ARABE (MONDE)Littérature

Médias de l’article

Séances d'al-Harîrî

Séances d'al-Harîrî
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Al-Idrisi : l'Inde

Al-Idrisi : l'Inde
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


La littérature arabe a vécu jusqu'au xixe siècle sur ses propres concepts, en définissant ses propres catégories. C'est dire qu'en ce domaine toute manipulation imprudente conduit à l'incompréhension, tout rapprochement hasardeux altère la réalité des faits. Si l'on s'entête ici à partir du concept de littérature, tardivement et fort mal défini d'ailleurs en Europe, on sera contraint de procéder à une cueillette de réalisations disparates où l'on aura reconnu des traits conventionnellement retenus pour définir le « littéraire ».

Les Arabes ont attendu la fin du xixe siècle pour attribuer au mot adab le sens de littérature et signifier ainsi que leur production allait souscrire à des normes devenues peu ou prou universelles. En attendant ce ralliement et l'évolution qui s'ensuivit, il faut analyser cette œuvre monumentale par référence à la stratégie culturelle qui fixa l'essentiel de ses orientations. Ainsi pourrons-nous percevoir le mouvement qui l'anime, comprendre les règles de son économie et adopter des lignes de force spécifiquement littéraires, reliées à l'histoire et non plus à l'événement dynastique.

Un fait s'impose à l'observation : si la poésie précède l'islam de plusieurs siècles, c'est autour du Coran que se déploie le dispositif culturel arabe. Les disciplines linguistiques – la grammaire et la philologie, la lexicographie, plus tard la rhétorique – entreprennent d'établir le pouvoir du discours sur la langue. La pensée, le temps et l'espace sont colonisés par le théologien avec – et contre, dans une certaine mesure – le philosophe, l'historien, le géographe. La loi est l'objet d'une élaboration sans cesse affinée du texte juridique et politique. Tout relève d'une entreprise scientifique conduite par des clercs.

Cette entreprise n'a pas été menée à son terme sans conflits violents. Comme le révèle le flux des conversions, l'Islam n'a pas gagné immédiatement à sa cause les peuples conquis. Il n'a pas réduit sans mal les résistances idéologiques et cult [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 44 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

Classification

Voir aussi

ADAB    LANGUE ARABE    THÉÂTRE ARABE    'ARIB IBN SAVERD    BALAGHA    BASSAR IBN BURD    BUTRUS AL BUSTANI    AHMAD FARIS AL CHIDYAQ    DJURDJANI ou GURGANI    LITTÉRATURE ÉGYPTIENNE époque moderne    LITTÉRATURE ARABE ENCYCLOPÉDIQUE    ESPAGNE histoire : Moyen Âge jusqu'au XIIe s.    GÉOGRAPHIE ARABE    JAMAL AL GITANI    UNSI AL HAJJ    EDOUARD AL HARRAT    IBN ABD RABBIH    IBN AL-HATIB ou KHATIB    IBN AL-HAYTHAM    IBN BASSAM    IBN SUHAYD    YUSUF IDRIS    IMITATION poétique    LITTÉRATURES IRANIENNES    ISLAM histoire    SCIENCES DE L'ISLAM    THÉOLOGIE ET PHILOSOPHIE ISLAMIQUES    JUBRAN ou DJUBRAN    GASSAN KANAFANII    KHATABA    LÉGENDES    LITTÉRATURE LIBANAISE    LITTÉRATURES MAGHRÉBINES    LYRISME MÉDIÉVAL    PHILOSOPHIES & THÉOLOGIES MÉDIÉVALES jusqu'au XIIe siècle    MIMÉSIS    HANNA MINAH    MU'ALLAQAT    AL- MU'TAMID    MUWASHSHA    AL MUWAYLIHI    LITTÉRATURE ORALE    ORIENTALISME langues et civilisations    LITTÉRATURE PALESTINIENNE    PANÉGYRIQUE    LITTÉRATURE PERSANE    POÉSIE ARABE    POÉSIE DE COUR    HAZIM AL- QARTAGANNI    QASIDA    RÉALISME littérature    REPRÉSENTATION THÉÂTRALE    ROMAN & SOCIÉTÉ    SATIRE genre poétique    ROYAUME DES TAIFAS    TAKHYIL    THÉÂTRE POPULAIRE    VOYAGEURS AU MOYEN ÂGE    SA'D ALLAH WANNUS    YAZIJI ou YAZIDGI    JURJI ZAYDAN    ZIRYAB

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, Hammadi SAMMOUD, Hachem FODA, Charles PELLAT, André MIQUEL, Élisabeth VAUTHIER, « ARABE (MONDE) - Littérature », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/