KAIROUAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après la victoire des Arabes sur les Byzantins en 647, Sīdī ‘Uqba ibn Nāfi‘ fonda en 670, à 60 kilomètres de Sousse, Kairouan ou Qayrawān (terme qui signifie place d'armes). C'était un campement permanent, à l'abri des attaques de la flotte byzantine, qui devait servir de base opérationnelle pour lutter contre les Berbères.

Tunisie : carte administrative

Carte : Tunisie : carte administrative

Carte administrative de la Tunisie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Importante ville de Tunisie (118 000 hab. en 2004), la cité moderne comporte, comme les autres villes du Maghreb, une kasbah où se trouvent le centre administratif, les résidences des notables locaux et les souks regroupant les activités commerciales et artisanales. Les principales industries sont la fabrication des tapis et des couvertures de laine. La ville, jadis réputée pour le travail du cuir et pour celui du cuivre, fut la capitale musulmane et la résidence des gouverneurs arabes. Occupée par les Berbères en 689, elle connut un siècle de révoltes et de luttes contre les khāridjites. En 772, Yazīd ibn Ḥātim prend possession de Kairouan, rebâtit la Grande Mosquée, fait aménager les souks pour chaque corps de métiers et mérite le surnom de « second fondateur de la ville ». Ibrāhīm ibn Aghlab reconnaît tout d'abord la suzeraineté de Hārūn al-Rashīd puis s'affranchit de Bagdad moyennant un tribut annuel et, à partir de 800, constitue une dynastie indépendante qui se maintiendra un siècle. Sous les Aghlabides, Kairouan connaît son apogée. Pour assurer l'alimentation en eau potable, les princes de cette dynastie, Ziyādat Allāh Ier et Ibrāhīm, font construire châteaux d'eau et citernes dont le bassin des Aghlabides préserve le souvenir. Kairouan est aux ixe et xe siècles un sanctuaire et une grande ville de commerce. C'est aussi une ville de science renommée pour son école de droit malékite et son école de médecine formée par Isḥāq ibn ‘Imrān.

Mosquée de Kairouan

Dessin : Mosquée de Kairouan

La Grande Mosquée de Kairouan (Tunisie), état en 862 (d'après A. Lézine, « Architecture de l'Ifriqiya. » Paris, 1966). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Au milieu du xe siècle, la ville connaît des troubles, et le calife Ismā‘īl al-Manṣūr établit sa résidence à al-Manṣūriya, qu'il avait fait construire à quelque distance de Kairouan. Au début du xie siècle, les Zīrides rompent avec les Fātimides ; ils installent leur résidence à Kairouan en 1048 et reconnaissent la suzeraineté du califat de Bagdad. Les Fātimides déclenchent alors l'invasion hilalienne qui aura de profondes conséquences. Dès lors, le Maghreb tourne le dos à l'Orient. Kairouan, ruinée en 1057, ne se relèvera pas de ce désastre : la décadence s'accentue sous la dynastie berbère des Hafṣides (1228-1574). Maltraitée par les princes de Tunis, la population de Kairouan est en révolte permanente. Depuis la fin du xvie siècle et tout au long du xviie, la région devient l'enjeu des rivalités entre Turcs et Espagnols. En 1702 Ḥusayn ibn ‘Alī, fondateur de la dynastie ḥusaynite, relève Kairouan de ses ruines, restaure l'enceinte et de nombreuses mosquées. Après une nouvelle période de troubles graves au milieu du xviiie, la ville devient, en 1784, « la plus grande ville du royaume après Tunis ». Vivant sous le contrôle étroit des Turcs Ottomans, Kairouan conserve son caractère de ville sainte musulmane où le fanatisme hostile aux chrétiens persiste jusqu'à la fin du xixe siècle. Après la signature du traité du Bardo (1881), Kairouan sera un des foyers de la résistance au protectorat français.

L'importance du passé de Kairouan est attestée par de nombreux édifices, à commencer par la Grande Mosquée. Sīdī ‘Uqba fit édifier en 670 une des plus grandioses mosquées du monde musulman. Ḥasan ibn Nu‘mān remplace l'édifice primitif par une nouvelle mosquée en 695 ; celle-ci, devenue trop petite, est agrandie en 723 aux frais de Hishām, le calife omeyyade de Damas, qui lui fait donner les dimensions de la mosquée actuelle. Le minaret carré aurait été commencé à ce moment. Construit en brique du côté nord, dans l'axe du mihrab, il a 30 mètres de hauteur pour environ 10 mètres à la base. Le modèle de cette tour à trois étages en retrait doit être recherché dans le Phare d'Alexandrie. En 774, le gouverneur Yazīd ibn Ḥātim fait à son tour abattre toute la mosquée, à l'exception du mihrab, et la reconstruit à nouveau. Cet édifice aurait été remplacé en 836 par un autre, œuvre de l'Aghlabide Ziyādat Allāh. La grande mosquée actuelle ne comprendrait donc, hormis le [...]

Grande Mosquée de Kairouan

Photographie : Grande Mosquée de Kairouan

La cour intérieure et le minaret de la Grande Mosquée de Kairouan (Tunisie), ou mosquée Sidi Oqba, commencée en 672, reconstruite aux VIIIe et IXe siècles. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Tunisie : carte administrative

Tunisie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Mosquée de Kairouan

Mosquée de Kairouan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Grande Mosquée de Kairouan

Grande Mosquée de Kairouan
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  KAIROUAN  » est également traité dans :

KAIROUAN CALIFAT FATIMIDE DE (910-969)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 280 mots

En 910, la dynastie des Aghlabides, qui règne en Ifrīqiya (la Tunisie actuelle) tout en reconnaissant l'autorité nominale du calife abbasside de Bagdad depuis 800, est renversée par un soulèvement des tribus berbères Kutāma, qui proclament ‘Ubayd Allāh seul calife légitime. Ces Berbères ont été convertis au chiisme par un prédicateur missionnaire comme il y en avait beaucoup à cette époque. En ef […] Lire la suite

CÉRAMIQUE À REFLETS MÉTALLIQUES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 439 mots

773 Un gobelet de verre trouvé à Fustāt (Le Caire) et décoré en lustre métallique est daté de 773. Vers 850 Les potiers abbassides commencent, peut-être à Basra, puis à Bagdad et à Samarra, à utiliser la technique de la glaçure à reflets métalliques pour décorer la céramique de luxe. 856-863 Décoration de l'encadrement du mihrab (niche aménagée dans le mur qibla ) de la Mosquée de Sidi ‘Uqba à […] Lire la suite

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Similitudes et diversification »  : […] Tout en répondant à ces diverses fonctions, les villes, dont on peut suivre le plus longuement l'histoire dans un monde islamique aux dimensions d'ailleurs changeantes, connurent des disparités ou au contraire des similitudes d'ordonnance et de paysage commandées par des facteurs extrêmement variés. Ce furent les conditions géographiques communes à l'ensemble des pays d'une zone subaride à l'habit […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 022 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'art des provinces méditerranéennes »  : […] Ahmad ibn Tūlūn, gouverneur d'Égypte issu de la garde turque de Samarra, fonda une ville nouvelle au nord de Fustat dont seule la mosquée subsiste. Adaptation plutôt que copie servile de la grande mosquée de Samarra, elle introduit en Égypte des formes qui vont marquer l'architecture religieuse ultérieure. De cette époque, on a aussi conservé des fragments de tissus, des tirāz , le plus souvent en […] Lire la suite

MAGHREB - Littératures maghrébines

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Christiane CHAULET ACHOUR, 
  • André MANDOUZE
  •  • 14 265 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'exemple de Kairouan »  : […] C'est au viii e  siècle que le Maghreb devient une province arabe. L'histoire préside aux destinées de la culture et il faut attendre quelque temps avant que n'apparaissent des hommes de lettres maghrébins. La capitale de l'Ifrīqiya, Kairouan, créée de toutes pièces par le conquérant, joue un rôle de premier plan dans l'activité culturelle. Le fait que des dynasties locales se détachent de plus e […] Lire la suite

MOSQUÉE

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 683 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La mosquée basilicale »  : […] ‘Abd al-Malik (685-705) et surtout al-Walīd I er (705-715) furent de grands constructeurs. Le centre du pouvoir ayant été transféré de Médine à Damas, les aspirations architecturales et artistiques des seigneurs omeyyades furent fortement marquées par les monuments du Proche-Orient classique et byzantin. L'influence de ces édifices prestigieux dépasse de loin le simple remploi d'éléments isolés […] Lire la suite

TUNISIE

  • Écrit par 
  • Michel CAMAU, 
  • Roger COQUE, 
  • Jean GANIAGE, 
  • Claude LEPELLEY, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Khadija MOHSEN-FINAN
  •  • 19 915 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La conquête et ses premières conséquences »  : […] Après avoir conquis l'Égypte, les Arabes avaient lancé en 647 une expédition contre la Byzacène, qui leur montra que les Byzantins n'étaient pas invincibles. Une autre expédition, conduite en 670 par ‘Uqba ibn Nāfi‘, fut marquée par la fondation du camp militaire de Qayrawān ( Kairouan). Il n'était pas alors question d'étendre la conquête et de créer une province, car les tribus berbères, loin de […] Lire la suite

Les derniers événements

20 avril 2017 Tunisie. Mouvement de protestation dans la ville du Kef.

D’autres villes de l’intérieur, comme Tataouine, Kairouan ou Gafsa, sont le théâtre depuis plusieurs semaines de mouvements de protestation similaires. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « KAIROUAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/kairouan/