IRAK

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique d'Irak (IQ)
Chef de l'ÉtatBarham Salih (depuis le 2 octobre 2018)
Chef du gouvernementMustafa Al-Kadhimi (depuis le 7 mai 2020)
CapitaleBagdad
Langues officiellesarabe, kurde
Unité monétairedinar irakien (IQD)
Population40 644 000 (estim. 2021) 2
Note : Inclut plus d'un million d'Irakiens réfugiés dans les pays voisins
Superficie (km2)435 052

La dégénérescence du communautarisme

Le paradoxe de l’homme fort

Au cours de son second mandat (décembre 2010-août 2014), Nouri Al-Maliki dirige un cabinet qui se veut d’union nationale, mais dont aucune composante n’est solidaire de son action. Cette formule d’inclusion des Kurdes et des Arabes sunnites dans un gouvernement dominé par les partis religieux chiites a été encouragée par les États-Unis de peur de voir le pays majoritairement chiite basculer sous l’emprise de l’Iran. Or elle ne fonctionne pas et finit par produire graduellement une paralysie politique et administrative générale quand elle n’engendre pas des crises à répétition. En effet, il apparaît clairement que le système politique érigé depuis 2003 assigne à chaque Irakien une identité ethnique et/ou confessionnelle impossible à transcender en s’adressant aux électeurs sur une base citoyenne. La majorité démocratique se confond avec la majorité démographique : chaque composante exige une portion politique et économique équivalente à son supposé poids démographique et vote pour des candidats exclusivement issus de ses rangs et sans autre programme que de vouloir la défendre contre les autres. Pourtant, hormis la reconnaissance explicite de l’identité kurde et du principe fédéral, aucune disposition de la Constitution de 2005 ne consacre cette implacable logique des quotas communautaires à la libanaise. Il est désormais impossible de changer le principe ouvertement assumé d’un président de la République kurde et de deux vice-présidents sunnite et chiite ; d’un chef de gouvernement chiite et de deux vice-chefs de gouvernement sunnite et kurde ; d’un président du Parlement sunnite et de deux vice-présidents chiite et kurde, et de même pour toutes les administrations centrales. Par conséquent, l’avantage obtenu par l’une de ces trois composantes de la société irakienne, en termes de financement ou de réalisation d’infrastructures par exemple, équivaut automatiquement à une discrimination inacceptable aux yeux des deux autres. La classe politique prospère de la faiblesse même des institutions étatiques qui en résulte, se forge des appuis extérieurs lorsque le rapport de forces intérieur lui est défavorable et déploie un art consommé de la guerre de tous contre tous.

Nouri Al-Maliki avait promis à ses électeurs de mettre un terme à cette situation au moyen d’un « État de droit » capable de restaurer l’autorité du pouvoir central et de commander la loyauté et le respect de tous. Enhardi par les six cent mille voix qu’il a personnellement remportées aux élections législatives, il clame haut et fort que la logique paralysante des quotas mène le pays au bord du précipice : elle aggrave, selon lui, les divisions et entraîne inéluctablement une partition du territoire, empêche de lutter efficacement contre le terrorisme d’Al-Qaida et le chaos provoqué par les milices armées chiites et, enfin, freine la relance d’une économie fortement gangrénée par la corruption. Pour redresser la situation, Al-Maliki estime qu’il n’a d’autre choix que de concentrer davantage tous les pouvoirs entre ses mains. Outre le poste de Premier ministre, commandant en chef des forces armées, il cumule les portefeuilles de ministre de l’Intérieur et de la Défense, marginalise le Parlement, met au pas l’institution judiciaire et s’assure un contrôle total et opaque sur les finances du pays. Lorsque, à la faveur du « printemps arabe » qui voit le jour en Tunisie en décembre 2010, des manifestations éclatent dans plusieurs grandes villes, dont Bagdad, Mossoul et Bassorah, il réprime brutalement ces timides « journées de la colère » contre le chômage, la pauvreté et l’état lamentable des services publics. Dans le même temps, il joue habilement sur le registre du sauveur dans une société profondément meurtrie par les guerres et l’instabilité et balaie les accusations de vouloir se transformer en « dictateur pire que Saddam Hussein » (Massoud Barzani). Ses relations ne tardent pas à s’envenimer avec les dirigeants kurdes et ses propres alliés du bloc chiite qui redoutent son emprise croissante. Divisant pour mieux régner, et n’hésitant pas à recourir à l’intimidation, Nouri Al-Maliki parvient néanmoins à mettre en échec toutes les grandes manœuvres pour censurer son gouvernement au Parlement. Paradoxalement, l’amorce d’une normalisation, d’une relative sécurité et d’une reconstruction économique fragilise les perspectives démocratiques en poussant les adversaires-partenaires du Premier ministre à [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 44 pages

Médias de l’article

Irak : carte physique

Irak : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Irak : drapeau

Irak : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Palmeraie sur les bords de l'Euphrate

Palmeraie sur les bords de l'Euphrate
Crédits : N. Wheeler

photographie

Irak : milieux naturels

Irak : milieux naturels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 25 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en science politique, chercheur à la chaire Histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France, consultante Irak
  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de géographie, maître de conférences à l'université de Paris-IV-Sorbonne
  • : docteur en sociologie politique des relations internationales
  • : professeur de lettres

Classification

Autres références

«  IRAK  » est également traité dans :

IRAK, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

‘ABBĀSIDES

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 2 080 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'empire ‘abbāside »  : […] Le pouvoir central ‘abbāside se déplaça de Syrie en Irak et y prit pour capitale Bagdad, ville neuve, fondée en 762. Les ‘Abbāsides prétendirent appliquer la doctrine de l'islam idéal, interprétée comme préconisant une société sans classes, une fraternité de croyants sous l'autorité d'un chef politico-religieux, issu de la famille du Prophète, faisant régner la justice et l'ordre selon les précept […] Lire la suite

ABBASSIDES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 429 mots

750 Une révolution soutenue par les clients persans de l'empire et par les Alides renverse la dynastie omeyyade de Damas et donne le pouvoir à al-Saffāh, descendant d'al-‘Abbās, oncle de Mahomet : début de la dynastie abbasside. 762 Création d'une nouvelle capitale, la ville Ronde de Madīnat al-Salām (« ville du salut »), aussi appelée Bagdad. 786-809 Règne du célèbre Hārūn al-Rashīd, héros lé […] Lire la suite

ARABIE SAOUDITE

  • Écrit par 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Ghassan SALAMÉ
  •  • 18 454 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La recherche de compromis régionaux »  : […] Ce rôle de « grand frère sage » que l'Arabie entend assumer dans le monde arabe (et qui a fait écrire à Muhammad Hassanein Heïkal que les Arabes étaient entrés dans une « phase saoudienne » de leur histoire) était bien sûr renforcé par l' aide substantielle que Riyad a accordée aux pays moins bien pourvus de la région. L'aide saoudienne, surtout après 1973, a suivi plusieurs voies, allant de l'aid […] Lire la suite

AREF ABDEL RAHMAN (1916-2007)

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 405 mots

Sorti de l'école militaire de Bagdad en 1937, Abdel Rahman Aref suit une carrière militaire normale, sans ambition politique. S'il se rallie au complot de 1958, qui instaure la république, c'est que son frère cadet, le colonel Abdel Salam Aref en est une des têtes. Il reste ensuite sous les ordres du général Kassem, même après la disgrâce de son frère. Il est cependant mis à la retraite en 1962. A […] Lire la suite

AREF ABDEL SALAM (1921-1966)

  • Écrit par 
  • Martine MEUSY
  •  • 509 mots
  •  • 1 média

Né d'une famille musulmane (son père, marchand de drap, était imam), Abdel Salam sera toute sa vie un fervent adepte de l'islam. Ce fait sous-tendra son action politique et guidera sa recherche de l'unité arabe et son socialisme modéré. Formé à l'école militaire de Bagdad, Aref se distingue lors de la guerre de Palestine de 1948. Membre d'un groupe d'officiers hostiles à la politique du Premier m […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les poudrières de l'Asie »  : […] La concentration d'armes en Asie témoigne des séquelles du partage de Yalta (1945) entre les États-Unis et l'Union soviétique, de la décolonisation et de l'affrontement entre blocs (divisions de la Corée et de la Chine). Au début du xxi e  siècle, l'Asie orientale et méridionale est traversée par trois tendances géopolitiques qui semblent contradictoires. Le cas de Cuba mis à part, elle apparaît, […] Lire la suite

AZIZ TAREK (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 653 mots

Homme d’État irakien, Tarek Aziz fut vice-Premier ministre (1979-2003) et ministre des Affaires étrangères (1983-1991) dans le gouvernement baasiste de Saddam Hussein. Né le 28 avril 1936 dans le nord de l’Irak, près de Mossoul, au sein d’une famille de confession catholique chaldéenne, Tarek Aziz, de son vrai nom Tarek Hanna Mikhaïl Issa, étudie l’anglais au futur collège des beaux-arts de l’uni […] Lire la suite

BAATH, BA'TH ou BAAS

  • Écrit par 
  • Françoise MEUSY
  •  • 1 040 mots
  •  • 1 média

Parti socialiste de la renaissance arabe, le Baath est un parti politique fortement structuré qui, dépassant les frontières des États, se veut un mouvement unitaire arabe et socialiste. Fondé en 1943 à Damas par un chrétien orthodoxe, Michel Aflak, le philosophe du parti, et Ṣālah al-Biṭar, qui en sera le tacticien et participera au pouvoir, le parti Baath adopte sa constitution en 1947 ; il recru […] Lire la suite

BAGDAD

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Gaston WIET
  •  • 2 617 mots
  •  • 2 médias

Au viii e  siècle, après avoir destitué les Omeyyades de Damas, les Abbassides transfèrent la capitale du califat en Irak et fondent une ville qui deviendra Bagdad. Métropole d'un vaste empire, Bagdad fut pendant plusieurs siècles un foyer de rayonnement intellectuel et artistique majeur. À partir du xiii e  siècle, envahie par les Mongols, un temps dominée par les Perses, reléguée au rang de ch […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20-30 janvier 2022 Syrie – Irak. Opérations meurtrières de l'organisation État islamique.

Le 21, l’EI attaque une base militaire dans la province de Diyala, en Irak, tuant onze militaires. Le 30, les FDS annoncent la fin des opérations autour de la prison d’Hassaké. Le bilan des combats s’élève à plus de trois cent soixante-dix morts parmi les assaillants et les prisonniers, et plus de cent vingt morts parmi les FDS et le personnel pénitentiaire, selon les autorités kurdes. […] Lire la suite

30 novembre 2021 Allemagne – Irak. Condamnation d'un djihadiste irakien pour génocide à l'encontre de la communauté yézidie.

La Haute Cour régionale de Francfort (Hesse), agissant en application du principe de compétence universelle, condamne à la prison à vie le djihadiste irakien Taha al-Jumailly pour « génocide », « crime contre l’humanité ayant entraîné la mort » et « crime de guerre et complicité » à l’encontre de la communauté yézidie. Celui-ci, qui avait rejoint les rangs de l’organisation État islamique (EI) en 2013, est reconnu coupable d’avoir laissé mourir de soif une fillette yézidie de cinq ans, en 2015 à Fallouja. […] Lire la suite

7 novembre 2021 Irak. Attentat contre le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi.

Le Premier ministre Mustafa al-Kadhimi échappe à une attaque de drones piégés qui visait sa résidence située dans la « zone verte » protégée, à Bagdad. Un engin explose, blessant plusieurs membres de sa garde rapprochée. Deux autres sont détruits. Les soupçons se portent sur les milices chiites pro-iraniennes, adeptes de ce mode opératoire, qui contestent les résultats des élections législatives d’octobre et jugent le chef du gouvernement trop proche des États-Unis. […] Lire la suite

10 octobre 2021 Irak. Élections législatives.

Le Mouvement sadriste du leader chiite Moqtada al-Sadr remporte les élections législatives, renforçant sa représentation avec 73 sièges sur 329. Ce scrutin anticipé avait été annoncé en juillet 2020, dix mois après les manifestations antigouvernementales d’octobre 2019. Dans le camp chiite, la Coalition de l’État de droit de l’ancien Premier ministre Nouri al-Maliki progresse aussi, avec 34 élus, tandis que la coalition al-Fatah de Hadi al-Ameri, coalition de formations islamistes pro-iraniennes, subit un grave revers avec 17 députés. […] Lire la suite

28-29 août 2021 France – Irak. Visite du président français Emmanuel Macron en Irak.

Le 28, le président français Emmanuel Macron est le seul chef d’État occidental à participer, à Bagdad, à la « conférence des voisins de l’Irak », organisée en vue de soutenir la stabilité du pays et de la région. Il promet de maintenir les quelque huit cents soldats français déployés dans le pays « aussi longtemps que les forces terroristes seront là ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Loulouwa AL RACHID, Brigitte DUMORTIER, Philippe RONDOT, Pierre ROSSI, « IRAK », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/irak/