LITURGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La liturgie est le protocole du culte. Elle ne se réduit pourtant ni à l'érudition du rubriciste, ni au savoir-faire du maître de cérémonie. Elle est redevenue une question d'actualité, en raison de la réforme liturgique entreprise depuis le 4 décembre 1963 par le catholicisme romain (messe en langue vernaculaire, communion reçue dans la main, participation plus active des fidèles aux célébrations du baptême, du mariage, des funérailles, etc.). En fait, il s'agit d'une adaptation plus que d'une révolution des formes (mais à terme, le renoncement à une langue cultuelle archaïque, le passage aux langues vernaculaires ne manqueront pas d'influer sur la doctrine elle-même, de la simplifier, pour qu'elle reste directement assimilable par le peuple) : c'est dans les communautés marginales qu'il peut y avoir un renouveau, une création de formes.

Encore est-il douteux que la civilisation technique s'intéresse de près à la refonte d'une liturgie qui, dans ses moments les plus solennels, ressemble à un cérémonial de cour (Jean XXIII déclarait avec humour qu'on l'habillait comme un satrape oriental) et qui, pour son rite principal, l'offrande du pain et du vin, rappelle l'origine rurale et méditerranéenne du culte chrétien.

De plus, il semble que la liturgie catholique ait mêlé traditionnellement, sans les départager, deux styles d'expression. D'une part, la pratique eucharistique, qui est au centre du système sacramentaire, actualise en tout temps une présence divine que les participants peuvent s'assimiler. D'autre part, l'organisation de l'année liturgique répète un calendrier d'événements qui, désormais, ont surtout valeur symbolique et qu'on évoque de façon un peu factice. Dans le premier cas, on a affaire à une activité de type mystérique (il y a union à la divinité sous le voile du sacrement). Dans le second, on a affaire à un mimétisme de ce qu'était, en d'autres cultures, la reprise des événements primordiaux : pour l'homme archaïque, la reprise vivait l'événement lui-même ; elle ne le recommençait pas, elle l'était ; quand cette mentalité disparaît, la reprise n'est plus qu'un simulacre, c'est-à-dire une représentation figurée. On croirait que la modernité menace le premier point plus que le second. Il n'en est rien. Le sacré comme effectuation résiste mieux que le sacré comme figuration.

La liturgie catholique n'est choisie ici qu'à titre d'exemple. Il est clair que toute religion a son rituel et que chaque rituel reflète une mentalité, c'est-à-dire une géographie, une économie, un segment d'évolution. (Telle secte hindoue n'honore que les éléments naturels : l'eau, le feu, l'air [rendu odorant par l'encens] ; les six parties principales de l'organisme humain et l'exhalaison de son souffle, car, sans dédication du corps et sans maîtrise de la respiration, on est indigne de paraître devant le dieu ou d'être habité par lui ; les produits d'élevage : le lait, le beurre ; de culture ou de cueillette : grains de riz, bétel, plantes, fleurs ; d'artisanat : parfums, poudres, colorants, bijoux, images, dessins, fétiches, ornements et vêtements de l'idole).

Bien plus même, le christianisme crée, suivant les régions, les époques, les groupes, les sous-groupes, des styles de liturgie profondément différents. Celui du catholicisme d'obédience romaine (même différencié en rites romain, milanais, lyonnais, gallican, etc.) s'inspire d'une liturgie sacrificielle au réalisme atténué, aux gestes mesurés, presque rigides ; le célébrant ou les concélébrants sont les seuls véritables acteurs ; les fidèles ne peuvent qu'assister ou les assister, bien qu'on déclare que toute la communauté participe ; l'architecture, la musique (grégorien), le décorum ajoutent des dimensions nouvelles à ce spectacle où l'alternance des poses ou attitudes et la diversité des activités (prières, lectures, prédication, chants, effectuation sacramentelle) sont psychologiquement dosées et juridiquement réglées.

Au contraire, les liturgies de l'Orient orthodoxe gardent un sens cosmique autant qu'ecclésial ; elles placent le lyrisme de la louange et de l'imploration (épiclèse) au-dessus du pathétique de la faute et de l'expiation ; elles pratiquent une sacramentaire de nature pneumatique ; elles se rapportent à une Trinité tour à tour apophatique (mysticisme d'inconnaissance) et économique (théologie des énergies divines ressaisies dans leurs manifestations), à un Christ en gloire et en puissance, victorieux de la Croix (ressuscité), maître du monde, à un Esprit qui est de silence et de paix (hésychasme), qui est aussi de joie et de beauté (philocalie) ; elles proclament la coliturgie du sacerdoce universel (laïcs) et du sacerdoce ministériel (clercs) ; enfin elles font jouer l'iconologie non seulement pour le culte des images, mais aussi pour le hiératisme de l'officiant, considéré lui-même comme l'icône du Seigneur.

De son côté, la liturgie des Églises issues de la Réforme se détourne du faste et des symbolismes à éclat ; elle se veut moins « festive », plus retenue : c'est avant tout une liturgie de la Parole, qui vise à instaurer une écoute de foi, dans l'égalité voulue de ceux qui profèrent le verbe et de ceux qui l'entendent, les uns et les autres ayant le même devoir, qui est de l'interpréter, c'est-à-dire de se laisser enseigner par lui.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  LITURGIE  » est également traité dans :

AMBROSIENS RITE & CHANT

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 561 mots

Au sens étroit de l'expression, le chant ambrosien est le corpus de textes et de musiques qui fut créé par saint Ambroise (333 ou 340-397), évêque de Milan. Le témoignage de saint Augustin est formel ; nous apprenons ainsi que, « persécuté par l'impératrice Justine, l'évêque s'enferma avec ses fidèles dans l'église de Milan et, pour occuper le peuple, lui fit chanter des hymnes et des psaumes à la […] Lire la suite

ANTIPHONIQUE CHANT

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 198 mots

Forme musicale typique de la liturgie chrétienne. Alors que l' antiphonon de la théorie grecque signifie octave (hommes et femmes à l'unisson chantent à l'octave), dans l' antiphona latine, deux demi-chœurs (ou deux solistes) chantent alternativement une suite de versets mélodiquement identiques (alternance simple ; forme psalmodique AA répétée). Pline, Philon, Tertullien, les Pères du désert s' […] Lire la suite

ARMÉNIE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre ALEM, 
  • Françoise ARDILLIER-CARRAS, 
  • Christophe CHICLET, 
  • Sirarpie DER NERSESSIAN, 
  • Kegham FENERDJIAN, 
  • Marguerite LEUWERS-HALADJIAN, 
  • Kegham TOROSSIAN
  •  • 23 743 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Rites et traditions »  : […] L'Église arménienne reconnaît le Nouveau Testament et, en second lieu, les livres de l'Ancien Testament et les conclusions et décisions prises lors des trois premiers conciles œcuméniques. Les statues, rappelant l'idolâtrie païenne, sont interdites. Les peintures et bas-reliefs sont strictement limités et soumis à l'onction du saint chrême. Les sept sacrements de l'Église, adoptés au xii e  siècle […] Lire la suite

ARMÉNIEN RITE

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 294 mots

Ensemble des pratiques et des disciplines liturgiques observées par l'Église « apostolique » d'Arménie (non chalcédonienne), ainsi que par l'Église arménienne uniate. L'Arménie, qui se considère comme la « première nation chrétienne », a été convertie à l'Évangile par saint Grégoire l'Illuminateur dès le début du iv e siècle. La liturgie, qui porte le nom de ce saint et qui constitue le rite armé […] Lire la suite

ASCENSION DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 878 mots

Ultime apparition de Jésus relatée par les Actes des Apôtres ( i , 9-11), l'Ascension désigne le moment où le Christ est « enlevé » au ciel le quarantième jour après sa résurrection. Les Actes rapportent que ce même jour, en présence des apôtres réunis sur le mont des Oliviers, Jésus s'éleva vers le ciel et disparut entouré d'une « nuée », expression biblique fréquente qui symbolise la présence de […] Lire la suite

BYZANTIN RITE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 309 mots

Groupant les pratiques et règles liturgiques que suivent les Églises orthodoxes d'Orient, ainsi que les communautés catholiques de rite oriental en union avec Rome, le rite byzantin est issu d'un des centres les plus anciens et les plus célèbres du monde chrétien, la cité grecque d'Antioche (actuellement en territoire turc). Mais c'est à Byzance qu'il s'est développé et perfectionné. Lié primitive […] Lire la suite

CASEL dom ODON (1886-1948)

  • Écrit par 
  • André GOZIER
  •  • 503 mots

Né à Coblence, Odon Casel entre en 1905 au noviciat de l'abbaye bénédictine de Maria-Laach (Rhénanie), où il fait profession monastique en 1907 et est ordonné prêtre en 1911. Après une double thèse de doctorat en théologie et en philosophie à Bonn, il publie des travaux où il pose les fondements de sa conception de la liturgie. En 1932 paraît Das christliche Kultmysterium (traduit sous le titre […] Lire la suite

CATHOLICISME - La crise postconciliaire

  • Écrit par 
  • Michel de CERTEAU
  •  • 5 636 mots

Dans le chapitre « Les pratiques religieuses »  : […] Le déplacement qui s'est opéré vers l'éthique explique en partie l'effondrement de ces pratiques de plus en plus superficielles. Les statistiques ne manquent pas à ce sujet. Par exemple, aux États-Unis, où, de 1880 à 1960 (date de l'élection de Kennedy), le catholicisme était passé de 5 à 40 millions, un reflux se constate. Ainsi, de 1965 à 1975 : la pratique de la messe hebdomadaire est tombée de […] Lire la suite

CHALDÉEN RITE

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 339 mots

Les pratiques et les disciplines liturgiques adoptées par l'ancienne Église nestorienne de Chaldée se maintiennent aujourd'hui dans les communautés chaldéennes catholiques du patriarcat de Babylone, où elles portent le nom de rite syrien oriental. Ce rite est en usage principalement en Irak, en Iran et en Syrie, ainsi qu'en Inde, où il a été apporté dès le vi e siècle par des missionnaires nestor […] Lire la suite

COPTES

  • Écrit par 
  • Pierre DU BOURGUET, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 983 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La poésie liturgique »  : […] D'origine alexandrine, puis byzantine et remaniée, la liturgie groupe, en dialecte surtout bohaïrique, outre les récits ascétiques des prières originales et des hymnes. Parmi ceux-ci figurent en particulier les théotokies , petites pièces prévues pour chaque jour de la semaine et composées en strophes de quatre vers libres exaltant la maternité divine de Marie, dont le dogme avait été proclamé à É […] Lire la suite

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « LITURGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liturgie/