Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

AMÉRIQUE (Histoire) Amérique espagnole

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par
1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme - crédits : Encyclopædia Universalis France

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

C'est une expression relativement récente que celle d'« Amérique espagnole » pour désigner les domaines de la couronne de Castille dans le Nouveau Monde. Les Espagnols eux-mêmes n'ont longtemps parlé, officiellement, que des «  Indes, îles et terres fermes de la mer Océane » (Indias, islas y tierra firme delmarOceano), plus simplement des « Indes occidentales », ou des « Indes » tout court.

Il ne s'agit pas là d'une simple curiosité de vocabulaire. Les Indes ne constituent pas une colonie de l'Espagne mais un ensemble de « nouveaux royaumes », égaux en principe aux royaumes péninsulaires. Le même souverain est roi des Indes, comme il est roi des Espagnes (rexHispaniarum, rexIndiarum) et les habitants des Indes sont ses libres « vassaux » (vasallos de los reinos de las Indias). L'empire pluraliste des Habsbourg d'Espagne n'est pas fondé sur l'inégalité du « pacte colonial ».

L'usage de plus en plus fréquent des termes « Amérique » et « américain » à partir du milieu du xviiie siècle coïncide avec un changement de perspectives. Pour l'administration de plus en plus centraliste des Bourbons d'Espagne, influencée sans doute par les conceptions anglaises et françaises, l'Amérique devient avant tout une colonie dont les intérêts sont subordonnés à ceux de la métropole. Pour les Blancs nés aux Indes, ou créoles (criollos), proclamer leur qualité d'Américains – ainsi dans un texte célèbre de 1775 : Defensa de los Americanos– c'est affirmer leur appartenance à une communauté radicalement différente de la société espagnole.

Amérique ibérique, XVI<sup>e</sup> siècle - crédits : Encyclopædia Universalis France

Amérique ibérique, XVIe siècle

Le caractère le plus original de la colonisation espagnole du Nouveau Monde est sans doute sa durée et son action en profondeur. L'histoire des Indes occidentales commence avec le deuxième voyage de Christophe Colomb, car le premier serait resté un exploit maritime sans conséquence, ou une simple aventure commerciale, si la politique de l'État castillan et, plus encore, l'action collective de la nation n'avaient abouti à fonder, dans le sillage du découvreur, de nouvelles Espagnes au-delà des mers. Le voyage des trois caravelles de 1492 est un coup d'audace servi par un hasard heureux. Avec l'expédition qui lève l'ancre le 25 septembre 1493 – quinze cents hommes, sur dix-sept navires qui emportent aussi des chevaux, des semences, des plants, des outils, tout l'héritage en somme de l'Ancien Monde – commence vraiment la colonisation de terres dont on ignore encore qu'elles sont, non pas les rivages orientaux de l'Asie, mais bien le seuil d'un nouveau continent, que la bulle pontificale Inter caetera(1493) puis le traité de Tordesillas avec le Portugal (1494) réservaient désormais à l'expansion castillane. C'est l'entreprise la plus grandiose et la plus originale qu'un peuple d'Occident ait jamais menée outre-mer ; celle aussi qui a laissé le plus durable héritage.

En tant que structure politique et mouvement de colonisation, l'Amérique espagnole aura duré plus de trois siècles. L'empire espagnol d'Amérique a résisté aux assauts renouvelés des puissances maritimes, qui n'ont jamais réussi à l'entamer sérieusement. À la fin du xviiie siècle, il n'a pas encore épuisé sa force d'expansion. Pour éliminer du continent américain la puissance politique espagnole, il ne faut pas moins de quinze années de guerres civiles, à la faveur des conflits suscités par la Révolution française et l'Empire napoléonien. Le 24 août 1821 – trois cents ans après la capitulation de Tenochtitlan, à quelques jours près – les traités de Córdoba reconnaissent en fait l'indépendance du Mexique, tandis que l'Amérique centrale proclame la sienne en septembre. Le 9 décembre 1824, la défaite de l'armée espagnole[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître assistant à l'École pratique des hautes études, directeur du Centre d'études prospectives et d'informations internationales

Classification

Pour citer cet article

Jean-Pierre BERTHE. AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 08/04/2016

Médias

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme - crédits : Encyclopædia Universalis France

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

Amérique ibérique, XVI<sup>e</sup> siècle - crédits : Encyclopædia Universalis France

Amérique ibérique, XVIe siècle

Chronique de Felipe Huamán Poma de Ayala - crédits : Bibliothèque Royale, Copenhague

Chronique de Felipe Huamán Poma de Ayala

Autres références

  • AMAZONE, fleuve

    • Écrit par
    • 2 326 mots
    • 2 médias

    Un peu plus long que le Nil, avec les 7 025 km de son cours, l'Amazone se place au premier rang, parmi les fleuves du monde, pour l'étendue de la superficie drainée : environ 6 millions de kilomètres carrés qui se répartissent sur six États d'Amérique latine. Sa supério rité est encore plus...

  • AMÉRIQUE LATINE - Les religions afro-américaines

    • Écrit par
    • 3 175 mots
    • 1 média

    Les Africains conduits en esclavage en Amérique ont amené avec eux leurs croyances et leurs rites. Certes, en beaucoup de pays, au contact de civilisations différentes et de sociétés répressives, ces croyances et ces rites, après un moment de résistance (par exemple, en Argentine jusque vers...

  • ARAUCANS

    • Écrit par
    • 1 056 mots

    Araucan est un mot forgé au xvie siècle par Ercilla, poète espagnol, à partir d'un nom de lieu indigène. Depuis lors, son usage s'est imposé en ethnologie pour désigner un ensemble de populations qui, parlant la même langue et culturellement apparentées, occupaient, à l'arrivée des conquistadores,...

  • ATLANTIQUE HISTOIRE DE L'OCÉAN

    • Écrit par et
    • 13 670 mots
    • 12 médias
    Leif Eriksson n'aurait pas été le seul à aborder « l'Amérique ». Les sagas(récits) scandinaves racontent que son frère Thorwald aurait également abordé au Vinland en 1003. Il y aurait lutté contre les indigènes et aurait péri au cours d'un combat. En 1006, Thorstein, un autre frère de Leif,...
  • Afficher les 29 références