Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

EXPOSITIONS UNIVERSELLES

Dans son Dictionnaire des idées reçues, Gustave Flaubert qualifie les expositions de « sujet de délire du xixe siècle », pointant ainsi un engouement pour ces manifestations qui ne s’est pas démenti par la suite. Nationales ou internationales, limitées aux seuls produits de l’industrie avant 1850, puis « universelles » ou thématiques, elles ont évolué au fil du temps, adoptant des formes et des caractéristiques variées, et constituent un phénomène majeur de l’histoire économique, industrielle, politique, sociale et culturelle de l’époque contemporaine. Par leur faste et leur caractère hétéroclite, voire leur extravagance, elles ont aussi rencontré un énorme succès populaire. Ainsi, à Paris, on compte 11 à 15 millions de visiteurs pour l’Exposition universelle de 1867, 32 millions pour celle de 1889, presque 51 millions en 1900. Elles ont fortement impressionné l’imaginaire collectif et marqué l’histoire du monde occidental et de nombreux pays « périphériques », au point qu’aujourd’hui encore parler d’« exposition universelle » ne laisse personne indifférent. Rappelons à cet égard que la France est candidate à l’organisation de l’exposition universelle prévue en 2025.

Les expositions internationales apparues en Occident au milieu du xixe siècle s’inscrivent dans une histoire plus ancienne. Sans remonter aux foires de Champagne, il faut évoquer les expositions industrielles instaurées à Paris sous le Directoire, dès 1798, par le ministre de l’Intérieur François de Neufchâteau pour relancer et protéger l’industrie française après les événements révolutionnaires et susciter une émulation entre fabricants et négociants. Strictement nationales, celles-ci ne concernent que les produits de l’industrie et se poursuivent régulièrement à Paris jusqu’en 1849. Parallèlement, des expositions de même nature sont organisées en Angleterre.

Sous le signe de la révolution industrielle

<em>Crystal Palace</em>, lithographie de George Baxter - crédits : Library of Congress, Washington, D.C.

Crystal Palace, lithographie de George Baxter

Les expositions sont étroitement liées à la révolution industrielle qui, par le développement de la mécanisation, du chemin de fer et de la navigation à vapeur, favorise la production à grande échelle et la distribution sur tous les continents de produits conçus pour satisfaire les besoins du plus grand nombre. Elles deviennent « internationales » pour la première fois à Londres, en 1851 (The Great Exhibition of All Nations au Crystal Palace), puis « universelles » à partir de l’exposition de 1855, à Paris, en ouvrant leur programme aux productions intellectuelles, particulièrement aux beaux-arts. Dès lors, elles vont se succéder à un rythme accéléré. Ainsi, Paris, qui a toujours développé un rapport privilégié avec ce type de manifestation, accueille cinq expositions universelles entre 1855 et 1900 (en 1855, 1867, 1878, 1889 et 1900) et recevra de nouveau les expositions internationales thématiques de 1925 (« arts décoratifs et industriels »), 1931 (« exposition coloniale ») et 1937 (« arts et techniques dans la vie moderne »). Dans le même temps, des expositions internationales comparables par leur ampleur et leur faste ont lieu dans d’autres villes européennes : Londres en 1862 et 1870-1874, Vienne en 1873, Barcelone en 1888 et 1929, Bruxelles en 1897 et 1910, Liège en 1905, Milan en 1906, Gand en 1913, etc. ; et sur d’autres continents : aux États-Unis (Philadelphie en 1876, Chicago en 1893 et 1933, Saint-Louis en 1904, San Francisco en 1915), mais aussi en Australie (Melbourne en 1880) et en Argentine (Buenos Aires en 1910).

Ce phénomène de répétition s’amplifie à tel point qu’après la Première Guerre mondiale il faut prendre des mesures pour les encadrer plus strictement ; pour les « moraliser » est conclue la Convention de Paris en 1928 et mise en place une institution intergouvernementale, active dès 1931 : le Bureau international des expositions (BIE), qui contrôle désormais l’organisation[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<em>Crystal Palace</em>, lithographie de George Baxter - crédits : Library of Congress, Washington, D.C.

Crystal Palace, lithographie de George Baxter

Canon conçu et fabriqué par la société Krupp - crédits : DeAgostini/ Getty Images

Canon conçu et fabriqué par la société Krupp

Exposition universelle de Paris, 1867 - crédits : Universal History Archive/ Universal Images Group/ Getty Images

Exposition universelle de Paris, 1867

Autres références

  • AALTO ALVAR (1898-1976)

    • Écrit par Gilles RAGOT
    • 2 590 mots
    • 2 médias
    ...comme l'une des figures du style international. Il remporte de nombreux concours qui lui permettent de réaliser notamment les pavillons de la Finlande aux expositions internationales de Paris en 1937 et de New York en 1939. Son premier voyage aux États-Unis en 1938 lui ouvre de nouvelles perspectives. Il...
  • ANDALOUSIE

    • Écrit par Michel DRAIN, Marcel DURLIAT, Philippe WOLFF
    • 10 381 mots
    • 17 médias
    ...siège du gouvernement. Elle ne parvient pas cependant à étendre son influence à toute l'Andalousie. Toutefois, Séville a mis à profit l'organisation de l' Exposition universelle de 1992 pour réaliser de grands travaux d'urbanisme et entamer la réhabilitation d'un centre historique très étendu, à la mesure...
  • ANDO TADAO (1941- )

    • Écrit par François CHASLIN
    • 1 885 mots
    • 1 média

    Lauréat de nombreux grands prix internationaux d'architecture, célébré par de vastes rétrospectives dans les principaux musées d'art contemporain, Andō Tadao est devenu l'architecte emblématique du Japon, l'une grandes figures internationales de la profession. Sa notoriété lui vient d'une expression...

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Architecture

    • Écrit par Monique MOSSER
    • 7 827 mots
    • 30 médias
    ...jusqu'alors inconnu. La démonstration absolue de ces formes potentielles devait être faite en 1851 par J. Paxton. Celui-ci dirigea à l'occasion de la première Exposition universelle la construction du Crystal Palace, vaste vaisseau transparent de plus de 500 mètres de long. L'activité industrielle et...
  • Afficher les 41 références

Voir aussi