ATHÈNES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Athènes, cité antique

Une petite plaine de 22 kilomètres sur 10, limitée par l'Aigaléos, le Parnès, le Pentélique et l'Hymette et drainée par le Céphise grossi de l'Ilissos ; en son centre, une acropole de 85 mètres de hauteur, facile à défendre, assez proche de la mer pour que les communications soient aisées avec le monde de l'Égée, assez lointaine toutefois pour que la sécurité soit assurée contre les entreprises des pirates : tel est le site d'Athènes.

Athènes : la ville antique

Dessin : Athènes : la ville antique

Situation et constructions de la ville antique d'Athènes. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La protohistoire d'une cité ionienne

Les hommes l'occupent tôt : un habitat de la fin du Néolithique, analogue à ceux de Thessalie, est attesté sur l'Acropole par des citernes creusées dans le roc du versant nord. L'Attique est ensuite conquise (vers 2600) par des migrateurs venus d'Anatolie, qui submergent la Grèce tout entière et y apportent une civilisation déjà évoluée (dite conventionnellement de l'Helladique ancien), connaissant la culture de l'olivier et de la vigne et la métallurgie du bronze : ce sont sans doute les Pélasges de la tradition athénienne. Nombreux sont les toponymes qui attestent leur implantation : Céphise, Ilissos, Hymette, Lycabette, Tricorynthos, Probalinthos, et le nom d'Athènes elle-même... Ils installent ou renforcent des cultes de la terre féconde, celui d'une Terre Mère dont Athéna – déesse de l'olivier, au nom typiquement préhellénique – est un exemple caractéristique, ceux de démons animaux, tels la chouette ou le serpent qui laissent tant de traces dans les mythes.

Vase en forme de chouette, style protocorinthien

Photographie : Vase en forme de chouette, style protocorinthien

Vase en forme de chouette, animal associé à la déesse grecque Athéna. Vers 720-640 avant J.-C. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Athènes au IIe millénaire

Vers 1950 déferlent sur la Grèce, venant des Balkans, les premières bandes d'envahisseurs grecs. Ce sont les Ioniens, c'est-à-dire les « Impétueux ». Dans la plupart des autres contrées de Grèce, ils seront chassés par des migrations ultérieures ; en Attique au contraire ils resteront les maîtres du sol jusqu'à la conquête romaine. Les Athéniens s'enorgueilliront de leur autochtonie, c'est-à-dire de cette possession ininterrompue de la terre ancestrale depuis des temps immémoriaux. Les Ioniens apportent avec eux une forte organisation sociale en quatre tribus, leur dialecte, leurs grands dieux mâles, Zeus et sans doute Poséidon : héritage désormais implanté à Athènes pour toujours.

Dans la seconde moitié du millénaire (époque achéenne), Athènes se développe considérablement, ainsi qu'en témoignent de nombreux vestiges : des vases mycéniens semblables à ceux du Péloponnèse ; des tombes princières (xive s.) sur le flanc nord de l'Aréopage avec un riche mobilier, notamment un coffret en ivoire sculpté (griffons attaquant une troupe de daims) qui témoigne de relations avec la Syrie, pourvoyeuse en défenses d'éléphant ; un rempart impressionnant en appareil cyclopéen, le Pélasgicon ou Pélargicon, élevé sans doute vers la fin du xiiie siècle, lorsque commence à planer la menace de nouveaux envahisseurs grecs, les Doriens, contre lesquels les Achéens du Péloponnèse tentent de se prémunir au même moment par des travaux similaires. Il est donc loisible d'affirmer qu'Athènes est alors le siège d'une monarchie puissante et riche.

C'est ce que confirme le témoignage d'Homère. L'Iliade évoque « Athènes, la belle cité, peuple d'Érechthée au grand cœur, qu'Athéné, fille de Zeus, jadis éleva, puis installa à Athènes dans son riche sanctuaire » (II, 546, sq.) L'Odyssée montre « Athéné aux yeux pers retrouvant Marathon, les larges rues d'Athènes et, dans ses murs épais, le foyer d'Érechthée » (VII, 78, sq.). Athéna habite donc sur l'Acropole, dans la demeure du roi : ce palais qui est en même temps sanctuaire, selon l'usage de l'époque mycénienne, peut être localisé sur l'emplacement du futur Érechtheion, qui garde le souvenir du roi mythique et où resteront implantées les reliques les plus vénérables de la religion athénienne ; on en a retrouvé de rares vestiges.

Les vieux mythes d'Athènes

Ces indications d'Homère, qui ont toute chance de remonter jusqu'aux premiers chants plus tard incorporés dans les deux épopées, peuvent être élargies grâce à la tradition mythique relative aux premiers rois, qui restera très vivante et inspirera notamment les sculpteurs athéniens du ve siècle (fronton ouest du Parthénon avec la dispute de l'Attique en présence des Cécropides et des Érechthéides ; naissance d'Érichthonios et don de l'olivier sur la frise de l'Érechtheion ; rapts de Céphale par Éos et d'Orithyie par Borée comme acrotères du temple des Athéniens à Délos).

D'après cette tradition, le premier roi d'Athènes est Cécrops, un héros né de la terre elle-même et souvent représenté sous la forme d'un serpent. Sous son règne prend place le premier épisode de l'histoire de la cité, la dispute qui oppose Athéna et Poséidon pour la possession de l'Attique et reflète peut-être la rivalité entre deux groupements humains : chaque dieu fait un présent aux Athéniens et l'olivier, don d'Athéna, l'emporte aisément sur la source salée que Poséidon fait jaillir. La déesse devient ainsi définitivement la patronne de l'Attique, sans d'ailleurs éliminer tout à fait son oncle qui lui restera associé tant sur l'Acropole qu'au cap Sounion.

Les vestiges du règne de Cécrops demeurent parmi les plus vénérés de la colline sacrée : l'olivier qui, rasé par les Perses lors de la seconde guerre médique, repousse d'une coudée dans la nuit ; la mer d'eau salée incluse dans la « salle de l'embouchure » de l'Érechtheion et que Poséidon l'Ébranleur continue à agiter de mystérieux tremblements ; le vieux xoanon d'Athéna, en bois d'olivier, statue de culte de l'Érechtheion, que l'on disait avoir été consacrée par Cécrops lui-même et à qui, à partir du vie siècle, la procession des Panathénées porte chaque année solennellement un péplos brodé ; l'autel de Zeus Hypatos (Suprême) non loin de l'Érechtheion ; le Cécropion, tombeau du roi qui est englobé dans l'Érechtheion classique et protégé par le ravissant portique des Corés.

Les descendants de Cécrops n'ont pas laissé dans le mythe des traces moins vivaces. Son fils, Érysichthon, visite Délos et en rapporte une vénérable idole d'Ilithyie, la déesse crétoise des accouchements : épisode qui sera utilisé au vie siècle pour justifier les prétentions d'Athènes sur l'île sainte des Ioniens. Ses trois filles, les Aglaurides (Aglaure, Hersé, Pandrose, apparem [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 26 pages

Médias de l’article

Grèce : carte administrative

Grèce : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Athènes : la ville antique

Athènes : la ville antique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Vase en forme de chouette, style protocorinthien

Vase en forme de chouette, style protocorinthien
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers

-1000 à -600. Le fer et les cavaliers
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
  • : professeur émérite de l'université de Franche-Comté

Classification

Autres références

«  ATHÈNES  » est également traité dans :

ACHÈVEMENT DE LA DÉMOCRATIE ATHÉNIENNE

  • Écrit par 
  • Christian HERMANSEN
  •  • 278 mots

La « remise du fardeau » (annulation des dettes) décrétée par Solon vers — 594 est une première mesure en faveur du peuple des paysans athéniens : ils sont libérés à jamais du risque d'esclavage pour dettes envers les nobles propriétaires terriens. Mais il faut attendre les réformes de […] Lire la suite

ACROPOLE D'ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 8 215 mots
  •  • 9 médias

Presque toute ville grecque est composée de deux éléments que la configuration du site distingue d'emblée : ville haute et ville basse – celle-ci vouée à l'habitat et aux activités civiles et commerciales ; celle-là, l'acropole, réservée à la défense et aux dieux protecteurs de la cité. Cette dissociation topographique des fonctions, qui ne s'est faite souv […] Lire la suite

INSTAURATION DE LA DÉMOCRATIE À ATHÈNES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 173 mots

Après le départ d'Athènes du tyran Hippias, second fils de Pisistrate, en — 510, les réformes radicales proposées par Clisthène, membre de la famille aristocratique des Alcméonides, mais chef du parti progressiste, sont adoptées. À l'ancienne structure clanique de la […] Lire la suite

AGORA

  • Écrit par 
  • Martine Hélène FOURMONT
  •  • 1 322 mots
  •  • 1 média

À la fois « forme et esprit », l'agora, généralement située à un carrefour important du réseau urbain, matérialise remarquablement la notion de cité grecque. Elle incarne de façon si évidente cette notion que, dans sa Périégèse (X, iv , 1), Pausanias hésite à donner le nom de cité à Panopeus de Phocide car « cette ville ne possède ni bureaux d'administration, ni gymnases, ni théâtre, ni agora, ni […] Lire la suite

ALCIBIADE (450-404 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Andrée POUGET
  •  • 2 010 mots

La vie d'Alcibiade, à la fin du v e  siècle avant J.-C., coïncide, à Athènes, avec une période de transformations profondes où l'esprit civique et les traditions cèdent devant les progrès de l'individualisme et de la critique. Alcibiade appartient déjà au iv e  siècle ; c'est un personnage politique hors série, un « héros » au sens moderne du terme. L'ambiguïté de son comportement, l'obscurité de […] Lire la suite

ALCMÉONIDES LES

  • Écrit par 
  • Claudine LEDUC
  •  • 432 mots

Génos (ou clan) athénien qui parvient à l'archontat dès le ~ vii e siècle et joue un rôle important dans l'histoire de la cité à l'époque archaïque. Singulière est sa place dans l'aristocratie athénienne : il n'est pas autochtone mais originaire de Pylos ; il ne dessert aucun culte de l'Attique ; il est « sacrilège et criminel » depuis le massacre, dirigé par Mégaclès I er , des partisans de Cylo […] Lire la suite

ANTÉNOR (fin VIe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 348 mots

Sculpteur athénien, auteur d'un groupe en bronze représentant les « Tyrannoctones », Harmodios et Aristogiton, assassins du tyran Hipparque en ~ 514, et promus héros de la liberté par la démocratie naissante (Pausanias, I, 8, 5). Ce groupe, postérieur à 508 avant J.-C., fut emporté comme butin par Xerxès, le grand roi perse, lorsqu'il occupa Athènes en ~ 480 ; il fut remplacé peu après par un grou […] Lire la suite

ANTIGONE, Sophocle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Aliette ARMEL
  •  • 1 042 mots
  •  • 1 média

Rares sont les œuvres, créées dans la Grèce classique, qui aient connu une postérité semblable à celle d' Antigone et un foisonnement aussi vigoureux d'adaptations que celui suscité par la pièce la plus célèbre de Sophocle : Hölderlin la traduit en 1804, Anouilh en propose une version audacieuse et moderne en 1946, Brecht l'adapte en 1947, en s'appuyant sur le texte de Hölderlin. Jean-Marie Strau […] Lire la suite

ANTIPATROS ou ANTIPATER (400-319 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Paul GOUKOWSKY
  •  • 854 mots

Type du « vieux serviteur fidèle », Antipatros fut sans doute celui sans qui la Macédoine n'aurait jamais accédé au rang de grande puissance, puis d'empire. Né vers 400 avant J.-C., il fut en effet l'alter ego de Philippe II qui appréciait en lui peut-être moins le chef militaire que l'homme d'État. Ami d'Aristote, auteur d'une histoire, perdue, des guerres d'Illyrie et d'une vaste correspondance, […] Lire la suite

ANTIPHON DE RHAMNONTE (480 av. J.-C.?-411 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 396 mots

Orateur et homme d'État athénien actif vers 480-411 av. J.-C. Antiphon exerce comme logographe – il compose des discours pour des clients qui doivent assurer leur défense devant un tribunal –, une profession particulièrement utile dans le climat de suspicion qui règne à Athènes à la fin de la guerre du Péloponnèse contre Sparte. Sur le terrain politique, Antiphon est l'instigateur de la révoluti […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

23-31 mai 2021 Biélorussie – Russie. Enlèvement de l'opposant Roman Protassevitch.

Athènes à Vilnius (Lituanie) est détourné vers Minsk sous prétexte d’une alerte à la bombe. L’opposant Roman Protassevitch, ainsi que son amie russe Sofia Sapega, qui se trouvaient à bord, sont arrêtés à leur descente d’avion. Le journaliste, qui vivait en exil, venait de couvrir la visite en Grèce de la principale opposante au régime, Svetlana Tikhanovskaïa […] Lire la suite

9 avril 2021 Grèce. Assassinat du journaliste Giorgos Karaïvaz.

d’Athènes. Il enquêtait sur plusieurs dossiers sensibles touchant au fonctionnement de l’État. Les précédents assassinats de journalistes en Europe étaient ceux du Slovaque Ján Kuciak, en février 2018, et de la Maltaise Daphne Caruana Galizia, en octobre 2017. […] Lire la suite

25 janvier 2021 Grèce – France. Achat d'avions Rafale par Athènes.

Athènes multiplie les accords d’assistance militaire et les contrats de fourniture d’équipements pour son armée. En décembre 2020, le Parlement a voté le budget 2021 qui prévoit une augmentation de 60 % des dépenses de défense.  […] Lire la suite

7-14 octobre 2020 Grèce. Condamnation du parti néonazi Aube dorée.

d’Athènes rend son verdict dans le procès du parti néonazi Aube dorée. Son chef Nikos Michaloliákos, ainsi que six cadres et trente-neuf militants sont reconnus coupables d’avoir dirigé ou appartenu à une « organisation criminelle ». Les dirigeants et membres de ce parti étaient poursuivis pour divers crimes perpétrés contre des syndicalistes, des  […] Lire la suite

4 septembre - 12 octobre 2020 Turquie – Grèce. Baisse des tensions en Méditerranée orientale.

Athènes en Méditerranée orientale face aux revendications territoriales turques. La Grèce est le premier pays européen à commander l’avion de combat français. Le 13, le navire d’exploration turc Oruç Reis, dont les incursions dans la zone maritime grecque depuis juillet avaient provoqué un regain de tension entre les deux pays, regagne son port d’attache […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BURGEL, Pierre LÉVÊQUE, « ATHÈNES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/athenes/