MODERNISME, catholicisme

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le xviie siècle a connu, en littérature, la querelle des Anciens et des Modernes. Deux siècles plus tôt, avant même la réforme protestante, s'était affirmée dans l'Église une devotio moderna. Après la Révolution française, au contraire, « moderne » s'appliquera, dans le langage catholique, à la société bourgeoise et libérale, portée au pouvoir par la chute de l'Ancien Régime, et deviendra entre catholiques pomme de discorde : incontestablement, le courant dominant se présentera longtemps comme antimoderne, selon l'expression même de J. Maritain (1922), pour des raisons qui nous sont devenues aujourd'hui difficiles à bien saisir.

En fait, la hiérarchie catholique et ses commentateurs, théologiens ou journalistes, n'entendaient pas rejeter par principe tout ce qui était « moderne », c'est-à-dire nouveau, pour s'en tenir à l'ancien, identifié à la « tradition ». Ils déclaraient ne condamner que les erreurs, les déviations et les dangers de cette civilisation moderne, dont les « principes » étaient à base de naturalisme, de rationalisme et de matérialisme. Les « droits de l'homme » s'élevaient com-me une revendication face aux « droits de Dieu » sur lesquels, jusqu'alors, reposait tout l'ordre social. Était-il concevable qu'une société saine fût fondée sur de faux principes ? Pour un pape ou un théologien, évidemment non ! Mais on aurait tort de juger cette argumentation dénuée de tout intérêt si l'on n'est ni pape, ni théologien, ni même catholique. Trois facteurs contribuent en effet à en compliquer les données et à lui donner une portée très concrète : d'abord, la critique souvent pertinente faite de la société bourgeoise, même si elle est inspirée par un point de vue que d'autres jugeront archaïque, et qui n'a jamais été reniée, même quand la montée du socialisme favorisera l'alliance « clérico-conservatrice » ; en deuxième lieu, une distinction, qui n'est pas seulement tactique, entre la modernité, qui est légitime, et ses contrefaçons, pour lesquelles sera forgé le terme de modernisme ; enfin, le caractère global du processus historique que l'Église doit affronter avec son équipement institutionnel et culturel, au point qu'elle finira par découvrir qu'il ne lui suffit pas d'y résister de toutes ses forces, mais qu'elle est elle-même directement concernée par lui.

Au sens strict et historique, le terme « modernisme » est apparu en Italie au début de 1904 et a reçu sa consécration de l'encyclique Pascendi en 1907. Il désigne un phénomène interne au catholicisme : non point tous les excès de la modernité, mais ceux-là seuls que des catholiques, « les ennemis du dedans » comme on les appellera, s'efforcent d'acclimater dans leur Église. Ces excès ont d'abord paru de nature culturelle, dictés par le souci d'un catholicisme plus éclairé que celui de l'enseignement scolastique ; puis ils ont semblé se produire dans tous les domaines, comme la contestation multiforme et généralisée, franche ou larvée, d'un système total, de ses bases théoriques et de ses formes concrètes. Aux yeux de la tradition stricte, modernisme savant et, par exemple, modernisme social sont ainsi apparus comme des expressions diverses d'un même phénomène, quels que soient les liens réels qu'on puisse établir, ou imaginer, entre elles.

On a cru, sans doute un peu vite, que la condamnation romaine avait signé la fin du modernisme. Comme s'il avait soudainement resurgi, on parle à nouveau de son actualité, liée à la « crise » qui secoue brutalement le catholicisme après l'euphorie qu'avait engendrée le IIe concile du Vatican. Le moment historiquement daté du début de ce siècle se trouve ainsi revêtir une signification nouvelle, liée à la tournure imprévue des événements.

Une étude du modernisme devrait donc se situer à trois niveaux : une chronique des faits et des personnages ; une analyse des controverses doctrinales et idéologiques ; une interprétation du phénomène socioculturel. C'est beaucoup en si peu d'espace, d'autant que, longtemps réduite à quelques titres, la bibliographie du sujet s'enrichit à un rythme rapide dans tous les pays : le modernisme, longtemps présenté comme l'aberration étroitement localisée de quelques clercs, est en train d'occuper dans notre historiographie religieuse une place analogue à celle qu'y tient aujourd'hui, par exemple, le jansénisme.

Le cadre

Le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

Classification

Autres références

«  MODERNISME, catholicisme  » est également traité dans :

BREMOND HENRI (1865-1933)

  • Écrit par 
  • Émile GOICHOT
  •  • 2 130 mots

Dans le chapitre « L'historien du sentiment religieux »  : […] Après des études au collège ecclésiastique de sa ville natale, Aix-en-Provence (Charles Maurras, de trois ans plus jeune, fréquente le même établissement), Henri Bremond entre à dix-sept ans dans la Compagnie de Jésus. De 1882 à 1899 alternent formation religieuse et théologique en Angleterre et enseignement dans divers collèges en France. En août 1899, il est nommé rédacteur aux Études , la revue […] Lire la suite

PASCENDI ENCYCLIQUE (1907)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 371 mots

Datée du 8 septembre 1907, et faisant suite au décret Lamentabili , l'encyclique Pascendi de Pie X signait la condamnation solennelle du modernisme — défini comme « le collecteur de toutes les hérésies » — et, pour la première fois, présentait une synthèse du mouvement novateur tel qu'il était perçu à Rome. L'exposé doctrinal était suivi d'une partie disciplinaire. Cet exposé dressait un portrait […] Lire la suite

HARNACK ADOLF VON (1851-1930)

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 1 770 mots

Dans le chapitre « Les critiques : de Loisy à Bultmann »  : […] Ce manifeste fut diversement reçu. Si les milieux du protestantisme libéral l'accueillirent très favorablement, il trouva immédiatement des adversaires nombreux. Il n'est pas étonnant que le luthéranisme allemand officiel se soit opposé aux thèses de Harnack. Mais la grande attaque vint du modernisme catholique français. Loisy répondit à Harnack dans son célèbre petit livre L'Évangile et l'Église […] Lire la suite

POULAT ÉMILE (1920-2014)

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 882 mots

D’abord spécialiste du catholicisme, l’historien-sociologue Émile Poulat a également consacré plusieurs ouvrages à la laïcité (le dernier, Notre L aïcité , livre d’entretiens, est paru juste avant sa mort). En 2001, un ouvrage ( U n objet de science, le catholicisme . Réflexions a utour de l’œuvre d’ Émile Poulat , publié sous la direction de Valentine Zuber) lui a été consacré. Né le 13 juin 1920 […] Lire la suite

TYRRELL GEORGE (1861-1909)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 328 mots

La principale figure du modernisme catholique anglais. Irlandais, de famille ouvrière pauvre, George Tyrrell se convertit au catholicisme à dix-huit ans et entra peu après chez les Jésuites. Prêtre en 1891, nommé professeur de philosophie morale, il fut écarté de sa chaire en 1896, ses supérieurs le jugeant trop « thomiste ». C'est alors qu'il se lia avec le baron von Hügel et l'abbé Bremond. Ses […] Lire la suite

BATIFFOL PIERRE (1861-1929)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 411 mots

Ecclésiastique, historien du christianisme ancien et personnage en vue lors de la crise moderniste, dont il fut l'une des victimes malgré son hostilité déclarée au modernisme et aux modernistes. Pierre Batiffol avait été, à l'Institut catholique de Paris, l'un des élèves préférés de Louis Duchesne, qui lui fit confier une mission scientifique en Albanie (1885) et avec lequel il se brouilla rapidem […] Lire la suite

BUONAIUTI ERNESTO (1881-1946)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 479 mots

La figure la plus marquante et la plus riche du modernisme italien, la plus complexe aussi. Dès avant son ordination en 1903, Ernesto Buonaiuti avait été appelé à enseigner la philosophie dans un des séminaires romains, puis à remplacer son maître Benigni comme professeur d'histoire. Destitué de sa chaire en 1906 en raison de ses tendances, il reçoit un poste d'archiviste, dont il est également éc […] Lire la suite

CATHOLICISME - Histoire de l'Église catholique des origines au pontificat de Jean-Paul II

  • Écrit par 
  • Jean DANIÉLOU, 
  • André DUVAL
  •  • 16 423 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Pie X et le « modernisme » »  : […] Réflexes de défense et raideur semblent à première vue caractériser le pontificat de Pie X (1903-1914) : intransigeance avec les gouvernements, en France spécialement où, après la séparation de l'Église et de l'État (1905), tout accommodement (associations culturelles) est refusé : méfiance vis-à-vis de certaines formes d'engagement social (désaveu des syndicats mixtes d'ouvriers en Allemagne, con […] Lire la suite

MURRI ROMOLO (1870-1944)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 350 mots

L'un des fondateurs de la Démocratie chrétienne italienne. Originaire des Marches, prêtre en 1892, licencié ès lettres de l'université de Rome, où il subit l'influence de Labriola, Murri refusa un poste à la curie romaine, préférant la vie active parmi les jeunes universitaires. Il fut dès lors l'entraîneur exceptionnel de tout un mouvement d'idées sociales et de culture religieuse, dont l'organe […] Lire la suite

PETRE MAUDE (1863-1942)

  • Écrit par 
  • Émile POULAT
  •  • 284 mots

Miss Petre, ainsi qu'elle était et demeure connue, a été, avec l'Italienne Antonietta Giacomelli, l'une des deux femmes du modernisme catholique. Elle appartenait à une vieille et noble famille catholique anglaise où, de tradition, la fidélité à l'Église romaine et la haute culture s'alliaient à une allergie pour l'ultramontanisme. Entrée dans une congrégation religieuse, dont elle fut pendant plu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Émile POULAT, « MODERNISME, catholicisme », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/modernisme-catholicisme/