LES ANNÉES, Annie ErnauxFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Célèbre pour ses ouvrages à caractère autobiographique, des Armoires vides (1974) à La Place (1983), de Passion simple (1992) au Journal du dehors (1993), Annie Ernaux, née au début de la Seconde Guerre mondiale, a pu apparaître comme le symbole d'une génération qui lutta pour l'émancipation des femmes et qui mena à bien sa conquête personnelle de la liberté. Son œuvre hybride – littéraire et sociologique – se veut d'une exploratrice de l'intime autant que d'un « écrivain public ». Avec Les Années (Gallimard, 2008), comme pour conjurer le souvenir de sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer et dont elle a raconté la tragédie dans Une femme (1988), Annie Ernaux a entrepris un important travail de mémoire.

Les Années constituent de singulières annales. En effet, elles procèdent de l'enquête sociologique aussi bien que du discours autobiographique, et racontent l'évolution de la condition des femmes, de l'après-guerre aux années 2000. Le projet de ce « roman total » ne date pas d'aujourd'hui. Fruit d'un demi-siècle de maturation, il est né d'un matériau composite, fait de notes personnelles, d'archives, de documents sociologiques et de coupures de presse. Des films d'amateur y jouent aussi leur rôle. L'écrivain mêle en effet le récit intime au journal national, le sans titre aux grands titres, la mémoire personnelle à la collective, les progrès techniques, les événements sociaux et politiques au destin tant familial qu'individuel. Au fil des pages, le récit défile de plus en plus vite et se transmue en une vertigineuse monodie, en une litanie d'inventaires qui coud les uns aux autres les gestes familiers, les images ordinaires, les expressions populaires, les rengaines, les idéologies ambiantes (plus ou moins tenues à distance), s'arrêtant un instant sur l'ellipse d'un souvenir, telle cette photo en noir et blanc d'une petite fille en vacances en 1949 à Sotteville-sur-Mer, ou cet autoportrait de femme âgée et nue.

Grâce à une documentation importante et minutieuse (qui évoque les enquêtes des romanciers naturalistes), pour représenter la vie de la femme « moyenne », Annie Ernaux recense les icônes culturelles, morales ou politiques du plus grand nombre. Dans cette fresque agencée comme un puzzle, elle traite pêle-mêle des progrès techniques (machine à laver, Internet, etc.), des événements médiatiques (les victoires de Killy aux jeux Olympiques de Grenoble en 1968), historiques (la mort du général de Gaulle), des luttes politiques (l'année 1968), de l'émancipation féminine, des clivages sociaux, du cancer, des modes, du cinéma, de la séparation, des chansons, du deuil prématuré, des villes nouvelles, de la maladie d'Alzheimer, du vieillissement, du métier d'enseignante, de son rôle de mère et de la grand-mère qu'elle est devenue. Ce document sur la condition féminine dans nos sociétés occidentales, tente ainsi de rendre compte de l'existence ordinaire des femmes dans chacune des générations représentées, au risque parfois, pour la narratrice, de se fondre dans le palimpseste que constitue la vulgate de tous les conformismes.

Malgré cette volonté pérenne et si chère à Annie Ernaux d'effacer la fiction lyrique de la subjectivité, de substituer à la vue trop courte d'un « je » la vision élargie qui émanerait d'un « elle », et derrière la bonne intention unanimiste d'un « nous » ou bien encore le flou démagogique d'un « on » (ce préféré de nos sociétés de sondages), malgré aussi l'ironie de son écriture blanche qui s'inscrit, comme par antiphrase, sur le tableau noir de l'Histoire, l'inventaire de la petite fille de l'épicerie-café devenue professeur agrégée reflète, quel que soit son évident souci de l'objectivité, le parcours socioprofessionnel de son auteur : Annie Ernaux est une femme née en province normande, en l'an 1940, dans un milieu modeste de petits commerçants ; elle a vécu ses « années lumière » de jeune femme durant les Trente Glorieuses et la révolution de 1968 ; enfin elle a accompli toute sa « carrière » dans l'Éducation nationale (ce qui représentait alors une promotion sociale). Si son style clinique, sec, dépouillé et incisif comme un scalpel, parvient à absorber le passé sans aucune nostalgie, il ne fait pas pour autant l'impasse sur ses propres déterminations psychologiques, sociologiques, historiques et politiques.

Véritable somme « auto-sociologique », Les Années constitue sans doute la meilleure récapitulation de son œuvre. Consignant le destin féminin dan [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur agrégé, docteur en littérature française, écrivain

Classification

Les derniers événements

26 octobre 2022 France – Canada. Rejet de la demande d'extradition du père Johannes Rivoire.

Le père Rivoire est accusé d’agressions sexuelles sur de jeunes Inuits, perpétrées dans les années 1970 alors qu’il était en mission dans le Grand Nord canadien. La loi interdit l’extradition de ressortissants français. Par ailleurs, la prescription des faits empêche la poursuite en France de l’ancien missionnaire. L’ordre des Oblats de Marie-Immaculée a engagé une procédure d’exclusion contre Johannes Rivoire. […] Lire la suite

16-30 septembre 2022 Iran. Mouvements de protestation à la suite de la mort en détention de Mahsa Amini.

Il s’agit de la plus importante opération iranienne menée sur le sol irakien au cours des dernières années. Le 26 également, dans une adresse à la nation, le président Ebrahim Raïssi déclare regretter la mort de Mahsa Amini, tout en accusant les manifestants d’être des agents de puissances étrangères. Il évoque un possible « dialogue » sur « différentes méthodes d’application de la loi ». […] Lire la suite

29 septembre 2022 Koweït. Élections législatives.

Le scrutin était anticipé de deux ans en raison de la crise politique qui agite l’émirat depuis plusieurs années. En juin, l’émir Sabah al-Ahmad al-Jabir al-Sabah avait dissous l’Assemblée nationale à la suite de la démission, un mois plus tôt, du Premier ministre Sabah al-Khalid al-Sabah, mis en cause par l’Assemblée nationale avec plusieurs ministres pour mauvaise gestion ou corruption. […] Lire la suite

17 août 2022 Canada. Recul de la langue française.

Celles-ci révèlent que l’usage de la langue française a continué de reculer au cours des cinq précédentes années, au Canada comme au Québec. La proportion de personnes qui l’utilise comme première langue officielle parlée – indicateur qui permet de mesurer sa place dans l’espace public – est passée de 22,2 % en 2016 à 21,4 % en 2021 dans l’ensemble du pays et de 83,7 % à 82,2 % au Québec. […] Lire la suite

24-30 juillet 2022 Vatican – Canada. Visite du pape François au Canada.

Ceux-ci ont accueilli quelque cent cinquante mille enfants entre les années 1880 et 1990. François évoque « une erreur dévastatrice, incompatible avec l’Évangile de Jésus-Christ » et dénonce « la manière dont, malheureusement, de nombreux chrétiens ont soutenu la mentalité colonisatrice des puissances qui ont opprimé les peuples autochtones ». Les 27 et 28, François se rend à Québec. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves LECLAIR, « LES ANNÉES, Annie Ernaux - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/les-annees/