EUPHRATE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Palmeraie sur les bords de l'Euphrate

Palmeraie sur les bords de l'Euphrate
Crédits : N. Wheeler

photographie

Syrie : carte physique

Syrie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte


Fleuve de la Mésopotamie où il développe la majeure partie d'un cours long de 2 780 kilomètres, l'Euphrate tient son nom arabe al-Furāt (ou turc Firat) d'une déformation du sumérien Bu-Ra-Nu-Nu devenu en assyrien Purati. Le cours supérieur montagnard coule entièrement en Turquie ; il est formé par la jonction de deux bras principaux : le Karasu (450 km), considéré comme l'Euphrate véritable, et le Murat (720 km). Il pénètre en Syrie dans la Djézireh à Birecik. Il n'est alors qu'à 160 kilomètres de la Méditerranée, mais se tourne vers l'est : il traverse la Djézireh syrienne dans une vallée incisée dans le plateau (le Zor) et coupe par des gorges des obstacles basaltiques ; il reçoit de la Djézireh ses deux seuls affluents, sur la rive gauche : le Balikh puis le Khābūr. Après un trajet de 650 kilomètres en Syrie, l'Euphrate pénètre en Irak où se prolonge le Zor. À Hīt, il entre dans la plaine de basse Mésopotamie (‘Irāq al-‘Arabī) ; se rapprochant du Tigre au niveau de Bagdad, il se divise en deux branches, celle de Hilla, correspondant à l'ancien lit jusque vers 1870-1880, et celle de Hindiyya, la branche occidentale, plus récente. À partir de Samawa, l'Euphrate se déverse dans des marécages et dans le lac (Hor) Hamar ; son lit est hésitant. Il rejoint le Tigre à Al Qurna pour former le Chaṭṭ al-‘Arab. Comme le Tigre, l'Euphrate est un fleuve abondant (838 m3/s), irrégulier (53 p. 100 des eaux coulent en avril, mai et juin) mais moins brutal (rapport entre crue maximale et débit moyen : 6 à 1) ; aussi a-t-il joué un rôle fondamental dans l'histoire de la Mésopotamie, renforcé par son rôle de voie de communication entre le golfe Persique, l'Anatolie et la Syrie. Malgré son utilité dans l'Antiquité, l'Euphrate a été très mal utilisé depuis plus d'un millénaire : le Zor est resté, jusque vers 1930, une zone presque complètement abandonnée. Tout a changé à l'époque moderne : des barrages ont permis un développement considérable de l'irrigation, ceux de Ramadi et de Hindiyya en Irak, celui de Keban en Turquie

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut de géographie du Proche et Moyen-Orient, Beyrouth

Classification


Autres références

«  EUPHRATE  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 836 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Hydrologie »  : […] avec la faiblesse de l'évaporation hivernale pour aboutir généralement à des hautes eaux d'avril. Les deux plus importants cours d'eau, le Tigre et l'Euphrate, ont également des régimes combinant hautes eaux pluviales hivernales et fonte des neiges (maximum de mai-avril sur l'Euphrate, d'avril sur le Tigre où l'influence nivale est moins marquée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-structure-et-milieu-geographie-physique/#i_27104

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 806 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La mobilisation des eaux et la question alimentaire »  : […] Le Tigre et l'Euphrate sont deux grands fleuves qui prennent naissance dans les montagnes plus humides de Turquie orientale : ils apportent la vie, en aval, dans les régions désertiques ou steppiques de la Syrie et de l'Irak. Leur aménagement devrait s'achever autour de 2015. La mobilisation des eaux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/asie-geographie-humaine-et-regionale-dynamiques-regionales/#i_27104

BAGDAD

  • Écrit par 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Gaston WIET
  •  • 2 617 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Fondation de la Ville Ronde »  : […] d'une capitale politique et économique, car la position avait sa valeur pour le contrôle des routes stratégiques et commerciales. Les événements prouvèrent que Bagdad n'était pas à l'abri des invasions, mais les deux cours d'eau, le Tigre proche et l'Euphrate, plus éloigné vers l'ouest, facilitaient la circulation des hommes et des biens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bagdad/#i_27104

BURMARINA

  • Écrit par 
  • Luc BACHELOT
  •  • 3 116 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les colonies urukéennes »  : […] La période concernée est l'objet d'un des débats fondamentaux de l'histoire des civilisations du Proche-Orient. Les fouilles de la vallée de l'Euphrate qui se sont déroulées dans la zone de sauvetage du barrage de Tabqa, au cours des années 1970, ont révélé des établissements presque identiques à ceux que l'on avait retrouvés à Uruk, la grande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burmarina/#i_27104

IRAK

  • Écrit par 
  • Loulouwa AL RACHID, 
  • Brigitte DUMORTIER, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 29 314 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La paix intérieure pour le développement économique »  : […] malgré les réformes agraires, fut la première à bénéficier de ce pactole. Les travaux d'irrigation (régularisation du cours de l'Euphrate), la mécanisation, l'utilisation des engrais et la multiplication des coopératives assurent à cette branche, qui occupe encore la moitié de la population active, un essor remarquable. Ce sont cependant les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irak/#i_27104

IRAK EL-ARABI

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 497 mots

Expression arabe médiévale, l'Irak el-Arabi désigne la basse Mésopotamie et s'oppose à l'Irak el-Adjami (l'Irak persan), qui correspond à l'Iran occidental (l'ancienne Médie). La basse Mésopotamie constitue la partie méridionale de l'Irak actuel. Elle est entièrement dominée par la dynamique du Tigre et de l'Euphrate : à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/irak-el-arabi/#i_27104

JERF EL AHMAR SITE ARCHÉOLOGIQUE DE, Syrie

  • Écrit par 
  • Danielle STORDEUR
  •  • 1 528 mots
  •  • 4 médias

un des rares sites témoignant de l'une des principales étapes de la néolithisation : celle des tout débuts de l'agriculture. Situé à 2 kilomètres du barrage du Tishrin sur le moyen Euphrate, il est occupé de 9200 à 8500 avant J.-C. (Mureybétien, horizon P.P.N.A., Prepottery Neolithic A). La bonne conservation de ses vestiges architecturaux a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/site-archeologique-de-jerf-el-ahmar-syrie/#i_27104

MARI, site archéologique

  • Écrit par 
  • Pascal BUTTERLIN
  •  • 4 490 mots
  •  • 8 médias

Mari était une ville nouvelle, fondée au début du IIIe millénaire pour contrôler la route commerciale qui reliait, par l'Euphrate, le domaine montagneux syro-anatolien, producteur de métaux et de bois, au riche foyer urbain de la Mésopotamie centrale et méridionale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mari-site-archeologique/#i_27104

MÉSOPOTAMIE - Premier peuplement

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 1 483 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Avant l'essor urbain »  : […] de la rive actuelle. Les quantités d'alluvions transportées et déposées par le Tigre et l'Euphrate sont considérables, mais l'érosion éolienne ne l'est pas moins. Les sites les plus anciens sont-ils enfouis sous une épaisse couche d'alluvions ? Les ruines présentes ne sont-elles que des vestiges très érodés de sites jadis beaucoup plus importants […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-premier-peuplement/#i_27104

MÉSOPOTAMIE - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 5 134 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « La Mésopotamie antique »  : […] L'historien grec Polybe (iie s. av. J.-C.) appelait la vallée alluviale du Tigre et de l'Euphrate la Mésopotamie ou « pays entre les fleuves ». C'est, en effet, le trait majeur de l'Iraq. Ces deux fleuves (Purattu et Idiglat, en akkadien) prennent leur source dans les montagnes d'Arménie et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mesopotamie-l-archeologie/#i_27104

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 34 145 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Conditions physiques et climatiques »  : […] vers l’est. La Syrie du nord bénéficie de l’apport de cours d’eau allogènes, notamment l’Euphrate et ses affluents (le Baligh et le Khabour), qui prennent leur source en Turquie. La Syrie puise les deux tiers de son alimentation en eau dans ce bassin, ce qui lui permet d’irriguer des centaines de milliers d’hectares de céréales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie/#i_27104

SYRIE, archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 9 240 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le grand essor »  : […] Ce sont surtout la vallée de l'Euphrate et celles de ses affluents qui fournissent les découvertes de la fin des années 1970 : le Tell Abu Danné et Oum el Marra, sur la route qui joint Alep à l'Euphrate, ont été sondés. Dans la région du nouveau lac el Assad, des fouilles entreprises à Halawa ont révélé des quartiers d'habitation et des restes de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie-archeologie/#i_27104

TIGRE, fleuve

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 467 mots
  •  • 1 média

En arabe Didjla, en turc Dide (formes modernes du Diglat antique), le Tigre déroule la majeure partie de son cours (1 950 km) en Mésopotamie. Né en Turquie du Sud-Est, le fleuve est montagnard (gorges) jusqu'à son entrée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tigre-fleuve/#i_27104

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 40 603 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Un aménagement du territoire encore à naître et un centralisme administratif persistant »  : […] à la fois de multiplier les retenues d'eau et les centrales électriques le long des cours moyens de l'Euphrate et du Tigre, afin d'étendre les surfaces irriguées, accuse un grave retard. De plus, l'État tend à concéder la construction et l'exploitation des barrages à des consortiums privés regroupant à la fois des entreprises turques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/turquie/#i_27104

ZOR

  • Écrit par 
  • Jean-Marc PROST-TOURNIER
  •  • 343 mots

Utilisé par les nomades du Moyen-Orient, le mot arabe zor désigne la végétation broussailleuse qui couvre les terrasses inférieures des vallées des fleuves du désert, particulièrement celles du Jourdain et de l'Euphrate. Le Jourdain déroule ses méandres dans le zor, vallée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zor/#i_27104

Pour citer l’article

Jean-Marc PROST-TOURNIER, « EUPHRATE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/euphrate/