HUGO VICTOR

Médias de l’article

Les Misérables

Les Misérables
Crédits : AKG

photographie

Victor Hugo à Guernesey en 1870

Victor Hugo à Guernesey en 1870
Crédits : Hulton Getty

photographie

Victor Hugo

Victor Hugo
Crédits : M. Seemuller/ De Agostini

photographie


Roman, critique, voyages, histoire dialoguent dans l'œuvre de Victor Hugo avec le lyrisme, l'épopée, le théâtre en un ensemble dont le « poète » a souvent proposé des articulations historiques, géographiques ou idéologiques plutôt qu'une périodisation. En règle générale, l'œuvre en prose a pour fonction de recueillir les éléments les plus secrets de l'œuvre poétique, de les composer en architectures prospectives ; plus neuve et plus audacieuse ainsi, elle peut servir de préface à toute la création hugolienne. Elle se distribue pourtant en trois masses : la mort de Léopoldine, en 1843, entre l'Académie (1841) et la Chambre des pairs (1845), marque une première rupture ; vers 1866-1868, c'est le tournant proprement historique et politique. Chacune de ces masses est caractérisée par la présence de romans ou quasi-romans (Han d'Islande, Bug-Jargal, Le Dernier Jour d'un condamné, Notre-Dame de Paris, Claude Gueux, pour la première ; Les Misérables, Les Travailleurs de la mer, pour la deuxième ; L'Homme qui rit et Quatrevingt-Treize, pour la troisième), de textes mêlés d'histoire, de politique et de voyages (pour l'essentiel, respectivement : Le Rhin  ; Choses vues et Paris  ; Actes et Paroles et Histoire d'un crime) et enfin d'essais critiques, qui se fondent avec l'histoire militante dans la troisième période, en une vue rétrospective qu'annonçaient déjà Littérature et philosophie mêlées dans la première période et la somme du William Shakespeare dans la deuxième. La poétique de l'œuvre en prose s'inscrit donc dans un espace à quatre dimensions : le romanesque, le voyage, la politique, la réflexion critique sur le génie. À côté de l'évolution biographique et historique, c'est le William Shakespeare qui forme le centre de gravité du colosse. Poète usé par l'école de la IIIe République et la pratique des morceaux choisis, dramaturge qu'on croit mort avec le théâtre romantique en 1843 (échec des Burgraves), romancier méconnu parce que trop mesuré aux normes de Stendhal, Balzac ou Flaubert, Hugo apparaît de plus en plus dans sa singul [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-VII
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-III
  • : professeur émérite, université de Montréal, Kress Fellow, Galerie nationale, Washington, membre de la Société royale du Canada
  • : conservateur en chef du Patrimoine

Classification


Autres références

«  HUGO VICTOR (1802-1885)  » est également traité dans :

HUGO VICTOR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 336 mots

26 février 1802 Naissance de Victor Hugo à Besançon. 1804-1815 Premier Empire. 12 octobre 1822 Mariage avec Adèle Foucher. 1827 Publication de Cromwell, dont la Préface joue un rôle décisif dans la naissance du romantisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hugo-reperes-chronologiques/

BICENTENAIRE DE VICTOR HUGO

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 985 mots

Victor Hugo a eu deux cents ans. La France, en 2002, a fêté dignement le bicentenaire de sa naissance, dix-sept ans après avoir célébré le centenaire de sa mort, en 1985. A-t-on eu pour autant l'impression d'une redite ? Non, car, en réalité, ce n'est pas tout à fait le même Hugo qui a été à l'honneur. 1985 avait été une redécouverte : la culture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bicentenaire-de-victor-hugo/#i_8883

LES CHÂTIMENTS, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 088 mots
  •  • 1 média

« Écoute, je te dois, Sire, un remercîment/Sans toi je n'aurais pas fait ce livre inclément... » Écrivant ces vers des années plus tard, Victor Hugo (1802-1885) avouait, non sans ironie, sa dette envers Napoléon III. C'est en effet à Jersey puis à Guernesey , entre 1852 et 1870, qu'il compose ou achève quelques-unes de ses œuvres maîtresses : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-chatiments/#i_8883

CHOSES VUES, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 183 mots
  •  • 1 média

Choses vues est un volumineux ensemble de textes que Victor Hugo (1802-1885) avait laissés impubliés. Réunis en volume, ils ont paru pour la première fois deux ans après sa mort, en 1887. Le titre a été donné par les éditeurs de ses écrits posthumes et repris par la tradition. Il s'avère d'ailleurs approximatif, dans la mesure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choses-vues/#i_8883

LES CONTEMPLATIONS, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 1 005 mots
  •  • 1 média

Depuis Les Rayons et les Ombres (1840), Victor Hugo (1802-1885) n'avait pas publié de recueil lyrique. Certes Les Châtiments (1853), violent libelle contre Napoléon III, marquaient un retour à la poésie, mais à une poésie tout entière au service de la politique. Dans la Préface aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-contemplations/#i_8883

HERNANI, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 947 mots
  •  • 2 médias

Le 25 février 1830, a lieu à la Comédie-Française la première d'Hernani (sous-titré d'abord L'Honneur castillan, puis La Jeunesse de Charles-Quint), drame en cinq actes de Victor Hugo (1802-1885) . Le spectacle, ce soir-là, est surtout dans la salle : entre tenants de la tragédie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hernani/#i_8883

L'HOMME QUI RIT, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 066 mots
  •  • 1 média

Commencé à Bruxelles le 21 juillet 1866, continué à Guernesey, puis achevé à Bruxelles le 23 août 1868, L'Homme qui rit est la dernière grande œuvre d'exil de Victor Hugo (1802-1885). Sa rédaction, souvent interrompue, est marquée par le double deuil qui frappe l'auteur en 1868 : Georges, son petit-fils, et sa femme, Adèle. Nul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-qui-rit/#i_8883

LA LÉGENDE DES SIÈCLES, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 963 mots
  •  • 1 média

« Ego Hugo »  : la célèbre devise ne pouvait mieux convenir qu'à l'auteur de La Légende des siècles, œuvre « cathédrale » s'il en fut, entreprise prométhéenne et sublime poème de l'humanité pour les uns, sommet de l'emphase mégalomaniaque et du mauvais goût pour les autres, livre unique en tout cas, sans précédent ni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-legende-des-siecles/#i_8883

LES MISÉRABLES, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 1 087 mots
  •  • 1 média

Alors que Victor Hugo est en exil à Guernesey, où il continue d'affirmer son opposition à Napoléon III, paraissent à Paris en 1862 les dix volumes des Misérables, énorme roman commencé en 1845. Épopée du peuple et de la misère, Les Misérables, en dépit de quelques invraisemblances, constituent un des romans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-miserables/#i_8883

QUATREVINGT-TREIZE, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 150 mots
  •  • 1 média

Rédigé de décembre 1872 à juin 1873, publié en 1874, Quatrevingt-Treize est le dernier roman de Victor Hugo (1802-1885). L'écrivain en forma le projet dès après la parution des Misérables, en 1862. À l'origine, l'ouvrage devait conclure une trilogie romanesque qui aurait peint au préalable l'ancienne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatrevingt-treize/#i_8883

LES TRAVAILLEURS DE LA MER, Victor Hugo - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 194 mots
  •  • 1 média

Écrits à Guernesey en 1864 et 1865, et publiés l'année suivante simultanément à Bruxelles et Paris, Les Travailleurs de la mer sont certainement, des œuvres composées par Victor Hugo (1802-1885) pendant l'exil, celle qui doit le plus au lieu lui-même. Cette influence s'accentue par la suite : au roman, intitulé initialement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-travailleurs-de-la-mer/#i_8883

ANANKÈ

  • Écrit par 
  • Lucien JERPHAGNON
  •  • 288 mots

Le mot grec anankè veut dire « nécessité » (anankè estin, « il faut ») ; plus précisément, chez les poètes, les tragiques, les philosophes, les historiens, anankè évoque une contrainte, une nécessité naturelle, physique, légale, logique, divine... Ce nom personnifie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ananke/#i_8883

BOULANGER LOUIS (1806-1867)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 390 mots

Avec Célestin Nanteuil, Eugène et Achille Devéria, Louis Boulanger appartient à cette pléiade de peintres-graveurs étroitement liés au mouvement romantique, dont ils sont les fidèles illustrateurs et compagnons de combat, tandis que Delacroix mène, avec la liberté du génie, une carrière beaucoup plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-boulanger/#i_8883

BRION GUSTAVE (1824-1877)

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN
  •  • 830 mots

un disciple de Courbet, ce peintre de la Franche-Comté rurale et de la misère paysanne. En 1862, Brion dessine, précisément, les illustrations des Misérables pour l'éditeur Hetzel. Ses fusains (Maison de Victor Hugo, Paris), gravés sur bois de teinte, furent photographiés et vendus 25 centimes pièce ; leur réunion en album […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gustave-brion/#i_8883

CÉNACLES ROMANTIQUES

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 2 433 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Autour de Victor Hugo »  : […] Hernani), furent au cœur de la révolution romantique. Certes, Sainte-Beuve, qui entre en relation avec Victor Hugo après un article extrêmement élogieux dans Le Globe des 2 et 9 janvier 1827 sur le premier volume des Odes, y joue un rôle non négligeable par l'œuvre de théoricien et de critique qu'il commence à édifier comme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cenacles-romantiques/#i_8883

CLÉMENCE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 707 mots

Décidant en dernier recours du sort d'un condamné, le prince a toujours la partie belle ; s'il laisse faire son office au bourreau, on s'incline devant sa justice et on célèbre son obéissance, peut-être douloureuse, au devoir et à la raison d'État ; s'il fait grâce, on soupçonne parfois avec admiration une arrière-pensée de profond politique et on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clemence-litterature/#i_8883

DEUXIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • André Jean TUDESQ
  •  • 4 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le coup d'État »  : […] avec Odilon Barrot et Berryer furent rapidement dispersés ou grossirent les effectifs de la prison de Mazas ; un Comité de résistance républicain avec Schœlcher, Jules Favre, Victor Hugo s'efforça de soulever le peuple parisien ; des barricades, élevées les 3 et 4 décembre, furent vite enlevées par la troupe (un député, Baudin, fut tué sur l'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deuxieme-republique/#i_8883

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 632 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les théories »  : […] Le grand manifeste du drame romantique reste, on le sait, la Préface de Cromwell de Victor Hugo. L'inspiration en est toute différente. En même temps qu'il combat contre les « deux unités » (temps et lieu) et en faveur du mot propre et de la couleur locale, Hugo affirme que le drame tel qu'il n'existe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-romantique/#i_8883

DUMAS ALEXANDRE (1802-1870)

  • Écrit par 
  • Claude SCHOPP
  •  • 5 681 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Derniers combats »  : […] ses innombrables lecteurs renouvelés ont effacé tout doute, et ratifié le bel hommage de Victor Hugo, alors que, premier voyage posthume (1872), son corps était porté de Neuville-lès-Pollet au cimetière de Villers-Cotterêts : « Alexandre Dumas est un de ces hommes qu'on pourrait appeler les semeurs de civilisation ; il assainit et améliore les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dumas-alexandre-1802-1870/#i_8883

ÉCOLE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 644 mots

Dans le chapitre « Cénacle, académie, chapelle »  : […] Angers. Il a sa revue, La Muse française ; ses imitateurs, le « petit Cénacle » autour de Petrus Borel, dans l'atelier d'un sculpteur. Victor Hugo reçoit de son côté rue Notre-Dame-des-Champs, où se préparera la bataille d'Hernani (1830). Nerval a décrit la vie de bohème au lieu dit « le Doyenné », près du Louvre. De son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-litteraire/#i_8883

LE FANTÔME DE L'OPÉRA, Gaston Leroux - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 1 274 mots

Dans le chapitre « Un univers onirique »  : […] les mers (1869). Mais s'il est une œuvre avec laquelle Le Fantôme établit bien des correspondances, c'est Notre-Dame de Paris (1831) de Victor Hugo. Les deux romans sont en effet bâtis sur une histoire assez similaire : celle d'un monstre qui a fait d'un grand monument son domaine et y séquestre une jeune femme. Les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-fantome-de-l-opera/#i_8883

FRANCK CÉSAR (1822-1890)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 2 038 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un symphoniste »  : […] En 1847, Franck signait un premier poème symphonique, d'après Victor Hugo, Ce qu'on entend sur la montagne. L'œuvre de Liszt qui porte le même titre, publiée seulement en 1857, semble avoit été composée vers 1848-1849. Franck avait des modèles dans les ouvrages de Berlioz, les ouvertures de Mendelssohn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar-franck/#i_8883

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le temps des écrivains, des prophètes et des mages  »  : […] en héritage à la poésie, bientôt triomphalement ambitieuse. Hugo, poète et pair de France, finit par se pencher sur la misère du peuple. Sa muse devient visionnaire quand la poésie se substitue à la philosophie. Le poète perçoit au-delà des apparences. Grâce au roman, la philosophie trouve à nouveau à s'incarner. Les philosophes des Lumières […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/#i_8883

LOI SUR LA PROTECTION DES MONUMENTS HISTORIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 364 mots
  •  • 1 média

Dans deux articles de 1825 et 1832, Victor Hugo avait déclaré la « guerre aux démolisseurs », fustigeant la destruction systématique, par les notables locaux, des monuments du Moyen Âge au nom des intérêts économiques immédiats – un syndrome qui n'a guère changé depuis lors. Il réclamait alors : « une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/loi-sur-la-protection-des-monuments-historiques/#i_8883

LYRE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 639 mots

Il est à peine besoin de rappeler que la lyre a engendré dans la langue courante deux sens figurés et connexes. Instrument privilégié pour accompagner le chant, elle finit par imposer son nom à toute musique chantée : c'est en ce sens qu'on parle d'art lyrique, de spectacles ou de théâtres lyriques. Ensuite, le chant et la poésie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lyre-litterature/#i_8883

MÉLODRAME

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 3 298 mots

Dans le chapitre « Évolution »  : […] inverse. Il va lentement modifier ses caractéristiques propres, sans pouvoir changer son langage. La Lucrèce Borgia de Victor Hugo (qui doit quelque chose à La Tour de Nesle) est à l'origine directe du grand mélodrame d'Anicet-Bourgeois, La Vénitienne ; et Victor Hugo ne craint pas de lui reprendre son bien avec Angelo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/melodrame/#i_8883

NANTEUIL CÉLESTIN (1813-1873)

  • Écrit par 
  • Bruno FOUCART
  •  • 393 mots

À dix-neuf ans, Célestin Nanteuil atteint en même temps la célébrité et sans doute le sommet de son talent. Ce « jeune homme moyen âge », selon l'expression de Théophile Gautier, s'impose dans ses eaux-fortes et ses lithographies comme l'interprète idéal des romantiques, de Victor Hugo à Alexandre Dumas […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/celestin-nanteuil/#i_8883

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 394 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Unité des arts visuels »  : […] Le deuxième sens concerne le seul domaine des arts visuels. Dans Notre-Dame de Paris (1831), Victor Hugo (1802-1885) avait reproché à l'architecture de n'avoir « plus la force de retenir les autres arts. Ils s'émancipent donc... et s'en vont chacun de leur côté. Chacun gagne à ce divorce. L'isolement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/#i_8883

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 004 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écrivains et la physiognomonie »  : […] la physionomie et l'expression passagère venue la nuancer. Voici alors un délicieux suspense. Par un trait de génie, Victor Hugo fait du hideux Quasimodo un ange et de « l'homme qui rit » un désespéré ; Oscar Wilde réserve au portrait de Dorian Gray les stigmates de la laideur morale, que rien ne trahit sur le visage du héros lui-même. Mais ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_8883

RABBE ALPHONSE (1786-1829)

  • Écrit par 
  • France CANH-GRUYER
  •  • 671 mots

Précurseur des « petits romantiques » français. Un physique séduisant et une brillante intelligence laissaient entrevoir pour Alphonse Rabbe un avenir des plus prometteurs, mais une syphilis, contractée lors de la guerre d'Espagne à laquelle il participa comme administrateur militaire, le défigura hideusement et altéra peu à peu sa santé physique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alphonse-rabbe/#i_8883

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Affirmation de l'histoire et violence des passions »  : […] se rangent parmi les Versaillais ou que Michelet, désarçonné par le tour imprévu des événements, devient muet. Le choc amène Victor Hugo, qui incarne alors la figure respectable de l'ancêtre républicain, après avoir été adepte de la cause vendéenne dans sa jeunesse et intéressé par la chouannerie dans sa maturité, à relire la Terreur dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_8883

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 136 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Bilan et survie du romantisme »  : […] surgie d'un dur combat contre l'obscurité, la perfection qui est froideur et rigidité. La sobriété et l'économie en art ne sont valables, a répété Hugo, dans son William Shakespeare notamment, que s'il y avait au préalable l'abondance, la profusion, le débordement qui demandaient écluses et freins. Sinon, elles avouent leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_8883

ROUSSEAU JEAN-BAPTISTE (1671-1741)

  • Écrit par 
  • Denise BRAHIMI
  •  • 544 mots

Malgré un brillant début dans la carrière poétique, Rousseau eut une existence en grande partie malheureuse. Il était le fils d'un honnête cordonnier de Paris qui fit donner à ses enfants une éducation au-dessus de leur condition sociale. On l'accuse d'avoir rougi de ses origines. C'est un de ses traits d'orgueil qui le rendent peu sympathique à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-rousseau/#i_8883

SEEBACHER JACQUES (1930-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 301 mots

1974, jamais emprisonné dans le carcan d'une fonction mais sachant au contraire la transcender à force de charisme et d'érudition, Jacques Seebacher va jouer un rôle clé dans le renouvellement des études hugoliennes. Cette entreprise de toute une vie commence avec l'édition chronologique des Œuvres complètes de Victor Hugo au Club français du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-seebacher/#i_8883

SOULÈVEMENTS (exposition)

  • Écrit par 
  • Armelle CANITROT
  •  • 1 069 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Gestuelle de la révolte »  : […] Les éléments se déchaînent, le temps sort de ses gonds »… les métaphores de la tempête et des ouragans empruntées à Victor Hugo décrivant les manifestations soufflent sur la première partie de l’exposition avec Les Drapeaux (1830) de Léon Cogniet, Élevage de poussière (1920 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/soulevements/#i_8883

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 311 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la vraisemblance au réalisme »  : […] son cadre à Lorenzaccio (1834), tandis que, dans Ruy Blas (1838), Hugo tente d'éclairer le déclin de la monarchie de Louis-Philippe par celui de la monarchie espagnole au xviie siècle. Shakespeare constitue également la référence fondatrice de la théorie du grotesque développée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_8883

TORQUEMADA TOMÁS DE (1420-1498)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 526 mots

Célèbre inquisiteur espagnol. Neveu du théologien Jean de Torquemada (archevêque de Valladolid et défenseur du pape contre la théorie conciliaire au concile de Bâle), Tomás était, comme son oncle, frère prêcheur. Prieur du couvent de Santa Cruz de Ségovie, de 1452 à 1474, il réforme les prieurés aragonais de son ordre. Il devient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tomas-de-torquemada/#i_8883

UBERSFELD ANNE (1918-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 339 mots

: dès 1930, son père l'emmena voir Peer Gynt monté par Lugné-Poe. En 1972, elle soutient sa thèse, Le Roi et le Bouffon. Étude sur le théâtre de Hugo de 1830 à 1839. Publié en 1974, cet essai renouvelle en profondeur la vision qu'on pouvait avoir de l'œuvre théâtrale de l'écrivain. D'autres livres vont suivre – parallèlement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-ubersfeld/#i_8883

VERS LIBRE

  • Écrit par 
  • Jacques JOUET
  •  • 682 mots

Bien avant d'être nommément « vers libre », le vers français s'est souvent autorisé la variabilité métrique. Il s'agissait des « vers irréguliers », ceux dont parle La Fontaine dans un Avertissement à ses premiers contes : « L'auteur a voulu éprouver lequel caractère est le plus propre pour rimer des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vers-libre/#i_8883

VIDOCQ EUGÈNE FRANÇOIS (1775-1857)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 391 mots

Élevé au niveau du mythe littéraire, moins pour la publication de ses Mémoires que pour les personnages de Vautrin et de Valjean qu'il aurait inspirés à Balzac et à Hugo, Vidocq appartient surtout à l'histoire de la police […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugene-francois-vidocq/#i_8883

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques SEEBACHER, Pierre ALBOUY, Anne UBERSFELD, Philippe VERDIER, Pierre GEORGEL, « HUGO VICTOR », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-hugo/