ABBASSIDES(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

750 Une révolution soutenue par les clients persans de l'empire et par les Alides renverse la dynastie omeyyade de Damas et donne le pouvoir à al-Saffāh, descendant d'al-‘Abbās, oncle de Mahomet : début de la dynastie abbasside.

762 Création d'une nouvelle capitale, la ville Ronde de Madīnat al-Salām (« ville du salut »), aussi appelée Bagdad.

786-809 Règne du célèbre Hārūn al-Rashīd, héros légendaire des contes des Mille et Une Nuits. Développement du mu‘tazilisme, mouvement théologique utilisant la raison dans l'interprétation de la doctrine.

800 Autonomie des gouverneurs d'Ifrīqya (Tunisie actuelle) qui fondent la dynastie aghlabide.

813 Al-Ma’mūn, fils d'Hārūn al-Rashīd, élimine son frère al-Amīn au terme d'un conflit sanglant de quatre années. Il installe sa résidence à Merv (Khorasān).

833 Juste avant sa mort, al-Ma’mūn fait adopter le mu‘tazilisme comme doctrine officielle.

836 Al-Mu‘tasim, frère et successeur d'al-Ma’mūn, transfère sa capitale de Bagdad à Samarra, où les troupes turques du régime eurent leur quartier propre.

869-883 Révolte des Zanj, des esclaves noirs dirigés par un prétendant alide, dans le bas Irak.

892 Le calife al-Mu‘tamid rétablit Bagdad comme capitale califale.

945 Un gouverneur iranien de la famille chiite des Bouyides s'empare de la fonction de « grand émir » et contrôle l'Iran, mais aussi l'Irak, cantonnant le calife dans un rôle honorifique.

1055 Fin de la tutelle bouyide sur le calife abbasside. Toghroul Beg, chef des Turcs seldjoukides sunnites, entre à Bagdad où il se fait décerner le titre de « sultan ».

1171 Le Kurde Salāh al-Dīn (Saladin) au nom du Turc Nūr al-Dīn, maître de la Syrie, met fin au califat fatimide du Caire, en reconnaissant comme suzerain le calife abbasside de Bagdad.

1193 Mort de Saladin, fondateur de la dynastie des Ayyoubides qui contrôle le Proche-Orient au nom du calife abbasside de Bagdad et mène avec succès la contre-croisade.

1258 Les Mongols de Hūlāgū dévastent Bagdad. Fin du califat abbasside de Bagdad.

1260 Les Mamelouks arrêtent les Mongols à la bataille de ‘Ayn Djālūt.

1261 Le souverain mamelouk Baybars fait reconnaître au Caire un membre de la famille abbasside comme calife, dont l'unique fonction est de légitimer le pouvoir des sultans mamelouks. Ce système dure jusqu'au début de la période ottomane, en 1517.

—  Pascal BURESI

Écrit par :

Classification


Autres références

«  'ABBASIDES ou ABBASSIDES  » est également traité dans :

‘ABBĀSIDES

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 2 078 mots
  •  • 4 médias

Dynastie de califes arabes, fondée par al-‘Abbās, oncle de Mahomet, les ‘Abbāsides régnèrent de 750 à 1258 à Bagdad. À l'origine, ils étendaient leur pouvoir sur la quasi-totalité du monde musulman. Puis des régions de plus en plus nombreuses leur échappèrent, même si elles leur reconnaissaient dans beaucoup de cas une autorité théorique. À l'intérieur même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbasides-abbassides/

CALIFAT ABBASSIDE DE BAGDAD

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 218 mots
  •  • 1 média

Au milieu du viiie siècle, une révolution s'appuyant sur la province du Khorasān met fin au règne des Omeyyades de Damas, au profit d'un descendant d'al-‘Abbās, oncle du prophète Mahomet. Deuxième souverain de la nouvelle dynastie «  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-abbasside-de-bagdad/#i_9950

ABŪ MUSLIM (mort en 755)

  • Écrit par 
  • Michèle ÉPINETTE
  •  • 302 mots

Chef du mouvement révolutionnaire ‘abbāside qui éclata dans le Khurāsān en 747, Abū Muslim joue un rôle important dans la chute de la dynastie umayyade. Abū Muslim serait un esclave d'origine persane. Il entre au service des Banū ‘Idjl à Kūfa, où il aura son premier contact avec le shī‘isme. Emprisonné quelque temps, il sera libéré par les membres du mouvement ‘abbāside qui utiliseront ses convict […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-muslim/#i_9950

ARABIE

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN, 
  • Maxime RODINSON
  • , Universalis
  •  • 7 600 mots

Dans le chapitre « Les ‘Abbāsides »  : […] Cette situation se prolongea sous les premiers califes ‘abbāsides, qui avaient succédé en 750 aux Omeyyades ; le déplacement de la capitale musulmane de Damas à Bagdad donna une impulsion nouvelle au commerce dans le golfe Persique, ce dont profita partiellement la côte orientale de l'Arabie. Mais des difficultés d'origine religieuse et politique troublèrent la paix du pays : ce furent d'abord de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabie/#i_9950

BAGDAD

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Gaston WIET
  •  • 2 616 mots
  •  • 2 médias

Au viii e  siècle, après avoir destitué les Omeyyades de Damas, les Abbassides transfèrent la capitale du califat en Irak et fondent une ville qui deviendra Bagdad. Métropole d'un vaste empire, Bagdad fut pendant plusieurs siècles un foyer de rayonnement intellectuel et artistique majeur. À partir du xiii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bagdad/#i_9950

BARMAKIDES ou BARMÉCIDES LES

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 828 mots
  •  • 1 média

Famille de hauts fonctionnaires dont plusieurs membres occupèrent des postes importants sous les premiers califes ‘abbāsides de Baghdād, puis en devinrent les vizirs et les « maires du palais ». Leur nom, al-Barāmika, ne vient pas de celui d'un ancêtre éponyme, Barmak, mais de celui d'un titre héréditaire : grand prêtre du temple de Nawbahār, près de Balkh, en Iran. La gloire de cette famille atte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barmakides-barmecides/#i_9950

BOUYIDES ou BUYIDES LES (935-1055)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 654 mots

La plus puissante des dynasties qui aient gouverné l'Irān islamisé avant la conquête des Turcs saldjūqides au xi e siècle. Elle tient son nom de Buwayh (ou Būyeh), le père des trois frères fondateurs, ‘Alī, al-Ḥasan et Aḥmad. Ces chefs de guerre, d'origine modeste, sont des montagnards du Daylam (au sud-ouest de la mer Caspienne), qui s'engagent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouyides-buyides/#i_9950

CALIFAT ou KHALIFAT

  • Écrit par 
  • Gaston WIET
  •  • 2 031 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le califat abbasside (750-847) »  : […] C'est en Iran, dans la province du Khorassan, que naquit un complot anti-omeyyade, hostile aux Arabes. Un descendant d'un oncle paternel de Mahomet sut profiter de cette conjuration, et ce fut l'avènement de la dynastie abbasside, qui, abandonnant la Syrie, se fixa en Mésopotamie, où elle fonda une capitale, Bagdad (765). Cet établissement sur les rives du Tigre vouait la centralisation de l'empi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/califat-khalifat/#i_9950

DJĀḤIẒ ou ĞĀḤIẒ (776-868)

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH
  •  • 2 772 mots

Dans le chapitre « Théologie et polémique »  : […] La littérature arabe médiévale ne se saisit pas sans la connaissance d'un réseau de facteurs idéologiques et socio-politiques, dont les influences sont difficiles sinon à déterminer du moins à démêler dans leur importance relative. La dynastie ‘abbāside (750-1258) encourage une élaboration dogmatique vigoureuse et voit, de ce fait, se développer des doctrines fermement antagonistes. On ne saurait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/djahiz-gahiz/#i_9950

ÉMIR

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 437 mots

Du mot arabe amīr  : celui qui est investi d'un commandement, commandant, chef. Le titre est porté, sous les premiers califes, par les chefs d'armée qui le gardent en devenant gouverneurs des provinces conquises. Sous les Umayyades, l'émir a dans sa province une autorité semblable à celle du calife, directeur de la prière, chef de l'armée, de l'administration, de la justice. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emir/#i_9950

ÉVOLUTION DE LA VILLE ISLAMIQUE

  • Écrit par 
  • Janine SOURDEL
  •  • 3 967 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Ville omeyyade et abbasside, ville de gouvernement »  : […] Un peu plus tard, on vit naître, par le fait d'une symbiose qui ne mit pas plus d'un demi-siècle à se réaliser, le type de la ville omeyyade, qui, pour une part, allait servir de modèle aux réalisations abbassides. Ses traits d' urbanisme les plus caractéristiques tenaient à ses liens avec les villes antiques qui l'avaient précédée, parfois sur le même site : ainsi à Alep, Damas ou Lattakiye, où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution-de-la-ville-islamique/#i_9950

GHAZNÉVIDES LES (977-1186)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 821 mots

Répandue depuis le milieu du ix e  siècle surtout à Bagdad, siège du califat, la coutume d'utiliser des régiments d'esclaves turcs ( gholām ) fut adoptée par les Samanides qui espéraient ainsi contrebalancer la puissance militaire de leurs seigneurs ruraux ( dehqān ) iraniens. Ce calcul se révéla faux ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ghaznevides/#i_9950

HĀRŪN AL-RASHĪD (766-809) calife ‘abbāside (786-809)

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 825 mots
  •  • 1 média

Le règne du cinquième calife ‘abbāside marque un tournant crucial dans l'histoire du califat : il amorce la longue décadence de l'empire islamique. Troisième fils d'al-Mahdī, Hārūn al-Rashīd restera longtemps sous l'influence de sa mère, al-Khayzurān, une esclave yéménite affranchie. Son enfance se passe dans le luxe et la facilité. Soumis à son tuteur et précepteur Yahyā ben Khālid al-Barāmika, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harun-al-rashid/#i_9950

IBN AL-MUQAFFA‘ (714-759)

  • Écrit par 
  • Mostafa Ibrahim MORGAN
  •  • 769 mots

Célèbre prosateur arabe, traducteur d'un recueil de fables indiennes, Kalīla wa-Dimna , traduites par la suite dans presque toutes les langues, Abū ‘Amr, et plus tard Abū Muḥammad, ‘Abd Allāh Ibn Rōzbih Ibn Dāduway dit al-Muqaffa‘, est surtout l'auteur d'essais sur le réformisme politique et administratif de la dynastie abbaside. D'origine persane, il est né à Djūr, l'actuell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-al-muqaffa/#i_9950

IBN KHURRADĀDHBEH (IXe s.)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 490 mots

Polygraphe arabe, Ibn Khurradādhbeh fut le véritable initiateur de la géographie en cette langue. Sa vie est mal connue, mais sa personnalité, grâce à quelques renseignements biographiques et surtout à ses œuvres, se laisse assez facilement cerner. Un penchant très net pour l'histoire et la géographie y côtoie les multiples aspects de la culture générale ou, pour mieux dire, du savoir de l'honnête […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ibn-khurradadhbeh/#i_9950

IBN ṬŪLŪN AḤMAD (835-884)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 361 mots

Fils d'un esclave turc, Ibn Ṭūlūn parvient, alors qu'il est général dans la garde califale, à s'attribuer le pouvoir en Égypte et en Syrie. Un rapide examen de la situation du califat ‘abbāside à cette époque permet d'expliquer ce succès. L'assassinat d'al-Mutawakkil en 861 amorce la dislocation politique du califat. Si l'anarchie et les troubles qui s'ensuivent expliquent en partie la décadence d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmad-ibn-tulun/#i_9950

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Aperçu historique »  : […] L'ensemble du message de Mahomet constitue le livre sacré de l'islam appelé Coran (Qur'ān). Mais le Coran ne contient qu'un nombre dérisoire de textes ayant un caractère proprement juridique. En l'an 660, la dynastie des Omeyyades créa un royaume arabe ayant pour capitale Damas, mais le centre de gravité de l'État musulman passa ensuite à Bagdad où les Abbassides fondèrent l'empire qui devait do […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-sciences-religieuses-traditionnelles/#i_9950

ISLAM (Histoire) - De Mahomet à la fin de l'Empire ottoman

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 10 444 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les Abbassides et le monde musulman »  : […] Le renversement des Omeyyades par les Abbassides, en 750, a des causes multiples ; on l'a autrefois expliqué trop simplement par la victoire des éléments iraqo-iraniens sur les Syro-Égyptiens. Il faut, en fait, y discerner une opposition religieuse, des haines familiales, le mécontentement social, particulièrement vif chez les mawālī , l'incapacité des Omeyyades à adopter de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-histoire-de-mahomet-a-la-fin-de-l-empire-ottoman/#i_9950

ISLAM (La civilisation islamique) - Islam et politique

  • Écrit par 
  • Louis GARDET, 
  • Olivier ROY
  •  • 11 478 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les exemples de l'État de Médine et des empires »  : […] Deux exemples illustrent, aux yeux des juristes, philosophes et théologiens, les moments privilégiés de la cité musulmane : celui de l'État de Médine et celui des empires. Institué par le Prophète tout au début de l'ère hégirienne, l'État de Médine devait durer jusqu'en l'an 37, date de la bataille de Ṣiffīn, où se consommèrent les schismes. Après la mort de Muḥammad, il fut gouverné par les quat […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-islam-et-politique/#i_9950

ISLAM (La civilisation islamique) - L'art et l'architecture

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 16 017 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La genèse et le premier art islamique. L'art des Califes, l'art de l'empire (du VIIe à la fin du IXe s.) »  : […] L'art du premier demi-siècle islamique est mal connu. Mais n'oublions pas que les chefs du nouvel État avaient alors d'autres préoccupations que la création artistique. Aucun vestige matériel n'a subsisté de la maison du Prophète à Médine, la première grande mosquée du monde islamique, dont il est attesté qu'elle n'était qu'une construction modeste mais qui, du point de vue fonctionnel, préfigura […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-l-art-et-l-architecture/#i_9950

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Les débuts de la philosophie arabo-islamique »  : […] Évoquant les « sages des Arabes » d'avant l'islam, le théologien et historien des doctrines Abū l-Fatḥ al-Šahrastānī ( vi e  s. hég./ xii e  s. apr. J.-C.) les présente comme « un groupe peu important dont les maximes consistent en saillies du caractère et en coups de génie ». Sans préciser davant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-civilisation-islamique-la-philosophie/#i_9950

KAIROUAN

  • Écrit par 
  • Nikita ELISSÉEFF
  •  • 1 168 mots
  •  • 3 médias

Après la victoire des Arabes sur les Byzantins en 647, Sīdī ‘Uqba ibn Nāfi‘ fonda en 670, à 60 kilomètres de Sousse, Kairouan ou Qayrawān (terme qui signifie place d'armes). C'était un campement permanent, à l'abri des attaques de la flotte byzantine, qui devait servir de base opérationnelle pour lutter contre les Berbères. Importante ville de Tunisie (118 000 hab. en 2004), la cité moderne compor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kairouan/#i_9950

KERBELA ou KARBALĀ

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 776 mots
  •  • 1 média

Également appelée Mashhad ( Mechhed ) Ḥusayn , ou Mausolée de Ḥusayn. Ville oasis de l'Irak à quelque 100 kilomètres au sud-ouest de Bagdad, sur les bords du désert, Kerbela (Karbalā) est un des hauts lieux du shī‘isme. Le 10 du mois de muḥarram (an 61 de l'hégire ; 10 oct. 680), Ḥusayn b. ‘Alī, petit-fils du Prophète et fils de ‘A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kerbela-karbala/#i_9950

KINDĪ AL- (IXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean JOLIVET
  •  • 1 449 mots

La série des falāsifa arabes commence par un penseur encyclopédique, imprégné de pensée grecque, mais aussi mêlé aux controverses religieuses. Il suffirait, pour faire révoquer en doute le jugement passager de Renan sur l'absence d'originalité de la philosophie arabe, de l'exemple de Kindī (et l'étude de ses successeurs irait d'ailleurs dans le même sens). En fait, quand les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kindi-al/#i_9950

MA‘MŪN ABŪ L-‘ABBĀS ‘ABD ALLĀH AL- (786-833) calife ‘abbāside (813-833)

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 606 mots

Second fils du calife ‘abbāside Hārūn al-Rachīd et d'une esclave persane, Abū l-‘Abbās ‘Abd Allāh al-Ma‘mun entre dans la vie politique comme gouverneur du Khurasān, nommé par son père. Cette fonction et celle de commandant de la garde lui fournissent un appui déterminant dans la lutte qu'il mène, dès la mort de Hārūn al-Rachīd, contre son frère al-Amīn. Celui-ci vaincu grâce à l'aide du général p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-l-abbas-abd-allah-al-ma-mun/#i_9950

MANICHÉISME

  • Écrit par 
  • Henri-Charles PUECH
  •  • 15 291 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « En Iran et à l'Est »  : […] À l'Est, la religion manichéenne a connu une fortune tout aussi dramatique, mais différente. Elle s'était, du vivant de l'Apôtre, répandue dans les provinces orientales de l'Empire iranien. Au dire d'al-Nadīm, dont le témoignage n'est pas exempt d'anachronismes, la persécution qui a provoqué et suivi la mort de Mani aurait même amené un certain nombre d'adhérents de la nouvelle foi à passer en Tra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/manicheisme/#i_9950

MANṢŪR ABŪ DJA‘FAR ‘ABD ALLĀH AL- (714-775) calife ‘abbāside (754-775)

  • Écrit par 
  • Philippe OUANNÈS
  •  • 325 mots

Deuxième calife ‘abbāside, al-Manṣūr succède à son frère, Abū l-‘Abbās al-Saffāh. Dès son arrivée au pouvoir, il s'attache à en affermir les bases : la dynastie est récente (750). Toutes les tendances politico-religieuses de l'islam se soulèveront les unes après les autres pour tenter de renverser la férule des ‘Abbāsides. Avec l'aide d'Abū Muslim, son homme de confiance, Al-Manṣūr se débarrasse d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-dja-far-abd-allah-al-mansur/#i_9950

MARTYRE DE AL-ḤALLĀDJ

  • Écrit par 
  • Jacqueline CHABBI
  •  • 185 mots

Al-Ḥallādj, « le cardeur de laine », est le surnom de al-Ḥusayn ben Manṣūr, soufi musulman, supplicié à Bagdad, capitale du califat abbasside, en 922. Issu d'une famille persane de religion zoroastrienne convertie à l'islam, al-Ḥallādj est formé à la mystique auprès de maîtres du sud de l'Irak. Contrairement à ceux-ci qui pratiquent une mystique pour initiés, il voyage, prêche les foules et se ren […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martyre-de-al-halladj/#i_9950

MOSQUÉE

  • Écrit par 
  • Marianne BARRUCAND
  •  • 3 680 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La mosquée basilicale »  : […] ‘Abd al-Malik (685-705) et surtout al-Walīd I er (705-715) furent de grands constructeurs. Le centre du pouvoir ayant été transféré de Médine à Damas, les aspirations architecturales et artistiques des seigneurs omeyyades furent fortement marquées par les monuments du Proche-Orient classique et byzantin. L'influence de ces édifices prestigieux dépasse de loin le simple r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mosquee/#i_9950

MUTAWAKKIL AL- (822-861) calife ‘abbāside (847-861)

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 425 mots

Calife ‘abbāside qui joue un rôle capital dans l'évolution politique et religieuse de l'Islam. Cultivé et raffiné, il aime à s'entourer de savants, de poètes, à présider un salon où rivalisent musiciens et chanteuses. Quand al-Mutawakkil succède à son frère al-Wāṯiq en 847, le mu‘tazilisme est depuis vingt ans la doctrine officielle du califat, ce qui n'a pas apaisé les querelles doctrinales ni em […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-mutawakkil/#i_9950

MU‘TAZILISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 5 844 mots

Dans le chapitre « Des ‘Abbāsides aux successeurs de Mutawakkil »  : […] Arrivés au pouvoir, les ‘Abbāsides n'eurent plus besoin de l'alliance alide. En général, les mu‘tazilites les suivirent pour combattre, sur le plan doctrinal, les shī‘ites extrémistes ( ghulāt ) et toutes les sectes qui leur étaient apparentées et avaient subi l'influence des anciennes croyances de l'Iran et de diverses gnoses (en particulier de la gnose manichéenne), sectes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mu-tazilisme/#i_9950

PERSE - Histoire

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD, 
  • Philippe GIGNOUX
  •  • 8 041 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le califat ‘abbāside et l'émancipation »  : […] Avec le transfert du siège du califat à Bagdad, le Nord-Est iranien se rallia bon gré mal gré à l'islam ; la vieille noblesse joua un rôle prépondérant à Bagdad où furent adoptés certains usages sassanides ou prétendus tels. Malgré l'élimination de leurs partisans extrémistes, dont Abū Muslim, les ‘Abbāsides ne purent réduire l'agitation qui se poursuivit pendant plus d'un siècle en Iran sous for […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perse-histoire/#i_9950

QUDĀMA IBN DJA‘FAR (883 env.-948)

  • Écrit par 
  • André MIQUEL
  •  • 545 mots

Encyclopédiste arabe, Qudāma est avant tout, pour la postérité, l'auteur d'une encyclopédie destinée aux fonctionnaires de la chancellerie califienne de Bagdad : le Livre de l'impôt foncier et de la technique du secrétaire ( Kitāb al - kharādj wa ṣinā‘at al - kitāba , éditions partielles De Goeje, Leyde, 1889  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qudama-ibn-dja-far/#i_9950

SULTANAT MAMELOUK

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

Les Mamelouks héritent de la principauté syro-égyptienne mise en place par Saladin en 1171 et dirigée par les Ayyoubides jusqu'en 1250. À cette date, ces esclaves militaires, qui constituent le régiment enrôlé au Caire par le dernier prince ayyoubide, se révoltent contre leurs maîtres. En 1260, l'un des chefs mamelouks, Baybars, après avoir participé à la victoire de ‘Ayn Djalūt contre les Mongol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sultanat-mamelouk/#i_9950

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 34 141 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les ‘Abbāssides »  : […] Les ‘Abbāssides – du nom de ‘Abbās, oncle du Prophète – étaient une secte dirigée par les descendants de ‘Alī, et qui avait recruté le gros de ses partisans chez les Khōrassaniens, peuple guerrier du nord de l'Iran, converti à l'islam, mais traité avec arrogance par les Arabes. Après avoir battu et tué Marwān II, les Khōrassaniens envahirent la Syrie, assassinèrent tous les Omeyyades (sauf un qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie/#i_9950

ṬĀHIRIDES LES (821-873)

  • Écrit par 
  • Jean CALMARD
  •  • 246 mots

Première principauté iranienne qui se forme au sein de l'empire ‘abbāsside. Son fondateur, Ṭāhir b. al-Ḥusayn, un mawla (client) persan, a aidé le calife al-Ma‘mūn à s'emparer du pouvoir à Baghdād. Celui-ci le nomme gouverneur du Khurāsān. Peu avant sa mort (822), Ṭāhir omet de faire prononcer le nom du calife dans le sermon ( khuṭba ) du vendredi ; c'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-tahirides/#i_9950

TOGHROUL BEG (993 env.-1063) sultan seldjoukide (1038-1063)

  • Écrit par 
  • Robert MANTRAN
  •  • 297 mots

À la mort de leur grand-père, Seldjouk, éponyme de la tribu et du futur sultanat (début du xi e siècle), Tchaghri Beg et son frère Toghroul Beg quittent l'Asie centrale, passent en Transoxiane, puis se heurtent aux Ghaznévides qui, vaincus, abandonnent le Khorassan et les régions limitrophes à Tchaghri Beg (1035), tandis que Toghroul poursuit sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toghroul-beg/#i_9950

VIZIR ou WAZĪR

  • Écrit par 
  • Georges BOHAS
  •  • 264 mots

L’étymologie du terme wazīr (vizir) est fort controversée. Si l’accent a longtemps été mis sur son origine pahlavi, c’est le caractère arabe du terme —  wazīr , de la racine trilitère wzr  — qui a ensuite retenu l’attention, le mot servant à désigner, de manière large et vague, « celui qui aide à porter un fardeau ». Quant à la fonction elle-même, elle s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vizir-wazir/#i_9950

Pour citer l’article

Pascal BURESI, « ABBASSIDES - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbasides-abbassides-reperes-chronologiques/