Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BOHÈME

L'expression « bohème littéraire » est utilisée depuis le xixe siècle pour qualifier un type de sociabilité fonctionnant sur le mode de la marginalité. Sémantiquement, le mot renvoie au peuple tzigane et à la région où Charles Nodier a planté ses sept châteaux (Histoire du roi de Bohême et de ses sept châteaux, 1830). Pourtant, l'histoire de ce « doublet linguistique » est pleine de zones d'ombre. On ne sait quand et comment le sens a glissé de la désignation du peuple rom à celle d'une catégorie d'hommes de lettres. En 1694, le Dictionnaire de l'Académie réunit « bohême », « bohémien » et « bohémienne » pour décrire une « sorte de gens vagabonds, libertins, qui courent le pays, disant la bonne aventure au peuple crédule, & dérobant avec beaucoup d'adresse ». L'épithète qualifie par extension une existence errante et des mœurs désordonnées. L'édition de 1835 enregistre l'expression « mener une vie de bohème » déjà présente chez Fénelon. Mais c'est le Grand Dictionnaire universel de Pierre Larousse qui file le plus longuement une métaphore revendiquée par la littérature et déjà devenue un cliché. Bohême : « nom donné, par comparaison avec la vie errante et vagabonde des Bohémiens, à une classe de jeunes littérateurs, ou artistes parisiens, qui vivent au jour le jour du produit précaire de leur intelligence ». Un poème de Béranger, « Les Bohémiens », aurait inspiré ce rapprochement, mais ce serait George Sand qui aurait été à l'origine de l'expression en achevant son roman La Dernière Aldini (1838) sur l'exclamation : « Vive la bohème ! » Larousse insiste sur la polysémie du mot : au Prince de la Bohême d'Honoré de Balzac (1840), il oppose les Confessions d'un Bohême de Xavier de Montépin (1849) ; bohème désigne ainsi autant l'errance aristocratique de La Palférine que les louches industries des intrigants parisiens que décrit Montépin. Henri Murger y reviendra dans son introduction aux Scènes de la vie de bohème (1851) : « les bohèmes de la littérature n'ont aucun rapport, avec les Bohèmes dont les dramaturges du Boulevard ont fait les synonymes de filous et d'assassins ». Tout au long du siècle, « bohème » renverra concurremment à d'autres modes de marginalités. La bibliographie des œuvres publiées entre 1800 et 1900 révèle des Bohêmes de la mer (Gustave Aimard, 1865), des Bohêmes du drapeau (Antoine Camus, 1863), des Bohèmes du désert (Auguste Foubert, 1867). On parle autant de la « bohème des étudiants » que de la « bohème commerciale », et, risquant l'oxymore, déjà de « bohème bourgeoise », expression remise à la mode au début du xxie siècle.

La vie d'artiste

Intérieur d'atelier, O. Tassaert

Intérieur d'atelier, O. Tassaert

Si le xixe siècle est le moment où cette réalité prend forme, le bohémianisme littéraire est prégnant dès la seconde moitié du xviiie siècle, moment où s'affirme l'« homme de lettres », dont la condition est le plus souvent précaire. Le recrutement se fait fréquemment dans le peuple ou dans la petite bourgeoisie, et devenir poète est perçu comme la condamnation à une vie de gueux. Mansarde, faim et froid, métiers divers en sont les attributs. Les écrivains non pensionnés par le roi, les puissants, ou par les journaux, ou ceux qui sont privés de place (lecteur, bibliothécaire, secrétaire...) sont voués à une vie incertaine. Ils doivent plaire et jouer les « amuseurs », comme on le voit dans Le Neveu de Rameau de Diderot. Robert Darnton a exploré cette bohème au voisinage de la Révolution française : moment de dérégulation de la vie littéraire, où l'homme de lettres est à la solde de la librairie ou de la police. À suivre Maurice Pellisson (Les Hommes de lettres au XVIIIe siècle, 1911), il reste probable que le roman d'un « mercenaire » des[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Intérieur d'atelier, O. Tassaert

Intérieur d'atelier, O. Tassaert

Café Griensteidl, R. Völkel

Café Griensteidl, R. Völkel

La Bohème, Giacomo Puccini

La Bohème, Giacomo Puccini

Autres références

  • BOHÈMES (exposition)

    • Écrit par Robert FOHR
    • 1 072 mots
    • 2 médias

    L'exposition Bohèmes, qui a marqué le calendrier culturel au Grand Palais à Paris du 26 septembre 2012 au 14 janvier 2013, explorait les origines et le développement d'un mythe moderne. La bohème artistique, née entre romantisme et réalisme, correspond en effet à une représentation...

  • CÉNACLES ROMANTIQUES

    • Écrit par France CANH-GRUYER
    • 2 432 mots
    • 1 média
    ...plaisirs et de goûts, l'extrême jeunesse de ses membres et les difficultés matérielles qu'ils connaissent les poussant spontanément à se créer un foyer. C'est la vie de bohème, pleine de fantaisie et de gaieté, avec des moments grandioses de mystifications macabres, d'orgies et de beuveries. Cette frénésie,...
  • CAFÉS LITTÉRAIRES

    • Écrit par Gérard-Georges LEMAIRE
    • 7 712 mots
    • 3 médias
    ...autres de peinture ; celui-ci de musique, celui-là de philosophie : poursuivant bravement l'idéal à travers la misère et les obstacles renaissants ». Tous ces personnages pittoresques sont passés à la postérité grâce aux Scènes de la vie de bohème. Son auteur, Henri Murger, a représenté le Parnasse...
  • CROS CHARLES (1842-1888)

    • Écrit par Hélène LACAS
    • 633 mots
    • 1 média

    Personnage hors du commun, autodidacte de génie qui fut également attiré par la littérature et par la science. Descendant d'une lignée de professeurs, né à Fabrezan (Aude), Charles Cros fait ses études sous la direction de son père. En 1860, il entre comme surveillant à l'Institution des sourds-muets...

  • Afficher les 14 références

Voir aussi