KERTÉSZ ANDRÉ (1894-1985)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Paris, A. Kertesz

Paris, A. Kertesz
Crédits : Frac-collection Aquitaine

photographie

La Martinique, 1er janvier 1972, A. Kertész

La Martinique, 1er janvier 1972, A. Kertész
Crédits : Courtesy Attila Pocze, Vintage Galéria, Budapest

photographie


Désigner un seul artiste comme le représentant exemplaire de cent cinquante ans de photographie est naturellement injuste. Pourtant, par son extraordinaire longévité créatrice et par la diversité des domaines et des styles qu'il a abordés, André Kertész apparaît comme l'archétype du photographe moderne. Celui que le dadaïste Paul Dermée saluait, lors de sa première exposition parisienne, en 1927, comme « frère voyant » est bien le père de toutes les photographies actuelles : parce qu'il a exploré toutes les possibilités d'un médium neuf en refusant inlassablement d'en systématiser une seule. Depuis la première photographie de nuit, réalisée en Hongrie en 1914, jusqu'au traitement de la transparence et des lumières grâce aux couleurs du Polaroid dans le New York des années quatre-vingt, Kertész a toujours considéré la photographie comme l'instrument de nouvelles possibilités d'écriture. Il a ouvert des voies, faisant le point à chaque étape par des livres et des expositions avant d'aborder de nouvelles recherches. S'il n'a eu à proprement parler ni école ni élèves, c'est qu'il a laissé à d'autres le soin d'approfondir les domaines qu'il défrichait sans jamais en épuiser aucun ; romantique, surtout soucieux d'émotions et de poésie, Kertész était incapable de systématiser, comme le font trop souvent les photographes, une seule de ses pratiques. De là, la difficulté à caractériser un style dont l'évolution a été marquée par soixante-dix années de production et d'expérimentations liées aux péripéties de la biographie.

À l'écart des écoles et des formalismes, mais sensible aux débats esthétiques, Kertész a poursuivi un parcours solitaire, souvent marqué par la difficulté, voire par un certain fatalisme ; la reconnaissance internationale, aussi unanime que tardive, n'a jamais modifié son point de vue : « J'ai commencé à photographier instinctivement. Je n'ai jamais essayé d'imiter quelque peinture ou travail graphique que ce soit ; la photographie elle-même était le moyen [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KERTÉSZ ANDRÉ (1894-1985)  » est également traité dans :

ANDRÉ KERTÉSZ (exposition)

  • Écrit par 
  • Noël BOURCIER
  •  • 1 002 mots

La rétrospective André Kertész, organisée du 28 septembre 2010 au 6 février 2011, au Jeu de Paume à Paris, rassemble près de trois cents « épreuves originales ou réalisées du vivant de l'artiste ». Si l'œuvre du photographe Kertész a déjà fait l'objet d'études approfondies (Of Paris and NewYork, 1985 ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-kertesz-exposition/#i_94962

MARCHÉ DE LA PHOTOGRAPHIE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF
  •  • 518 mots

1991 Christie's, New York : L'Atelier de Mondrian, 1926, d'André Kertész, est vendue 250 000 dollars (1 300 000 francs ou 198 000 euros […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marche-de-la-photographie-reperes-chronologiques/#i_94962

PARIS ÉCOLES DE

  • Écrit par 
  • Claire MAINGON
  •  • 2 616 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La première école de Paris »  : […] tels que l'Américain Man Ray (1890-1976) ou le Hongrois André Kertész (1894-1985), comptent également parmi les dignes représentants de cette école de Paris. Un nombre important d'entre eux étaient des juifs immigrés d'Europe de l'Est. Preuve de leur inscription dans la culture française, ces artistes ont généralement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecoles-de-paris/#i_94962

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 795 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le documentaire »  : […] la meilleure définition du genre : « La photographie est, dans un même instant, la reconnaissance d'un fait en une fraction de seconde et l'organisation rigoureuse des formes perçues visuellement qui expriment la signification de ce fait. » Cartier-Bresson qui avoue sa dette envers André Kertész, dont l'œuvre reste un modèle pour les plus avancés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_94962

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian CAUJOLLE, « KERTÉSZ ANDRÉ - (1894-1985) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-kertesz/