L'ÉCOLE DE PARIS 1904-1929, LA PART DE L'AUTRE (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après avoir montré au début de l'année 2000 le rôle moteur des artistes français dans l'éruption du fauvisme et son expansion en Europe, le musée d'Art moderne de la Ville de Paris entendait nuancer cette image en mettant en évidence, pour une période allant de 1904 (arrivée de Picasso à Paris) à 1929 (début de la crise économique), la part des « étrangers » dans ce qu'il est convenu d'appeler l'École de Paris. Cette appellation fut lancée en janvier 1925 par le critique André Warnod pour désigner les artistes indépendants, tant français qu'étrangers, qui faisaient de Paris un des centres de la modernité. Néanmoins, la formule ne devait bientôt recouvrir que les seuls étrangers, pour des raisons souvent liées au retour à l'ordre et à la montée de la xénophobie. S'en tenant à cette dernière définition, l'exposition L'École de Paris 1904-1929, la part de l'autre, présentée du 30 novembre 2000 au 11 mars 2001, ne défendit en rien ces jugements douteux, si bien que certains éditoriaux lui reprochèrent de jouer la carte du « politiquement correct ».

Du point de vue de l'histoire de l'art, ce parti pris de « l'autre » avait le défaut de tronquer l'École de Paris de ce qui revenait aux artistes français. Car la richesse de l'École de Paris ne résidait-elle pas justement dans l'échange, comme l'atteste la cordée Picasso-Braque, sans laquelle le cubisme ne serait pas. Les directeurs de la revue Montparnasse en sont conscients comme en témoigne une lettre de novembre 1921 : « Nous nous plaçons au-dessus de toutes les frontières et qu'un camarade soit juif, russe, nègre, chinois ou français, que nous importe ? L'originalité de Montparnasse est précisément d'attirer tous les artistes du monde dans la grande communauté française. Leurs camarades français, d'ailleurs, vivent dans la meilleure intelligence avec eux. C'est peut-être le seul endroit du monde où une véritable république internationale des lettres et des arts existe... »

L'exhaustivité n'est pas touj [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Isabelle EWIG, « L'ÉCOLE DE PARIS 1904-1929, LA PART DE L'AUTRE (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ecole-de-paris-1904-1929-la-part-de-l-autre/