RELIGIONReligion et État

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On entend ici par Église toute communauté d'adeptes d'une même religion, sans exclure, comme on le fait parfois, les religions non chrétiennes, ou les religions dépourvues plus ou moins complètement de structure hiérarchisée, avec distinction des simples fidèles et des ministres du culte (comme il en est par exemple dans l'islam). Les adeptes d'une même religion ont en commun un corps de croyances, pratiquent le même culte, suivent la même discipline (formulée le cas échéant par les mêmes autorités hiérarchiques), etc., et c'est en tout cela qu'ils constituent une Église. Par État, on entend l'organisme qui constitue la structure juridique, institutionnelle et politique de la communauté nationale : le pouvoir, par conséquent, et la législation qui émane de lui.

Chaque Église a une conception propre de ses rapports avec les États sur le territoire desquels elle a des fidèles. Mais ce sont les États, maîtres du temporel, qui, en fin de compte, décident ; leurs rapports avec les Églises sont dans une très large mesure ce qu'ils veulent, et non ce que celles-ci voudraient qu'ils soient. On s'en tiendra donc ici à la perspective étatique, sans s'interdire de faire allusion, le cas échéant, au point de vue des diverses Églises.

Églises et États se rencontrent nécessairement, et en divers domaines ; la cloison entre le temporel, dont l'État a la charge, et le spirituel, qui est de la compétence des Églises, ne peut pas être étanche, même si l'État ne prétend pas connaître du spirituel ni les Églises du temporel.

Rencontre sur le terrain juridique d'abord : les Églises ne peuvent guère faire l'économie d'un statut de droit étatique ; il faut à leurs biens une assiette juridique, leurs activités intéressent l'ordre public, dont l'État porte la responsabilité ; certaines Églises – l'Église catholique notamment – ont leur législation propre en des domaines comme le mariage, dont s'occupe également l'État. Mais il y a beaucoup plus : s'affrontent parfois des conceptions du destin de l'homme qui sont à la base des dogmes, des morales des Églises, d'une part ; des législations, des structures, des politiques des États, d'autre part. L'enjeu est grave : indépendance de l'État par rapport aux « forces religieuses » ; efficience de son action en vue des fins qu'il s'assigne, de l'ordre public qu'il veut faire prévaloir ; cohésion de la communauté nationale, dont il est responsable, malgré le pluralisme religieux et les germes de cloisonnements qu'il porte en lui. Liberté de conscience pour les citoyens, liberté pour chacun de vivre comme il l'entend, liberté pour ceux qui pensent de la même façon de se grouper, sans subir de mesures discriminatoires, sans devoir rendre de comptes à quiconque et d'abord à César. Où s'arrête, en tout cela, la mission de l'État ? Comment délimiter le domaine qui est le sien ? À ce niveau, la rencontre, l'affrontement ne sont plus simplement du domaine du droit.

Rencontre politique : il faut prévenir ou apaiser les conflits ; on négocie. S'agissant de l'Église catholique, et le Saint-Siège étant personne morale souveraine de droit international public, des échanges de représentants diplomatiques, des traités (que l'on appelle concordats) sont l'un des modes – non le seul – de ces négociations politiques. Rencontre, ou affrontement parfois, sur le plan sociologique enfin : influences, pressions de toutes sortes, des Églises sur l'État et réciproquement, pressions directes ou par personnes interposées. Les moyens ni les occasions ne manquent.

Il ne saurait être question ici d'une étude d'ensemble des relations entre les Églises et les États sous les multiples et complexes aspects qui viennent d'être dits. Dans la perspective institutionnelle à laquelle on se tiendra, les solutions des problèmes qu'on a évoqués sont largement commandées par deux options fondamentales. En premier lieu, l'État prend parti pour une religion déterminée ou, au contraire, il s'abstient de le faire, il reste « en deçà » de l'option religieuse. On se trouve ainsi en présence de deux gra [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages

Écrit par :

  • : ancien chargé de cours des facultés de droit canonique de l'Institut catholique de Toulouse

Classification

Autres références

«  RELIGION  » est également traité dans :

RELIGION - Religion et idéologie

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 3 556 mots

L'histoire des religions indique assez bien, quoique à gros traits, comment naît une religion, comment elle meurt. Mais elle ne montre que des religions qui se succèdent, les cultes nouveaux recouvrant ou transformant les anciens. Elle ne montre nulle part un arrêt de la religion, une coupure de l'élan mystique dans l'humanité. C'est pourquoi elle nous lais […] Lire la suite

RELIGION - La religion populaire

  • Écrit par 
  • Jacques MAÎTRE
  •  • 1 970 mots

Le concept de religion populaire prend sa signification dans des sociétés où fonctionnent des autorités religieuses assurant une forte régulation de l'orthodoxie et de l'orthopraxie ; la religion populaire est alors une religiosité vécue – au niveau des représentations, affects et coutumes – sur le mode d'une différence par rapport à la religion officielle. Les problèmes afférents à ce concept se […] Lire la suite

RELIGION - La sécularisation

  • Écrit par 
  • François-André ISAMBERT
  •  • 3 410 mots
  •  • 1 média

Les vicissitudes du mot « sécularisation », si fréquemment employé de nos jours en matière de religion, sa circulation entre le français, l'anglais et l'allemand ont réussi à lui donner un sens apparemment récent et emprunté. De plus, ce prétendu néologisme, anglicisme ou germanisme, est affligé d'une polysémie, non pas celle de nombreux mots d'usage qui ont essaimé par voie d' […] Lire la suite

RELIGION - L'anthropologie religieuse

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 6 599 mots
  •  • 1 média

L'anthropologie religieuse se distingue de l'ethnologie, de l'histoire et de la sociologie des religions en ce sens qu'elle essaie de comprendre, par-delà le chaos des faits religieux, l'homme qui crée et manipule tout un symbolisme, celui du « surnaturel » ou du «  sacré ». Naturellement, la première tâche de l'anthropologie religieuse est de définir ce qui distingue les symboles du sacré des au […] Lire la suite

RELIGION - L'histoire des religions

  • Écrit par 
  • Dario SABBATUCCI
  •  • 5 132 mots

Le premier problème que pose l'étude des religions concerne la définition même du concept de religion, lequel, étant exclusivement occidental, ne peut directement désigner des faits culturels appartenant à d'autres civilisations. Il suffit toutefois de se rendre compte du relativisme de ce concept pour que le problème perde sa priorité. De préliminaire il devient « final », en ce sens qu'il se con […] Lire la suite

RELIGION - Sociologie religieuse

  • Écrit par 
  • Olivier BOBINEAU
  •  • 6 054 mots
  •  • 3 médias

La sociologie des religions est non seulement une discipline qui est reconnue aujourd'hui comme un domaine spécifique et important de la sociologie, mais aussi une matière qui suscite de plus en plus de recherches et d'enquêtes variées dès lors qu'il s'agit d'expliquer et de comprendre le fait religieux rapporté à son contexte social. Loin de connaître « le retrait de Dieu » abandonnant « le monde […] Lire la suite

RELIGION - Religion et psychanalyse

  • Écrit par 
  • Antoine VERGOTE
  •  • 3 718 mots
  •  • 1 média

N'étant pas une vision du monde, la psychanalyse, pour Freud, est en principe neutre par rapport à la religion ; celui-ci affirme cependant aussi qu'« en tant que doctrine de l'inconscient psychique elle peut devenir indispensable à toutes les sciences traitant de la genèse de la […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE DE LA RELIGION

  • Écrit par 
  • Vassilis SAROGLOU
  •  • 4 079 mots

Pourquoi la religion a-t-elle été présente dans probablement toutes les sociétés humaines et est-elle encore présente chez environ deux tiers de la population mondiale ? Pourquoi, à des degrés variables selon les différentes sociétés, y a-t-il toujours des croyants, des agnostiques et des athées, avec en plus des formes et une intensité variables de foi ou de no […] Lire la suite

RELIGION (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 998 mots

Deux hypothèses sont en concurrence à propos de l’étymologie du mot « religion ». Pour certains, comme Cicéron (106-43 av. J.-C.), il viendrait du latin religere, qui signifie « relire attentivement », « revoir avec soin ». Pour d’autres, le mot trouverait son origine dans un autre verbe latin, religare, signifiant « relier ». La première hypothèse met l’acc […] Lire la suite

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Considérer les religions négro-africaines comme un ensemble susceptible de définitions appropriées renvoyant à des principes et des règles lui donnant une unité serait accorder une spécificité définitive à leurs manifestations et, au-delà de leur diversité, reconnaître un lien commun entre elles qui conférerait à l'Afrique tenue pour une entité homogène une originalité culturelle et – du moins da […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13 octobre 2021 Bangladesh. Violences intercommunautaires.

La Constitution de 1972 définit le Bangladesh comme une république laïque, mais l’islam y a été institué religion d’État en juin 1988. Ces violences font écho à celles visant dans le même temps la communauté hindoue au Cachemire, seul État indien à majorité musulmane, et répondent aux violences dirigées contre les musulmans dans l’État indien d’Assam. […] Lire la suite

3 septembre 2021 Nouvelle-Zélande. Attaque djihadiste à Auckland.

La Première ministre Jacinda Ardern déclare que le drame est imputable à « un individu, pas une religion, pas une culture, pas une ethnie », tout en reconnaissant qu’il a été motivé par « une idéologie violente et inspirée du groupe État islamique ».  […] Lire la suite

30 juillet 2018 Comores. Référendum constitutionnel.

Elle érige enfin l’islam en religion d’État et fait du sunnisme la base de l’« identité nationale ». L’approbation de la réforme constitutionnelle ouvre la voie à des élections anticipées en 2019. […] Lire la suite

17-25 février 2018 Canada – Inde. Visite du Premier ministre Justin Trudeau en Inde.

Le 21, le Premier ministre canadien rencontre le ministre en chef de l’État du Pendjab, Amarinder Singh, qui avait dénoncé l’appui accordé selon lui aux séparatistes sikhs par certains membres du gouvernement canadien. La majorité des Indo-Canadiens sont des sikhs originaires du Pendjab et le gouvernement canadien compte quatre ministres d’origine indienne et de religion sikhe. […] Lire la suite

1er-11 juin 2017 Tunisie. Manifestation pour le droit de ne pas jeûner durant le ramadan.

La Constitution de 2014 proclame que « l’État garantit la liberté de conscience », mais aussi qu’il « protège la religion ». Une telle mobilisation sur ce sujet est sans précédent dans le pays. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis de NAUROIS, « RELIGION - Religion et État », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/religion-religion-et-etat/