KISLING MOÏSE (1891-1953)

Moïse Kisling arrive à Paris en 1910, avec pour tout bagage un talent précoce de peintre et un immense amour de la France inculqué par son maître Joseph Pankiewicz, ami personnel de Renoir et de Bonnard. Né en Pologne, à Cracovie, le 22 janvier 1891, dans une modeste famille juive, Moïse Kisling était destiné par son père à une carrière d'ingénieur. Mais à quinze ans il quitte le collège pour l'école des beaux-arts. L'accomplissement de sa vocation ne peut se faire, à ses yeux, qu'à Paris. Là il se lie avec nombre de peintres et de poètes et réside un certain temps au Bateau-Lavoir à Montmartre. Pendant l'été de 1912, il rejoint à Céret ses amis cubistes. Le marchand d'art Basler lui propose alors son premier contrat. La même année Kisling expose au Salon d'automne, où il ne passe pas inaperçu. Son appétit de vivre, son tempérament inventif et puissant, associés à de rocambolesques histoires — en particulier un duel au sabre avec un autre artiste polonais — le font rapidement devenir une figure phare de la vie de Montparnasse.

En 1914, lorsque la guerre éclate, Kisling s'engage dans la légion étrangère. Il y rencontre Blaise Cendrars dont il illustrera l'œuvre Guerre au Luxembourg en 1916. Blessé en 1915, il quitte définitivement le front. Sa valeureuse conduite lui vaudra la nationalité française en 1924.

Dès ses débuts, Kisling a trouvé ses thèmes : les êtres humains — par prédilection la femme — et les fleurs. Dans ses portraits, le regard traité avec minutie exprime souvent la tristesse ou l'angoisse des modèles. Kisling les situe dans leur temps par la coiffure, le maquillage, le vêtement ; il s'attache à créer une atmosphère et à faire ressortir la beauté nouvelle de la femme moderne. Les nus aux grandes formes épurées sont posés sur des tissus ou des divans dont la matière, les couleurs somptueuses ou le dessin raffiné évoquent l'Orient. Le Divan rouge, 1917, est un exemple achevé de la manière de Kisling.

La première grande exposition de Kisling a lieu à Par [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : historienne de l'art, professeur de littérature de langue germanique à l'université de Bourgogne

Classification

Pour citer l’article

Liliane MEFFRE, « KISLING MOÏSE - (1891-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moise-kisling/