PARIS ÉCOLES DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La seconde école de Paris

L'expression « seconde, ou nouvelle, école de Paris » renvoie, quant à elle, à un ensemble d'artistes bien différents. Comprise dans sa définition la plus large, elle se réfère à tout ce que la capitale compta d'artistes indépendants dans les années entourant la Seconde Guerre mondiale, et intègre aussi bien les tendances figuratives réalistes que les expressions picturales abstraites. Dans un souci de pertinence, il est préférable de restreindre ce qualificatif aux peintres qui ont véritablement revendiqué et popularisé à cette époque les tendances non figuratives. Ainsi, on privilégiera des peintres comme Jean Bazaine (1904-2001), Alfred Manessier (1911-1993), Roger Bissière (1886-1964), Jean Le Moal (1909-2007), Édouard Pignon (1905-1993) ou Maurice Estève (1904-2001). Ces artistes ont pratiqué une forme d'art proche de l'abstraction pure dans les années où le régime nazi mettait au ban, sous le nom d'art dégénéré, les tendances modernistes. Ils exprimèrent, durant cette époque troublée, une résistance à l'oppression d'un réalisme de propagande dont la France n'était pas exempte.

Ces artistes non figuratifs se sont beaucoup regroupés pour exprimer la vitalité de l'art français et des tendances modernistes. La plupart de ceux qui viennent d'être cités furent à l'origine de la création du Salon de mai, une manifestation fondée en 1943 par le critique d'art Gaston Diehl. Ils y côtoyaient des artistes d'obédience figurative, sans autre clivage qu'un goût prononcé pour la modernité et le refus de tout académisme. Plus restreint fut le Salon des réalités nouvelles, fondé en 1946 et exclusivement réservé à des artistes abstraits.

Dans les années 1950, l'expression « seconde école de Paris » fut conservée pour continuer de désigner ces représentants des tendances abstraites françaises. Certains galeristes, tels Raymond Nacenta ou Denise René, présentaient régulièrement leurs œuvres dans des expositions qui tenaient lieu de manifestes esthétiques. Pourtant, il convient de ne pas dresser de barrières trop infranchissables entre les tendances figuratives et non figuratives de l'époque. L'œuvre d'un artiste comme Jean Fautrier (1898-1964), représentant majeur de l'art informel avec Jean Dubuffet (1901-1985), illustre bien la nécessité d'une nuance mesurée. Sa série des Otages, inspirée par son expérience de la Seconde Guerre mondiale, oscille entre le monde de la forme et du difforme pour aboutir à une expression mi-figurative, mi-abstraite très caractéristique des années 1940.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Nu couché les bras ouverts, A. Modigliani

Nu couché les bras ouverts, A. Modigliani
Crédits : Electa/ AKG

photographie

Bernard Buffet dans son atelier

Bernard Buffet dans son atelier
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteure en histoire de l'art à l'université de Paris-X-Nanterre, enseignante à l'université, auteure indépendante

Classification

Autres références

«  PARIS ÉCOLES DE  » est également traité dans :

L'ÉCOLE DE PARIS 1904-1929, LA PART DE L'AUTRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Isabelle EWIG
  •  • 969 mots
  •  • 1 média

Après avoir montré au début de l'année 2000 le rôle moteur des artistes français dans l'éruption du fauvisme et son expansion en Europe, le musée d'Art moderne de la Ville de Paris entendait nuancer cette image en mettant en évidence, pour une période allant de 1904 (arrivée de Picasso à Paris) à 1929 (début de la crise économique), la part des « étrangers » d […] Lire la suite

BLOND MAURICE (1899-1974)

  • Écrit par 
  • Jacques ZEITOUN
  •  • 280 mots

Dans le groupe des artistes russes qui, par sa diversité, ses audaces et son intensité expressive, a constitué l'élément le plus vivant de ce qu'on a appelé l'école de Paris, le peintre Maurice Blond occupe une place à part. Maurice Blond, quoique russe, est né en Pologne en 1899. Il reçoit pendant quelque temps l'enseignement de l'école des Beaux-Arts de Varsovie. On ne peut dire qu'il en sorte […] Lire la suite

BYZANTIOS KONSTANTINOS (1924-2007)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 634 mots

Peintre grec installé à Paris, Konstantinos Byzantios, appelé aussi « Dikos », a fait partie des grandes figures de l'école de Paris avec l'Espagnol Eduardo Arroyo et le Russe Serge Poliakoff. Né à Athènes en novembre 1924, il entre à l'école des Beaux-Arts d'Athènes dans les ateliers des maîtres Konstantinos Parthenis et Umberto Argyros. La capitale grecque est alors déchirée par la guerre civile […] Lire la suite

DUFOUR BERNARD (1922-2016)

  • Écrit par 
  • Fabrice HERGOTT
  •  • 1 038 mots

Peintre, dessinateur, mais aussi photographe et écrivain, Bernard Dufour, né à Paris le 21 novembre 1922, est l'auteur d'une œuvre considérable. Élevé dans une famille d'artistes et de médecins, il connaît une jeunesse parisienne heureuse. Sa découverte passionnée de la nature dans la propriété de son père en pleine forêt de Rambouillet le conduira à entrer à l'Institut national agronomique de Pa […] Lire la suite

ESTÈVE MAURICE (1904-2001)

  • Écrit par 
  • Philippe BOUCHET
  •  • 759 mots

Né le 2 mai 1904 à Culan (Cher), Maurice Estève était l'un des derniers peintres de la génération qui constitua, dans l'immédiat après-guerre, la Nouvelle École de Paris dont il fut d'ailleurs l'un des principaux représentants. Élevé à la campagne par ses grands-parents, il rejoint son père, cordonnier, et sa mère, modiste, à Paris en 1913 avant de retourner vivre dans le Berry pendant la guerre. […] Lire la suite

GRIS JUAN (1887-1927)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 2 044 mots
  •  • 4 médias

Peintre espagnol de l' école de Paris mort prématurément, Juan Gris est aujourd'hui considéré comme l'un des maîtres du cubisme, le seul dont l'œuvre puisse se comparer à celle d'un Braque ou d'un Picasso. Il joua un rôle prépondérant dans l'élaboration et le développement de la seconde phase de la peinture cubiste, dite du cubisme synthétique , qui visait – en réaction contre la période dite ana […] Lire la suite

KISLING MOÏSE (1891-1953)

  • Écrit par 
  • Liliane MEFFRE
  •  • 1 064 mots
  •  • 1 média

Moïse Kisling arrive à Paris en 1910, avec pour tout bagage un talent précoce de peintre et un immense amour de la France inculqué par son maître Joseph Pankiewicz, ami personnel de Renoir et de Bonnard. Né en Pologne, à Cracovie, le 22 janvier 1891, dans une modeste famille juive, Moïse Kisling était destiné par son père à une carrière d'ingénieur. Mais à quinze ans il quitte le collège pour l'éc […] Lire la suite

LANSKOY ANDRÉ (1902-1976)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 643 mots

Peintre français d'origine russe, Andreï Mikhaliovitch Lanskoy est né à Moscou. Élevé à l'École des pages, il se destine tout d'abord au métier militaire, et lorsque éclate la Révolution de 1917, il s'engage dans l'armée blanche à Kiev, où il s'est réfugié. C'est en arrivant à Paris, en 1921, qu'il décide de se consacrer exclusivement à la peinture. Pratiquement autodidacte, il apprend les rudimen […] Lire la suite

LAURENCIN MARIE (1883-1956)

  • Écrit par 
  • Daniel MARCHESSEAU
  •  • 1 183 mots
  •  • 1 média

Artiste peintre, Marie Laurencin s'imposa dès 1907, au Salon des indépendants où elle expose pour la première fois, auprès de son amant Guillaume Apollinaire et au sein de la « bande à Picasso ». Elle fut chère dès ses débuts à Georges Braque, son condisciple à l'académie Humbert en 1904, comme elle le sera à Jean Cocteau, futur librettiste du ballet Les Biches en 1924. Parmi les représentants de […] Lire la suite

LAURENS HENRI (1885-1954)

  • Écrit par 
  • Gérard BERTRAND
  •  • 1 256 mots

Henri Laurens, sculpteur français de l'école de Paris, est l'un des plus brillants représentants du mouvement cubiste. Son interprétation des principes fondamentaux de celui-ci se signala d'emblée par sa rigueur et son raffinement. De cette période, Laurens a légué un ensemble de constructions en matériaux hétéroclites et de bas-reliefs polychromés qui fournissent la plus scrupuleuse des traducti […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

6-28 octobre 2020 France. Annonce du reconfinement de la population.

écoles, collèges et lycées, ainsi que les services publics restent ouverts, et les maisons de retraite peuvent continuer à accueillir les familles.  […] Lire la suite

2-30 juin 2020 France. « Première victoire » contre la Covid-19.

écoles et collèges doivent rouvrir le 22 et la présence des élèves y sera obligatoire. Face à la crise, « l’État a tenu », affirme-t-il, se félicitant du sauvetage de « dizaines de milliers de vies » et de la mobilisation de « près de 500 milliards d’euros pour notre économie, pour les travailleurs, pour les entrepreneurs, mais aussi pour les plus  […] Lire la suite

14-29 février 2020 France. Progression de l'épidémie de coronavirus.

écoles des villes touchées sont fermées et les déplacements sont limités. Au niveau national, les rassemblements de plus de cinq mille personnes en milieu fermé sont interdits. Cent cas de Covid-19 sont diagnostiqués dans le pays ; deux malades sont morts. […] Lire la suite

4-29 avril 2019 France. Annonce des mesures inspirées par le « grand débat national ».

d’écoles et d’hôpitaux contre l’avis des maires concernés ; l’extension à la grande section du dédoublement des classes en zone prioritaire et la limitation du nombre d’élèves par classe jusqu’au CE1 ; des mesures en faveur du recouvrement des pensions alimentaires impayées ; la suppression des grands corps dans la fonction publique et de l’École nationale […] Lire la suite

21-25 novembre 2015 Belgique. Alerte terroriste maximale dans la région de Bruxelles.

Paris et Saint-Denis, dont deux d’entre eux auraient aidé Salah Abdeslam, le principal suspect recherché par la police, à regagner la Belgique après les faits. Les écoles, les crèches, le métro et les centres commerciaux sont fermés. Ce niveau d’alerte n’a été appliqué que deux fois auparavant. Le 22, les forces de l’ordre lancent une vaste opération […] Lire la suite

Pour citer l’article

Claire MAINGON, « PARIS ÉCOLES DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ecoles-de-paris/