e siècle" />

PAYS-BAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pays-Bas : carte physique

Pays-Bas : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pays-Bas : drapeau

Pays-Bas : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Pays-Bas : conquête des terres

Pays-Bas : conquête des terres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Moulins à vent de Kinderdijk, Pays-Bas

Moulins à vent de Kinderdijk, Pays-Bas
Crédits : Robert Harding World Imagery/ Getty

photographie

Tous les médias


Nom officielRoyaume des Pays-Bas (NL)
Chef de l'Étatle roi Willem-Alexander (depuis le 30 avril 2013)
Chef du gouvernementMark Rutte (depuis le 14 octobre 2010)
CapitaleAmsterdam
Siège du gouvernementLa Haye
Langue officiellenéerlandais 1
Note : Le frison est reconnu comme seconde langue officielle dans la province de la Frise depuis 2013
Unité monétaireeuro (EUR)
Population17 228 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)34 040

Révolution et restauration 1780-1830

Comme ailleurs en Europe occidentale, la République fut le théâtre d'un changement de mentalité surtout sensible à partir de 1780. Le mouvement des Patriotes connut d'abord des succès, mais, sitôt la maison d'Orange menacée, la Prusse intervint (1787) et l'ancien conservatisme subsista avec ses privilèges, ses abus et sa corruption. La République fut épargnée par les premières phases de la Révolution française (1789-1794). Seuls les Pays-Bas autrichiens furent conquis par les Français. Après Thermidor, l'Armée du nord se lança à l'attaque sous le commandement de Pichegru et atteignit le Waal. Poussés par la faim, les Français franchirent les fleuves gelés et enlevèrent Utrecht et Amsterdam (janv. 1795). Le stathouder Guillaume V s'enfuit en Angleterre. Les « patriotes », réfugiés en France en 1787 et rentrés dans les fourgons des armées françaises, entendaient bien parvenir au pouvoir. Après la signature du traité de La Haye avec la France (1795), ce fut chose faite. Les états généraux cédèrent la place à une Assemblée nationale élue au suffrage indirect et à un Comité exécutif. On pouvait y distinguer deux tendances : un courant fédéraliste et un courant unitariste. Les Français appuyèrent les unitaristes jacobins et imposèrent aux élus un serment de haine centre le stathoudérat, la noblesse et le fédéralisme. On élabora une Constitution (1798) bicamériste. L'hégémonie de la province de Hollande fut brisée, les privilèges disparurent et la lente émancipation des catholiques put commencer. L'Angleterre voyait d'un mauvais œil cette mainmise des Français. Le stathouder Guillaume V avait donné l'ordre aux gouverneurs des colonies de prendre parti pour les Anglais. Des troupes anglo-russes firent irruption en Hollande septentrionale mais furent battues par l'armée française du général Guillaume Brune. Bonaparte, Premier cons [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 53 pages


Écrit par :

  • : docteur en sciences géographiques, professeur à l'Université libre de Bruxelles, membre de la classe des lettres de l'Académie royale de Belgique, président de la Société royale belge de géographie
  • : docteur en histoire, professeur agrégé à l'Institut d'études politiques de Paris
  • : professeur d'histoire à l'université de Nanterre et à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine
  • : docteur en droit, licencié en sciences politiques et diplomatiques

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian VANDERMOTTEN, Christophe DE VOOGD, Frédéric MAURO, Guido PEETERS, « PAYS-BAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/