RUBENS PIERRE PAUL (1577-1640)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Henri IV reçoit le portrait de la reine et se laisse désarmer par l'amour, P. P. Rubens

Henri IV reçoit le portrait de la reine et se laisse désarmer par l'amour, P. P. Rubens
Crédits : Bridgeman Images

photographie

L'archiduc Ferdinand, P.P. Rubens

L'archiduc Ferdinand, P.P. Rubens
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Adoration des Mages, P. P. Rubens

Adoration des Mages, P. P. Rubens
Crédits : Musée des Beaux-Arts, Lyon

photographie

L'Enlèvement des filles de Leucippe de Rubens

L'Enlèvement des filles de Leucippe de Rubens
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Tous les médias


Rubens et le problème de l'atelier

Rubens a eu tant d'élèves et de collaborateurs qu'un paragraphe spécial doit être consacré au difficile problème de son studio, et ce d'autant plus que les exigences modernes (et les critères) d'authenticité risquent ici d'apparaître singulièrement anachroniques. Il faut d'ailleurs distinguer d'abord les collaborateurs spécialisés qui, suivant un usage de la division du travail répandu chez les peintres nordiques des xvie et xviie siècles, peignaient pour Rubens divers « accessoires », tels que les animaux (Snyders, Breughel de Velours, Paul de Vos), les fleurs (Breughel de Velours, grand ami de Rubens – une collaboration est attestée par archives pour la Vierge à l'Enfant dans une guirlande de fleurs, au Louvre, peinte en 1621 pour le cardinal de Milan, Frédéric Borromée), les paysages (Jan Wildens, Pieter Snayers, Lucas van Uden), tandis que Rubens se limitait à l'exercice « noble » de la figure (ainsi dut-il œuvrer avec le peintre d'intérieurs et de natures mortes, Cornelis Saftleven, vers 1632-1633). On peut imaginer que nombre de ces collaborateurs, par essence occasionnels, n'ont pas laissé leurs noms. Par ailleurs, Rubens eut beaucoup d'élèves, en Italie déjà, par exemple un certain Deodat Delmont qui n'est pas autrement connu ; ainsi peut-on citer les mystérieux Michel (mort en 1622) et Maximilien (cité en 1623), connus par leurs seuls prénoms et qui étaient peut-être des serviteurs autant que des collaborateurs ; cependant Rubens mentionne dans une lettre de 1611 avoir eu plus de 100 élèves. En 1618, il signale expressément à Carlton que des tableaux mis en vente par lui sont des travaux d'élèves ; en 1621, le Danois Otto Sperling visite sa demeure et décrit la salle des élèves du maître, occupés à peindre d'après ses dessins à la craie, qui comportaient quelques rapides indications de couleurs. L'intervention d'élèves est le plus clairement attestée dans la série de la Parada où maintes toiles sont signées par les collaborateurs (on peut citer ainsi les noms de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  RUBENS PIERRE PAUL (1577-1640)  » est également traité dans :

GRANDES COMMANDES DE RUBENS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 400 mots

1602 À Rome, Rubens, est chargé par l'archiduc Albert, gouverneur des Pays-Bas, de décorer de trois panneaux la chapelle Sainte Hélène, dans l'église Santa Croce in Gerusalemme (aujourd'hui à l'hôpital de Grasse).1609 Dès son retour à Anvers, Rubens est chargé par la muni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grandes-commandes-de-rubens-reperes-chronologiques/#i_9788

VIE DE MARIE DE MÉDICIS (P. P. Rubens)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 196 mots
  •  • 1 média

Réconciliée avec son fils Louis XIII en 1621, la reine-mère Marie de Médicis commanda à Rubens (1577-1640) deux séries de tableaux destinés à orner les galeries du palais du Luxembourg, sa résidence parisienne. Le premier cycle devait être consacré à la vie d'Henri IV, le second à la sienne. Seule cette série fut achevée, Rubens, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vie-de-marie-de-medicis/#i_9788

ANVERS

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN, 
  • Carl VAN DE VELDE
  •  • 8 124 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Rubens et la peinture »  : […] La peinture flamande de la première moitié du xvii e siècle est entièrement dominée par la figure de Pierre-Paul Rubens, qui a su réaliser magistralement la synthèse de la tradition autochtone et de l'art italien. Après un temps d'apprentissage à Anvers, il effectue un séjour de huit ans en Italie, et revient en Flandre en 1608. Cette date marque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anvers/#i_9788

ART (L'art et son objet) - Le faux en art

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN
  •  • 6 714 mots

Dans le chapitre « Répression des faux »  : […] L'accueil réservé aux faux au cours des âges fut très variable, et ce n'est que tardivement qu'ils ont été considérés comme des fraudes. Dürer, dans les poursuites qu'il fit en 1505 contre les faussaires vénitiens de ses gravures, obtint seulement du Sénat de la Sérénissime qu'il leur fût interdit d'utiliser son monogramme, non de mettre en vente ses imitations. Si sa veuve put faire admettre par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-l-art-et-son-objet-le-faux-en-art/#i_9788

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Portraits de groupe »  : […] Chacune des solutions précédentes se retrouve dans le portrait de groupe, attesté depuis au moins le xiv e siècle (Agnolo Gaddi, 1380 ?, Offices). Ce type de figuration recouvre cependant des intentions très diverses : au xvii e siècle, par exemple, tantôt l'artiste se met en évidence parmi les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoportrait-peinture/#i_9788

COLOSSAL, art et architecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 3 271 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Ambitions colossales à l'époque moderne »  : […] Les témoignages écrits sur ces statues, les énormes figures exhumées lors de fouilles comme celles qui furent découvertes sous le pontificat de Paul III (1534-1549) dans les thermes de Caracalla et qui entrèrent aussitôt dans les collections des Farnèse ( Hercule , Flore , Le Taureau du musée de Naples) ont inspiré les sculpteurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colossal-art-et-architecture/#i_9788

COURS DE PEINTURE PAR PRINCIPES, Roger de Piles - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 234 mots

Dans le chapitre « Un amateur d'art militant et pédagogue »  : […] Diplômé de philosophie et de théologie, précepteur du fils d'un président au Grand Conseil, Michel Amelot, puis secrétaire et diplomate, peintre amateur et ami de peintres proches de Simon Vouet, collectionneur, voyageur (longs séjours en Italie, aux Pays-Bas, en Allemagne, etc.), Roger de Piles, après avoir assisté aux conférences de l'Académie, fut honoré d'une place de conseiller par son protec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cours-de-peinture-par-principes/#i_9788

CYCLE, peinture

  • Écrit par 
  • Cariss BEAUNE
  •  • 888 mots
  •  • 3 médias

On entend par cycle de peinture une grande composition narrative se divisant en épisodes et exigeant une grande surface de développement. Techniques et supports les plus généralement employés sont la fresque et la peinture à l'huile sur tableaux. Impliquant une lecture en continuum, le cycle aborde deux thèmes principaux : religieux tout d'abord, puis profane. C'est en Italie que naquirent les gra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cycle-peinture/#i_9788

DELACROIX (1798-1863) (exposition)

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 1 187 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le temps des grands décors »  : […] La monumentale Médée furieuse (1838, Lille, palais des Beaux-Arts), qui fait écho dans les tons chauds à l’allégorie moderne de La Grèce sur les ruines de Missolonghi (1826, Bordeaux, musée des Beaux-Arts), est emblématique de ce « besoin de faire grand » qui caractérise la période suivante, entre 1835 et 1855, jalonnée par la réalisation de grands déc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/delacroix-1798-1863-exposition/#i_9788

ELSHEIMER ADAM (1578-1610)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 335 mots
  •  • 1 média

Le plus célèbre des peintres allemands du xvii e  siècle. Adam Elsheimer est, à vrai dire, un artiste dont le retentissement exceptionnel eut des dimensions supranationales. Par son langage du clair-obscur et la perfection de ses petits tableaux, il a avec Caravage (carrière fulgurante analogue arrêtée par une mort précoce, en 1610, pour l'un comm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adam-elsheimer/#i_9788

ESQUISSE, art

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre MOUILLESEAUX
  •  • 831 mots

Forme première d'une œuvre, l'esquisse est la vision originelle matérialisée par le dessin, la peinture ou le relief. Aussi ce mot, qui vient de l'italien schizzare (jaillir, éclabousser), est-il attaché à l'idée de spontanéité et de rapidité dans la démarche d'un créateur. Fruit de l'imagination, l'esquisse ne répond à un souci ni de présentation ni d'achèvement puisqu'elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esquisse-art/#i_9788

GORGONE, iconographie

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 1 066 mots
  •  • 3 médias

Des trois sœurs appelées Gorgones, Euryalé, Sthéno et Méduse , la dernière, seule à être mortelle, est la plus fameuse en raison de son pouvoir de pétrifier les humains qui rencontrent son regard et de sa fin tragique. C'est presque toujours Méduse qui apparaît figurée, dès l'époque grecque archaïque et durant toute l'Antiquité classique, dans une grande variété de contextes (vases, monnaies, inta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gorgone-iconographie/#i_9788

JANSSENS ABRAHAM (1575/76-1632)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 765 mots
  •  • 1 média

Au début du xvii e siècle, Abraham Janssens est un des plus intéressants peintres d'histoire du milieu anversois, ne serait-ce que par sa complexité stylistique qui le place en marge de Rubens. Il est, un moment, son seul vrai rival, comme le rapporte Sandrart, à la jonction du vieux romanisme flamand, du maniérisme tardif et du récent caravagism […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abraham-janssens/#i_9788

JORDAENS JACOB (1593-1678)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 3 009 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éléments biographiques »  : […] Jacob Jordaens fut baptisé à Anvers en 1593. En 1607, il apparaît sur les registres de la guilde de Saint-Luc comme élève du peintre maniérisant Adam Van Noordt (1562-1641), puis, en 1615, comme maître waterschilder (peintre à la détrempe et à l'aquarelle, ce qui s'entend particulièrement d'un peintre de cartons de tapisserie). L'année suivante, il devient le gendre de son m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-jordaens/#i_9788

MARIE DE MÉDICIS (1573-1642) reine de France

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 520 mots

Reine de France, née le 26 avril 1573 à Florence, morte le 3 juillet 1642 à Cologne. Fille de François de Médicis, grand duc de Toscane, et de Jeanne d'Autriche, Marie de Médicis épouse en octobre 1600 Henri IV, tout juste divorcé de Marguerite de Valois. Le roi espère ainsi mettre la main sur une dot confortable qui lui permette de rembourser ses dettes. En 1601, la nouvelle reine donne naissanc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marie-de-medicis/#i_9788

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'époque des successeurs brillants (XVIIe s.) »  : […] Quand s'ouvre le xvii e  siècle, le travail de pionnier de l'art néerlandais est accompli. Le paysage et la peinture de genre s'étaient déjà émancipés. Le portrait, gloire du xvi e  siècle européen, avait aussi atteint sa spécificité et avait engendré le genre typiquement hollandais du tableau d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_9788

NU

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 2 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le nu réaliste »  : […] À côté de cette survivance des types grecs et de son évolution, il faut noter le développement d'une autre convention, qui dérive du christianisme et n'a pas comme origine le corps héroïque qui se montre orgueilleusement dans la palestre, mais le corps blotti dans la conscience du péché. Cette convention, qui aboutit au réalisme, quoique, selon Kenneth Clark, on ait tort de la confondre avec cette […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nu/#i_9788

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les artistes et la physiognomonie »  : […] La physiognomonie s'est constituée à l'origine en dehors de tout rapport avec les arts plastiques. Mais à partir du moment où les auteurs décidèrent d'illustrer leurs traités, ils devinrent étroitement tributaires des artistes. Certaines des têtes de Cocles et d'Indagine sont manifestement tirées de tableaux et de gravures. Della Porta a reproduit des bustes antiques et des portraits modernes (Pic […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_9788

REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ART - Copie et reproduction depuis la Renaissance

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 3 632 mots

Dans le chapitre « La gravure d'interprétation »  : […] Le projet de donner à voir un équivalent graphique d'une peinture a pris corps avec la pratique de la gravure sur cuivre à une époque où l'art valorisait les modèles et l'acte d'imitation. La gravure, qui avait d'abord produit quantité de compositions originales, est amenée à multiplier les images de peintres célèbres ; on répète ainsi Raphaël, Parmesan ou Corrège. Les peintres eux-mêmes en vinren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-des-oeuvres-d-art-copie-et-reproduction-depuis-la-renaissance/#i_9788

SNYDERS FRANS (1579-1657)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 087 mots
  •  • 2 médias

Avec Fyt, Frans Snyders est la figure majeure de la peinture d'animaux et de natures mortes de chasse si florissante en Flandre au xvii e  siècle . Élève de Pieter Bruegel II, vers 1593/94, et peut-être aussi de Van Balen, il est reçu maître dans la Gilde d'Anvers en 1602, séjourne en Italie en 1608, à Rome puis à Milan. À cette occasion, Jan Brue […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frans-snyders/#i_9788

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 989 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Baroque et classicisme : le xviie siècle »  : […] Bruxelles, qui avait été le haut lieu de la tapisserie au xvi e  siècle, dut céder sa suprématie aux manufactures françaises au siècle suivant. Les tapissiers anversois, qu'avaient rejoints des liciers émigrés de la capitale du Brabant, proposaient une production abondante, mais qui n'était pas toujours de grande qualité. En Hollande, le principal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/#i_9788

VAN DYCK ANTOINE (1599-1641)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 5 752 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La première période anversoise (jusqu'en 1621) »  : […] Curieusement, et en contradiction avec ce qu'on pourrait attendre à la fois de la biographie du peintre et de ses travaux des années 1618-1621, les œuvres du début ne témoignent pas d'un rubénisme catégorique mais, bien au contraire, révèlent une surprenante violence, une agressivité puissante et farouche, très personnelle. On n'y retrouve guère l'élève du maniérisant habile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-van-dyck/#i_9788

VAN VEEN OTTO dit VENIUS (1556-1629)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 734 mots

Travaillant d'abord chez le Leydois Isaac Claesz van Swanenburgh, puis à Liège, en 1574, chez Dominicus Lampsonius, Otto van Veen visita ensuite longuement l'Italie (de 1577 à 1582) pour rester à jamais un « romaniste » et un humaniste aussi fervent que cultivé, admirateur de Corrège à Parme, et directement marqué par les Zuccari à Rome. Après un court arrêt à Munich, il revient dans les Pays-Bas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otto-van-veen/#i_9788

VELÁZQUEZ DIEGO (1599-1660)

  • Écrit par 
  • Véronique GERARD-POWELL
  •  • 2 349 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un nouvel apprentissage »  : […] Son installation à Madrid change radicalement le cours de sa carrière : désormais Velázquez travaille uniquement pour le roi et pour quelques courtisans amateurs. Les bodegones sont abandonnés, le portrait domine , et, à côté de quelques sujets religieux d'une belle portée spirituelle , apparaissent des scènes historiques et mythologiques. Les collections royales, déjà très […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/velazquez-diego-1599-1660/#i_9788

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « RUBENS PIERRE PAUL - (1577-1640) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-paul-rubens/