Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DIOCÈSE

Le diocèse est le type de l'Église particulière, portion du peuple de Dieu confiée à un évêque, qui en est le pasteur propre assisté de son presbyterium. Appelé d'abord paroisse (paroikia), il prit le nom de diocèse (du grec dioikisis) vers le ve-vie siècle ; le terme est emprunté à l'organisation civile de l'Empire romain. En principe, le diocèse est géographique ; il peut être aussi personnel. Dans les Églises d'Orient, on parle d'éparchie.

Personne juridique dont les structures sont relatives aux besoins spirituels des fidèles et à la mission comme au mystère de l'Église, le diocèse a une organisation déterminée par le droit canonique : siège épiscopal et office de l'évêque diocésain, presbyterium, diacres, synode diocésain, conseil pastoral, conseil presbytéral, conseil économique, services de la curie diocésaine, séminaire, patrimoine, etc. Réalité à la fois spirituelle et socio-juridique, le diocèse est la base de l'organisation de l'Église. C'est pourquoi il jouit d'une véritable autonomie dans le cadre du droit latin comme du droit oriental, avec son droit particulier, dont l'évêque diocésain est le législateur.

Le diocèse est obligatoirement divisé en paroisses, qui sont les communautés de base de l'Église particulière. Les paroisses sont regroupées en circonscriptions, lieux de coordination de l'activité pastorale locale (doyennés ou vicariats forains, archiprêtrés ou archidiaconés). La création, la modification, la suppression d'un diocèse relèvent de l'autorité romaine, après consultation des conférences épiscopales concernées et, s'il y a lieu, des intéressés.

Tout diocèse fait partie d'un ou de plusieurs ensembles plus vastes : d'abord celui de la province ecclésiastique, présidée par l'archevêque métropolitain ; l'évêque diocésain est membre du concile provincial avec voix délibérative, les représentants de son Église y ayant voix consultative (conseil presbytéral, conseil pastoral, etc.) ; ensuite, celui de la conférence des évêques (institution créée par le concile de Vatican II), dont les évêques diocésains sont seuls membres et dont la compétence est fixée par le droit.

Sont assimilées au diocèse les autres Églises particulières : la prélature territoriale, l'abbaye territoriale, l'ordinariat aux Armées, qui ont un ordinaire (pasteur) propre, pas nécessairement évêque. On assimile aussi au diocèse les Églises particulières qui n'ont pas encore d'ordinaire propre, comme l'administration apostolique, le vicariat ou la préfecture apostolique. Par contre, la prélature personnelle (comme l'Opus Dei) n'est pas considérée comme une Église particulière.

—  ENCYCLOPÆDIA UNIVERSALIS

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Encyclopædia Universalis. DIOCÈSE [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • CANONIQUE DROIT

    • Écrit par
    • 8 003 mots
    ...auxquelles elle donne un statut dont l'élément essentiel est la structuration hiérarchique. Ces communautés sont, d'abord, les Églises particulières, dont le diocèse (ou éparchie en droit oriental) est le type, avec l'évêque comme titulaire de la charge pastorale. Elles sont, ensuite, les paroisses...
  • CATHOLICISME - L'organisation et la vie de l'Église

    • Écrit par , et
    • 9 195 mots
    D'après la conception catholique qui est aussi celle de toutes les Églises orientales, c'est le diocèse, communauté gouvernée par un évêque sur un territoire relativement vaste, qui constitue la communauté ecclésiale de base ou l'Église locale, parce que l'Église n'est pleinement signifiée...
  • CLERGÉ CONSTITUTIONNEL

    • Écrit par
    • 980 mots

    Au sens strict, les « constitutionnels » ne comprennent que les fonctionnaires publics ecclésiastiques : évêques, curés et vicaires (décret du 27 nov. 1790) ; prédicateurs (27 mars 1791) ; chapelains et aumôniers d'hôpitaux et de prisons (15-17 avr.). Les « assermentés » englobent les religieux...

  • CONSTANTIN LE GRAND (285 env.-337)

    • Écrit par
    • 2 355 mots
    • 4 médias
    ...Les préfets du prétoire perdirent leurs compétences militaires et devinrent des administrateurs civils, chargés de vastes ressorts, regroupant plusieurs diocèses autour d'une capitale : Constantinople pour l'Orient, Milan pour l'Italie, l'Illyricum et l'Afrique, Trèves pour les Gaules et l'Espagne. Les...
  • Afficher les 8 références