MAÏS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classé dans la catégorie des « céréales secondaires » par la F.A.O. (Food and Agriculture Organization), le maïs n’en est pas moins devenu depuis le début du xxie siècle, la céréale la plus produite au monde. Plante vivrière traditionnelle des civilisations précolombiennes des deux Amériques, le maïs demeure encore principalement cultivé dans le Nouveau Monde qui fournit plus de 50 p 100 de la production et 75 p. 100 des exportations mondiales.

Grâce à la mise au point, dans les années 1930, de variétés hybrides, cette plante, d'origine tropicale, est aujourd’hui largement présente sous les latitudes tempérées. La culture de maïs génétiquement modifiés – qui s’est développée à partir du milieu des années 1990 sur le continent américain et qui demeure très controversée en Europe – pourrait élargir davantage l'aire de diffusion de cette poacée (graminée), notamment vers des régions moins humides. Depuis le début des années 2010, plus des quatre cinquièmes des superficies ensemencées en maïs aux États-Unis l'ont été en maïs génétiquement modifiés.

Parallèlement à ses utilisations en alimentation humaine et animale, le maïs constitue une matière première industrielle de plus en plus recherchée en raison de sa richesse en amidon et de son prix : il est la céréale la moins chère sur le marché mondial. Devenu depuis le début des années 2000 la première céréale mondiale, sa production (840 millions de tonnes en moyenne depuis le début des années 2010), dépasse désormais nettement celles du blé (675 millions de tonnes) et du riz (450 millions de tonnes).

Le fait que le maïs soit souvent une culture irriguée, consommatrice en Europe de quantités importantes d’eau en été, et que le recours à des organismes génétiquement modifiés (O.G.M.) y soit l’objet de fortes réticences (voire d’oppositions violentes), n’a pas manqué de conférer au maïs une image négative et d’en faire un des symboles de l’agriculture productiviste. Toutefois, cette céréale fixe plus de dioxyde de carbone que le blé ou l’orge, en raison de ses capacités de photosynthèse, et produit, pour une consommation d’eau donnée, davantage de matière sèche (grains et paille).

Les conditions de culture d’une plante d’origine tropicale

Le maïs (Zea mays L.), plante annuelle de grande taille (de 2 à 4 m de hauteur), a été domestiqué en Amérique centrale autour de 7000 à 6000 avant J.-C. dans les régions du sud du Mexique et du nord du Guatemala. Le téosinte (Euchlaena mexicana), plante adventice très proche de cette céréale, fréquente dans les champs de maïs de ces régions, pourrait être un ancêtre du maïs. Les épis des maïs actuels (épis femelles, comportant de nombreux grains en rangs très serrés, totalement enveloppés dans les bractées) sont tellement éloignés des inflorescences des espèces spontanées que la dissémination naturelle des grains n'est plus possible. De toutes les céréales, le maïs est celle qui dépend le plus de l'être humain: sans lui, il lui est presque impossible de se reproduire, un épi tombé au sol pouvant très difficilement, contrairement à une graine, être à l’origine d’une plante nouvelle. Mais c’est aussi la céréale qui présente aujourd’hui les rendements les plus élevés : en plantant un grain de maïs, on peut obtenir entre 500 et 1 000 grains et des grains bien plus gros que ceux des autres céréales. Dès que cela leur devient possible, bien des paysans africains abandonnent la culture du sorgho – céréale à petits grains – pour celle du maïs.

Du fait de ses origines tropicales, le maïs est une plante exigeante à la fois en chaleur et en eau. Il est très sensible au gel et son zéro de germination se place vers 6 0C, soit à un niveau nettement plus élevé que celui du blé. En fait, une température de 10 0C est indispensable pour que sa levée soit suffisamment rapide.

Maïs : irrigation par aspersion 

Photographie : Maïs : irrigation par aspersion 

Le maïs est une plante qui a des besoins élevés en eau en début d'été, au moment de sa floraison. Les niveaux de rendement de cette plante d'origine tropicale sont largement corrélés à une alimentation suffisante en eau à ce stade de son cycle végétatif.    

Crédits : C. Brutlag/ Shutterstock

Afficher

En France, on le sème donc assez tard, entre mi-avril et mi-mai. Si ses besoins en eau sont supérieurs à ceux du blé – 500 millimètres d'eau lui sont nécessaires entre mai et septembre –, les quantités d’eau permettant d’obtenir un kilogramme de matière sèche de maïs sont en fait inférieures à celles nécessaires pour parvenir à un résultat identique avec les autres céréales. En effet, elles sont de l’ordre de 460 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Maïs (épis)

Maïs (épis)
Crédits : A. Curzi/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Maïs : irrigation par aspersion 

Maïs : irrigation par aspersion 
Crédits : C. Brutlag/ Shutterstock

photographie

Chrysomèle, insecte ravageur du maïs

Chrysomèle, insecte ravageur du maïs
Crédits : J. Němec/ D.R.

photographie

Maïs : principaux producteurs (2009-2010)

Maïs : principaux producteurs (2009-2010)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, membre de l'Académie d'agriculture de France

Classification

Autres références

«  MAÏS  » est également traité dans :

RÉSERVES PHYSIOLOGIQUES - Réserves végétales

  • Écrit par 
  • Jacques MIÈGE
  •  • 8 615 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Protéines des grains de céréale »  : […] Le caryopse des céréales est composé d'un albumen (90 p. 100 du poids sec du grain), d'un embryon (5 p. 100 du poids sec), des téguments de la graine (testa) et du fruit (péricarpe) qui constituent les 5 p. 100 restants. L'albumen se développe plus rapidement que l'embryon. De 12 à 14 jours après la fécondation, alors qu'il passe de l'état liquide à l'état cellulaire, la synthèse de l'amidon et d […] Lire la suite

AGRICOLE RÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Abel POITRINEAU, 
  • Gabriel WACKERMANN
  •  • 10 248 mots

Dans le chapitre « Cultures révolutionnaires »  : […] La « trouée » va être faite par quelques plantes « révolutionnaires », au premier rang desquelles il faut placer la pomme de terre. Originaire du Nouveau Monde, elle passe en Italie et en Espagne à la fin du xvi e  siècle, s'introduit en Angleterre, puis gagne l'Irlande. Dès le milieu du xvii e  siècle, elle est connue en Allemagne et, de là, se propage vers l'est, suivant les colonies allemandes […] Lire la suite

AGROMÉTÉOROLOGIE

  • Écrit par 
  • Emmanuel CHOISNEL, 
  • Emmanuel CLOPPET
  •  • 6 613 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Effets des déficits hydriques et de la sécheresse »  : […] Pour certaines cultures, dites de printemps-été et semées, en France, en général entre la fin du mois de mars et le début du mois de mai, une part importante des fluctuations interannuelles des rendements est due à ce qu'on appelle le « déficit hydrique ». Celui-là peut être quantifié par différentes variables. Il correspond à une situation où la culture n'a pas pu trouver dans le sol et en extra […] Lire la suite

CÉRÉALES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 6 245 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Céréales et civilisations »  : […] Les céréales constituent depuis le Néolithique la base de l'alimentation humaine dans la plupart des régions du monde . Tout au long de l'histoire des civilisations, une relation étroite a existé entre le développement des cultures céréalières et l'accroissement des densités de population. La « boucle de la riziculture asiatique » , illustre de façon remarquable comment une augmentation de la prod […] Lire la suite

CORN BELT ou CORN-SOY BELT

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 788 mots

Le Corn Belt, littéralement « ceinture de maïs », situé au sud de Chicago et des Grands Lacs d’Amérique du Nord, figure, avec la Pampa argentine, parmi les principaux greniers du monde. Traversé par la haute vallée du Mississippi et centré sur les États de l’Indiana, de l’Illinois et de l’Iowa, il est aujourd’hui très largement spécialisé dans la production d’une céréale, le maïs, et d’une gra […] Lire la suite

ALSACE

  • Écrit par 
  • Françoise LÉVY-COBLENTZ, 
  • Raymond WOESSNER
  • , Universalis
  •  • 6 606 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De la polyculture à la spécialisation agricole »  : […] En 2010, l'Alsace comptait 10 300 agriculteurs (1,8 p. 100 de la population active), qui exploitaient 336 229 hectares. Le paysage typique de champs ouverts et en lanières, ponctués de villages-tas, a vécu. Les productions traditionnelles comme le blé, l'orge, le houblon, le tabac, le chou à choucroute sont en régression. La production de betteraves a réussi sa modernisation autour de la coopérati […] Lire la suite

AQUITAINE

  • Écrit par 
  • Jean DUMAS, 
  • Charles HIGOUNET
  •  • 7 520 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La tradition agricole confirmée »  : […] Forte d'une position ancienne mais conservée, l'Aquitaine est la deuxième région française par sa contribution à la valeur ajoutée agricole, dont elle assurait, en 2009, 8,2 p. 100. Ce rang est confirmé, et expliqué, par la première place tenue également pour le nombre de productions agricoles labellisées, qui s'étendent aujourd'hui bien au-delà du traditionnel domaine du vin, initiateur dans les […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'Argentine pampéenne »  : […] L'Argentine pampéenne bénéficie à la fois des conditions agroclimatiques exceptionnelles de la Pampa, de l'implantation du réseau urbain le plus dense et des meilleures infrastructures de transport et d'exportation. La plaine de la Pampa s'étend sur plus de 500 000 kilomètres carrés, parvenant vers le sud jusqu'à Bahía Blanca, à l'ouest jusqu'à San Luís et au nord jusqu'à Santa Fe et Córdoba. El […] Lire la suite

GRAMINALES

  • Écrit par 
  • Henri PRAT
  •  • 2 238 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les Panicoïdées »  : […] Surtout présente dans les régions chaudes, la sous-famille des Panicoïdées constitue, avec les Chloridoïdées, une grande partie des herbes des savanes tropicales et des steppes situées à la lisière sud des déserts de l'hémisphère boréal. Elle compte 2 500 espèces, groupées en 130 genres, et se distingue des Festucoïdées par des caractères morphologiques (épillets articulés au-dessous des glumes, […] Lire la suite

O.G.M. - Les risques

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 4 713 mots

Dans le chapitre «  Les risques environnementaux »  : […] Les premiers risques qui peuvent résulter du transfert de gènes dans des organismes entiers concernent les recherches elles-mêmes. Celles-ci sont étroitement surveillées. En France, la Commission de génie génétique (C.G.G.), créée en 1989, est chargée de définir dans quelles conditions de confinement les expériences impliquant des O.G.M. doivent être conduites. Tous les projets, qu'ils soient aca […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

25-29 octobre 2014 France. Mort d'un manifestant sur le site du chantier du barrage de Sivens

Ils dénoncent la destruction de la zone humide du Testet et contestent l'intérêt d'un barrage destiné, selon eux, à alimenter un petit nombre d'exploitations de culture intensive de maïs. Des affrontements opposent une centaine d'activistes aux forces de l'ordre. Le 26, le corps d'un manifestant de vingt et un ans, Rémi Fraisse, est découvert à l'issue d'une nuit d'échauffourées. […] Lire la suite

2 mars - 14 avril 2009 Union européenne. Désaccord sur la culture du maïs génétiquement modifié

Le 14 avril, l'Allemagne interdit également la culture du maïs génétiquement modifié « dans l'intérêt de l'environnement » sur son territoire. Elle rejoint la France, la Grèce, l'Autriche, la Hongrie et le Luxembourg, qui ont banni la culture du Mon 810 au nom du « principe de précaution ».  […] Lire la suite

9-11 janvier 2008 France. Moratoire sur la culture des O.G.M.

Le 9 également, la Haute Autorité provisoire sur les organismes génétiquement modifiés, mise sur pied à la suite du « Grenelle de l'environnement » d'octobre 2007, rend son avis sur les risques et bénéfices pour l'environnement et la santé publique susceptibles d'être attachés à la dissémination volontaire du maïs transgénique MON 810 de la firme Monsanto, seul O. […] Lire la suite

25 mai 2004 France. Suspension de la commercialisation de l'insecticide Gaucho

Le gouvernement suspend jusqu'en 2006 l'autorisation de mise sur le marché du Gaucho sur maïs, un enrobage insecticide des semences, commercialisé par la société allemande Bayer CropScience, dont les apiculteurs dénoncent la nocivité pour les abeilles. Saisi par diverses organisations apicoles, le Conseil d'État avait émis en mars un avis en ce sens. […] Lire la suite

19 mai 2004 Union européenne. Levée du moratoire sur les O.G.M.

Le 19, à l'occasion d'une décision concernant le maïs doux Bt-11 produit par la firme Syngenta, la Commission européenne lève le moratoire imposé en 1999 à la mise sur le marché d'organismes génétiquement modifiés (O.G.M.). Toutefois, Syngenta, estimant que « les consommateurs ne sont pas prêts », annonce qu'elle ne commercialisera pas les semences de Bt-11 en Europe. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul CHARVET, « MAÏS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/mais/