PAYS-BAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Pays-Bas : carte physique

Pays-Bas : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pays-Bas : drapeau

Pays-Bas : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Pays-Bas : conquête des terres

Pays-Bas : conquête des terres
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Moulins à vent de Kinderdijk, Pays-Bas

Moulins à vent de Kinderdijk, Pays-Bas
Crédits : Robert Harding World Imagery/ Getty

photographie

Tous les médias


Nom officielRoyaume des Pays-Bas (NL)
Chef de l'Étatle roi Willem-Alexander (depuis le 30 avril 2013)
Chef du gouvernementMark Rutte (depuis le 14 octobre 2010)
CapitaleAmsterdam
Siège du gouvernementLa Haye
Langue officiellenéerlandais 1
Note : Le frison est reconnu comme seconde langue officielle dans la province de la Frise depuis 2013
Unité monétaireeuro (EUR)
Population17 228 000 (estim. 2018)
Superficie (km2)34 040

D'une guerre à l'autre (1919-1940)

Les rares analyses dont on dispose sur les Pays-Bas de l'entre-deux-guerres sont remarquablement concordantes : elles les décrivent comme un pays conservateur, où stabilité politique rime avec immobilité, un pays vieillot et statique, prudemment attaché à conserver les acquis. Alors que la plupart des pays voisins se laissaient entraîner par l'avalanche des « années folles » et la fermentation des esprits à Weimar vers les années trente, les Pays-Bas faisaient comme si de rien n'était. En politique, les confessionnels étaient et restaient au pouvoir ; sur le plan social et convivial, la société demeurait compartimentée en blocs statiques, appelés aussi piliers (zuilen, d'où le terme verzuilling, utilisé pour désigner ce « cloisonnement » idéologique) ; sur le plan économique, on ne faisait guère plus que de continuer sur la lancée des acquisitions de la fin du xixe siècle et du début du xxe ; le changement de cap des années trente n'eut lieu que sous l'effet des pressions internationales. La neutralité des Pays-Bas au cours de la Première Guerre mondiale explique pour une part cette stabilité. Il existe une explication plus structurelle à cette immuabilité de la société néerlandaise entre les deux guerres mondiales : le caractère spécifique du cloisonnement et la politique pacificatrice qui le doublait, rendue possible par la relative permanence des rapports de force entre les différents blocs. La répartition des cent sièges à la Chambre en fournit une bonne illustration : pendant l'entre-deux-guerres, l'écart entre le nombre le plus élevé et le plus bas des sièges emportés par les grands partis, libéraux exceptés, n'excéda jamais quatre. Des formations extrémistes comme le CPN (Parti communiste) et le NSB (Alliance national-socialiste) n'enlevèrent jamais plus de quelques sièges, encore ne fut-ce que pour une courte durée. En outre, les blocs ne connaissaient pas de tensions internes ; leurs leaders étaient à même de maintenir leur autorité sur leu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 53 pages




Écrit par :

  • : docteur en sciences géographiques, professeur à l'Université libre de Bruxelles, membre de la classe des lettres de l'Académie royale de Belgique, président de la Société royale belge de géographie
  • : docteur en histoire, professeur agrégé à l'Institut d'études politiques de Paris
  • : professeur d'histoire à l'université de Nanterre et à l'Institut des hautes études de l'Amérique latine
  • : docteur en droit, licencié en sciences politiques et diplomatiques

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian VANDERMOTTEN, Christophe DE VOOGD, Frédéric MAURO, Guido PEETERS, « PAYS-BAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pays-bas/