PHILOLOGIE

Le sens du mot « philologie » (spécialement imprécis dans l'usage français) ne peut guère se définir que par opposition avec d'autres termes, parfois à peine moins vagues : linguistique, critique littéraire, histoire de la littérature. Le champ d'application de la philologie recouvre partiellement les divers domaines ainsi désignés, tout en conservant une spécificité qui, il est vrai, s'est beaucoup estompée durant la première moitié du xxe siècle. Cette ambiguïté est la conséquence de l'ancienneté du mot, qui véhicule un certain nombre de notions très antérieures à la formation des sciences modernes : contradiction qu'a fait ressortir la diffusion, depuis environ 1920, des méthodes dites structurales.

Dans son acception la plus générale, la philologie peut être considérée de trois points de vue : elle vise à saisir, dans leurs manifestations linguistiques, le génie propre d'un peuple ou d'une civilisation et leur évolution culturelle ; elle résulte de l'examen des textes que nous a légués la tradition en question ; elle embrasse non seulement la littérature, mais tout l'écrit. Dans la pratique, la philologie tend à se ramener à l'interprétation textuelle des documents.

On peut donc dire à la fois qu'elle est et qu'elle n'est pas une discipline particulière : elle l'est, dans la mesure où elle traite de questions bien distinctes (ainsi, l'histoire des manuscrits d'un texte, la comparaison critique des variantes) ; elle ne l'est pas, dans la mesure où toutes les questions dont elle s'occupe constituent les éléments d'un système compact, le passé humain, en tant que nous cherchons à le comprendre dans le présent.

De toute manière, la philologie est ainsi liée à une conception de la continuité historique. Elle se fonde sur l'idée d'une société rassemblée par le lien du langage et dont l'existence englobe la durée entière d'une tradition : sa fonction consiste à maintenir les monuments de cette dernière dans le plus grand état de pureté, afin d'en préserver le contenu, spécialement dans les domaines où prédominent les valeurs imaginatives ou esthétiques – littérature, mais aussi, quant à leurs sources écrites, religi [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : ancien professeur aux universités d'Amsterdam, de Paris-VII, de Montréal

Classification


Autres références

«  PHILOLOGIE  » est également traité dans :

AMPÈRE JEAN-JACQUES (1800-1864)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 330 mots

Historien et philologue français né le 12 août 1800 à Lyon, mort le 27 mars 1864 à Pau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-jacques-ampere/#i_803

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le modèle oriental »  : […] Dans le domaine des études philologiques et lexicographiques qui sont à la base de la culture générale, c'est encore un Irakien, Abū ‘Alī al-Qālī (288-356/901-967), qui, venu à Cordoue au début du ive/xe siècle, donne le ton avec ses Amālī […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_803

ARISTARQUE DE SAMOTHRACE (-220--143)

  • Écrit par 
  • Alain LABROUSSE
  •  • 175 mots

Critique et grammairien grec, remarqué pour sa contribution aux études homériques. Aristarque se fixa à Alexandrie où il fut un élève d'Aristophane de Byzance et devint, en ~ 153, directeur de la Bibliothèque. Plus tard, il se retira à Chypre. Il fonda une école de philologues (qui recevront, après sa mort, le nom d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aristarque-de-samothrace/#i_803

BIBLE - L'étude de la Bible

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 6 431 mots

Dans le chapitre « Causes et effets du renouveau biblique »  : […] l'utilisation de « toutes les ressources que fournissent les différentes branches de la philologie ». Et il affirma que « le texte primitif a plus d'autorité et plus de poids qu'aucune version, même la meilleure, ancienne ou moderne ». Dès lors, sans nier, loin de là, la suprématie dont elle avait bénéficié dans l'histoire de l'Église latine au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-l-etude-de-la-bible/#i_803

BOLLACK JEAN (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Denis THOUARD
  •  • 1 198 mots

Né à Strasbourg en 1923, Jean Bollack a rendu à la philologie, comprise comme étant non seulement l'étude des textes anciens, mais aussi la réflexion sur leur compréhension, sa dimension cognitive et critique. Formé à l'université de Bâle dans la grande tradition de la philologie allemande, il en reprend l'exigence de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bollack/#i_803

BOPP FRANZ (1791-1867)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 538 mots

Né à Mayence, Franz Bopp étudie à Paris de 1812 à 1816 (le persan, l'arabe, l'hébreu, le sanskrit), puis à Londres de 1816 à 1820. Il est le fondateur de la méthode comparative en linguistique. Son ouvrage, Le Système de conjugaison du sanscrit comparé avec celui des langues grecque, latine, persane et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-bopp/#i_803

BRUNSCHWIG JACQUES (1929-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 263 mots

Nanterre, Paris, ainsi qu'à l'étranger (Princeton, Berlin, Venise et Padoue, Cambridge). On lui doit de nombreux articles, où sont abordés aussi bien l'histoire et les structures de la philosophie antique que les problèmes liés aux conflits d'interprétation dans leur analyse, et ceux qui touchent à la critique textuelle et à la traduction des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-brunschwig/#i_803

BUDÉ GUILLAUME (1468-1540)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine de LA GARANDERIE-OSTERMAN
  •  • 2 838 mots

Dans le chapitre « La ferveur des études »  : […] alors le grec pratiquement sans maître et presque sans instruments de travail. Toujours cultivant son propre mythe, il se peindra comme un autodidacte et un pionnier. L'étude avait été pour Budé l'objet d'une vocation tardive et impérieuse, elle fut toute sa vie l'objet d'une ferveur passionnée (il appelait la Philologie sa maîtresse, ses amours […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-bude/#i_803

CHADWICK JOHN (1920-1998)

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER
  •  • 1 091 mots

Après avoir commencé des études de philologie classique à Cambridge, John Chadwick fut employé quelque temps pendant la Seconde Guerre mondiale par les services secrets de la marine britannique à Alexandrie chargés de décrypter les messages italiens. Cette expérience a joué un grand rôle dans sa formation. John Chadwick a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-chadwick/#i_803

COMMENTAIRES, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 484 mots

Le mot latin commentarii désignait des recueils de notes ou de documents de types divers (Mémoires d'un homme public ou d'un particulier, journal officiel, registres, pièces judiciaires, procès verbaux, annotations explicatives...) ; on le retrouve dans les titres de quelques-uns des ouvrages où les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/commentaires-genre-litteraire/#i_803

CORAN (AL-QURĀN)

  • Écrit par 
  • Régis BLACHÈRE, 
  • Claude GILLIOT
  •  • 13 263 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'orientation linguistique »  : […] On se doit d'insister sur l'importance de la philologie dans l'exégèse coranique. Le grammairien Ibn Fāris (mort en 395/1004), en effet, n'hésite pas à appeler la science de la langue « la science des Arabes », ce qui, selon A. Roman « est un indice de la place très grande faite à la science de la langue dans l'organisation arabe et musulmane du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coran/#i_803

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 911 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La philologie »  : […] xvie siècle : « grammairien », « critique », « philologue » désignent alors l'éditeur des textes anciens. En anglais, la philologie se nomme encore textual criticism. Il s'agit du modèle le plus ancien et incontestable de la critique littéraire, perpétué depuis la redécouverte des lettres à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_803

DAI ZHEN [TAI TCHEN] (1724-1777)

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE
  •  • 497 mots

Une des plus fortes têtes du xviiie siècle chinois qui en compta tant, Dai Zhen, alias Dai Dongyuan, participa au grand mouvement de réforme du confucianisme qui s'attaquait au « néo-confucianisme » de l'école de Zhu Xi, devenu orthodoxie officielle depuis plusieurs siècles. Ses adversaires l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dai-zhen-tai-tchen/#i_803

DELCOURT MARIE (1891-1979)

  • Écrit par 
  • Marcel DETIENNE
  •  • 1 058 mots

faciles qu'attendues. Toutefois, Marie Delcourt n'était ni Anaïs Nin ni Emma Goldmann. Éditrice de manuscrits astrologiques grecs et de liasses de lettres d'Érasme de Rotterdam, elle œuvre dans un domaine en apparence étrangement désuet – l'internationale humaniste –, quand, après les années 1930, il faut faire face à la « crise des humanités ». […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-delcourt/#i_803

DICTIONNAIRE

  • Écrit par 
  • Bernard QUEMADA
  •  • 7 981 mots

Dans le chapitre « Historique »  : […] d'Ambrogio Calepino (2 langues en 1502, 11 en 1588) en est un bon exemple. Les dictionnaires philologiques sont dus à de célèbres érudits et, avec eux, s'affirme le concept de « dictionnaire général » d'une langue. Les perfectionnements appliqués au traitement des langues littéraires anciennes, et d'abord au latin, ont ouvert la voie aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dictionnaire/#i_803

DOLET ÉTIENNE (1509-1546)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POUILLOUX
  •  • 482 mots

Après avoir fait à Paris des humanités classiques très soignées, Étienne Dolet entreprend le traditionnel tour des universités européennes, notamment à Padoue, qui est l'un des centres les plus réputés de l'humanisme italien avec une forte coloration épicurienne. Après un passage à Toulouse (droit), où son éloquence fait des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-dolet/#i_803

DRIOTON ÉTIENNE (1889-1961)

  • Écrit par 
  • Michèle JURET
  •  • 529 mots

Étienne Marie Félix Drioton fut l’un des grands égyptologues français du xxe siècle. Né le 21 novembre 1889 à Nancy, il est l’aîné des cinq enfants d’Étienne Jean Drioton et de Félicie Moitrier. Dès l’âge de onze ans, élève à Saint-Sigisbert, il se passionne pour la civilisation égyptienne, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etienne-drioton/#i_803

ÉCRITURE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BALPE, 
  • Anne-Marie CHRISTIN
  •  • 10 417 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'écriture et l'Occident »  : […] en tant que telle que la langue qu'elle avait permis de véhiculer : sa Grammaire s'ouvre par un hommage à la philologie, science nouvelle, et science dominante, de son temps. Il était parvenu à lire les hiéroglyphes parce qu'il avait eu l'idée de comparer des textes rédigés en deux langues anciennes, – égyptienne et grecque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecriture/#i_803

ÉPIGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH, 
  • Jean POUILLOUX
  • , Universalis
  •  • 7 220 mots

Dans le chapitre « L'exploitation des inscriptions »  : […] Le philologue en revanche trouve beaucoup à apprendre dans les textes épigraphiques : l'évolution de la morphologie y est saisie réellement ; on y assiste à la disparition des formes anciennes, à la propagation des formes analogiques qui composent la langue commune de l'époque hellénistique ; une étude des dialectes grecs ne peut se concevoir sans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigraphie/#i_803

ERYA [EUL-YA]

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 182 mots

Le plus ancien des dictionnaires chinois, un des treize classiques du confucianisme. Le Erya n'est pas un dictionnaire de caractères, mais un vocabulaire avec des explications. Ce vocabulaire paraît surtout emprunté au Livre des odes ou Shi jing […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erya-eul-ya/#i_803

ESTIENNE ou ÉTIENNE LES

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 712 mots

Au xvie siècle, les Estienne forment une famille d'imprimeurs et d'érudits. Célèbres en leur temps, ils le sont demeurés pour la qualité des travaux auxquels ils se sont attachés. Leur marque, un olivier, évoque Laure de Montolivet, mère d'Henri Ier Estienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/estienne-etienne/#i_803

ÉTYMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul ZUMTHOR
  •  • 5 463 mots

Dans le chapitre « Problèmes et directions de recherche »  : […] d'un mot (ou d'un ensemble de mots), c'est-à-dire sa continuité au cours du temps, est l'objet d'une critique fondamentale qui, lorsqu'il s'agit (comme c'est le cas le plus général) d'examiner des témoignages écrits, relève de la philologie. On établit, sur la base de documents les plus nombreux possible, les diverses formes revêtues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etymologie/#i_803

FREUD SIGMUND (1856-1939)

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER, 
  • Marthe ROBERT
  •  • 16 135 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un art de l'interprétation »  : […] in statu nascendi renoue avec la tradition judéo-chrétienne de l'interprétation des textes, devenue, sous sa forme sécularisée, philologie, critique et théorie de la littérature. C'est bien là que Freud pactise avec la littérature et, non content d'égaler Joseph, fils de Jacob et de Rachel, surpasse Nietzsche et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sigmund-freud/#i_803

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Les grammairiens grecs

  • Écrit par 
  • Jean LALLOT
  •  • 2 796 mots

Dans le chapitre « Les « parties du discours » : la grammaire comme étude autonome »  : […] empeiria), au mieux un art (tekhnè), mis au service de l'étude philologique ; on voit bien là la marque de l'origine « alexandrine » de cette conception de la grammaire. En fait, après quelques paragraphes consacrés à la lecture (aspects esthétiques et phonétiques), le traité se centre sur un unique objet : la classification des huit parties du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaires-histoire-des-les-grammairiens-grecs/#i_803

LA GRÈCE DE PERSONNE (J. Bollack)

  • Écrit par 
  • Denis THOUARD
  •  • 1 359 mots

En réunissant des études écrites sur près de quarante années (1958-1997), Jean Bollack fait la démonstration des possibilités de la philologie, au sens fort qu'il lui donne. Il réfléchit en même temps au chemin parcouru et à l'itinéraire intellectuel qui l'a permis : les essais qui composent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-grece-de-personne/#i_803

GRIMM JAKOB (1785-1863) et WILHELM (1786-1859)

  • Écrit par 
  • Michel-François DEMET
  •  • 1 737 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'œuvre philologique »  : […] Les deux frères s'intéressaient depuis longtemps à la littérature médiévale allemande. Ils avaient remarquablement commenté et édité la Chanson des Nibelungen (Nibelungenlied), Le Pauvre Henri (Der arme Heinrich, début du xiii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grimm-jakob-et-wilhelm/#i_803

GRONOVIUS JOHANN FRIEDRICH GRONOUW dit (1611-1671)

  • Écrit par 
  • Paul DIBON
  •  • 793 mots

Né à Hambourg, de David Gronouw, conseiller du duc de Holstein, et de Margaretha Langermann, Johann Friedrich, qui devait latiniser son nom en Gronovius, fit ses premières études à Brême et à Hambourg. En 1631, après avoir visité Iéna et Leipzig, il arrête sa pérégrination académique à Altdorf, près de Nuremberg, afin d'y compléter ses études […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gronovius/#i_803

GUYONVARC'H CHRISTIAN-JOSEPH (1926-2012)

  • Écrit par 
  • Jean-Yves PLOURIN
  •  • 434 mots

Linguiste, philologue, spécialiste du monde celtique ancien, Christian-Joseph Guyonvarc'h a profondément renouvelé notre connaissance du monde celtique. Il est né le 18 octobre 1926, à Auray. Son enfance se déroule entre deux mondes. D'un côté Lorient, de l'autre la Bretagne intérieure, où la vie quotidienne est liée à la pratique du breton jusque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christian-joseph-guyonvarc-h/#i_803

HADOT PIERRE (1922-2010)

  • Écrit par 
  • Michel TARDIEU
  •  • 1 847 mots

Philosophe, historien, philologue, Pierre Hadot poursuit le projet d'une définition d'un modèle éthique que l'homme contemporain peut découvrir dans l'Antiquité. Dans l'œuvre considérable de Pierre Hadot, le projet s'articule sur deux types de recherches connexes : l'analyse critique de l'argumentation spéculative des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-hadot/#i_803

HERMÉNEUTIQUE

  • Écrit par 
  • Jean GREISCH
  •  • 3 285 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La circularité herméneutique (F. Schleiermacher) »  : […] décisive sur le développement de l'historicisme. Boeckh défend une conception de la philologie dont la vocation fondamentale est de mieux connaître ce qui est déjà connu. La philologie conjugue l'interprétation (« compréhension absolue ») et la critique (« compréhension relative »). La formule « connaître le connu » vaut pour les quatre types […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hermeneutique/#i_803

HUIZINGA JOHAN (1872-1945)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 1 116 mots

Le plus grand historien néerlandais du xxe siècle était le fils d'un célèbre professeur de physiologie à l'université de Groningue. Johan Huizinga naquit dans cette ville où il commença par étudier, de 1891 à 1895, les lettres néerlandaises et la civilisation orientale. Il se spécialise en linguistique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johan-huizinga/#i_803

HUMBOLDT WILHELM VON (1767-1835)

  • Écrit par 
  • Pierre CAUSSAT
  •  • 1 056 mots

Une biographie « explicite » permet de repérer l'appartenance effective de Humboldt à une période chargée d'événements qui ont remodelé la configuration politique et théorique de l'Europe. D'abord témoin passionné mais discret des renouvellements culturels de son temps (lisant Kant et correspondant avec Schiller et Goethe), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-von-humboldt/#i_803

INDO-EUROPÉEN

  • Écrit par 
  • Guy JUCQUOIS
  •  • 7 981 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Premiers travaux »  : […] Le mérite d'avoir synthétisé ces premières recherches et indiqué le chemin qui devait conduire à la naissance d'une nouvelle discipline fondée sur la comparaison génétique est attribué à l'orientaliste anglais sir William Jones (1746-1794) ; dans un discours prononcé en 1786 devant la Royal Asiatic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indo-europeen/#i_803

LEJEUNE MICHEL (1907-2000)

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER
  •  • 862 mots

En 1954, il est l'un des premiers à saluer le déchiffrement du linéaire B par le Britannique Michaël Ventris, qui montre que les textes mycéniens sont des textes grecs. Dès cette année-là, il consacre aux documents mycéniens l'un de ses séminaires. En avril 1956, il organise à Gif-sur-Yvette, autour de Ventris et de Chadwick, le premier colloque d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-lejeune/#i_803

LINGUISTIQUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre KUENTZ
  •  • 5 325 mots
  •  • 2 médias

La rupture de l'unité ancienne entre « grammaire » et « belles-lettres », instituée par le passage de la philologie à la linguistique, a conduit à poser comme un problème la question de la relation entre la linguistique et la littérature […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-litterature/#i_803

MANUSCRITS - La critique génétique

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 13 193 mots

Dans le chapitre « Le manuscrit moderne »  : […] imprimé. Dès le début du xixe siècle, la philologie redécouvre le manuscrit ancien (antique et médiéval) et en fait l'objet d'une science, tandis qu'au même moment, de nombreux écrivains européens prêtent une attention nouvelle à leurs propres manuscrits de travail. Au lieu de les détruire après fabrication du livre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manuscrits-la-critique-genetique/#i_803

MÉNAGE GILLES (1613-1692)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 794 mots

L'un de ces abbés qui occupent tant de place dans l'histoire de la littérature française au xviie siècle. Un abbé, mais non un prêtre : il n'ira pas au-delà du sous-diaconat qu'il reçoit en 1648 ; ses confortables revenus ecclésiastiques lui permettent dès lors de donner tout son temps aux études et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-menage/#i_803

MOMMSEN THEODOR (1817-1903)

  • Écrit par 
  • Raymond BLOCH
  •  • 971 mots

Historien allemand de l'Antiquité, Theodor Mommsen est originaire de l'État du Schleswig-Holstein, où son père était pasteur. Il reçut chez les siens une excellente éducation littéraire. Sujets danois, les Mommsen étaient allemands d'origine et de cœur. Theodor Mommsen, dès son adolescence, deviendra, comme la génération romantique de son pays, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theodor-mommsen/#i_803

MOTOORI NORINAGA (1730-1801)

  • Écrit par 
  • René SIEFFERT
  •  • 685 mots

Philologue et écrivain japonais, né et mort à Matsuzaka dans la province d'Ise. D'une famille de gros marchands de cotonnades, il perd à onze ans son père, à vingt-deux ans son beau-frère, à qui il succède à la tête des affaires de sa maison, mais il ne s'y intéresse guère. Aussi sa mère l'envoie-t-elle étudier la médecine à Kyōto, en 1752. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/motoori/#i_803

MURET MARC-ANTOINE (1526-1585)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 657 mots

Humaniste français, fils d'un juriste, Marc-Antoine Muret commence en province — selon un itinéraire encore mal connu — une brillante carrière de professeur. Parmi ses élèves figure Montaigne au collège de Guyenne. Le voici ensuite à Paris, au collège de Boncourt, et il contribue de 1551 à 1553 à révéler les textes anciens à Rémi Belleau ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-antoine-muret/#i_803

PLATON

  • Écrit par 
  • Monique DIXSAUT
  •  • 13 742 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La transmission du texte »  : […] xve siècle de l'italienne et enfin de la française : une fois imprimé, le texte des Dialogues ne risque plus de se perdre. Avec cette autre renaissance du platonisme qu'est l'idéalisme allemand commence une nouvelle histoire, celle de la critique philologique et philosophique des Dialogues […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/platon/#i_803

PSICHARI JEAN (1854-1929)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 311 mots

Linguiste et écrivain, Jean Psichari, père d'Ernest Psichari et gendre de Renan, est né à Odessa ; il vient en France à quatorze ans, à Marseille puis à Paris où il fera des études supérieures à l'École des langues orientales. Toute sa vie et son œuvre sont consacrées à la question linguistique en Grèce. Après quelques voyages dans ce pays, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-psichari/#i_803

SCHLEGEL FRIEDRICH VON (1772-1829)

  • Écrit par 
  • Alexis PHILONENKO
  •  • 2 355 mots

Dans le chapitre « Les recherches philologiques »  : […] langues et la littérature. Schlegel donnait ainsi une grande impulsion à la philosophie philologique. On peut remarquer en outre que, dans ce livre, Schlegel dénonçait le « panthéisme raffiné » de Schelling, et il continua de le faire dans les leçons données en 1812 à Vienne sur l'Histoire de la littérature des Anciens et des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-von-schlegel/#i_803

TEXTES (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 798 mots

Dans le chapitre « Les manuscrits sur parchemin »  : […] e siècle avant J.-C. pour constituer et transmettre un corpus du savoir grec. Un travail considérable de choix et de critique des textes à partir des volumes alors en circulation fut réalisé là par des générations de philologues éminents, dont le plus célèbre est Aristarque (217-145 av. J.-C.), à qui l'on doit l'établissement du texte d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/textes/#i_803

TOPONYMIE

  • Écrit par 
  • Marianne MULON
  •  • 1 728 mots

au cours du xixe siècle, dans la recherche philologique dont elle est devenue peu à peu un rameau presque indépendant, sans toutefois s'en détacher, car, à quelque langage qu'on puisse faire remonter un toponyme, celui-ci est en soi un mot, dont il faut étudier l'évolution phonétique et sémantique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toponymie/#i_803

VALLA LORENZO DELLA VALLE dit IL (1407-1457)

  • Écrit par 
  • Bruno PINCHARD
  •  • 3 574 mots

Dans le chapitre « L'arrogance et la tradition (1435-1448) »  : […] que sur la morgue des lettrés de la génération précédente. Loin de replier la conscience philologique sur un culte exclusif de la forme pure, aussi vide en dernière analyse que les jeux logiques auxquels elle prétend apporter remède, Valla propose déjà, comme plus tard Politien dans sa lutte contre le cicéronisme curial, une autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valla-lorenzo-della-valle-dit-il/#i_803

WANG GUOWEI [WANG KOUO-WEI] (1877-1927)

  • Écrit par 
  • CHI-Yu WU
  •  • 337 mots

Né à Haining dans le Zhejiang, Wang Guowei est recueilli, dès 1898, à Shanghai par Luo Zhenyu (1866-1940), un monarchiste fervent. Après avoir appris le japonais et l'anglais, il va à Tōkyō pour y entreprendre des études scientifiques. Il revient à Shanghai un an après. Ce sont alors la philosophie allemande et la littérature chinoise qui l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wang-guowei-wang-kouo-wei/#i_803

Voir aussi

Pour citer l’article

Paul ZUMTHOR, « PHILOLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/philologie/