e au XVIe siècle"/ > e-XVIIIe s.)" />

PAYS-BAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pays-Bas : carte physique

Pays-Bas : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pays-Bas : drapeau

Pays-Bas : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Pays-Bas : conquête des terres

Pays-Bas : conquête des terres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Moulins à vent de Kinderdijk, Pays-Bas

Moulins à vent de Kinderdijk, Pays-Bas
Crédits : Robert Harding World Imagery/ Getty

photographie

Tous les médias


Nom officielRoyaume des Pays-Bas (NL)
Chef de l'Étatle roi Willem-Alexander (depuis le 30 avril 2013)
Chef du gouvernementMark Rutte (depuis le 14 octobre 2010)
CapitaleAmsterdam
Siège du gouvernementLa Haye
Langue officiellenéerlandais 1
Note : Le frison est reconnu comme seconde langue officielle dans la province de la Frise depuis 2013
Unité monétaireeuro (EUR)
Population17 228 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)34 040

Le soulèvement contre l'Espagne

Généralités

Le soulèvement des Pays-Bas contre l'Espagne, appelé aussi guerre de Quatre-Vingts Ans, a déchaîné aux Pays-Bas des polémiques qui ne s'éteindront sans doute jamais et provoqué plus de controverses qu'aucun autre épisode de l'histoire de ce pays. Il y a même eu des historiens étrangers pour se risquer à en traiter, ce qu'ils ont souvent fait avec bonheur. Pour les historiens marxistes-léninistes, ce soulèvement est la première grande révolution bourgeoise de l'histoire. Ce qui frappe dans cet intérêt passionné, c'est la propension des historiens à projeter dans le xvie siècle les phénomènes actuels ou leur vision du monde de leur époque. Ce qui précède prouve que, jusqu'en 1609, le soulèvement n'était certainement pas une guerre entre deux nations, l'Espagne et les Pays-Bas. Le soulèvement était davantage un amalgame de mécontentements, une sorte de monstrueuse alliance, qu'une lutte organisée et cohérente ; il s'agissait d'une guerre entre bourgeois plutôt que d'une guerre entre États. Il n'était en rien inévitable que tout cela aboutisse à une offensive concertée de plusieurs groupes et régions contre l'ennemi commun : ce n'était pas évident à l'époque. Beaucoup d'historiens ont prouvé que la révolte était en fait de nature conservatrice, les classes privilégiées se dressant contre le phénomène de l'État absolutiste. Reste l'importante question de savoir quelle était la part de la religion dans le soulèvement ? Plus tard, la République, auréolée par sa victoire et considérée comme une Mecque des protestants, revendiquera le caractère religieux du soulèvement, prétendant qu'une nation protestante avait lutté contre l'Antéchrist, le roi d'Espagne et le pape. Le soulèvement pouvait paraître confirmer cette thèse : le conflit engendrait la naissance d'un Sud catholique et d'un Nord protestant, séparés par une sorte d'État-tampon, les pays de la Généralité. Mais dans la réalité quotidienne le déroulement du scénario fut quelque peu différent. Au moment de la scission, les Pays-Bas du Nord n'avaient rien d'un État protestant : [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 53 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences géographiques, professeur à l'Université libre de Bruxelles, membre de la classe des lettres de l'Académie royale de Belgique, président de la Société royale belge de géographie
  • : docteur en histoire, professeur agrégé à l'Institut d'études politiques de Paris
  • : professeur d'histoire à l'université de Nanterre et à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine
  • : docteur en droit, licencié en sciences politiques et diplomatiques

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian VANDERMOTTEN, Christophe DE VOOGD, Frédéric MAURO, Guido PEETERS, « PAYS-BAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/