PAYS-BAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pays-Bas : carte physique

Pays-Bas : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pays-Bas : drapeau

Pays-Bas : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Pays-Bas : conquête des terres

Pays-Bas : conquête des terres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Moulins à vent de Kinderdijk, Pays-Bas

Moulins à vent de Kinderdijk, Pays-Bas
Crédits : Robert Harding World Imagery/ Getty

photographie

Tous les médias


Nom officielRoyaume des Pays-Bas (NL)
Chef de l'Étatle roi Willem-Alexander (depuis le 30 avril 2013)
Chef du gouvernementMark Rutte (depuis le 14 octobre 2010)
CapitaleAmsterdam
Siège du gouvernementLa Haye
Langue officiellenéerlandais 1
Note : Le frison est reconnu comme seconde langue officielle dans la province de la Frise depuis 2013
Unité monétaireeuro (EUR)
Population17 228 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)34 040

La République ou les sept mini-républiques (XVIe-XVIIIe s.)

L'établissement de la République signifiait une victoire pour les provinces et les villes. La République était constituée de sept mini-républiques, à leur tour fragmentées en une foule de micro-républiques dans lesquelles des collèges extrêmement divers, allant des régents aux directions de wateringues, exerçaient le pouvoir. Et pourtant, il existait effectivement quelques facteurs centralisateurs. Les provinces étaient incapables de continuer séparément la lutte contre l'Espagne : rien d'étonnant donc à ce que deux pouvoirs centralisateurs (le Conseil d'État et le stathouder en la personne de Maurice de Nassau, représentant respectivement les intérêts financiers et l'armée) aient pesé de tout leur poids dans les premières années qui suivirent la décision révolutionnaire de 1588. L'action unificatrice de l'ennemi extérieur traversa comme une onde de choc l'histoire de la République. Maurice de Nassau pensait que la Trêve (1609-1621) amènerait l'éclatement de la fragile unité. La paix de Münster (1648) comportait le même danger. La catastrophique année 1672, où la République fut attaquée conjointement par une série d'États, donna indubitablement l'illusion d'une unité retrouvée, manifestée par « l'appel du stathouder ». Les menaces franco-anglaises du xviiie siècle eurent souvent le même effet. La deuxième force centralisatrice était le stathouder. Rien d'étonnant à ce qu'il ait essayé de maintenir en temps de paix l'autorité qu'il exerçait tout naturellement en temps de guerre. La lutte entre le stathouder et ses partisans contre les provinces, qui aspiraient précisément à la décentralisation, connut des fortunes diverses. Maurice de Nassau réussit à écarter Oldenbarnevelt. Pendant la Première Période sans Stathouder, c'étaient les partisans des États qui donnaient le ton. Devant la menace française après 1672, Guillaume III parut souder le pays autour de sa personne. Au cours [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 53 pages


Écrit par :

  • : docteur en sciences géographiques, professeur à l'Université libre de Bruxelles, membre de la classe des lettres de l'Académie royale de Belgique, président de la Société royale belge de géographie
  • : docteur en histoire, professeur agrégé à l'Institut d'études politiques de Paris
  • : professeur d'histoire à l'université de Nanterre et à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine
  • : docteur en droit, licencié en sciences politiques et diplomatiques

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian VANDERMOTTEN, Christophe DE VOOGD, Frédéric MAURO, Guido PEETERS, « PAYS-BAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/