Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

INCAS

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Les chefferies et leur organisation

À une échelle régionale, les différents ayllus étaient organisés en chefferies d'inégale importance, dirigées par un groupe dominant auquel les chefs des ayllus dépendants étaient soumis. De même, les wakas des ayllus dépendants étaient subordonnées à la waka de l'ayllu dominant qui représentait la divinité tutélaire de l'ensemble de la chefferie. À leur tour, diverses chefferies pouvaient être unies dans la dépendance de l'une d'entre elles, pour former une chefferie plus grande. Ces structures de chefferies recouvraient des territoires plus ou moins vastes, et rassemblaient des populations plus ou moins denses.

Dans chaque ayllu, la population était soumise à une série de prestation de travail pour le compte du curaca de la chefferie, comme le défrichage ou la culture de ses terres. Tous les hommes adultes de chaque ayllu devaient également effectuer, à tour de rôle, un service connu sous le nom de mita, qui pouvait durer de trois mois à un an. En échange, le curaca de la chefferie était responsable de tous ceux qui le servaient et gardaient son bétail ; il devait les nourrir, les vêtir, les loger et les protéger.

Selon le modèle d'organisation sociale fondé sur une logique économique, l'« archipel écologique » défini par John Murra en 1975, la puissance d'une chefferie se manifestait également par le nombre et l'importance des colonies qu'elle possédait au-delà des limites de son territoire nucléaire. En effet, chaque chefferie détenait des zones enclavées à l'intérieur du territoire d'autres ethnies, politiquement indépendantes, situées parfois à plusieurs jours de marche. L'exploitation de ces véritables « îlots » de terres, isolés de tout, s'effectuait par l'intermédiaire de colons temporaires. Les mines de sel ou les plantations de coca représentaient parfois des îlots pluriethniques, où venaient aussi s'approvisionner les populations locales, entraînant quelquefois des conflits.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences en archéologie andine à l'université de Paris-I

Classification

Pour citer cet article

Patrice LECOQ. INCAS [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Cultures en terrasses, Pérou - crédits : De Agostini/ Getty Images

Cultures en terrasses, Pérou

Figurine de lama - crédits :  Bridgeman Images

Figurine de lama

Statuette d'une concubine de l'Inca - crédits : W. Forman/ AKG-images

Statuette d'une concubine de l'Inca

Autres références

  • CHUTE DE L'EMPIRE INCA

    • Écrit par
    • 240 mots

    Après la chute de l'empire aztèque en 1521, la soumission des Incas par Francisco Pizarro en 1532-1533 fait partie des épisodes les plus marquants de la Conquête espagnole en Amérique, et symbolise l'effondrement des civilisations précolombiennes face à l'Europe. Alors que l'empire inca...

  • EXPANSION INCA - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 108 mots

    1300 Premier établissement inca à Cuzco. Les Incas commencent leur expansion.

    1438 Victoire de Pachacuti (Pachacutec) sur les Chancas. L'Inca régnant, père de Pachacuti, est écarté du pouvoir. Début du remodelage de Cuzco. La ville est rebâtie pour symboliser la structure de l'Empire....

  • PÉROU DES INCAS (C. Cavatrunci, M. Longhena, G. Orefici)

    • Écrit par
    • 1 021 mots

    Le Pérou précolombien représente, pour le public européen, un sujet lointain et mystérieux, non seulement par les milliers de kilomètres qui nous en séparent, mais surtout du fait de l'ancienneté de son histoire. En effet, l'histoire préhispanique du Pérou, en tant qu'entité culturelle...

  • AMÉRINDIENS - Hauts plateaux andins

    • Écrit par
    • 4 689 mots
    ...huacas, portaient des vêtements distinctifs et parlaient des dialectes divers dont les plus répandus étaient ceux issus du quechua ou de l'aymara. La domination des peuples de la Cordillère par les Incas, un groupe lignager qui s'était installé à Cuzco et prétendait descendre du Soleil, avait apporté...
  • AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

    • Écrit par
    • 21 855 mots
    • 13 médias
    ...la conquête du continent. Les voyages de rescate, partis à la recherche d'or, de perles et d'esclaves, permettent de deviner, dès 1517, depuis Cuba, la grandeur et les richesses de l'Empire aztèque ; et, depuis Panamá, vers 1522, celles du Tahuantin Suyu, l'empire des Incas.
  • ATAHUALPA, empereur inca (1500 env.-1533)

    • Écrit par
    • 425 mots

    À la mort de Huayna Cápac, l'Empire inca est en proie à une guerre qui oppose le fils légitime du défunt, Huáscar, officiellement couronné dans la capitale du Cuzco, à son fils bâtard, Atahualpa, qui, avec l'appui des généraux de son père, s'empare du nord du pays. En 1531, au moment...

  • AYMARAS

    • Écrit par
    • 4 746 mots
    • 2 médias
    La conquête par les Incas des diverses chefferies aymaras ne se fit pas sans difficultés, même si les rivalités traditionnelles qu'entretenaient ces royaumes favorisèrent l'expansion de l'empire. On distingue trois grandes phases dans la conquête des chefferies : l'alliance avec les Lupacas du sud du...
  • Afficher les 21 références