d'heureuses dispositions. » En dehors du lieu commun d'un écrit destiné au seul usage de son auteur (mais il faudra attendre une trentaine d'années avant que les intimes du peintre n'aient accès, de son vivant, à certains passages), ce début est aussi révélateur de la principale caractéristique du Journal, d'être intimement lié à la vie personnelle et professionnelle de Delacroix. Tel qu'il se présente aujourd'hui (et en l'absence d'une véritable édition critique qui permettrait, mieux que les publications actuellement disponibles, de discerner les différents types d'écrits et donc d'écriture de Delacroix), le Journal se divise en deux parties distinctes. La première, ou « Journal de jeunesse », assez brève, couvre les années 1822-1824, et se réduit à des notations très nombreuses et très rapides, souvent biographiques. Après une longue interruption entraînée par l'activité débordante de l'artiste, le Journal reprend en 1847 et se poursuit jusqu'à la mort de son auteur, en 1863. Beaucoup plus longue, elle est aussi plus fouillée, Delacroix n'hésitant pas à développer ses idées. Il est vrai qu'il y est poussé par la maladie qui le retient chez lui. « J'écris ceci au coin de mon feu », note-t-il en janvier 1847 après avoir ouvert ce nouveau Journal, « enchanté d'avoir été, avant de rentrer, acheter cet agenda, que je commence un jour heureux. Puissé-je continuer souvent à me rendre compte ainsi de mes impressions ! J'y verrai souvent ce qu'on gagne à noter ses impressions et à les creuser, en se les rappelant. »

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • D'EUGÈNE DELACROIX AU NÉO-IMPRESSIONNISME, Paul Signac - Fiche de lecture

    • Écrit par Barthélémy JOBERT
    • 1 069 mots
    • 1 média
    ...tard il était tombé dans un certain oubli. Signac regrettait que l'influence de celui qui avait été un maître et un ami ne fût pas davantage reconnue. C'est la publication du Journal de Delacroix, en 1893, qui le poussa à écrire D'Eugène Delacroix au néo-impressionnisme, qui avait pour...

Voir aussi