INCAS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La gestion des terres

Chaque ayllu possédait également un terroir ou marka, dont les terres agricoles étaient exploitées collectivement, alors que les pâturages demeuraient individuels. La garde des troupeaux était confiée aux enfants ou aux adolescents. L'économie pastorale se fondait sur l'élevage, notamment celui des camélidés, lama et alpaga, qui fournissaient la viande, parfois sous forme de charqui (séchée et salée), ou la laine. La peau servait à la confection de sandales ou de sacs, les os à la fabrication d'outils divers : aiguilles ou flûtes, et les excréments, taquia, constituaient un excellent combustible. Le lama, seul animal de bât connu dans les Andes, servait au transport des marchandises et au ravitaillement des villes.

Les terres de culture étaient distribuées par lots, entre les différentes familles de l'ayllu. Chaque famille disposait de parcelles situées dans divers étages écologiques, contrôlées par l'ayllu, leur permettant d'obtenir une grande variété de produits. Sur les hauts plateaux étaient cultivées des céréales, comme le quinua ou la cañagua, et d'innombrables espèces de pomme de terre. Déshydratées, sous la forme de chuño, elles étaient faciles à transporter et à conserver. Le maïs, bouilli, grillé ou réduit en farine, entrait dans l'alimentation quotidienne. Celle-ci se composait généralement de soupes et de brouets, de tubercules, agrémentées de viande de lama, de cochon d'Inde ou de chien. Le maïs servait également à l'élaboration de la bière ou chicha, consommée à l'occasion des fêtes, et la farine qui en été extraite entrait dans la composition des offrandes et des sacrifices. Les oasis côtières offraient un large éventail de denrées : courge, haricot, piment, avocat, patate douce, manioc, arachide, poissons séchés, algues. On y prélevait aussi des matières premières comme le coton pour le tissage, le bois pour la construction et la confection de divers objets, ou le guano pour servir d'engrais. Certains coquillages, tel le spondyle, étaient utilisés pour le culte. D'autres produits, plus rares, comme le miel, le bois dur de palme, chonta, et les plumes de certains oiseaux tropicaux provenaient de la forêt amazonienne. La coca était réservée à l'élite dominante qui la redistribuait aux membres de son ayllu comme un bien de prestige ; elle servait alors de stimulant, pour tromper la faim ou la fatigue, mais aussi d'offrande aux divinités ou d'instrument de divination.

D'innombrables terrasses, disposées à flanc de montagne, et irriguées à l'aide d'un vaste réseau de canaux, permettaient de cultiver la moindre parcelle de terre arable, tout en minimisant l'érosion. Les zones inondables ou marécageuses, propices à l'agriculture, étaient également exploitées à l'aide d'ados, où alternaient des terrains creusés (sillons ou canaux) avec d'autres surélevés au-dessus du niveau de l'eau, grâce à la terre retirée des premières.

Cultures en terrasses, Pérou

Photographie : Cultures en terrasses, Pérou

Terrasses de culture construites par les Incas au XVe siècle. Environs de Cuzco, Pérou. 

Crédits : De Agostini/ Getty Images

Afficher

La superficie des parcelles cultivées : le tupu, variait en fonction de la qualité du sol et de la durée des jachères, mais elle devait suffire à nourrir une personne. Sur ces terrains accidentés, les travaux agricoles s'effectuaient généralement à l'aide de houe, lakwash, ou d'un bâton à fouir recourbé, le chaquitaclla, muni d'un repose-pied et terminé par une pointe en bois, en pierre ou en bronze. Les familles s'aidaient mutuellement par des prestations de travail appelées ayni ou minka. D'autres formes d'assistance intervenaient au bénéfice des veuves, des malades ou des vieillards qui ne pouvaient pas cultiver leurs terres.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Empire inca

Empire inca
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cultures en terrasses, Pérou

Cultures en terrasses, Pérou
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Vase de style inca

Vase de style inca
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Figurine de lama

Figurine de lama
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences en archéologie andine à l'université de Paris-I

Classification

Autres références

«  INCAS  » est également traité dans :

CHUTE DE L'EMPIRE INCA

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 240 mots

Après la chute de l'empire aztèque en 1521, la soumission des Incas par Francisco Pizarro en 1532-1533 fait partie des épisodes les plus marquants de la Conquête espagnole en Amérique, et symbolise l'effondrement des civilisations précolombiennes face à l'Europe. Alors que l'empire inca sort tout juste d'une gu […] Lire la suite

EXPANSION INCA - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Éric TALADOIRE
  •  • 110 mots

1300 Premier établissement inca à Cuzco. Les Incas commencent leur expansion.1438 Victoire de Pachacuti (Pachacutec) sur les Chancas. L'Inca régnant, père de Pachacuti, est écarté du pouvoir. Début du remodelage de Cuzco. La ville est rebâtie pour symboliser la structure de […] Lire la suite

PÉROU DES INCAS (C. Cavatrunci, M. Longhena, G. Orefici)

  • Écrit par 
  • Rosario ACOSTA
  •  • 1 017 mots

Le Pérou précolombien représente, pour le public européen, un sujet lointain et mystérieux, non seulement par les milliers de kilomètres qui nous en séparent, mais surtout du fait de l'ancienneté de son histoire. En effet, l'histoire préhispanique du Pérou, en tant qu'entité culturelle unifiée, date d'environ un millénaire avant J.-C., et se poursuit jusqu'à l […] Lire la suite

AMÉRINDIENS - Hauts plateaux andins

  • Écrit par 
  • Carmen BERNAND
  •  • 4 680 mots

Dans le chapitre « Millénarismes andins »  : […] Après la conquête, l'exécution, à trente ans d'intervalle, d'Atahualpa et du jeune Tupac Amaru donna lieu à des croyances millénaristes nourries également d'eschatologie chrétienne. Le chroniqueur Cieza de León rapporta qu'Atahualpa, avant de mourir garrotté, aurait déclaré qu'il reviendrait sous la forme d'un serpent. En 1572, la tête de l'Inca rebelle Tupac Amaru, exposée sur la place de Cuzco […] Lire la suite

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'ère des conquistadores »  : […] Les tentatives de mise en valeur des Antilles ne freinent nullement les nouveaux voyages de découverte. On sait que Colomb poursuit obstinément sa conquête du Cathay, jusqu'en 1504, à travers la Méditerranée américaine, entre le Honduras et les bouches de l'Orénoque. De 1498 à 1520, plusieurs expéditions maritimes parcourent l'Atlantique central et méridional (Ójeda, Bastidas, Vespucci, Yáñez Pin […] Lire la suite

ATAHUALPA, empereur inca (1500 env.-1533)

  • Écrit par 
  • Susana MONZON
  •  • 423 mots

À la mort de Huayna Cápac, l'Empire inca est en proie à une guerre qui oppose le fils légitime du défunt, Huáscar, officiellement couronné dans la capitale du Cuzco, à son fils bâtard, Atahualpa, qui, avec l'appui des généraux de son père, s'empare du nord du pays. En 1531, au moment où l'Espagnol Pizarro guerroie dans le golfe du Guayaquil, Atahualpa triomphe de son demi-frère Huáscar après une b […] Lire la suite

AYMARAS

  • Écrit par 
  • Thérèse BOUYSSE-CASSAGNE
  •  • 4 751 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'histoire et les structures des Aymaras »  : […] L'histoire de l'ethnie aymara est encore mal connue, bien que, par sa culture, celle-ci soit relativement plus homogène que les autres ethnies andines, et que sa tradition orale soit riche et ancienne. Comme les autres groupes amérindiens, on présume que les ancêtres des Aymaras vinrent d'Asie, sur le continent américain, il y a environ 20 ou 30 000 ans, via le détroit de Béring. Leur origine amaz […] Lire la suite

CHOQEK'IRAW ou CHOQUEQUIRAO

  • Écrit par 
  • Patrice LECOQ
  •  • 1 210 mots

Site majeur de la culture inca, Choqek'iraw ou Choque Quirao (le « berceau de l'or », en langue quechua) est localisé dans la cordillère de Vilcabamba, au Pérou, à 160 kilomètres au nord de la ville de Cuzco. Dispersés sur les crêtes et les versants abrupts de la colline éponyme, à 3 200 mètres d'altitude, Choqek'iraw recèle de nombreux vestiges architecturaux : terrasses, plate-formes, places […] Lire la suite

CUZCO

  • Écrit par 
  • Olivier DOLLFUS
  •  • 366 mots
  •  • 1 média

Ville du Pérou et chef-lieu du département homonyme, Cuzco (Cosco, d'après Garcilaso de La Vega, signifiait « ombilic du monde ») est l'ancienne capitale de l'empire Inca situé à 3 400 mètres dans le fond d'une ample vallée des Andes orientales. Elle comptait environ 300 000 habitants selon le recensement de 2005 (80 000 en 1961). Elle a un climat assez rude : 11,8  0 C de température moyenne annu […] Lire la suite

ETHNOCIDE

  • Écrit par 
  • Pierre CLASTRES
  •  • 4 681 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Histoire, culture et ethnocide »  : […] L'ethnocide, est-il admis, c'est la suppression des différences culturelles jugées inférieures et mauvaises, c'est la mise en œuvre d'un principe d'identification, d'un projet de réduction de l'Autre au même (l'Indien amazonien supprimé comme Autre et réduit au même comme citoyen brésilien). En d'autres termes, l'ethnocide aboutit à la dissolution du multiple dans l'Un. Qu'en est-il maintenant de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrice LECOQ, « INCAS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/incas/